Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 23:00

Aujourd'hui mon enfant de 9ans m'a fait une réflexion sur un instant de pédagogie scolaire et ses conséquences immédiates... Le 11 novembre arrivant, on lui explique qu'il y aura une commémoration. On lui précise qu'il s'agit de l'armistice d'une 1ère guère mondiale, pas le même donc que celui commémoré autour d'une stèle le 8mai dernier. Il lui revient à l'esprit une anecdote qu'elle me confie alors.

En substance, la maîtresse a posé une question sur les armes, aucun garçon n'a répondu, et la tiote a levé le doigt et a répondu. La maîtresse a levé les yeux au ciel et a clashé les garçons. Après la réponse, qui était bonne, les garçons n'ont pas cessé de se moquer... Pourquoi? parce qu'elle avait juste connaissance d'un point sur l'Histoire au sujet de la guerre, domaine de connaissance considéré ici comme du registre exclusivement masculin, ce que l'attitude de leur encadrant pédagogique confirmait, dans la confiance conférée à l'expression de son discernement ou de sa morale comportementale...

Illustrations de Catherine Abel

De l'éducation...

Précédemment


Guy Evrard a fort bien fait l’éloge de J-J Rousseau, et montré que ses écrits sont au cœur de la plupart des grands débats d’actualité sur la démocratie, sur l’égalité, sur la liberté et sur les rapports de l’homme avec la nature. En ces domaines, ce sont les penseurs les + progressistes qui reprennent les idées de ce citoyen autodidacte qui apparaît ainsi, 300 ans après sa naissance, comme un remarquable précurseur.

Par contre, certaines de ses vues ne sont plus guère partagées aujourd’hui que par les + réactionnaires, surtout celles qui se rapportent à cet autre sujet d’actualité qu’est la “parité hommes-femmes”.

La + critique des féministes à cet égard est évidemment aussi la + virulente: Élisabeth Badinter > , philosophe et historienne spécialiste du XVIIIème s.. Elle se veut objective:

"Je peux juger Rousseau sévèrement en tant que féministe. Je l’aime cependant beaucoup en tant que citoyenne. Je suis hostile, récalcitrante à "Émile". Mais totalement admirative par rapport au "Contrat social" que j’estime être un texte sacré, fondamental, à l’origine de la démocratie" 

a-t-elle précisé, lors d’une interview[1].  Elle estime que

"Rousseau a structuré l’inégalité des sexes  Rousseau est l’antiféministe par excellence  Rousseau est celui qui aura enfermé les femmes dans les maisons, afin qu’elles soient de bonnes mères et de bonnes ménagères". 

 

Elle précise cependant qu’à l’époque de Rousseau, les femmes (hormis les “femmes de salon”) n’ayant pas de rôle assigné, il leur en a conféré un, qui doit leur amener gloire et bonheur. Et elle ajoute:

"Les choses ont-elles beaucoup changé? Quand je vois aujourd’hui le thème de la mère idéale qui se sacrifie pendant 6mois pour allaiter son enfant, je redécouvre les mêmes arguments. Tout le discours écolo-féministe emprunte énormément à ce philosophe. La conjonction de la philosophie naturaliste écologique, consistant à placer les biens de la nature avant le bien-être personnel, associé au discours féministe, basé sur la différence des sexes, nous renvoie peu ou prou aux textes de Rousseau. Les petits bourgeois et moralisateurs de la Révolution française vont reprendre et durcir les propos de Rousseau. Plus tard, le code de la famille de Napoléon est lui aussi déduit de la philosophie rousseauiste. Nous assistons aujourd’hui à un retour de cette pensée naturaliste, écologique qui tend à assigner de + en + les femmes à leur rôle maternel. Il faudra du temps pour que l’on s’en rende compte. À mon avis, il est encore un peu trop tôt."

[je m'inscris en faux et précise pour ma part que ladite pensée naturaliste n'est pas la philosophie naturaliste écologique, qui elle, assigne aussi les hommes à l'éducation des enfants et ne féminise pas les taches, il les rends collectives!]

Pour v Danielle Sallenave, membre de l’Académie française, on a plutôt abondé dans l’éloge et la reconnaissance à l’occasion de cet anniversaire, mais il y aurait à redire sur certains points, dont les thèses de Rousseau sur l’éducation. Elle a précisé[2]:

"Oui c’est vrai, Rousseau est le 1er à avoir attiré l’attention sur ce qu’est l’enfant, son évolution. Mais son idée de la spontanéité d’une éducation naturelle est inquiétante car c’est d’elle que sont sorties beaucoup de réformes, voire d’hérésies, pédagogiques. Quant à l’éducation des filles, là, c’est tout un programme. La femme, dit-il en substance, est faite pour plaire à l’homme. La dépendance est son état naturel, l’assujettissement est son lot. Il faut l’habituer à se gêner, l’exercer à se contraindre parce que toute sa vie, elle aura à subir la gêne et la contrainte. Jeune, elle doit s’accoutumer à avoir à interrompre ses jeux sans se plaindre, à ne rien faire quand il lui plairait de travailler, à n’avoir ni goût, ni volonté. Elle ne peut sentir de trop “bon heur”, de trop bonne heure, qu’elle n’est rien au regard de l’homme, que l’homme est le maître, que, pour elle, sa destinée est de céder, d’obéir et d’avoir tout à subir, même l’injustice".

Et elle n’hésite pas à commenter:

"Il souhaite que Sophie (la future compagne de son Émile dont il raconte l’éducation)… cultive ses talents avec autant de soins pour le mari qu’elle aura, qu’une jeune albanaise pour le harem d’Ispahan".

 

"… Il faut ma chère enfant, que je vous explique mes vues dans la conversation que nous eûmes tous 3 avant-hier. Vous n’y avez peut-être aperçu qu’un art de ménager vos plaisirs pour les rendre durables. Ô Sophie! Elle eut un autre objet + digne de mes soins. En devenant votre Époux, Émile est devenu votre chef; c’est à vous de l’obéir, ainsi l’a voulu la nature; et c’est pour vous rendre autant d’autorité sur son cœur que son sexe lui en donne sur votre personne que je vous ai faite l’arbitre de ses plaisirs. Il vous en coûtera des privations pénibles mais vous régnerez sur lui si vous savez régner sur vous..."

 

J-Jacques Rousseau, Émile ou de l’éducation, in œuvres complètes
Éd° Gallimard, Paris 1969,p. 706

Anna Durnova, auteure de "Et Dieu créa la femme...La condition féminine chez J-J. Rousseau" complète ceci en ces termes:

"La connaissance de la culture générale étant pour les femmes, d’après Rousseau, guère utile, voire négligeable, il faut tourner l’intérêt des petites filles  sur des travaux pratiques tels que la couture ou la cuisine. Il n’oublie pas d’affirmer que ce type d’éducation correspond tout à fait au caractère naturel des femmes".

Citons enfin Geneviève Fraisse, philosophe et historienne, directrice de recherche au CNRS. Elle s'exprimait le 23 avril 2012 à propos de ce tricentrenaire:

"…il y a une omission de taille au tableau annoncé des commémorations: le féminisme. Pourtant Rousseau s’est largement exprimé sur la femme. Ainsi dans l’Émile:

"toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utile, se faire aimer et honorer d’eux, les élever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler, leur rendre la vie agréable et douce: voilà les devoirs des femmes en tout temps, et ce qu’on doit leur apprendre dès l’enfance" "

ou encore ce délicieux passage à remettre néanmoins dans le contexte du XVIIIème siècle:

"… Ce principe établi, il s’ensuit que la femme est faite spécialement pour plaire à l’homme; si l’homme doit lui plaire à son tour, c’est d’une nécessité moins directe, son mérite est dans sa puissance, il plaît par cela seul qu’il est fort. Ce n’est pas ici la loi de l’amour, j’en conviens; mais c’est celle de la nature, antérieure à l’amour-même...". 

Cette commémoration, dit-elle,

"évacue les questions sexuées qui ont trait à la problématique du genre. On a célébré Darwin, on célèbre Rousseau, on met en scène Ibsen... À chaque fois je constate la même répulsion concernant le féminisme. Comme s’il s’agissait d’un sujet déclassé, secondaire, minoritaire. Rousseau est un grand penseur, un philosophe qui a écrit sur la sexuation du monde. Pas uniquement dans l’Émile ou dans la Nouvelle Héloïse. Il s’est attaqué à la question dans la Lettre à d’Alembert.

Les femmes ont-elles accès

à l’espace public?

Ont-elles le droit d’écrire?

Ces questions sont liées à la question de l’égalité qui fonde la démocratie. En déniant le droit aux femmes à l’espace public, Rousseau les prive de la citoyenneté. Les femmes font les mœurs: elles restent à la maison. Les hommes font les lois: ils sont dans l’espace public".

"Rousseau dénie aux femmes le droit d’écrire. Il a compris qu’il s’agit là de stratégies individuelles de liberté. Si on obtient l’égalité dans la sphère publique, alors pour tout être rationnel qui veut mettre en place les préceptes des Lumières, on est en droit de demander l’égalité dans la sphère privée. Une situation dangereuse pour qui veut faire cesser l’analogie entre le père et le roi, entre la famille et la cité. Le partage des 2 gouvernements est essentiel pour construire la notion de citoyenneté et de république".

 

 M.-L. DUBOIN, GR, août 2012


[1] à Chantal Savioz, le 31 janvier 2012

[2] dans l’émission, Les idées claires, le 13 juillet 2012

proposé par mamadomi

rééd° du 07 11 2013

Repost 0
Published by mamadomi - dans s'éduquer
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 23:00

Barres

 justice et égalité 2 

Barres

BarresBarresBarres

Quelle belle et bonne idée que ces extraits magnifiquement choisis de la 6ème lettre du livre de Jacques Duboin, intitulé Egalité économique. Comme la lecture de cette forte page est réconfortante! Quand on pense que l’achèvement de ce livre date de fin 1938, et que la belle et exemplaire raison-raisonnante de son auteur sur une économie politique digne de l’Humain, a été rejetée depuis lurette par les potentats + ou moins anonymes de la haute finance internationale et ceux qui leur font Cour, nous ne devrions plus parler d’états de Droit à propos de ce qu’il nous reste, en Europe, d’Etats-Nations, mais d’états soumis aux diktats des mercantis et des financiers.

Ces diktats tendraient à prouver combien les humanoïdes qui constituent l’espèce dite humaine n’appartiennent pas tous à la même essence. Nous devrions nous demander si les fameux droits de l’homme et du citoyen ne jouent pas le rôle de l’arbre qui cache la forêt. D’ailleurs faut-il nous référer à la Déclaration initiale, celle de 1789, ou à celle de 1948, quelque peu remaniée et devenue Internationale?

J.Duboin voulait donc, en 1938,

"créer un ordre social où personne n’aurait l’excuse de chercher son bonheur dans l’augmentation de son bien-être matériel".

C’est ce qui aurait dû conduire à l’instauration d’une société distributive (ou distributiste?) orientée vers l’harmonie, par le biais d’une coopération et d’une complémentarité bien comprises. La grande boucherie, estampillée 2ème Guerre Mondiale, avec majuscules, dans les manuels d’Histoire, allait écraser, annihiler pour longtemps, cette belle utopie raisonnée et raisonnable.

Lire cette belle page m’a fait me souvenir que vers la fin des années 70, une partie de mes recherches universitaires terminées, je devais porter mon attention de chercheur en psychologie sociale et sociologie de la connaissance sur la militarisation de notre société. Et ce fut la sortie, plus que silencieuse, de Cinq milliards d’otages (chez Les Lettres Libres et Vrac éditeurs), grâce surtout au soutien, entre autres, de mes grands amis Léo Campion et Robert François, dit Mystag. Parallèlement, dans 2 établissements d’enseignement supérieur qui m’employaient dans la bonne ville de Tours, j’enregistrais, sans idée vraiment préconçue, que l’idéal type orwellien l’emportait majoritairement. J’avais été à l’époque l’un des rares enseignants et socianalystes à vouloir sauvegarder la substantialité propre de chaque mot, afin qu’on continue à appeler un chat un chat, et non un chien ou un marcassin. À ce propos, j’ai évoqué, dans la postface de mon Du harcèlement moral ou du harcèlement immoral? [1] l’importance de "l’intégrité des mots de la tribu", comme l’aurait dit Mallarmé. Ce qui ne m’empêcha aucunement de me faire embabouiner comme un demeuré tout au long de ma misérable carrière de pédago! Je ne suis nullement habilité à me faire “donneur de leçon” à qui que ce soit. Mais je me dois, d’une part en ma qualité “d’expert” de la vérité sociale et d’autre part, en conscience par le simple fait que

"quiconque connaît la vérité et ne la gueule pas se fait le complice des menteurs et des faussaires",

comme le clamait Péguy il y a un bon siècle, de décrypter méthodiquement l’état de décomposition anomique dans lequel se trouve notre monde. Et qu’on le dise “globalisé”, la belle affaire!

Ni l’adjectif “anomique”, ni le substantif “anomie” ne sont des mots du langage courant, ils appartiennent au jargon des sociologues. On parle d’anomie lorsque, dans une société humaine organisée, les lois et les valeurs ont perdu leur prégnance sur les citoyens. Livrés à eux-mêmes, ces derniers ne se préoccupent plus que de satisfaire, par quelque moyen que ce soit, leurs intérêts particuliers. Cet état de fait crée évidemment un chaos général, que les journalistes qui ignorent tout de la vie et de l’œuvre d’Elisée Reclus, appellent à tort l’anarchie. Un tel grand chaos généralisé s’est développé pendant la 2ème Guerre Mondiale et pendant toutes celles qui ont suivi.

"Il ne s’agit donc pas, comme le disait déjà Duboin en 1938, de changer les gérants du régime capitaliste pour essayer de faire mieux ou + justement qu’eux: c’est donc de changer le régime lui-même qu’il s’agit".

Mais par quel Deus ex machina, parvenir à une mutation donnant le primat à l’humain? Au “bonheur d’être” au lieu de se polariser sur le profit, sur “l’avoir“ et sur le pseudo-pouvoir que cela confère? Hélas! 3 fois hélas! Les responsables de la gangstérisation du monde ne comprennent certainement pas le beau titre de l’article L’être humain non plus n’a pas de prix.

JPEG - 10.2 ko

Il faut dire que j’étais disposé au mieux pour comprendre cet article de M-L Duboin, puisque je viens de mettre le point final à mon livre-témoignage intitulé D’un délit d’humanité excessive? De l’Ethique et de la Justice [2].

Quand des actes d’humanité vraie, faite de compassion et d’empathie, ne se voulant ni médiatisée à l’extrême, ni ostentatoire, deviennent “délit” pour l’institution Justice elle-même, c’est tout de même signe que notre société va + que mal! Bah! Il va bientôt faire 2 siècles que le grand poète et penseur italien Giacomo Leopardi a asséné sans hésitation aucune, sur une page de son Zibaldone [3]:

"J’affirme que le monde n’est que l’association des coquins contre les gens de bien, des + vils contre les + nobles"!

 

G. LECHA, GR, mars 2013 

[1] Est-Samuel Tastet Editeur, Bucarest, 2004

[2] Ed° Opéra, 9, rue Hélène Boucher - 44115 - Haute-Goulaine, Janv 2013

[3] Ed° Allia, 2398 pages, nov 2003

BarresBarresBarres

proposé par mamadomi

rééd° du 14 06 14

Repost 0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 23:00

Barre scintillante

 

Ce mot désigne l'ensemble des substantifs, verbes, adjectifs, adverbes, appartenant au registre sensoriel utilisé par une personne quand elle parle. Il nous intéresse dans la mesure où il renvoie au mode de représentation du monde que la personne privilégie.

Quand on vous dit:

"Je vois bien notre projet se dérouler comme nous l'avons imaginé",

vous pouvez être à peu près sûr que votre interlocuteur a bien construit une ou plusieurs images mentales de ce projet.

Pour se sensibiliser, sur un mode ludique, aux différents registres des prédicats regroupés en 4 grands systèmes de représentation: visuel, auditif, kinesthésique et olfacto-gustatif, voici le thème suivant:

Cette importante affaire de double facturation a permis de découvrir d'autres malversations tout aussi graves. Si la direction s'en mêle, elle confiera sûrement une enquête au chef du personnel qui la mènera à bien.

Mode visuel:

L'éclat de cette affaire de double facturation a permis de mettre à jour des malversations peu reluisantes. Il est clair que si cela tombe sous les yeux de la direction, le chef du personnel se verra confier une enquête qui aboutira à faire toute la lumière sur ces affaires.

Mode auditif:

Le bruit retentissant de cette affaire de double facturation a amplifié les rumeurs d'autres malversations. Si tout cela arrive aux oreilles de la direction, elle entendra sûrement que toute la vérité soit dite et en parlera au chef du personnel qui arrivera au fin mot de l'histoire.

Mode kinesthésique:

Cette triste affaire de double facturation a permis de mettre en relief d'autres malversations. Il tombe sous le sens que la direction aura à coeur de chercher la vérité et poussera le chef du personnel à prendre les choses en main.

Mode olfacto-gustatif:

Cette écoeurante affaire de double facturation se mêle aux relents d'autres malversations tout aussi dégoûtantes. Cela ne sera sûrement pas du goût de la direction qui demandera au chef du personnel d'y mettre le nez.

Ce n'est ici qu'un jeu, mais en y prêtant attention vous constaterez que ce type de langage est assez fréquent.

Remémorez-vous cette publicité pour une voiture haute de gamme qui vantait le véhicule en faisant entendre le bruit de la portière qui se fermait et invitait à sentir le moelleux des sièges. La richesse de ce message tenait à l'utilisation volontaire de plusieurs canaux de représentation mentale.

Par ailleurs tout ce qui n'entre pas dans le VAKO (Visuel-Auditif-Kinesthésique-Olfactif) fait partie des prédicats "neutres". Tous les discours techniques et politiques en sont truffés!

 

Barre scintillante

A quoi servent les prédicats?

Barre scintillante


Identifier les prédicats sert à comprendre comment notre interlocuteur vit ce qu'il raconte. Dans un dialogue, qu'il soit thérapeutique, commercial ou simplement amical, être attentif aux prédicats permet de reformuler les propos qui nous sont tenus et de poser des questions avec tact dans le même registre sensoriel. Cela contribue à faciliter le dialogue sans déstabiliser notre interlocuteur.

Voici un contre-exemple. Un scientifique de grand renom était interviewé par un non moins célèbre homme de télévision. Pendant cette émission le 1er s'exprima dans un registre "kinesthésique auditif". Ses yeux allaient alternativement du bas à gauche au bas à droite, ses phrases étaient lentes et son vocabulaire presque exclusivement du registre "K-A". Le 2nd s'exprimait essentiellement de façon visuelle et parlait + vite. Vers la fin de l'interview, il demanda ainsi à son invité:

"Quand on voit l'avenir qu'ont les jeunes aujourd'hui, ne trouvez-vous pas que leur horizon paraît bien sombre?"

Le scientifique fit alors une pause; en fronçant les sourcils il releva un peu les yeux, puis avoua:

"Leur horizon... Je ne sais pas..."

Ses yeux alors se dirigèrent en bas à droite puis à gauche et il déclara:

"En revanche, quand je pense à leur avenir, je me dis que cela ne va pas être facile pour eux."

Une grande partie de l'entretien avait été gâchée par de telles ruptures de rythme et de compréhension. Le dialogue aurait gagné en fluidité et en richesse si les questions, aussi intéressantes qu'elles fussent, avaient été posées dans le registre des prédicats de l'interviewé.

 

Nelly Bidot et Bernard Morat

Barre scintillanteBarre scintillante

proposé par mamadomi

rééd° du 07 12 12

Repost 0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 23:00
BARRE ORIENTALE BARRE ORIENTALE
... intelligent et sage
BARRE ORIENTALE
 
 

Précédemment

Vivre sans plaisir? Ce serait ne pas vivre...

suite:

Plus souvent nos plaisirs sont à extraire de notre quotidien, comme on extrait des minéraux de la terre sous nos pieds. Ou bien ils sont à cueillir, comme des fruits ou des fleurs. Bref, il faut agir: ouvrir les yeux, se baisser ou tendre la main. On dit bien "prendre" du plaisir ... Attitude active, donc, qui implique de faire au moins un petit pas. Les minuscules plaisirs du quotidien, célébrés par les poètes et les écrivains, supposent ainsi une réceptivité, une ouverture qui les rend + fragiles qu'on ne croit: les soucis et les émotions négatives, qui nous renferment sur nous-même, peuvent nous faire passer à côté d'eux. Car le plaisir, c'est aussi une attitude face à la vie, sur la durée. Ce mélange de réceptivité et de démarche active et patiente, c'est une forme de sagesse du quotidien, proche de celle du jardinage. On ne force pas l'arrivée du plaisir, on ne le convoque pas. Mais on facilite sa venue. On crée les conditions de son éclosion, de son jaillissement. Puis on continue de vivre, simplement. Pas d'attentes, pas d'exigences: juste la curiosité souriante de voir ce qui va se passer.

Arrivé à ce stade, on a en général compris que le plaisir existe sous mille et une formes:

- subtiles ou intenses (la boule de feu de l'orgasme),

- poétiques ou triviales (ah! le plaisir de faire pipi quand on en a très envie...),

- manuelles ou intellectuelles (apprendre et comprendre).

Il y a le plaisir des

commencements,

mais aussi celui des

recommencements,

des approfondissements.

Voyez comme il est célébré par Raymond Radiguet, dans ce passage du Diable au corps:

"La saveur du 1er baiser m'avait déçu comme un fruit que l'on goûte pour la 1ère fois. Ce n'est pas dans la nouveauté, c'est dans l'habitude que nous trouvons les + grands plaisirs."

L'intelligence de la vie, c'est d'accueillir tous ces plaisirs, sans les hiérarchiser, et de toujours s'en réjouir.

Il n'y a pas que le plaisir, bien sûr, pour remplir une existence. Il faut aussi, envers soi, du recul et de la lucidité, pour ne pas transformer notre vie en cette seule quête: ce serait l'appauvrir. Envers les autres, un souci de morale: notre plaisir ne doit pas détruire ni faire souffrir. Et il faut aussi une certaine confiance, une foi: être prêt à lâcher prise, càd à s'abandonner à quelque chose de + grand et de + fort que nous. Car le plaisir n'est pas borné, pas limité pour qui a les yeux de l'esprit et du coeur grands ouverts. Ce plat délicieux dégusté chez un parent, quel bonheur de comprendre aussi toute l'affection qu'il représente. Et cette guérison d'une mauvaise grippe, d'une fracture ou d'une entorse, ce plaisir de sentir que son corps s'est réparé, c'et aussi celui de l'émerveillement face au vivant.

Vertige et profondeur du plaisir. Dans Le Prophète, Khalil Gibran écrit:

"Le plaisir est un chant de liberté, mais il n'est pas la liberté."

Est-ce juste un véhicule,

un vecteur.

Mais vers quoi?

Qui le sait...

Peut-être les poètes, comme Arthur Rimbaud dans les Illuminations:

"J'ai tendu des cordes de clocher à clocher; des guirlandes de fenêtre à fenêtre; des chaînes d'or d'étoile à étoile; et je danse."

Alors dansons et savourons.

 

Christophe André

médecin psychiatre à l'hôpital Sainte-Anne (Paris), il est spécialiste de la psychologie des émotions

lire: De l'art du bonheur, 25 leçons pour être heureux, l'iconoclaste 2006

 

BARRE ORIENTALE

  

Et les splendides vues de la compagnie brésilienne Grupo Corpo, fondée en 1975

...samedi dernier c'était la 23è édition du festival Europalia à Tourcoing

j'aurais pu vous prévenir... vi...

BARRE ORIENTALE
smilie

 

 

Pour me faire pardonner,

une petite douceur, que nombre d'entre vous

connaissent déjà:

BARRE ORIENTALE

proposé par mamadomi

rééd° du 07 12 11

Repost 0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 23:00

gifs barres de séparations étoiles

voulez-vous m'accompagner à la découverte des oeuvres de

Kristeen Van Ryswyck  ?

gifs barres de séparations étoiles

amphitrite image blog

amphitirite

gifs barres de séparations étoiles

estampe image blog

estampe

gifs barres de séparations étoiles

image blog krvan r

fudji

gifs barres de séparations étoiles

manhattan city img blog

manhattan city

gifs barres de séparations étoiles


Soyez patient avec vous-même, autorisez-vous à prendre le temps

dont vous avez besoin pour grandir. Soyez affectueux, tendre et aimant

envers vous-même, de cette façon vous prendrez bien soin de vous.

 

La Lumière de la Vie trouve parfois de drôles de chemins

pour s'insinuer de la profondeur de l'Etre jusqu'à la surface de notre conscient.

 

Puissiez-vous rayonner avec douceur l'Amour qui émane de votre cœur.

Puisse la Lumière de la Conscience éclairer votre âme

afin qu'elle vous guide sur le sentier de la Vie.

Puissiez-vous vivre vos rêves et réaliser tout ce qui vous tient à cœur.

L'Univers entier vous soutient, ne l'oubliez pas.

 

 

 - Totem -

gifs barres de séparations étoiles

http://avatara.unblog.fr/files/2009/10/22343931411.jpg

gifs barres de séparations étoiles

proposé par mamadomi

rééd° 26 11 10

Repost 0
Published by mamadomi - dans Amour
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 23:00
fractale

Nous sommes tous devenus si sérieux!
(euh...plus moi mais bon, c'est ce que je crois fermement, ne me découragez pas merci...)
Les gens sont si contractés qu'un rien les excède...
un retard de 5 mn à un rendez-vous, un embouteillage, un regard de trop ou un mot de travers, les factures dans la
boîte aux lettres, les files d'attente, un rôti brûlé, etc...
Pourquoi une telle tension?
Avons-nous tant de mal à accepter que nos vies ne soient pas à la hauteur de nos espérances?

"Nos vues étroites, nos espoirs et nos appréhensions
sont notre seule mesure;
si les circonstances ne correspondent pas à notre attente,
elles deviennent des obstacles."
Benjamin Franklin

Nous passons notre temps à vouloir que les objets, les hommes et les événements se plient à nos désirs; et quand ils s'y montrent rebelles,

nous endurons le martyre...!!

Admettre le problème, avoir la volonté de changer, reconnaître que cette raideur, ce sérieux affiché trop souvent sont largement notre création...haha quelle blague...!!
ça résulte de notre façon d'aborder les choses et d'organiser notre vie...ben voyons hein?!!

Bon ok, on prend
conscience du lien direct entre nos attentes et notre taux de frustration...
et après?
La réalité nous déçoit, on éprouve colère et dépit...ok...
bon et après...tout ça est dûment constaté...
on fait quoi maintenant...?!! hein?!!!


ben il paraît qu'il faut lâcher prise...hahaha...et qu'on se sent plus léger après...si, si...
même que j'ai testé pour vous...
mais je ne vous dirais pas ce que j'ai lâché (lol)


bon allez, dites si vous avez essayé de lâcher prise une fois, rien qu'une...
Vous êtes un(e) coincé(e), un(e) vrai(e)?
un(e) râleur(-se), un(e) dépité(e), un(e) grincheux(-se)?

...Je sens que ça va être dur de passer aux aveux...mdr...

¤ ajout du 21 01 09, pour compléter, faites un tour chez alphomega
son article du 05 10 08
                                             fractale
par mamadomi
rééd° du 05 09 08
Repost 0
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 23:02

Une seule injustice, un seul crime, une seule illégalité, surtout si elle est officiellement enregistrée, confirmée, une seule injure à l’humanité, une seule injure à la justice, et au droit surtout si elle est universellement, légalement, nationalement, commodément acceptée, un seul crime rompt et suffit à rompre tout le pacte social, tout le contrat social, une seule forfaiture, un seul déshonneur suffit à perdre, d’honneur, à déshonorer tout un peuple.

 

Charles Péguy

proposé par mamadomi

rééd°du 29 06 14

Repost 0
Published by mamadomi - dans s'éduquer
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 23:00

L'homme craint-il le sommeil?

Il prépare son lit pour bien dormir.

Le sommeil est une mort temporaire.

La mort est un sommeil prolongé;

L'homme qui meurt lorsqu'il est vivant

ne doit pas se sentir affligé par la mort des autres.

L'expérience individuelle est évidente avec ou sans le corps,

comme dans l'état d'éveil, le rêve et le sommeil.

Alors, pourquoi l'individu ne cherche-t-il pas à rompre

les entraves du corps?

Que l'homme trouve son Soi éternel, qu'il meure,

qu'il soit immortel et heureux.

 

Shri Ramana Maharshi

illustré par Jungshan et Kanamm

Propositions du jour:

Clare Goodwin

- j'ai de la volonté

- l'aventure est au coin de la rue

- doucement, je me réjouis

sunshine splash by kanamm Digital Art by Kanamm

proposé par mamadomi

rééd° du 19 05 14

Repost 0
Published by mamadomi - dans philosophies
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 23:00

 

zd8bsyhzog3.gif

 

 

Quand, de nuit, je vais seule à mon rendez-vous d'amour, les oiseaux ne chantent pas, le vent ne souffle pas; des deux côtés de la rue les maisons sont silencieuses.

A chaque pas  mes pieds deviennent plus lourds et je suis honteuse.

 

Quand je reste assise sur mon balcon et que j'écoute si j'entends venir mon bien-aimé, les feuilles ne bruissent pas sur les arbres et l'eau est calme dans la rivière, comme l'épée sur les genoux de la sentinelle endormie.

C'est mon coeur qui bat follement. Je ne sais comment l'apaiser.

 

Quand mon bien-aimé vient et s'assied près de moi, tout mon corps tremble, mes paupières s'alourdissent; la nuit s'assombrit; le vent éteint la lampe et les nuages étendent des voiles sur les étoiles.

Seul le joyau de mon sein brille et répand sa clarté; je ne sais comment la cacher.

 

Rabindranath Tagore,

Le Jardinier d'Amour

 

 

 

 

proposé par mamadomi

rééd° du 28 04 12

Repost 0
Published by mamadomi - dans Amour
commenter cet article
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 23:00

De l'existence des particules

élémentaires

Précédemment:


Pourquoi le bouddhisme s'intéresse-t-il aux particules élémentaires, alors que leur analyse ne semble pas avoir une grande incidence sur notre vie quotidienne? Si l'on s'interroge sur la réalité, ou l'irréalité, du monde qui nous entoure, il importe d'élucider la nature de ce qui en constituerait les "briques fondamentales". Le bouddhisme n'est pas le seul à remettre en question la vision "réaliste" des phénomènes. 

L'interprétation de la physique quantique selon l'école de Copenhague nous conduit également à penser que les atomes ne sont pas des "choses" mais des "phénomènes observables". Débat passionnant entre tous, puisqu'il nous place d'emblée au coeur de ce que l'on nomme la matière: si sa "solidité" est remise en question, bien d'autres barrières conceptuelles peuvent et doivent à leur tour tomber.

(...)

Trinh Xuan Thuan:

(...)

Le schéma d'une hiérarchie de particules de + en + élémentaires -molécules, atomes, électrons et noyaux d'atome, protons et neutrons, quarks- semble mieux d'écrire nos observations des phénomènes atomiques et subatomiques.

 

...article précédent... 

Je ne vois donc pas de contradiction fondamentale entre les vues de la science et celles du bouddhisme concernant la réalité des particules élémentaires. Nous devons les considérer comme des potentialités qui ne se matérialisent que par le jeu de l'interaction avec un instrument de mesure ou avec la conscience de l'observateur. On n'arrive pas à détacher du processus d'observation une réalité complètement indépendante ou une détermination qui appartiendrait en propre à l'objet. La réalité ne peut donc pas être scindée en sujet et objet. Telle est la vue de l'école de Copenhague qui est adoptée par la majorité des physiciens.

 

...Suite...

La notion de particule élémentaire se rattache bien sûr à celle de l'atome. Le bouddhisme n'a-t-il pas aussi envisagé cette notion d'atome?

 

Matthieu Ricard:

Plusieurs siècles avant l'ère chrétienne, à l'époque des philosophes grecs, le bouddhisme s'est livré à une analyse logique de cette notion d'atome, càd, étymologiquement, de "particule insécable". Mais tu pourrais peut-être nous rappeler les idées de Leucippe et de Démocrite, les 1ers Grecs à avoir formulé cette notion.

 

Thuan:

Ce concept d'atome est l'un des fondamentaux de l'histoire de la science. Le physicien américain Richard Feynman a même proclamé que si toute la connaissance scientifique venait à disparaître dans un cataclysme, le concept unique qu'on devrait préserver pour les générations futures serait:

"Toute chose est faite d'atomes, petites particules animées d'un mouvement incessant."

Ce concept date environ du VIè s. av. J.-C., quand les philosophes grecs Leucippe et Démocrite ont introduit l'idée révolutionnaire que toute matière est composée de particules insécables et éternelles qu'ils ont appelées atomes (du grec atomos, "qu'on ne peut diviser"). Faute de vérification expérimentale, cette idée est restée à l'état de proposition philosophique pendant 21 siècles et a été éclipsée par la fameuse quaternité élémentaire d'Aristote: l'eau, l'air, la terre et le feu.

C'est seulement vers les années 1600 que l'idée d'atome a refait surface. En 1869, le Russe Dmitri Mendeleïev a eu l'intuition géniale d'ordonner les éléments chimiques selon leur poids atomique. Comme par magie, les éléments dotés des mêmes propriétés chimiques sont venus s'aligner par groupes de 7 dans les mêmes colonnes, constituant ce qu'on appelle maintenant la table périodique des éléments. Un tel alignement ne peut se comprendre que si chaque élément chimique est fait d'un seul type d'atomes. Quand Mendeleïev a établi sa table, seuls 63 éléments sur les 92 actuellement répertoriés étaient connus Mendeleïev avait une telle confiance en la justesse de sa table qu'il n'a pas hésité à laisser des cases vides. L'histoire lui a donné raison: ces cases vides furent remplies au fur et à mesure de la découverte de nouveaux éléments.

 

 

Matthieu:

La notion de particules indivisibles et permanentes qui seraient les constituants ultimes de la matière devait déjà exister en Inde à l'époque des 1ers philosophes grecs, puisque les penseurs bouddhistes se sont attachés à la réfuter. Pour être indivisible, se sont-ils dit, une particule doit se réduire à un point sans dimension.

 

Thuan:

Cela devait être une image, car ils ne connaissaient sans doute pas le concept de points mathématiques.

 

Matthieu:

Ce concept est sous-entendu dans leur analyse qui est la suivante: admettons que des particules indivisibles servent à construire la matière. Pour ce faire, disent-ils, il faut que ces particules s'associent. Deux particules supposées indivisibles peuvent-elles entrer en contact? Il faut ici garder à l'esprit qu'il s'agit d'une expérience de pensée.

Imaginons donc que 2 particules indivisibles entrent en contact. Est-ce que toutes les parties entrent en contact simultanément ou graduellement?

Dans ce dernier cas, le côté ouest d'une particule, par ex, touchera tout d'abord le côté est d'une autre. Mais si ces particules ont un côté ouest et un côté est, elles ont des parties et on ne peut plus parler d'indivisibilité.

Si l'on répond qu'elles n'ont ni côtés ni parties, il en découle qu'elles n'ont pas de dimensions.

Dans ce cas, le seul moyen pour ces particules d'entrer en contact est de fusionner. Si 2 particules peuvent fusionner, pourquoi pas 3? Une montagne et l'univers tout entier pourraient fusionner avec une seule particule. La réalité grossière ne pourrait alors ni s'agréger ni se déployer. Ce raisonnement par l'absurde a conduit les philosophes bouddhistes à dire que des particules ponctuelles et indivisibles ne peuvent pas construire l'univers.

 

Thuan:

On répondra que des particules n'ont pas besoin d'entrer en contact pour former la matière.

 

Matthieu:

Dans ce cas, poursuivent ces philosophes, il y a un espace vide entre 2 particules et, du fait qu'elles n'ont pas de dimension, une infinité de particules et finalement l'univers tout entier pourraient se loger entre 2 particules. Réfuter ainsi la notion de particules insécables, permanentes, indépendantes et n'ayant d'autre cause qu'elles-mêmes pourraient former la  réalité.

 

Thuan:

Les concepts sophistiqués que tu viens d'exposer sont d'autant + étonnants qu'ils ont, semble-t-il, été développés indépendamment des Grecs. Avant ou après eux?

 

Matthieu:

A peu près de la même époque, au VIè s. av. J.-C. Ce point de vue a été ensuite élaboré jusqu'au VIIè s. apr. J.-C. dans ede nombreux traités philosophiques au cours de débats entre bouddhistes et hindous, ainsi qu'entre différentes écoles du bouddhisme. Le Bouddha a en effet enseigné en fonction de la diversité des facultés de compréhension et des natures d'esprit de son auditoire. A certains il a dit que la matière existait, à d'autres qu'elle était "irréelle bien qu'apparente". Comme toujours, on en revient immédiatement à l'aspect thérapeutique de cette investigation qui vise à nous libérer des souffrances causées par notre attachement à la réalité et constitue donc une étape du chemin vers l'Eveil.

 

Thuan:

En termes scientifiques, nous l'avons vu, la matière peut être qualifiée d'"irréelle" dans le sens qu'elle ne possède pas une réalité permanente et peut notamment être convertie en énergie.

Si l'idée d'atome a surgi à peu près à la même époque en Grèce et en Inde, sait-on s'il y a eu des contacts ou une influence entre les 2 courants de pensée? Qui sont les Leucippe et Démocrite de l'Inde?

Matthieu:

Le Bouddha lui-même, il y a env. 2500ans, puis ses principaux exégètes, Nagarjuna et Aryadéva (IIè s.), Vasubandhu (IVè s.) et Chandrakirti (VIIIè s.), discutèrent ces questions. Avant eux, l'hindouisme disait que la matière était composée d'éléments microscopiques disposés de façon contiguë. D'autres, dont certains bouddhistes + matérialistes que ceux que je viens de citer, pensaient que les atomes étaient disposés comme les grains dans un tas de blé et n'avaient que quelques points de contact. Pour eux, le fait que la matière nous paraisse continue tenait simplement à ce qu'on ne pouvait pas l'examiner avec suffisamment de finesse, tout comme, vue de loin, une prairie apparaît comme une grande étendue verte alors qu'elle est consituée d'une multitude de brins d'herbe distincts.

Thuan:

Ce concept d'atomes contigus constituant la matière n'est pas si éloigné de ce que dit la physique moderne. Nous savons maintenant que l'atome n'est presque que du vide. Le noyau compte pour 99,9% de la masse de l'atome mais n'occupe que le millionième de milliardième de son volume. Le reste est occupé seulement par une nuée virevoltante d'électrons. La matière nous paraît continue parce que nos yeux ne peuvent rien voir à l'échelle atomique du centième de millionième de centimètre.

 

Matthieu:

Pour ce qui est des échanges entre philosophes bouddhistes et grecs, il y en a certainement eu, comme en témoignent les discussions tenues de 163 à 115 av. J.-C. entre Ménandre, roi de Bactriane qui était de culture

grecque, et le moine bouddhiste Ngaséna¹. Mais il est difficile de préciser la nature et l'importance des influences réciproques. On remarquera toutefois que la conception de l'atome chez Démocrite est + rudimentaire. Il parle notamment d'"atomes crochus" qui s'assemblent selon leurs affinités respectives. Le grand logicien bouddhiste du Vè s., Dignaga, objecterait sans doute que s'ils ont des crochets, ils ont des parties et ne sont donc plus indivisibles!

 

Thuan:

L'idée philosophique d'atome est donc devenue peu à peu un concept scientifique. Mais, vers le milieu du XIXè s., la science n'avait pas encore résolu le postulat fondamental de Leucippe et Démocrite, selon lequel les atomes sont les corpuscules élémentaires et insécables de la matière. En vérité, les travaux de Mendeleïev suggéraient le contraire: le fait même que les éléments chimiques puissent s'ordonner dans la table périodique selon leur poids atomique suggérait que ces atomes posédaient divers degrés de complexité, les + lourds étant les + complexes. Dans ce cas, l'atome devait posséder une structure interne composée de particules encore + élémentaires. Les expériences qui suivirent confirmèrent ce point de vue. En étudiant les décharges électriques dans les gaz, l'anglais v Joseph Thomson découvrit en 1897 que l'atome contenait des particules ponctuelles qui portaient chacune une charge électrique négative et dont le nombre, dans chaque atome, était égal à son poids atomique. La nouvelle particule fut appelée "électron", qui signifie "ambre" en grec, les Grecs ayant découvert que l'ambre avait un mystérieux pouvoir d'attraction quand on la frottait avec la laine.

Mais le + étonnant fut le résultat obtenu par un autre physicien anglais, Ernest Rutherford, en 1910. En bombardant de minces feuilles d'or avec des particules très énergétiques, il s'aperçut que la grande majorité des particules traversait la feuille d'or comme si de rien n'était, mais qu'une très petite fraction (0,01%) d'entre elles étaient réfléchies et revenaient à leur point de départ. C'était comme si une balle de fusil était renvoyée par une feuille de papier! Avant l'expérience de Rutherford, les physiciens pensaient que les atomes occupaient presque tout l'espace d'un objet solide, à la manière des pommes entassées dans un cageot qui ne laissent entre elles que de petits interstices. Si c'était le cas, aucune des particules lancées vers la feuille d'or de Rutherford n'aurait dû être renvoyée. Il devait donc exister dans l'atome un noyau dur et dense capable de réfléchir les particules. Ce noyau devait occuper un volume minuscule par rapport au volume total de l'atome, puisque la majorité des projectiles le rataient et passaient sans encombre. Nous savons aujourd'hui que le noyau, par rapport au volume de l'atome, occupe le même espace qu'un grain de riz dans un stade de football. Ainsi, toute la matière qui nous entoure, ce divan, cette chaise, ces murs, n'est quasiment que du vide. La seule raison pour laquelle nous ne pouvons pas traverser ces murs presque vides comme le passe-muraille de Marcel Aymé tient au fait que les atomes sont liés entre eux par la force électromagnétique

Le concept de vide surgit donc de nouveau, non pas le vide primordial dont nous avons parlé, le vide qui aurait donné naissance à l'univers et à son contenu matériel, mais le vide des atomes. Le + surprenant, c'est que Leucippe et Démocrite ont eux aussi parlé du vide en introduisant la notion d'atome.

 

Matthieu:

Mais ce vide est très différent du vide plein d'énergie de la physique moderne et de la vacuité dont parle de bouddhisme, qui n'est pas une absence de "quelque chose", mais une absence de "nature propre".

 

Thuan:

En effet, si la théorie atomique est généralement conçue comme ne décrivant qu'une seule réalité, celle des atomes, Démocrite et Leucippe l'ont toujours présentée dans un rapport de dualité: les corpuscules et le vide dénué de matière sont réunis complémentairement et indissociablement dans une même réalité. L'historien grec Simplicius décrit leur vision par cette formule: "Leucippe et Démocrite soutiennent que les mondes, en nombre illimité et résidant dans le vide illimité, sont formés 

à partir d'un nombre illimité d'atomes²." Les philosophes grecs pensaient que le vide entourait les atomes, alors que < Rutherford a découvert que le vide résidait à l'intérieur même des atomes.

 

Matthieu:

En fait, cela revient presque au même: il suffit de remplacer le mot "atome" par celui de "noyau". Mais le noyau atomique lui-même n'est pas une entité indivisible.

 

Thuan:

Non. Nous savons maintenant que les noyaux atomiques sont faits de protons et de neutrons liés ensemble par la force nucléaire forte. Le proton et le neutron sont des particules très semblables, à l'exception de leurs charges électriques. Le proton porte une charge électrique positive, égale et opposée à celle de l'électron. Comme son nom l'indique, le neutron n'a pas de charge électrique. Leurs masses sont presque identiques: env. 2000x celle de l'électron. Le neutron confère une stabilité à la matière et fait que les choses de la vie ne sont pas constamment en train de se désintégrer sous nos yeux. Si les noyaux atomiques étaient composés exclusivement de protons, ils éclateraient, car des particules de même charge se repoussent. Les livres sur les étagères derrière toi, la tasse de thé sur la table et les roses dans le jardin se décomposeraient immédiatement.

Pour en revenir à la réfutation de l'existence de particules insécables par le bouddhisme, elle rejoint certaines notions ou découvertes de la physique subatomique, mais elle en contredit d'autres. La "théorie standard", celle qui explique le mieux pour l'instant les propriétés des particules du monde subatomique, affirme l'existence de particules indivisibles³ appelées "quarks", qui constitueraient les briques élémentaires des particules elles-mêmes. Leur inventeur, le physicien américain Murray Gell-Mann >, les a baptisées ainsi en 1963 parce qu'il aimait la sonorité de la phrase Three quarks for Muster Mark de Finnegans Wake, le roman de James Joyce. Comme pour "Muster Mark", 3 est le nombre de quarks nécessaires pour former un proton ou un neutron. Les charges électriques des quarks sont fractionnaires (+ou- 1/3 ou +ou- 2/3) puisque leur somme doit égaler la charge du proton (+1) ou du neutron (0).

La théorie des quarks est généralement acceptée, car elle rend compte avec succès des propriétés des centaines de particules connues. La vaste majorité de ces particules ne vit qu'une infime fraction de seconde. Elles n'apparaissent pas dans la matière qui nous entoure, mais naissent lors des collisions de particules dans des accélérateurs. Tour comme Mendeleïev a mis de l'ordre dans les éléments chimiques avec sa table périodique, Gell-Mann a pu, avec sa théorie des quarks, expliquer le "zoo" de particules qui proliférait à vue d'oeil dans les années soixante.

 

Matthieu:

Tout cela semble revenir à une vision réificatrice des particules, en dépit de la complémentarité onde/particule et de l'interprétation de Copenhague de la mécanique quantique.

 

Thuan:

Reste en effet à savoir si les quarks existent vraiment ou s'ils ne sont que des entités théoriques inventées pour mettre de l'ordre dans le monde des particules. 

à suivre...

Matthieu Ricard et Trinh Xuan Thuan

 

¹ Louis Finot, Milinda-Panha, Les Questions de Milinda, traduit du pali, "Connaissances de l'Orient", Gallimard, 1992

² Cité par Bernard Pullman in L'Atome dans l'histoire de la pensée humaine, Fayard, 1995

³ Il s'agit ici d'une indivisibilité physique et non mathématique


 

proposé par mamadomi

rééd° 03 07 14

Repost 0
Published by mamadomi - dans Culture en partage
commenter cet article