Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 19:31

  (photo : Bohman - Flickr - cc)

Justifications du revenu universel

 

(photo : Bohman - Flickr - cc)

 

Depuis plus d’une décennie, l’idée d’accorder aux gens un revenu qui ne dépende pas de leur travail ni d’aucune forme d’activité de leur part, s’est répandue dans les milieux avancés de ceux qui pensent sérieusement à l’état de nos sociétés et aux nouvelles politiques destinées à y répondre. Un certain accord paraît s’être établi à son sujet pour le définir parmi d’autres idées analogues. Le revenu universel se caractérise par le fait qu’il est attribué également à tous, aux riches comme aux pauvres, automatiquement, sans avoir à être demandé, sans aucune contrepartie, sans aucune limitation de son usage.
Par opposition à un salaire minimum ou aux pensions de sécurité sociale, il se distingue par le fait qu’il ne dépend pas des revenus qu’ont par ailleurs les gens, si bien que tous le reçoivent. Par opposition à toutes les formes de salaire social donné pour participer à des activités visant le bien public, il se distingue par le fait qu’il n’exige aucune compensation, ni en travail ni autrement. Selon les conceptions, il est ± compatible avec d’autres revenus de ce type, ± exclusif de certaines de leurs formes, ± destiné, à terme, à s’y substituer.
http://www.crij-haute-normandie.org/uploads/image/Actus/actu_international/2010.jpgSans doute le motif principal qui a orienté les esprits vers l’idée d’un tel dispositif est-il l’apparition dans les sociétés riches d’un chômage croissant que les mesures traditionnelles ne parviennent pas à réduire ni même à endiguer. La lutte contre la pauvreté a pris diverses formes, particulières, installant peu à peu un système complexe et d’une efficacité insuffisante. Il s’agissait déjà de trouver une manière + directe et générale d’envisager l’ensemble de ce problème.
D’autre part, toutes nos façons d’atténuer les effets de la pauvreté, particulièrement dus au chômage, prenaient place dans une forme d’extension de la charité traditionnelle, qui mobilise l’idée du don, et suppose par conséquent la supériorité morale de celui qui donne, et donc la relative indignité de celui qui reçoit, ou pire encore, qui demande. Or, dans une société où le chômage est inévitable, il est injuste de soumettre le chômeur à cette honte en l’obligeant à se sentir coupable de ne pas faire ce que la société ne lui donne pas la possibilité de faire. On voit bien comment il fallait trouver une manière d’attribuer à ceux qui en ont besoin un revenu qui ne réponde plus à cette conception du don ou de la charité, marquant d’indignité ses bénéficiaires. C’est l’une des raisons pour lesquelles ce revenu doit être universel, attribué automatiquement à tous, sans que personne ne puisse se situer par rapport à lui du côté de ceux qui le donnent et ne le reçoivent pas. Il faut bien sûr, pour la même raison, qu’il soit égal pour tous.
http://storage.canalblog.com/18/29/656288/51303033.gifCes raisons habituellement avancées, avec la mise en évidence des avantages du revenu universel pour remplacer les formes communes d’allocations aux chômeurs et aux pauvres, me paraissent convaincantes et suffisamment évidentes à quiconque prend la peine d’y réfléchir en faisant l’effort (surhumain pour beaucoup, je l’accorde) de sortir de ses scléroses idéologiques. Et les argumentations qui circulent en sa faveur me paraissent suffisantes pour pousser les politiciens consciencieux à désirer établir quelque forme de revenu universel. Il faut donc en défendre une conception + essentielle et en montrer la cohérence et l’importance.
Dans les années 80 du siècle dernier, réfléchissant aux divers aspects des transformations qui s’effectuaient du fait de la présence des ordinateurs, et persuadé que l’automatisation croissante faisait diminuer la quantité de travail humain direct, conduisant au chômage,
même avec une politique
de réduction progressive des heures de travail
-nécessaire sans doute,
la solution de ce que j’appelais alors salaire automatique, dans le chapitre 2,3 des Machines à penser¹, s’est présentée à moi comme capable de résoudre
- non seulement la question du chômage,
- mais d’inaugurer un changement d’attitude face à l’idéal classique de l’"industrie" avec sa forte mise en valeur de la vertu du travail.
Et c’est encore ainsi que je revenais à cette idée une dizaine d’années + tard dans le chapitre 9,5 de La fin de l’ordre économique², dans le cadre d’une réflexion sur les limites du marché et de l’économisme. Voyons donc ici certains aspects qui donnent à l’idée du revenu universel une portée + large que celle de la solution sectorielle de problèmes politiques largement reconnus.
L’idée d’automatisme que je mettais en évidence dans les termes de salaire automatique ou de rente automatique, devait bien sûr mettre l’accent sur le fait que ce type de revenu n’était pas facultatif, mais qu’il revenait à tous automatiquement. Il s’agissait aussi de marquer le lien entre ce revenu automatique et sa raison, l’automatisation qui rend de + en + autonome le travail des machines, y compris les complexes qu’elles forment par leur liaison.
Car s’il est vrai que c’est le phénomène du chômage qui nous pousse pratiquement vers la recherche de ce genre de solution, celle-ci ne dépend pourtant pas de ce motif à la manière dont en dépendent les solutions classiques -qui ont conduit par ex. aux soutiens nés de la solidarité des travailleurs et aux politiques de sécurité sociale.
D’une manière ou de l’autre, lorsqu’on se concentre sur la seule solution de ces problèmes, on court le risque de rester pris dans la logique de l’état économique et idéologique qui les a engendrés et qui a inspiré la plupart des solutions partielles qu’on en a trouvées.
Nous avons vu que le revenu universel doit se distinguer radicalement de toute forme d’allocation spécifique pour une catégorie défavorisée quelconque de la population, parce que cette manière de lui venir en aide commence par reconnaître et par figer le statut des membres de cette classe comme celui de défavorisés réclamant le secours de la société, ce qui situe inévitablement ce genre d’intervention dans le cadre de la charité organisée.
Pour abolir ce partage, il faut que le revenu n’en tienne pas compte, et qu’il aille donc aux riches comme aux pauvres, quel que soit le paradoxe que puisse représenter cette égalité de traitement dans la perspective morale et politique traditionnelle du secours aux pauvres par les riches.
http://www.ccl-cca.ca/NR/rdonlyres/3D184D9D-31A6-4B0E-BEBF-F385DC67DA36/0/F331FR.gif 
Statistique, Canadiens dévoués, Canadiens engagés 
points saillants de l’Enquête nationale de 2004 sur le don, le bénévolat et la participation

Mais il ne suffit pas, pour supprimer le fossé entre ceux qui donnent et ceux qui reçoivent, de tenter de le masquer en obligeant pour ainsi dire les riches à se donner également à eux-mêmes ce qu’ils donnent aux pauvres. Par là, on reste dans la logique du don et dans les raffinements destinés à cacher le don, à le rendre + éthéré et + vertueux encore, et par là donc, + écrasant.
Autrement dit,
si la seule raison pour laquelle on rend universel ce revenu est une forme de charité + raffinée, qui, sensible aux souffrances des assistés sociaux, liées à la honte de recevoir sans pouvoir rendre, trouve un moyen de déguiser le don,
alors on n’a réussi qu’à déguiser la situation aux yeux des moins perspicaces, puisque les autres seront bien capables de remonter la chaîne des raisons et de percevoir
- soit la bonne conscience des généreux donataires,
- soit les réticences des moins généreux qui se trouvent péniblement contraints à la charité obligatoire, pour retrouver toutes les raisons de retomber dans le sentiment et la situation qu’on voulait leur éviter. (...on respire!)
Si tout le monde reçoit le revenu universel et ne se distingue pas en cela des autres, il restera néanmoins la différence entre ceux qui en ont besoin pour vivre et les autres, qui contribuent à financer une institution dont ils ne profitent pas en réalité, bien au contraire, de sorte que le revenu universel ne se distinguera pas, sur ce plan, d’autres formes de redistribution telles que l’impôt négatif, voire l’assistance sociale.
Pour éviter cet effet, il faut abandonner l’idée d’une redistribution.http://a21.idata.over-blog.com/0/58/28/37/R--pertoire-1/ISF.gif Car celle-ci suppose qu’il y ait alors 2 distributions:
- l’une, primaire, découlant par ex.des lois du marché, ou d’un quelconque ordre juste premier, et selon lequel se répartiraient les richesses entre les riches et les pauvres,
- l’autre, secondaire, par laquelle on viendrait reprendre dans les coffres des plus riches de quoi permettre aux pauvres de vivre.
Or, dans cette vision, il faut commencer par admettre que la 1ère distribution est juste et légitime, sans quoi, comme il n’y aurait pas lieu de se fonder sur elle pour effectuer une redistribution, il faudrait l’abolir, en tant qu’injuste, pour la régler d’une autre manière. Et si cette 1ère distribution est juste, c’est donc en allant au-delà de la stricte justice, dans quelque mouvement de charité - qu’il paraîtra d’ailleurs peu légitime de vouloir rendre obligatoire -, qu’on pourra effectuer la 2ème. Nous retrouvons donc nécessairement nos 2 classes, avec d’un côté ceux qui, de bon ou de mauvais gré, font la charité et de l’autre, ceux qui, de bon ou de mauvais gré, en vivent.
Tant qu’on ne change pas radicalement de perspective, on reste pris dans le piège inévitable de faire revenir chaque fois dans le dispositif même qui devait l’éliminer la distinction entre l’obligeant et l’obligé. Autrement dit, il semble impossible, en se concentrant sur la situation du chômeur, de trouver une solution qui ne le maintienne pas dans la honte de son infériorité morale et sociale. De cette manière, on ne peut tout au + que l’atténuer extérieurement, par une sorte de procédé de politesse. C’est pourquoi, si la question du chômage doit être vraiment résolue, il faut que ce soit accessoirement, en résolvant un autre problème, même si celui-ci a été manifesté par celui du chômage.
Mais quel est cet autre problème? C’est nécessairement celui de la 1ère distribution. Car si celle-ci est juste et pertinente, alors il est également juste et pertinent que les pauvres soient pauvres et qu’ils doivent subir l’adoucissement de leur sort comme l’effet d’un acte charitable de la part des + riches, même si l’on en vient dans ce but à une redistribution officielle.
En revanche, si la 1ère distribution n’est pas juste ou pertinente, alors c’est elle qu’il s’agit de transformer.
Et alors, si cette transformation modifie le sort des actuels défavorisés, ils ne doivent plus l’amélioration de leur condition à la bonté des riches, mais au fait qu’ils reçoivent ce qui leur revient au niveau de la 1ère distribution, sans en rien devoir à personne (sinon à la société même, comme tout le monde), puisque leur revenu est aussi originaire que celui de tous.
Or c’est bien ce qui arrive lorsqu’on se pose la question plus générale de trouver la bonne manière d’opérer la 1ère distribution des richesses. Sans entrer ici dans le détail, nous pouvons accepter comme juste une distribution qui réponde à l’un ou l’autre des critères suivants.
- En 1er lieu, évidemment, elle sera considérée comme juste lorsqu’elle découle de la volonté des autorités dont nous dépendons, càd habituellement, des lois.
- Deuxièmement, elle sera vue comme juste si elle correspond aux mérites de ses bénéficiaires (leur travail, l’intelligence qu’ils ont exercée, l’échange, etc.).
- Troisièmement, c’est la répartition égale qui est considérée comme juste là où des mérites particuliers ne s’imposent pas.
- Enfin, lorsque les autres critères ne s’appliquent pas, le hasard peut être admis comme juste aussi.
De ces 4 principes, il faut bien sûr éliminer le 1er ici, puisqu’il ne s’agit pas de savoir si nous devons ou non respecter la loi, mais de savoir au contraire comment modifier celle-ci, et qu’elle ne peut donc pas nous servir de critère.
http://vazy-jetecrois.com/IMG/gif/gaspillage-2.gifLa distribution des richesses que nous connaissons actuellement se réfère aux trois critères du mérite, de l’égalité et du hasard. Pour l’essentiel, nos biens sont censés être les produits de notre travail et de nos échanges, parmi lesquels toutes nos opérations sur le marché, comme l’investissement. Bref, nous concevons avoir mérité nos richesses. Mais le hasard intervient d’une manière importante aussi, notamment par l’héritage, dépendant de la famille dans laquelle nous sommes par hasard nés. Quant à l’égalité, elle joue son rôle le plus grand hors de l’économie, où nous jouissons également, en commun, de l’air, de l’espace, de l’eau (quand elle n’a pas été mise en marché), de services publics, etc.
Or, sans même modifier ces critères, ni contester leurs champs d’application actuels, il est évident que le développement des machines et de l’automatisation pose un problème non résolu en ce qui concerne la distribution des biens qui résultent de leur opération.
Pour une part, les machines exigent un travail humain pour fonctionner. Mais leur intérêt vient de ce qu’elles produisent bien plus que ce travail. Jusqu’à une époque récente, on avait pu considérer que le produit du travail des machines pouvait se diviser ± entre les travailleurs qui les utilisent et leurs propriétaires. Cette grossière division n’a plus guère de sens au moment où les machines opèrent d’une manière de + en + automatique, et la question se pose alors de savoir à qui leur production appartient.
Le travailleur disparaissant, ce sont les propriétaires et ceux qui dirigent pour eux les entreprises qui en conservent l’essentiel, selon la formule actuelle. La lutte pour donner au travailleur une part + grande n’aboutit à aucune solution satisfaisante, dans la mesure où justement les travailleurs eux-mêmes deviennent de moins en moins nombreux, et cela précisément dans les secteurs où l’automatisation a fait son œuvre.
Tant qu’on ne change pas de perspective, il ne reste donc plus qu’à corriger la 1ère distribution par une 2nde, et à obliger les plus riches à abandonner une part de leurs revenus au profit des plus pauvres.
Mais précisément, il est fort contestable que la production des machines doive se diviser entre les propriétaires et les travailleurs. Le mérite des uns et des autres ne suffit à le justifier que dans une faible mesure. Ce qui est à l’œuvre dans nos machines, c’est la science et l’invention de milliers d’hommes, dont la plupart sont morts depuis longtemps, et qui n’ont légué à personne leurs découvertes, si ce n’est aux générations suivantes en général. C’est cet héritage collectif qui fructifie pour l’essentiel dans le travail des machines. Or quelle raison aurions-nous de le partager selon une autre formule que celle de l’égalité? Et si nous y avons également droit, il faut trouver le dispositif par lequel nos revenus peuvent nous être remis. Et voici comment nous tombons sur l’idée du revenu universel, sans avoir cherché à en faire un moyen de charité particulièrement poli à l’égard de ceux de ses bénéficiaires qui en ont besoin.
On me dira peut-être qu’il importe peu de justifier le revenu automatique ou universel par ces raisons plutôt que par d’autres, pourvu qu’on y arrive et qu’on le mette en place. Ce serait évidemment, en premier lieu, oublier l’importance de son statut symbolique, qui le distingue d’autres méthodes utilisées pour aborder la question de la redistribution. Et de plus, la manière dont on l’implantera dépendra certainement de la façon dont il sera conçu.
- Si on le comprend comme un moyen de redistribution, on tendra à le financer par les mêmes procédés que les autres, par l’intermédiaire de l’impôt habituel, et on en fixera le montant à travers des débats politiques perpétuels, qui feront intervenir dans cette fixation quantité de considérations conjoncturelles liées notamment à la situation économique et à l’importance momentanée de groupes de pression. Tout cela manifestera le caractère secondaire de ce revenu, et le maintiendra.
- Au contraire, s’il s’agit d’un élément de la distribution première des richesses, il faudra trouver un moyen de le réaliser qui soit + direct, et qui ne commence pas par confondre le revenu direct des citoyens avec les finances de l’État³.
Il conviendra donc de les séparer rigoureusement et d’établir une caisse indépendante, dont les fonds soient destinés à la seule distribution du revenu universel, en fonction d’une évaluation du travail des machines établie sur les critères les + stables possibles, et qu’il s’agira d’établir.
C’est alors seulement que nous pourrons envisager l’avenir
sans la menace de nous voir éjecter hors du monde technique
que notre société construit,
et sans devoir les moyens de notre survie
à la tolérance et à la supposée charité
de ses prétendus propriétaires.

 

1. Gilbert Boss, Les machines à penser - L’homme et l’ordinateur,

Éditions du Grand Midi, Zurich, 1987

  2. Gilbert Boss, La fin de l’ordre économique, Éd° du Grand Midi, Zurich,

Québec, 2000

3. dans cet esprit, l’idée d’une taxation du travail des robots, et suggestions d’autres manières de concevoir la propriété qui pourraient s’appliquer à ce problème 

 

Gilbert Boss, 12 04 2006

(photo : Bohman - Flickr - cc)

  vous trouverez un bel article aussi chez Lung Ta

voir aussi l'appel au revenu de vie

et trois textes sur le revenu universel d'existence

mais aussi le projet de loi suisse déposé en mars 2010

ouf, j'ai tout transmis... voilà, vous pouvez reprendre une activité normale...!!!!

http://www.adapei66.org/UserFiles_adapei/image/Ni%20pauvre%20ni%20soumis%202%20copie.jpg

proposé par mamadomi

rééd° 18 05 10

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamalilou 05/08/2012 03:12

-->>s'ils ont la lumière à tous les étages... oui, ils devraient pouvoir..!!!!
doux bisous à toi cecyle et bel été mi-entamé

cecyle 19/07/2012 04:14

Très interessant tout cela! Et pas simple à comprendre, mais je crois que j'ai réussi! Tu crois que les politiciens peuvent en faire autant?
Bisous éclairés mamadomi! :)

MARIE 18/07/2012 21:47

Je ne connaissais pas encore cette conception mais c'est vrai que s'il n'y a pas de travail pour tout le monde..il va falloir changer de bases....société solidaire..on en est bien loin..bisous à
toi et merci pour l'info..

mamalilou 02/08/2012 23:59



ya du chemin, c'est sûr, hâtons-nous de le prendre...


doux bisous, sur le chemin, donc...


et bel été à toi dans ce partage



condor79 17/07/2012 12:25

Hello bonjour , il est plus facile de prendre 100 euros à un pauvre qu' un euro à un riche....alors ?

Nos hommes politiques corrompus ont encore de l' avenir , préparez vos mouchoirs snif , snif...

Amitiés
condor79

mamalilou 02/08/2012 23:58



nous les préparons... mais je crains la rupture de stock... dans quoi va-t-on se moucher désormais...


doux bisous et amitiés



:0091: :0010: :0085: 17/07/2012 08:21

un petit bonjour en passant.......

mamalilou 02/08/2012 23:57



gros bisous, un peu dépassée par le tourbillon de la vie en ce moment