Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 06:23

Les agronomes aux pieds nus

du Burkina Faso

 

La même utilisation des pluies pour féconder la terre a donné des résultats remarqués sur chaque continent; ici, celui gagné par la désertification, l'Afrique. Il s'agit là aussi d'un retour en grâce de techniques anciennes, qui a conmmencé au Burkina Faso au début des années 1980.

 

A l'époque, une sécheresse sans précédent frappe la province de Yatenga, réduisant les récoltes en poussière et obligeant des centaines de fermiers, désespérés, à quitter leurs terres. Un jour, un fermier illettré du village de Gourga, ^ Yacouva Sawadogo, regarde la terre craquelée de ses champs et se dit qu'il ne perdrait rien à essayer une méthode de culture autrefois utilisée au Sahel, mais oubliée¹, le zaï. Celle-ci consiste à

- creuser dans les champs des cavités rondes d'une vingtaine de cm,

- dans lesquelles on dépose les semences

- et un peu de compost.

Quand la saison humide arrive, l'eau de pluie reste piégée par ces activités et fait germer les graines.

Yacouba Sawadogo s'attelle donc à la tâche et, dès la 1ère récolte, a la surprise de voir les rendements doubler, voire quadrupler selon les plantes. Il décide alors de faire connaître cette technique et enfourche sa moto pour sillonner les villages et parler de cette pratique aux paysans de sa province². Puis Yacouba Sawadogo encourage les fermiers à communiquer entre eux; en 1984, il met sur pied des rencontres + larges sur les marchés locaux, où les fermiers peuvent comparer leurs récoltes (maïs, mil, sorgho..) et leurs maninères de procéder. C'est ainsi que progressivement, ils perfectionnent la technique du zaï, en s'apprenant mutuellement

- à entourer les parcelles de cordons de pierres pour contenir le ruissellement des pluies³,

- à modifier la densité de cavités à l'hectare

- et à choisir les semences.

Ces échanges débouchent sur la création d'associations de groupes, et c'est ainsi que le zaï se répand, d'agriculteur à agriculteur.

Ce mode de transmission doit beaucoup à 2 autres fermiers burkinabés, Ousséni Zoromé et Ali Ouédraogo. Fermier dans le village de Somyanga, Oysséni Zoromé a adapté le zaï en observant l'écoulement des eaux sur ses terres et en tenant compte de la nature des sols*. Il a ensuite appris aux paysans à utiliser le zaï sur des lopins de terre dégradée, en lançant des écoles de zaï sur le terrain, qui existtent désormais dans 5 départements du Burkina Faso. De son côté, Ali Ouédraogo a régénéré les sols en combinant le zaï avec la plantation d'arbres qui maintiennent l'humidité et favorisent l'infiltration naturelle. Il a formé à cette technique plusieurs dizaines de fermiers de sa région qui, a leur tour, en ont formé d'autres.

Le zaï est aujourd'hui utilisé dans 8 pays du Sahel. Les autorités ne se mobilisent guère pour le promouvoir, son extension et son amélioration sont portées par les fermiers eux-mêmes, qui se transmettent ce procédé entre eux, aidés de quelques associations**. Au Niger, où elle s'appelle tassa, cette technique a ainsi été importée par 13 paysans qui étaient allés d'eux-mêmes l'apprendre au Burkina Faso. En quelques années, le zaï a permis de faire repousser la végétation sur des sols qui étaient devenus stériles, réhabilitant de 3 millions d'ha au Burkina Faso***.

La production agricole s'est accrue et diversifiée,

augmentant les revenus des agriculteurs,

freinant l'exode rural

et améliorant le niveau d'autosuffisance alimentaire du pays***.

Dans un écosystème restauré, les femmes peuvent de leur côté gagner leur vie en produisant noix de karité et arachides.

On objectera qu'au XXIè s., recourir à des procédés aussi archaïques pour irriguer les sols est un anachronisme et qu'ils n'atteindront jamais le niveau d'efficacité des équipements hydrauliques lourds (forages, pompages, pipelines). Mais ceux-ci sont hors d'atteinte des populations pauvres et, surtout, ils prélèvent les ressources hydriques sans les renouveler, aggravant à terme la pénurie. Il faut d'ailleurs constater que les politiques de développement¤ qui privilégient ces équipements ont jusqu'alors échoué à fournir un accès universel à l'eau. La redécouverte de ces techniques simples -johads, chaukas ou zaï- qui ont montré leur pertinence dans la restauration du cycle de l'eau, n'est donc pas si absurde face à la réduction des réserves hydriques et à la désertification. En nov 2009, deux experts de la Banque mondiale sont d'ailleurs venus passer 2 jours dans le district d'Alwar en Inde et sont repartis convaincus de l'efficacité des johads¤¤. Le fait qu'une institution par laquelle passent les représentations universellement admises du "progrès" reconnaisse l'efficacité de techniques anciennes n'est pas anodin. Car aujourd'hui,

le développement ne peut plus se contenter d'être

"une formule standard d'occidentalisation qui ignore les singularités,

solidarités, savoirs et arts de vivre des civilisations traditionnelles",

rappelle Edgar Morin¤¤¤:

il doit faire une place à des techniques peu coûteuses

qui assurent aux habitants une fourniture en eau toute l'année

et sont transposables partout.

Efficaces dans les pays chauds, elles le seront a fortiori sous d'autres climats.

Certes, ces procédés exigent une main-d'oeuvre nombreuse: les johads du Rajasthan ont mobilisé plusieurs centaines de villageois et la technique du zaï exige de creuser 12000 à 15000 cavités/ha. Mais le fait de n'utiliser que des bras, des pioches et quelques sacs de ciment est ce qui rend ces méthodes accessibles aux populations rurales pauvres, qui sont aussi les 1ères victimes des variations climatiques (dont nous sommes les 1ers responsables). Rajendra Singh v est d'ailleurs convaincu que leur duplication à grande échelle pourrait assurer l'autosuffisance en eau de toute l'Inde et, au-delà, de toutes les zones arides du globe.

"Le réchauffement climatique est mondial, mais il ne sera résolu que par des solutions locales, décentralisées" de ce type.

Il reste donc à multiplier les échanges pour étendre ces expériences. Confrontés au même défi de pénurie d'eau, le Sud et le Nord ont désormais beaucoup à apprendre l'un de l'autre.

Bénédicte Manier

¹ Chris Reij, Gray Tappan, Melinda Smale, Agroenvironmental Transformation in the Sahel, Another Kind of "Green Revolution", Ifpri, 2009

² Yacouba Sawadogo a fait l'objet d'un documentaire britannique en 2010, The Man Who Stopped the Desert (www.1080films.co.uk)

³ "Innovation locale au Burkina Faso dans la vulgarisation agriculteur à agriculteur", portail du développement du Burkina Faso (www.faso-dev.net/IMG/article.../Innovation-locale-au-Burkina-Faso.pdf)

* Bouakari Ouangraoua, "Burkina Faso: Ousséni Zoromé, le paysan-chercheur", Syfia, 11 mai 2005

** L'association Kaab-Noogro, l'association des groupements zaï pour le développement du Sahel, ou l'Association des écoles de zaï sur le terrain.

*** Rapport du rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation Olivier de Schutter, assemblée générale des Nations Unies, 20.12.2010

¤ Sur le questionnement de ce concept, voir Gilbert Rist, Le développement: histoire d'une croyance occidentale, Presse de Sciences Po, 2007

¤¤ L'auteure a été témoin de cette visite.

¤¤¤ "Les nuits sont enceintes et nul ne connaît le Jour qui naîtra", tribune parue dans Le Monde, 9 janv 2011

spéciale dédicace à tous ceux qui prétendent encore

que la Terre ne peut pas Tous nous nourrir!

- SI, mais pas n'importe comment,

et encore moins partout avec les mêmes méthodes!

proposé par mamadomi

Partager cet article

commentaires

mamalilou 31/08/2014 02:28

-->> c'est aussi ce que je constate... et en déduis...vi
bises à déballer!!

thé âche 28/08/2014 07:56

l'agriculture intensive nous mène à la catastrophe, les procédés culturaux respectueux de environnement peuvent être une réponse il faudra modifier aussi nos manières de nous nourrir, la planète
peut nous nourrir si on la nourrit. @ +

mamalilou 26/08/2014 15:38

chers amis et lecteurs, je vais me faire plus discrète ces prochains jours avec la rentrée, d'autant que mon propriétaire (j'habite un grand meublé familial) nous demande de partir sous 4jours à la
fin du bail pour cause de vente! youpi! j'ai donc 3 étudiants, un lycéen et une CM2 à rééquiper administrativement! et accessoirement un nid à retrouver...
pour le cas où je me serais ennuyée...!!!

si vous avez un peu de vibrations en rab, n'hésitez pas, je prends tout, les gri gris, les mantras, les psaumes, les lévitations, les poudres de perlimpimpin et autres super pouvoir des super héros
que vous êtes... merci

doux bisous à tous et toutes, j'essaie de passer dès que mes pieds m'imposent une pause syndicale... ou au fond de la nuit, quand le sommeil est découpé au couteau par ma petite somnambule
invétérée... !

à très vite

Bernieshoot 25/08/2014 16:28

j'ai eu la chance d'aller à Ougadougou il y a quelques années.
Ton article réveille en moi plein de souvenirs

mamalilou 26/08/2014 16:15



quel bonheur que de voyager, n'est-ce pas?... on se recentre bien sur l'essentiel quand on voit les autres harmonies du monde... et leur fragile équilibre


doux bisous et belle semaine à toi bernie