Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 22:23

Le mythe

de la fin du pétrole

 

Depuis longtemps on nous affirme que le pétrole va manquer. Déjà en 1913 le Bureau des mines aux Usa affirmait qu’il n’y en avait plus que pour 40 ans de réserves. En 1972, le Club de Rome publie "Les limites de la croissance", estimant que les réserves seraient épuisées à la fin des années 1990. Aujourd’hui certains affirment que les réserves de pétrole sont épuisées, d’autres affirment que ces réserves s’épuiseront d’ici quelques années.

La quantité de pétrole disponible ne dépend que de la technologie utilisée et donc du prix auquel on peut le payer car le pétrole n’est pas un liquide stocké dans un réservoir dont on connaît la quantité exacte et qu’on peut pomper jusqu’à la dernière goutte. Les meilleurs pétroles sont très légers et jaillissent sous pression du sous sol, mais la plupart sont pâteux, mélangés à du sable ou imbibés dans des roches poreuses, + ou moins profond dans le sous sol ou sous les océans.

On ne connaît pas toutes les réserves existantes puisque tout le sous sol de la planète n’a pas été exploré. On ne connait bien que les 2 premiers kilomètres du sous sol et que sur les terres émergées, alors qu’on peut trouver du pétrole jusqu’à 5 km de profondeur. On connaît mal le sous sol du plancher océanique, situé à plusieurs milliers de mètres sous l’eau. Depuis qu’on exploite le pétrole on améliore les techniques de prospection avec l’analyse sismique en 3 dimensions. Ces techniques nouvelles et très onéreuses, mais aussi pas écologiques du tout, permettent de sonder + profondément les sous sols et trouver de nouvelles poches sur les champs déjà exploités. On a 'amélioré' les techniques d’extraction par ex lorsque le pétrole est trop épais, ou trop dispersé dans le sous sol, on arrive à l’extraire en injectant de l’eau chaude, des solvants ou du gaz sous pression. Avec des forages obliques, horizontaux, multidirectionnels, on peut atteindre des poches de pétrole dans des endroits qui étaient inaccessibles ou qui demandaient un forage supplémentaire et élevaient les coûts de production.

Ces techniques inconnues il y a quelques années augmentent la quantité de pétrole disponible. Grâce à ces nouvelles techniques on sait exploiter les pétroles dits "non conventionnels". Les pétroles conventionnels sont liquides, alors que les pétroles non conventionnels sont mélangé à du sable ou des roches. Pour les extraire, il faut enlever la couche supérieure du sol pour atteindre la couche pétrolifère, puis avec d’énormes pelleteuses il faut extraire le sable ou les roches, les concasser et enfin il faut les chauffer pour en récupérer le pétrole. Du fait des bouleversements que ça implique, on devra plutôt repenser la priorité de l'usage du pétrole et pourvoir autrement en nrj dans toutes les situations où c'est possible.

L’extraction de ces pétrole coûte + cher, mais les prix de revient diminuent régulièrement. Cette exploitation est très polluante a déjà détruit d’immenses étendues au Canada. Cependant les producteurs se sont engagés à régénérer les sites dégradés pour que la nature reprenne sa place. De + de nouvelles techniques permettent maintenant d’exploiter ces zones sans creuser le sol, en chauffant les couches pétrolifères pour liquéfier le bitume, puis le récupérer en le pompant.

Les réserves de pétroles non conventionnels sont gigantesques. Il y a + de 2000 milliards de barils rien qu’en Amérique du Nord, qu’il faut ajouter aux gisements du Venezuela, du Brésil, du Golfe de Guinée, ceux de Russie et de Chine qui sont immenses et peu connus. Sans oublier les réserves possibles dans l’Arctique et en Antarctique. Ces réserves se rajoutant à celles déjà exploitées aujourd’hui assurent qu’on aura du pétrole au moins jusqu’à la fin de ce siècle. Plusieurs experts prévoient que la production de pétrole atteindra un maximum, le fameux pic pétrolier, puis diminuera définitivement. Signant ainsi le début d’une crise économique mondiale par manque de pétrole.

L’erreur de cette théorie est que la quantité de pétrole produite diminuera non pas parce que les réserves s’épuisent, mais parce qu’on utilisera d’autres sources d’énergie.

"Nous n’avons pas arrêté d’utiliser les pierres pour fabriquer des outils car il n’y avait plus de pierres, mais parce qu’on a découvert les métaux".

Cheikh Yamani, ministre du pétrole en Arabie et fondateur de l’Opep

Le charbon

 

Parc à charbon en Provence 

Le charbon est déjà beaucoup utilisé dans les centrales à combustion pour produire de l’électricité. Mais on sait aussi transformer le charbon en carburant. Inventé en 1780, le procédé Fischer Tropsch permet d’obtenir un carburant synthétique d’excellente qualité, sa combustion émet peu de particules polluantes. Cette technique est déjà largement utilisée par l’entreprise Sasol en Afrique du Sud. Le charbon est très bien réparti sur la planète puisque c’est dans les pays qui consomment le + d’nrj qu’on en trouve le + et dans des zones politiquement moins sensibles. Les réserves de charbon sont immenses et augmentent régulièrement. Il y aurait près de 240ans de réserves, sans doute beaucoup + parce qu’on a arrêté les recherches depuis l’utilisation massive du pétrole.

Le gaz naturel

Le gaz naturel n’est pas cher et pour les mêmes raisons que le charbon, les réserves estimées aujourd’hui à 100 ans augmentent régulièrement. Il y aurait d’énormes dépôts de méthane entre 90 et 200 km sous terre, mais nous n’avons pas encore la technologie pour les extraire. On envisage d’exploiter les hydrates de méthane: c’est du gaz méthane emprisonné dans de la glace, dans le sous sol ou profond sous les océans. Les réserves sont colossales, + du double de l’ensemble pétrole, charbon, gaz, et assureraient plusieurs centaines d’années d’énergie, mais l’exploitation de ce gaz est encore très difficile...et dangereuse, et destructrice...  un choix...

Les biocarburants

"L’usage des huiles végétales comme carburant pourrait devenir aussi important que le pétrole ou le charbon aujourd’hui".

Rudoph Diesel, 1912

Depuis longtemps on a cultivé et amélioré les plantes pour l’alimentation, pour le bois de chauffe, pour les outils, pourquoi on n’améliorerait pas des plantes qui produisent des carburants? Il y a 4 sortes de biocarburants: les produits végétaux mis à fermenter puis distillés pour obtenir de l’éthanol. Les produits végétaux mis à fermenter pour récupérer le gaz méthane et les graines produisant de l’huile utilisable dans un moteur diesel. Le principal problème avec ces biocarburants est qu’ils proviennent de produits destinés à notre consommation. Les agriculteurs préfèrent vendre leur récolte aux producteurs qui l’achète + cher, diminuant d’autant les ressources alimentaires de certaines populations. L’autre problème est la destruction des forêts primaires pour les remplacer par ces agro carburants.

Une révolution est en cours avec les carburants produits à partir de microalgues.

Ils assurent des rendements déjà 120x supérieurs aux rendements des agrocarburants traditionnels. Ces micro algues fournissent de l’huile pour les moteurs diesels, ils peuvent aussi produire du gaz, du plastique, des chimiques, de la nourriture ou du pétrole. Les microalgues ont d’énormes avantages: elles n’entrent pas en compétition avec les cultures alimentaires, il n’y a pas besoin de détruire les forêts pour les cultiver, on peut les nourrir avec les eaux usées des villes, on peut obtenir plusieurs récoltes par an.

production mondiale d'éthanol et de biodiesel

L’hydrogène

L’hydrogène n’est pas une source d’énergie comme le pétrole, c’est un transporteur d’énergie. Puisqu’on ne trouve pas d’hydrogène dans la nature on doit le produire en faisant passer un courant électrique dans de l’eau très pure. Ainsi lorsqu’on utilise l’hydrogène dans un moteur, on ne fait que récupérer une partie de l’énergie fournie pour le produire: le rendement est donc fortement négatif. L’hydrogène est très difficile à transporter et son stockage est difficile puisqu’on doit le compresser à 700 bars à une température de -250°C, ce qui demande aussi beaucoup d’énergie. En comparaison, un pneu de voiture est gonflé à 2 bars et un congélateur domestique descend à -15°C. Il faut fabriquer des réservoirs très résistants car ce gaz oxyde rapidement les métaux et s’évapore très facilement. Les infrastructures nécessaires à la distribution de l’hydrogène sont complexes car ce gaz très volatile s’enflamme facilement. On ne pourrait pas livrer de l’hydrogène aux stations services comme on livre de l’essence. La fabrication de véhicules à hydrogène est beaucoup + complexe et donc beaucoup + chère. Il y a encore beaucoup de défis à relever pour que l’hydrogène devienne un carburant pour les véhicules. Pour la même distance il faut un volume beaucoup + élevé d’hydrogène que de carburant classique. Pour des raisons de sécurité il faut nécessairement un réservoir cylindrique qu’il est difficile de placer dans un véhicule. Il y a bien les véhicules fonctionnant avec une pile à hydrogène, mais c’est une technologie très chère, il faut utiliser des électrodes en métal précieux, platine ou palladium.

Les énergies renouvelables

Le vent, le soleil, la géothermie, les rivières et fleuves, les marées, les courants marins. Ces énergies représentent moins de 1% de la production mondiale. Leur rendement est faible. Elles restent très chères. Trop dépendantes des conditions météo, ces énergies ne peuvent absolument pas répondre à une demande de façon régulière. Et elles ne sont pas utilisables pour les transports, ni pour alimenter un tgv ou des industries. Ce sont surtout des énergies de complément, idéales pour l’alimentation d’habitations ou de villages isolés... Pour l'instant! C'est à nous de choisir de développer la recherche en ce sens... tout reste à faire!!!

L’énergie nucléaire

On ne peut pas dans un article aussi court développer tout ce concerne l’énergie nucléaire, cependant on peut énoncer quelques faits au sujet de l’électronucléaire qui font négliger les risques, et surtout les risques autour de la fin de vie des centrales. Cette énergie est extrêmement puissante: 1kg d’uranium enrichi produit autant d’énergie que 2000 kg de pétrole. Cette énergie se développera de + en + dans les années à venir: il y a déjà 434 centrales nucléaires en service, 33 en construction et 400 autres en projet. C’est le seul moyen pour alimenter des villes de plusieurs millions d’habitants. Les déchets les + dangereux ne sont pas abandonnés, ils sont coulés dans une enceinte en verre, puis stockés dans des locaux en béton à plusieurs centaines de mètres sous terre dans des endroits ne présentant -au moment de procéder, aucun risque sismique, aucune nappe phréatique. Même si suite à un bouleversement géologique de l’eau venait à pénétrer dans ces zones, elle devrait d’abord éroder l’enceinte en béton, puis l’enceinte en verre avant d’atteindre les parties irradiées. Cela prendrait tellement de temps que la radioactivité de des déchets serait devenue tout à fait négligeable.

L’argument de l'industrie nucléaire qui est "celle qui tue le moins": en 60 ans d’exploitation, il n’y a eu que 3 accidents graves: Three Miles Island, Tchernobyl et Fukushima tuant et blessant quelques milliers de personnes. C’est tragique, mais c’est jugé insignifiant comparé aux millions de gens qui sont tués chaque année à cause des accidents de la route, de l’alcool ou du tabac.

... A cet "argument" fallacieux au possible...

On arguera volontiers que d'une part il n'y a aucune raison tangible, scientifique et non fallacieuse de comparer les risques du nucléaire à autre chose qu'aux risques d'autres nrj... et que d'autre part, chaque accident a sa probabilité, son risque humain et son degré d'impact. En ce sens la probabilité d'occurrence est sans doute moindre que pour un accident de la route (du fait évident du nombre des différentes causes possibles), la responsabilité personnelle plus encadrée que vis à vis de l'alcool ou du tabac, mais le potentiel d'impact et la responsabilité d'engager ce potentiel d'impact, eux, n'ont pas de commune mesure avec les comparaisons usuellement faites sur ce registre ci-dessus...


le cycle du nucléaire

 

Comme on le voit nous ne manquerons ni de pétrole, ni d’énergie. Il ne faut pas écouter les prophètes de malheur nous annonçant une pétro-apocalypse inévitable, une crise mondiale imparable à cause de l’épuisement des sources d’énergie. Si ça survient, c'est par volonté manipulatrice, par organisation élitiste sur structure financière et guerrière d'un désastre susceptible de maintenir les populations et les états sous le joug.

Car c’est notre travail qui transforme les ressources naturelles en bien économique. Ainsi la quantité de ressources disponibles n’est fonction que de notre connaissance et de notre travail qui n’ont aucune limite.

"La seule certitude que nous avons aujourd'hui est que l'ère du pétrole bon marché est désormais révolue".

... l'ère de l'extraction facile et insouciante aussi.

sources: 1 et 2

proposé par mamadomi

Partager cet article

commentaires

mamalilou 26/11/2013 01:50

-->> et vlan!
hop pédibus jambus, et en avant les dynamos!!! c'est moins pratique pour cuisiner seul ... ou pour le haut débit... mais bon... ^_^

alphomega 21/11/2013 23:50

Jusqu'à preuve du contraire l'énergie la moins polluante et la plus durable c'est c'elle que l'on n'utilise pas

fanfan 20/11/2013 18:17

c'est rassurant ; mais il vaudrait mieux utiliser le plus possible des énergies non polluantes et pas chères.
(On peut toujours rêver ); bises

mamalilou 26/11/2013 01:43



ben oui, mais du rêve déjà en cours de réalisation (langsam aber sicher), naissent les réaltiés de demain...


doux bisous



Auframi 20/11/2013 17:32

Chacun est libre de penser, mais les ressources se tarissent, gaz et pétrole de schiste polluent les nappes phréatique, c'est l'eau potable qui va manquer. Le nucléaire, que ceux qui sont pour
deviennent des liquidateur en cas d'accident de type Tchernobyl ou Fukushima, je le dis surtout pour nos députés, sénateurs et autres élus qui vote pour cette énergie. Rassurez-vous, ces gens là
seront bien planqués qu'en l'accident arrivera!
Économisons l'énergie par de tout petits riens qui peuvent faire baisser notre consommation de moitié et sans perte de confort. C'est possible, voir avec l'ADEME.
Belle soirée

mamalilou 26/11/2013 01:42



libre de penser? oui


libre de raconter n'importe quoi, de mentir sur la réalité mesurable, sans contradiction possible? non


mais au fond, que l'on opère la transition énergétique parce qu'on croit que les énergies fossiles diminuent trop vite pour nos besoins


ou parce qu'on voit que ça pollue trop vite pour ne pas nuire, et parce que l'extraction nous est de plus en plus onéreuse et polluante (nous sommes assez développés technologiquement pour
continuer de faire face aux challenges d'extraction)


le résultat sera le même: un mieux écologique, économique et politique et donc plus d'harmonie pour tous.


 


oui c'est l'eau qui va manquer sur de nombreux territoires encore, comme elle manque déjà, et c'est "la source" si je peux dire des migrations présentes et à venir...


oui le nucléaire en cours est un énorme souci, une épée de Damoclès...


Avant même de nous demander comment consommer moins (pour tout un chacun, et pour cause économique individuelle), il faut voir à l'échelle de la production des appareils consommateurs d'nrj et
des infrastructures de distributions (certains pays ont une déperdition effarante!) ... pour cause écologique et économique collective


...et d'abord se mettre à produire l'nrj avec les forces de la nature, gratuites et renouvelables


parce que les "économies de bout de chandelle" vraiment, ça ne va pas suffire...


jolie nuit de presque hiver à toi :)



enriqueta 20/11/2013 16:22

En ce moment j'étudie les énergies avec mes élèves de 2nde. Dans les manuels scolaires on dit désormais que le pétrole n'est pas prêt de "finir" car on a trouvé de nouveaux gisements. Je leur passe
une vidéo de Yann Arthus Bertrand "La fin du pétrole" qui dit que dans 40 ou 50 ans on n'aura plus de pétrole. Quand j'étais moi-même lycéenne on nous disait déjà que le pétrole diminuait et quand
j'ai commencé à enseigner on disait qu'il restait environ 20 ans de réserves. Les estimations changent sans arrêt et le débat est très politisé. Qui croire?

mamalilou 26/11/2013 01:31



oui, la "fin du pétrole" est une nécessité économique (l'extraction est moins facile, plus profonde, plus boueuse et donc plus chère) et une nécessité écologique, avant d'être une pénurie (qui
arrivera, mais bien après que nous soyons over-pollués!!)


c'est le "pétrole facile" qui diminue, rendant encore plus idiot le retard de la transition énergétique, même d'un strict point de vue capitaliste. D'autant que, puisqu'il est clair qu'on peut
déjà amplement se passer de pétrole sur 65% des usages, il n'y aura plus de jeux de domination si on opère la transition énergétique...


 


mais nos despotes le veulent-ils, ou essaient-ils de profiter de la situation aussi longtemps que possible?


je ne sais pas pour toi, mais en ce moment, je vois des signes probants de changement, des choses qui se font, d'autres qui se défont, des préparatifs, des énergies qui s'unissent... des signes
encourageants...