Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 21:31

Aaron Jasinski

 

Précédemment

(...) [Les richesses, fruits d'innombrables efforts, ont suscité des convoitises: il a fallu se donner un système de protection... Et c'est ainsi que les notions de propriété privée, de division des tâches, de hiérarchie, de rentabilité, de défense nationale, de guerre, de protection des biens et des personnes ont commencé à prendre de l'ampleur et à se complexifier jusqu'à la société que nous connaissons aujourd'hui.]

Jean Guilaine retrace bien ce processus, et la contrainte qu'elle génère:

Ayla Bouvette v

"En récoltant son blé au lieu de cueillir 3 glands et 2 prunelles, l'homme a pu faire des réserves, nourrir davantage de bouches, faire croître sa famille... Mais il s'est piégé. Car en même temps, il a dû s'occuper des champs et des animaux, défricher, arracher les souches avec des petites haches polies, biner, planter, récolter... L'homme a généralisé le travail, il a capitalisé, créé des richesses, des surplus. Mais en même temps, il s'est donné un société pyramidale, il a accentué la contrainte. L'espoir représenté par la révolution agraire et urbaine du néolithique s'est en partie retourné contre lui. L'homme est devenu l'esclave de ce qu'il a créé."

Jean Clottes, de son côté, affirme:

"La guerre ne commencera vraiment qu'avec la propriété, lorsque les Néolithiques auront des champs et des troupeaux à défendre de la convoitise d'autres groupes."

Jacques Marseille, à son tour, déclare:

"Avec l'agriculture, l'homme était conduit à travailler davantage.

Piégé par le développement technique,

il se condamnait aux travaux forcés à perpétuité." 

Car en effet, pour soutenir cet édifice social, il a fallu convaincre les hommes de la nécessité de s'adonner tous les jours à une activité bien peu naturelle: le travail. Travailler pour soi et pour sa famille, encore, cela reste motivant, mais cela suppose alors que toutes les personnes valides travaillent. Or il a dû bien vite se trouver des petits malins pour essayer de convaincre ou d'obliger les autres à travailler pour eux, afin qu'eux-mêmes puissent jouir de la vie plutôt que de la perdre à travailler.

La discrimination entre citoyen et esclave dans la Rome antique en est un bel ex: pendant que les citoyens s'adonnaient aux orgies dans les thermes, les esclaves trimaient pour produire les conditions de leur bien-être. Et quand l'esclavage a été aboli, pour mettre l'homme au travail et l'y maintenir, il a fallu le castrer de ses instincts vitaux et le soumettre par une idéologie: ça été la fonction de la religion et de la morale.

Le professeur Michel Maffesoli est on ne peut plus clair sur ce point:

"Un tel effort disciplinaire visait, et vise toujours, cette part incontrôlable, cette part "naturelle", cette part d'ombre qui toujours inquiète, et qui surtout se plie difficilement au principe de réalité, ou dans son sens le plus large, à la mise au travail. C'est pour cela et pour nulle autre raison que la morale est tyrannique."

 Ce conditionnement à la productivité peut générer une perte du sens de la vie chez des personnes "improductives", du fait d'une maladie, d'une invalidité, du chômage ou de la retraite.

"A quoi bon vivre, puisque je suis inutile?"

ai-je souvent entendu de la part de patients dépressifs. Pour leur répondre, il m'est arrivé d'avoir recours à une métaphore. Cette métaphore s'appuie sur un animal: le taureau.

Le taureau, pour l'inconscient collectif, est un symbole de la puissance de l'instinct, un symbole de la fertilité de la terre nourricière. Au paléotlithique, comme le suggèrent les peintures rupestres, le taureau était adoré. L'instinct était alors révéré et célébré dans l'orgiasme. Quelque chose de ces partiques nous est parvenu sous une forme disqualifiée à travers le culte du veau d'or, ou encore, de manière inversée, à travers la corrida. A partir du néolithique, le taureau est domestiqué, ligoté, enfermé. Sa puissance instinctive est mise au service du labeur. Pour cela, on le castre, car un taureau entier ne se laisserait pas attacher à une charrue: un taureau entier préfère courir derrière les vaches! Seul le boeuf accepte de tirer tristement sa charrue, sous le fouet du paysan.

Claude Théberge v

Ce que nous avons fait avec le taureau au-dehors, nous l'avons aussi fait avec notre partie animale, càd avec notre instinct, au-dedans. Pour convaincre des êtres humains de travailler sérieusement plutôt que de célébrer le plaisir des sens, il a fallu, en effet, les castrer - mentalement cette fois-ci - afin qu'ils dévalorisent et répriment leurs pulsions de vie, et qu'ils adorent le régime de sacrifice et de productivité qu'on leur proposait. C'est pour cela que les patients dépressifs, au chômage, en invalidité ou à la retraite, tournent à vide et ne voient plus de sens à leur vie, maintenant qu'ils se perçoivent comme "inutiles". Parce qu'ils n'ont jamais appris à faire autre chose de leur vie que travailler.

Henri Laborit dénonce fort justement cette machination infernale:

"Toute une idéologie de la souffrance est née au cours des siècles, qui a permis aux dominants de s'abreuver aux sources du plaisir en persuadant les dominés qu'ils avaient bien de la chance dans leur souffrance car elle leur serait remboursée au centuple dans l'autre monde."

La morale a infiltré l'inconscient collectif à un point tel que l'on peut voir aujourd'hui des ouvriers au chômage manifester pour revendiquer leur droit au travail. Les mêmes ouvriers, pourtant, lorsqu'ils peuvent bénéficier d'une allocation suffisante, se tiennent + tranquilles.

Comment comprendre que ceux qui réclament du travail ne demandent plus rien lorsqu'on leur verse de quoi vivre, sinon que leur vraie demande est précisément de vivre et de faire vivre leur famille, et pas du tout de travailler, en fait -à part pour une minorité de personnes, ayant un métier qui leur plaît et ayant atteint un niveau de sublimation tel qu'elles prennent un réel plaisir à travailler. Car comme l'écrit Freud avec humour:

"Le travail ne jouit que d'une faible considération dès qu'il s'offre comme moyen de parvenir au bonheur. C'est une voie dans laquelle on est loin de se précipiter avec l'élan qui nous entraîne vers d'autres satisfactions. La grande majorité des hommes ne travaillent que sous la contrainte de la nécessité, et de cette aversion naturelle pour le travail naissent les problèmes sociaux les + ardus."

 < Katarina Jiva Vare

Il m'apparaît ainsi que l'être humain, pas + que les autres animaux, n'est biologiquement consitué pour travailler. L'être humain est fait pour vivre, pour s'émerveiller, pour aimer, pour penser, pour jouir, pour créer. Il peut se contraindre au travail si sa survie en dépend, et se soumettre aux règles de la vie sociale qui en découlent. Mais alors, comme la psychanalyse nous l'a appris, frustration, répression, culpabilité et violence s'accumulent en lui, générant des maladies dans son corps et des guerres dans le corps social.

 

à suivre...

Bruno Ribant

Sandeep Chandran

      proposé par mamadomi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Valentine :0056: 04/06/2013 19:12

C'est bien gentil ; mais je n'ai vu aucune voie spirituelle recommandant de rester assis sans bouger ; il me semble même que la paresse soit considérée comme un grave défaut. Le travail quotidien
tel qu'il est envisagé dans certains ordres monastiques ("karma yoga") me paraît une excellente manière de régler les choses matérielles afin de purifier son esprit.

mamalilou 04/06/2013 19:48



ce dont tu parles n'est pas du travail, Valentine.


oeuvrer pour soi, pour le collectif, pour créer, pour "purifier l'esprit", ce n'est pas du "travail", de la "torture", de la contrainte, de la location de potentiel d'activité pour un tiers qui
en exploite le fruit et toute forme de profit dérivé...


Et qui parle de "rester sans bouger" comme seule alternative, lol!!!? Qui parle de paresse? crois-tu que sans "travail" l'humain deviendrait "paresseux"? l'a-t-il jamais été, l'est-il seulement
là où il ne "se loue" pas?!!!


diableries que tout cela, 



..........♥*¨*•.¸¸❤✿¸.¤*¨¨*¤.¸¸ 04/06/2013 13:05

Avec l'agriculture, l'homme était conduit à travailler davantage. Piégé par le développement technique, il se condamnait aux travaux forcés à perpétuité.


et dans d'autres cas également...

plus tu fais..... plus on te demande de faire.......

mamalilou 20/06/2013 02:54



ben oui... créer des besoins et piéger par ces besoins


susciter des désirs et piéger dans ces désirs... souvent si loin de l'essentiel


moultes sollicitations insensées... une pression quotidienne


à vouloir trop programmer la plupart du temps...


entre l'impréparation et le surinvestissement dans l'avenir, ya moyen de trouver un équilibre pourtant...


doux bisous



Kt 04/06/2013 01:22

Bel article...
Bel article, et bel analyse… Bien dit. Et dire que le mot travail, tire son origine du grec « torture » !! Les dits grecques qui d’ailleurs considéraient le travail comme non digne de l’homme et
réservé aux animaux ou aux…esclaves.
Il faut néanmoins faire la distinction entre un travail « forcé », ou à but lucratif, qui permet de survivre et le travail « plaisir », qui permet de construire, d’instruire, de créer, d’avancer
mais aussi de …ne pas s’ennuyer. (le travail c’est la santé ! etc…). Car le travail a aussi une fonction de transfert émotionnel et d’occupation temporelle. Mais dans ce cas, je serais tenté comme
les grecs , de ne pas appeler cela « un travail ».

mamalilou 04/06/2013 19:50



mohim!


tout est dit



vivrenchine 04/06/2013 01:00

Bonjour
bel article très juste....à bas le travail...vive les vacances..lol
Je te souhaite un très bon mardi
Nos amitiés bises
Qing&René

mamalilou 20/06/2013 02:45



lol!!! à bas le travail conditionnant l'existence, le travail qui apporte du profit à ceux qui exploitent la sueur des autres...


mais l'activité humaine fait tourner la société joyeuse des hommes, et il faudrait voir à ce que ça se passe plus joyeusement et plus équitablement...


doux bisous toujours raisonnables


et toute mon amitié à tous les deux



nicolas 03/06/2013 23:40

Bjr,
Je vous invite pour le partage de cette création sur le tennis: http://www.nicolaslizier.com/article-crea-roland-garros-tomas-berdych-118196659.html Qu'en pensez-vous ?
A bientôt

mamalilou 20/06/2013 02:43



ravie de te retrouver niko, merci pour cette invitation


doux bisous à toi