Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 17:14

En lançant son “pacte de compétitivité” le gouvernement s'est écrasé devant les hurlements du patronat. Comment peut-il se faire ainsi dicter sa politique et se prétendre “socialiste”?

Le Rapport du Commissaire Général à l’Investissement, demandé par le Premier ministre, et intitulé Pacte pour la compétitivité de l’industrie française, n’est, comme on pouvait s’y attendre, qu’un plaidoyer en faveur de sa propre classe! Constatant que l’industrie française a perdu beaucoup de "compétitivité" depuis 10ans, il y est prétendu que c’est parce que ses produits sont moins "haut de gamme" que les produits allemands et que la main d’œuvre est bien trop payée en France par comparaison aux pays émergents. Notre industrie a donc été contrainte à "rogner ses marge", la pauvre, et du coup, la robotisation y est en retard. Elle souffre d’un fonctionnement défectueux qui serait dû à trop de réglementations, au fait que la formation (pas celle des ingénieurs) n’est pas orientée pour mieux la servir, elle, dont l’image est dégradée et associée à des conditions de travail qui seraient "caricaturées". Enfin elle souffre d’un manque de crédits attribués à des règles prudentielles trop pesantes pour les banques! Il est souligné au passage que l’épargne, qui est abondante en France, y est trop mobilisée vers le logement social (sic).

Mais, affirme le Rapport, le redressement est possible, il suffit de s’inspirer des pays européens qui réussissent, à commencer bien sûr par l’Allemagne. Comment? Mais en développant nos pôles d’excellence mondiaux: l’industrie du luxe, l’industrie nucléaire, le tourisme! L’ennui, concède-t-il, c’est qu’il n’y a pas assez de consensus pour cette politique… qu’il faut donc chercher le soutien de l’opinion publique…

Cela ne paraît pas facile quand on voit ses propositions:

Pour l’essentiel, il veut que l’État allège d’une broutille, €30 milliards, ce qu’il appelle les “charges” (il s’agit en fait de cotisations) sociales, par transfert vers la fiscalité et la réduction des dépenses publiques. Et pour convaincre l’opinion du bien fondé de ce transfert, l’État doit créer un "choc de confiance", pour que les chefs d’entreprises soient mieux considérés, car ces malheureux "ont le sentiment d’être cloués au pilori". C’est avec la larme à l’œil que je cite ce rapport, qui ne se permet pas d’indiquer la marche à suivre:

"il appartiendra à la concertation prévue sur le financement de la protection sociale d’examiner dans quelles conditions ce transfert peut être organisé",

mais suggère simplement d’augmenter la TVA et la CSG et de réduire les dépenses publiques. Mais, attention, le produit de ce

"choc de compétitivité… doit clairement être orienté vers l’investissement et l’innovation"

et non pour, je cite encore,

"des augmentations de salaires, si légitimes soient-elles".

Un avis, discret, est jeté en passant, parce qu’il ne faut pas que l’énergie coûte cher aux industriels: l’énorme capital qui a été investi dans le parc nucléaire est amorti, affirme le rapport, donc la faiblesse relative de son prix du kwh offre maintenant un véritable avantage comparatif, et il ne peut pas être question d’y renoncer. Il n’évoque pas ses dangers pour l’environnement et pour les populations: ce n’est pas ce qui importe pour la compétitivité. Notons ensuite 2 petites phrases à propos des gaz de schiste:

"Nous plaidons pour que la recherche sur les techniques d’exploitation des gaz de schiste soit poursuivie. La France pourrait d’ailleurs prendre l’initiative de proposer avec l’Allemagne à ses partenaires européens un programme sur le sujet".

Pourquoi? Quels sont les arguments de cette “plaidoirie”?

Le Rapport ne précise pas, mais il s’explique au contraire sur un point: pour lui, "la progression de l’exportation est une priorité nationale", l’investissement et la recherche doivent donc être orientés vers le "haut de gamme": industrie du luxe, tourisme, etc. Au passage, il reproche à la Commission de mal évaluer la compétition mondiale qui, je cite encore parce que ce n’est pas banal:

"donne la priorité au consommateur par rapport au producteur"

alors que

"L’Europe doit mettre sa politique au service de ses industries".

L'Europe du capital donc et non celle des peuples et des nations...

la finalité n'important plus aux yeux de ceux qui en développent les moyens,

développement qui doit continuer à leur rapporter, telle est leur finalité,

la finalité de ceux qui sont en oeuvre, et qui ne le sont que

parce qu'une grande masse d'autres ne peuvent pas l'être, cqfd

Et il expose comment la Banque pour l’Investissement (la BPI qui se met en place) doit préparer l’avenir en orientant la politique industrielle vers le haut de gamme, les nouvelles technologies, supposées porteuses, rentables, auxquelles il donne la priorité: d’abord les technologies génériques, puis “l’économie du vivant”, et enfin la transition énergétique. Il est donc hors de question de mettre l’industrie au service des besoins exprimés par la population et il le dit sans ambages:

"Les circonstances de la 2e Guerre mondiale et de la Libération avaient permis d’élaborer, en 1946, un Pacte qui a permis les “Trente glorieuses; 

  • la reconstruction économique de pays largement dévastés par la guerre;
  • le retour vers une situation de plein emploi dans la grande majorité des pays;
  • une croissance forte de la production industrielle (un accroissement annuel moyen de la production d’environ 5%);
  • une expansion démographique importante (le baby boom) dans certains pays européens et nord-américains – particulièrement en France, en Allemagne de l’Ouest, aux États-Unis et au Canada.

    La forte croissance est facilitée par:
  • un accès encore aisé aux énergies fossiles;
  • un rattrapage technologique vis-à-vis des États-Unis, par des pays dont le capital humain (niveau d’éducation et d’expérience des travailleurs) reste important.

chacun sent aujourd'hui que ce Pacte négocié il y a 60ans ne fonctionne plus". On enterre donc l'Etat-Providence, c'est clair.

Par un curieux hasard, le 5 nov., le jour-même où ce Rapport, inspiré par le patronat, était remis au Premier ministre, le FMI publiait son rapport annuel sur la France, contenant le même refrain “alarmant”: manque de compétitivité, il faut réduire les dépenses publiques, retarder l’âge de départ à la retraite, permettre aux entreprises “d’ajuster” le temps de travail, alléger pour elles les procédures de licenciement, réduire les cotisations sociales patronales, mais en augmentant la TVA et les taxes foncières plutôt que la CSG et à condition que cela soit accompagné

"d’un effort de modération salariale, notamment au niveau du smic".

Oui, vous avez bien lu, c’est le smic qu’il faut baisser, son niveau est trop élevé, c’est pour cela que les jeunes ne trouvent pas de travail. Et toujours selon le FMI, il faut aussi revoir à la baisse les allocations chômage afin, je cite

"d’accroître les incitations à trouver un emploi".

Comment peut-on se permettre d’affirmer cette énormité quand + de 3 millions de personnes cherchent en vain un emploi?

De +, le rapport du Haut Conseil sur le financement de la protection sociale émettait des doutes motivés, dans son “état des lieux”. L’étude de cette quarantaine de personnes montrait que la protection sociale n’est pas cette charge, ce poids sur le coût du travail qui handicaperait les entreprises françaises devant leurs rivales allemandes, et que l’écart vient plutôt de la forte baisse des salaires outre Rhin. Enfin, le Haut Conseil soulignait que parmi les facteurs de compétitivité,

"la protection sociale peut aussi être un facteur d’attractivité du territoire national".

Mais curieusement, cet autre rapport officiel, publié le 31 oct., a fait beaucoup moins de bruit que celui de Louis Gallois.

Et au même moment, parce que l’hiver approche, les Restaurants du cœur jetaient un cri d’alarme face à l’augmentation du nombre de gens qui, dépourvus de tout, ne survivent que grâce à l’action de leurs bénévoles.

Cela force à réfléchir, surtout quand on a voulu prendre d’énormes responsabilités.

On peut donc penser que le gouvernement allait organiser une sérieuse concertation, avec débats publics, télévisés, etc. On sait bien qu’il n’est plus question pour lui d’envisager comment sortir du capitalisme. Mais on peut croire qu’il allait chercher quelles bonnes réformes tenter. Qu’il allait prendre d’autres avis, consulter d’autres “partenaires sociaux” que le patronat et les syndicats de travailleurs: pourquoi pas des porte-paroles des consommateurs? Ils sont probablement + proches de la population que les politiciens professionnels, même élus.

Mais vu l’urgence, on peut imaginer que le gouvernement socialiste s’empressa de prendre les mesures qui s’imposaient. Qu’il vit que la charité, même organisée par les restos du cœur, n’est pas la solution: puisque malgré tant d’efforts multipliés, et depuis plusieurs dizaines d’années, la pauvreté a considérablement augmenté. Qu’il constata l’échec de la politique de compétitivité sur le plan humain, en voyant qu’en mettant les peuples en guerre économique permanente elle pousse aux délocalisations vers les pays à bas salaires et sans protection sociale. Donc qu’il refusa que "la progression de l’exportation soit une priorité nationale" et qu’il choisit d’orienter l’industrie, non pas pour produire “haut de gamme” à l’intention d’une minorité fortunée, mais les biens utiles à satisfaire les besoins les + vitaux de la population. Qu’il décida d’encourager l’innovation technologique, mais pas pour gagner des marchés à l’extérieur ou pour fabriquer les produits de façon à ce qu’il soit nécessaire de les renouveler le + tôt possible, mais pour améliorer, tout au contraire, la qualité, la solidité, la durée des produits et les processus de leur fabrication en termes de conditions de travail, d’économie d’énergies et de protection de l’environnement. Et qu’il donna pour objectif à la BPI d’investir dans des productions qu’on pourrait fort bien faire en France: vêtements, produits pharmaceutiques essentiels, matériels électroniques par ex, afin de diminuer les importations.

JPEG - 25.6 ko

Le lendemain même de sa remise, le 6 nov., l’essentiel du rapport Gallois était repris par le Premier ministre. Ce n’est pas parce qu’il a cessé d’employer le terme de “choc de compétitivité” pour le remplacer par celui de “sursaut” qu’il fera illusion comme au sujet de la signature du TGCS et de la “règle d’or”. Dans ce qui s’appelle maintenant le "Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi", l’objectif reste donc la compétitivité des entreprises. La baisse des cotisations sociales payées par le patronat sera de 20 milliards. Dont 10 dès la 1ère année: il faut aller vite, pour ça. Mais celles payées par les salariés ne seront pas baissées, tant pis pour le pouvoir d’achat des ménages de travailleurs. Qui en verront d’autres, car pour compenser ces pertes de recettes pour l’Etat, l’augmentation de la CSG a été écartée, mais pas celle de la TVA: son taux “normal”, celui qui pèse sur la plupart des biens et service, passera de 19,6 depuis longtemps à 20% en 2014 et son taux “intermédiaire” (sur la restauration et les travaux à domicile) passera de 7 à 10%. La TVA est, on le sait, l’impôt le + injuste puisqu’il pèse relativement plus lourd sur les ménages les + modestes.

Ainsi le patronat fait la loi.

On va sans doute en avoir une nouvelle démonstration à propos de la fermeture à Florange des usines qui ne rapportent plus assez à l’homme d’affaires Mittal. Quand l’idée a été évoquée de nationaliser l’usine, même temporairement, Mme Parisot s’est écriée:

"c’est scandaleux!".

Alors, gare … !

 

M.-L. DUBOIN, GR, déc 2012

 

Le 30 novembre 2012, donc, le gouvernement annonçait qu'il ne s'opposait plus à la fermeture des cheminées, provoquant l'ire des salariés. L'exécutif eut beau dire qu'il avait obtenu d'ArcelorMittal que la société ne licencie personne et s'engage à pérenniser les autres activités du site (galvanisation, emballage, etc.), les arguments étaient inaudibles.

Près d'un an + tard, le bilan apparaît pourtant honorable. Si les 2 derniers hauts-fourneaux de Lorraine ont été définitivement éteints en avril, les engagements pris par Lakshmi Mittal, le PDG du sidérurgiste, ont – pour l'instant – été tenus. A tel point que certains estiment que le site pourrait renaître de sescendres.

  • Aucun salarié des hauts-fourneaux n'a été licencié

C'était l'un des principaux points de l'accord dit de Matignon : ArcelorMittal devait"réaliser la réorganisation de l'activité sur le site de Florange sur des bases exclusivement volontaires". Pour le moment, 229 salariés sur les 629 employés aux hauts-fourneaux ont quitté l'entreprise, essentiellement dans le cadre de mesures d'âge. "Seuls 2 salariés ont démissionné pour partir ailleurs", assure Edouard Martin, délégué CFDT de l'aciérie.

Sur les 400 restants, une centaine ont été affectés à d'autres postes, la grande majorité à Florange, une dizaine d'entre eux sur d'autres sites du groupe, notamment à Dunkerque (Nord), Gandrange (Moselle) et Mouzon (Ardennes). Enfin, 300 ouvriers sont en formation et devraient se voir proposer un nouveau poste à Florange.

"Aucun cas de départ contraint ou de mutation forcée ne m'a été rapporté", confirme François Marzorati, ex-sous-préfet de Thionville (Moselle), à qui le gouvernement a confié la présidence du comité de suivi chargé de vérifier que les engagements pris par le sidérurgiste sont respectés.

Même les 93 salariés de la filiale de transports Gepor, un temps menacés, ont obtenu l'assurance de se voirproposer un autre emploi sur le site. Reste un bémol: avec l'arrêt des hauts-fourneaux, le travail de quelque 300 intérimaires en équivalent temps plein a disparu. "Personne ne sait ce qu'ils sont devenus", dénonce un syndicaliste.

  • 93 millions d'euros d'investissement ont été lancés

Pour assurer la "pérennité industrielle" de Florange, ArcelorMittal s'était engagé à yinvestir "de manière inconditionnelle" €180 millions sur 5 ans. Selon la direction du site, 93 millions ont pour l'instant été "autorisés" par la famille Mittal, parmi lesquels 27 millions ont déjà été engagés: €10,8 millions pour un nouveau gazomètre pour la cokerie, 11,4 millions pour une soudeuse laser, etc. 

"Dix millions supplémentaires doivent être encore débloqués d'ici à la fin de l'année", croit savoir M. Martin.

De fait, ArcelorMittal entend faire de Florange la tête de pont de sa production d'aciers spéciaux. L'Usibor, un alliage haut de gamme prisé par les constructeurs automobiles, devrait être principalement produit sur le site. Un investissement de plus de €7 millions a été réalisé en ce sens au début de l'année.

"Pour l'instant, Mittal joue le jeu, estime M. Marzorati. Plus de la moitié des sommes promises seront engagées d'ici à la fin de l'année et le groupe pourrait même aller au-delà de ses promesses."

  • Un projet de recherche à l'état embryonnaire

Dernier volet de l'accord de Matignon, ArcelorMittal s'est engagé à maintenir les hauts-fourneaux de Florange "sous cocon " durant 6ans, dans l'hypothèse deredémarrer l'un d'entre eux "en cas de retour du marché" ou de "projet de nouvelle technologie". Pour l'instant, rien de concret n'a été présenté en ce sens. Un 1er projet de recherche pour produire de l'acier plus "propre", baptisé Ulcos, a été abandonné. Mais un 2ème, appelé Lis, devait être lancé d'ici à la fin de l'année 2013.

Doté de €32 millions, dont 13 millions apportés par ArcelorMittal, ce programme devrait se concentrer sur les moyens de recycler ou de valoriser le dioxyde de carbone (CO2) émis lors de la production d'acier. Mais rien ne dit, à ce stade, qu'un démonstrateur industriel pourrait être installé à Florange. 

"Cela vaprendre du temps", reconnaît M. Marzorati.

 

Cédric Pietralunga, Le monde, 26.9.13

proposé par mamadomi

Partager cet article

commentaires

mamalilou 01/03/2014 18:54

-->> ouaip, disons que la marge de taxe est faible, mais le nombre fait le pactole!! c'est humainement un non sens, mais capitalistement très fûté...
doux bisous

écureuil bleu 22/02/2014 20:12

Ce sont toujours les salariés, pourtant consommateurs, qui sont ponctionnés, taxés et retaxés... Bisous

..........♥*¨*•.¸¸❤✿¸.¤*¨¨*¤.¸¸ 20/02/2014 08:21

Pigeonnant ...en lisant le tire ...je pensais à bien autre chose...... !!
merci pour ta longue visite par chez moi....

mamalilou 01/03/2014 18:53



héhé, et pourtant, c'est pas si loin... faire pigeonner... :o))


doux bisous


 


oui, dès que je peux, je viens dévorer, parce que je suis sûre de passer un bon moment, je tourne page après page, en prenant un ticket sur l'ordi partagé (grosse famille oblige) avec ma tite
fenêtre dans un coin que je réouvre par tranche de 15mn chacun!!! pour que ça tourne... 


c'est rythmé.... pour pas se faire pigeonner justement, té!!