Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 16:25

 

Avec son article “La révolution est-elle encore possible ?”, Bernard Blavette a ouvert un débat. D’abord par son emploi du terme de “sacré” parce que pour beaucoup, il reste associé à la religion. Mais pas pour la psychanalyste Christiane Duc-Juveneton:

 

Bravo à Bernard pour son texte qui soulève des points sur lesquels nous ne pouvons qu’être malheureusement et douloureusement d’accord. Oui, nous ne pouvons qu’avoir peur de cette chute du  capitalisme, dont nous rêvons tant.

En revanche, la dimension du sacré telle que Bernard la définit me paraît très juste et pas tant que ça de l’ordre de l’intime. Elle fait partie de nous comme nos bons et nos mauvais côtés. Pour ma part, en tant que psychanalyste jungienne, ces dimensions de notre psyché ne me font pas peur, elles me sont familières. Jung disait, et on le voit dans la cure analytique, que le sacré a une place dans notre psychisme, que ce soit conscient ou inconscient. Et il fondait sur lui une partie de son optimisme (mesuré). Pour lui, la psyché ne peut rester longtemps dans l’unilatéralité (ici l’animal domestiqué) et il y a en nous "ce ressort" d’énergie vitale qu’il appelle "le soi" (dont le sacré, la spiritualité, l’image de Dieu, entre autres, en sont des représentations). Autrement dit, si ces images habitent notre psychisme, elles disent quelque chose de cette vitalité qui nous habite (à ne pas confondre avec la religion moralisatrice qui ne fabrique que des images de moutons bêlants, bien entendu). Soyons bien clairs, je ne vous parle pas ici de croyance ou de foi (qui sont des phénomènes avant tout individuels et des expériences profondément intimes et personnelles). Je vous parle de structures et de fonctionnement psychiques. Moi, je fonde mon espoir dans cette tendance de notre psychisme à aller vers l’avant, vers le renouveau, vers la vie plutôt que vers la mort... et elle apparaît là sous forme d’exigence de sacré, de quelque chose qui nous tire vers le haut plutôt que vers le bas, comme chez les Indignés. Sauf bien sûr à être trop malades, et là est toute la question: serions-nous déjà trop malades???

La résilience n’est pas donnée à tout le monde... [ah non?!!]

Une injustice de +...

 

C. DUC-JUVENETON, GR, juin 2012 

 

Dans le dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey suit l’évolution de l’emploi du terme “sacré”; il rapporte, en substance:

Sacrer. Verbe introduit en français (vers 1155) avec le sens repris au latin de conférer un caractère sacré… au moyen de rites religieux. Son emploi actif a disparu.

• En revanche, le participe passé est demeuré très vivant… Employé seul vers 1200, il s’applique à ce qui est consacré à Dieu… Directement tiré du latin à la fin du XVè s., s’est employé jusqu’au milieu du XVIè s.: il qualifie ce qui appartient à un domaine interdit et inviolable et qui fait l’objet d’un sentiment de révérence religieuse (XVIIè s.) …

• Dans l’ancienne médecine, maladie sacrée se disait de maladies attribuées à une influence surnaturelle (1584)…

• Au XVIIè s., le mot s’applique aussi à ce qui concerne les cultes payens 1636) et, dans un sens plus moral que religieux, qualifie ce qui est digne d’un respect absolu (1640)…

• Feu sacré se dit se dit au figuré (1777, Voltaire) de sentiments passionnés qui se communiquent chez les individus et avoir le feu sacré signifie "avoir foi dans son art" (1842).

• Depuis le milieu du XVIIIè s. l’adjectif s’emploie avec une nuance d’admiration ou d’ironie et une valeur intensive… Il reste très vivant avec une valeur positive.

• Du fait de l’ambiguïté étymologique de sacré, ou bien par antiphrase, il se dit (1788) pour "maudit, exécré", il est notamment utilisé pour renforcer un juron (sacré nom de Dieu, etc), souvent abrégé en cré (1832) d’où crénom…

En ce qui concerne le fond de l’article de B. Blavette, càd la possibilité que, dans le contexte actuel, le combat politique parvienne à mettre fin au capitalisme, G. Evrard commente:

Cet article de B. Blavette est fondamentalement intéressant car il soulève la question de la pertinence du combat politique d’aujourd’hui avec des modes de pensée qui sont encore, peu ou prou, ceux des XIXè et XXè siècles. Pour coller davantage à cette référence au passé, je suggère même cet autre titre "De requiem en ave maria", faisant fi de l’acception du sacré que retient Bernard, qui écarte clairement toute référence à Dieu, en appelant néanmoins à l’intime et ses capacités de transcendance. Ces chants, dans leur association improbable, traduiraient en effet assez bien, me semble-t-il, le cheminement de l’article, du désespoir (la description de la société complexe qui nous rend totalement vulnérables) vers une fenêtre de lumière (graines d’un autre futur, semées à l’insu des pouvoirs d’aujourd’hui), dans la 2nde partie du texte. Reconnaissons à Bernard clarté et ... lucidité.

Que penser de cette référence au sacré, que je préfère nommer à l’intime? Nous savons bien que dans les temps difficiles de l’Histoire, il peut y avoir danger à laisser parler l’intime, à faire vibrer nos cordes spirituelles, avec le risque d’échapper [? ou l'excès contraire parfois] à toute rationalité: les chants révolutionnaires (que j’affectionne pourtant), les chants guerriers, Richard Wagner, les grands meetings, pour ne pas dire les grand’messes (encore une référence au divin), qui n’ont d’autres buts que de souder et galvaniser les foules ou les troupes. Nous voici proches du glorifiant, de l’incantatoire, de la transe...

L’intime est donc cette dimension de notre liberté dont nous devons rester totalement maître, aussi bien dans le champ individuel que lorsqu’elle se conjugue avec celle des autres, dans les circonstances précédentes. L’intime est-il négociable? La question est probablement sotte quand il s’agit de thérapie, destinée justement à aider l’individu à en reprendre possession. Mais contre la manipulation des consciences, pour l’engagement révolutionnaire ou l’engagement tout court, la réponse devrait être constitutionnellement NON.

Nous revoilà devant cette synthèse toujours impossible [?] entre liberté individuelle et liberté collective, qu’il nous faut résolument affronter au cours du XXIè s., dans notre lutte contre le capitalisme et pour le renouveau des sociétés humaines. Le capitalisme se joue de l’une et de l’autre dans sa stratégie de classe, magnifiant la 1ère au nom du dynamisme et de l’épanouissement humains, manipulant la 2nde dans les situations tendues, au nom de l’intérêt supérieur du pays. Mais les authentiques défenseurs de la liberté, les peuples en lutte, agissent-ils autrement ?

Il nous faut donc affronter ce dilemme que pose finalement Bernard, car enfin, le rôle de La Grande Relève n’est-il pas aussi, au-delà de l’analyse des situations exaspérantes que génère l’approche néolibérale de l’organisation du monde, au-delà de propositions concrètes que tente de développer notre journal, de réfléchir, comme s’y efforce ici Bernard, à toutes les dimensions susceptibles d’ouvrir la voie?

Oui, mais comment marier l’intime à la raison? Pour ma part, je refuse l’appel public à toute transcendance. Celle-ci doit [?] rester verrouillée au + profond de chacun, cette part de liberté reconnue, mais secrète. Si j’aime un chant de révolte, ce n’est surtout pas pour partir à l’assaut. Peut-être tout juste pour le fredonner lorsque le monde aura changé de base.

Non, c’est la force de la raison et de la paix

qui doit convaincre.

Et, même si notre démocratie d’aujourd’hui est insuffisante, comme nous ne cessons de le répéter, elle doit quand même être notre appui pour aller au-delà, pour ne pas retourner à cette barbarie où peut toujours nous entraîner le capitalisme lorsqu’il est traqué, comme l’évoque Bernard. Il faut s’en convaincre et convaincre, plutôt que s’en remettre [?] à toute forme de transcendance, fut-elle secrète, comme seul espoir de trouver la force de changer le monde [ça se discute]. D’accord, défendre la paix n’est pas si simple, demandez à Jaurès et à bien d’autres!

Et, pour revenir au présent, puisque le programme du Front de gauche, que nous avons considéré comme une avancée sur le terrain de nos idées, se réfère à "l’humain d’abord!", pourquoi Bernard n’irait-il pas en discuter avec J-Luc Mélenchon et ses coéquipiers pour leur demander jusqu’où ils entendent mettre l’homme au centre de leur stratégie et surtout pas au centre du monde? Et pourquoi ne pas élargir le débat à tout ce que l’université compte de philosophes (je n’ose dire positivistes) pour qu’ils nous aident à comprendre, à théoriser? La réflexion est + que jamais d’actualité, mais elle ne fait pas forcément bon ménage avec les urgences quotidiennes. Demandons aussi aux jeunes d’entrer dans cette réflexion, puisque c’est leur avenir dont il est question. C’est la meilleure façon de ne pas culpabiliser sur notre lâcheté. Nous avons aussi des circonstances atténuantes. Bernard sait et dit qu’il n’y a plus, de toute façon, de place au doute, si nous revendiquons un avenir.

 

G. EVRARD, GR, juin 2012

proposé par mamadomi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamalilou 13/07/2013 03:51

-->> belle définition...
on se plaît à vouloir retrouver le sacré en tout ce qui motivât les compositions et concepts humains... ce désir bienveillant, empathique, altruiste, vrai...
quel sens n'est-ce pas à la "politique" si loin de ces motifs...
très beau week end à toi Blanche, merci tout plein pour ce partage précieux
doux bisous et amitiés

Blanche 01/07/2013 11:18

Bonjour Mamalilou, ayant lu tout ton article, je peux te répondre: j'ai bien aimé le début au sujet de la pensée de Jung mais j'ai eu beaucoup de mal à suivre le sens du SACRE en politique
tellement ma vision s'éloigne en hauteur de tous les désaccords humains : pour moi, le terme SACRE désigne ce qui nous relie à l'invisible et tous les êtres sur cette terre qui vibrent de vie
depuis le minéral à basse fréquence jusqu'à la pensée humaine à la plus haute fréquence terrestre sont reliés à l'invisible qui vibre à des fréquences d'un monde supérieur; c'est pourquoi nous
devons respecter tout ce qui vit dans la mesure du possible.Seule cette vision, et non le formalisme religieux, permet l'universalité et la paix sur terre.
Merci Mamalilou pour cet article qui me permet de définir ma pensée.
Bonne semaine. Amitiés. Bisous
Blanche

Le rônin 30/06/2013 13:43

Le kanji "souffle" apparait en début d'article et je demandais quel était le lien avec le texte ou le titre "sacré"...
"sacré" et "souffle" ne s'écrive pas pareil... n'est-il pas ?
Ca n'a pas d'importance...
Radieux dimanche.

mamalilou 30/06/2013 13:57



si bien sûr que ça en a, c'est même très très intéressant...


 


...ne s'écrivent, ne se disent pas pareil... mais se vivent pareil 


le souffle, ruh, kanji,... est une manifestation de l'"intime" mentionné dans ce billet... mentionné dans la plupart des textes "sacrés" ou textes "saints" disséminés de par le
monde... on y retrouve cette description de notre identité (rien moins) sous forme de cette manifestation...


 


radieux dimanche à toi aussi, bises à partager pendant la pause cappuccino (enfin ici!!) ou tchaï... selon!



Blanche 29/06/2013 18:05

Bonjour Mamalilou, ce sujet sur ce qui est SACRE m'intéresse beaucoup, mais ton article est très long (pour moi) alors je viendrai le lire en plusieurs fois ! je te souhaite un bon dimanche !
bisous
Blanche

mamalilou 05/07/2013 00:55



héhé, on gagne toujours à prendre son temps, surtout quand on s'intéresse... :o))


faut pas se gacher le plaisir, tu as bien raison!


doux bisous et belle fin de semaine à toi



..........♥*¨*•.¸¸❤✿¸.¤*¨¨*¤.¸¸ 29/06/2013 17:53

suis partie sur le net voir qui était ce Bernard B
http://www.economiedistributive.fr/Nous-n-irons-pas-aux-Paradis
et voilà ....

mamalilou 06/07/2013 02:16



héhé, je crois que j'ai publié aussi ce billet... 


c'est bien que tu aies fait cette démarche, j'indique en bas de ces billets GR, pour Grande Relève, quand ce n'est pas franchement indiqué dans le texte même, et le lien est en colonne à
gauche... je t'invite à le garder précieusement, ils publient beaucoup et leurs archives sont intéressantes à dévorer... 


bisous