Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 14:31

A well provides drinking water for people and livestockL'eau, un bien commun

 

Et quidem mare commune omnium est et litora, sicuti aer.

"Car la mer est commune à tout le monde,

ainsi que le rivage, ainsi que l'air"

Justinien, Digeste, 535 av JC

L'eau est l'origine et la substance de la vie. Mais c'est une ressource qui s'épuise. L'accroissement de la population mondiale, une agriculture boulimique en eau* et une exploitation croissante par l'industrie menacent les ressources hydriques mondiales, dont la baisse a déjà des effets visibles. La désertification avance en Afrique, aux Etats-Unis, en Espagne, en Chine, en Inde et en Asie centrale, et d'après la Banque mondiale, la moitié de la population mondiale manquera d'eau de manière chronique d'ici à 2025. Déjà, le partage de l'eau provoque inégalités et tensions géopolitiques.

Les solutions mises en oeuvre jusqu'alors, comme le recyclage des eaux usées et la désalinisation de l'eau de mer, ne pallient qu'une partie des carences, sans traiter le problème à son origine, le non-renouvellement des réserves naturelles. Car l'eau ne se fabrique pas. Sa disponibilité dépend de la régénération des réserves par un cycle naturel (évaporation, précipitation, infiltration), aujourd'hui déréglé par l'urbanisation et la déforestation.

L'Inde est un bon ex de cet enjeu. La double croissance - économique et démographique - y pèse lourdement sur les réserves hydriques¹, tandis que l'industrialisation rapide et l'agriculture mènent les ressources fluviales et souterraines au bord de l'épuisement. L'eau potable est devenue un défi majeur: alors que 95% de la population rurale y avaient accès en 2005, cette proportion s'est réduite à 66% en 2009. Dans les villes, le rationnement est chronique: à New Dehli, les robinets ne coulent que 2h/j à Mumbaï, 6j/sem. La vétusté du réseau entraîne aussi une déperdition moyenne de 20% du volume d'eau convoyé. Et les perspectives sont sombres: en 2005, un rapport de la Banque mondiale prévoyait un quasi-assèchement des réserves en eau des grandes villes indiennes vers 2020.

 

* voir le 3è rapport mondial de l'Unesco, "L'Eau dans un monde qui change", mars 2009 (www.unesco.org/water/wwap/wwdr/wwdr3/tableofcontents.html).

¹ Voir B. Manier, "L'Eau en Inde, un enjeu social et géopolitique", Le Monde diplomatique, Planète Asie, février 2010 (http://blog.mondediplo.net/2010-02-01-L-eau-en-Inde-un-enjeu-social-et-geopolitique).

La redécouverte

des savoir-faire locaux

 

Dans le Rajasthan: rendre l'eau à la terre²


L'Etat indien du Rajasthan incarne à lui seul cet immense défi. Il se situe à l'épicentre d'une vaste zone couvrant le nord-ouest du pays, où le processus de désertification apparaît désormais clairement sur les photos satellitaires prises par la NASA³. Les ¾ du Rajasthan sont d'ailleurs classés en déficit hydrique sévère et les surfaces agricoles ne cessent d'y reculer. 

Pourtant, dans ce Rajasthan aride surgit, au détour du voyage, une exception. Quand on arrive dans le distcit d'Alwar, près de Jaipur, le paysage surprend. Si ce n'étaient les charrettes tirées par des dromadaires, on se croirait en Normandie: la terre humide est fraîchement labourée, les champs sont verts et entourés d'arbres. Rien à voir avec les étendues de poussière du reste de la région: ici, l'eau semble couler en abondance, pour le + grand bien des hommes, des animaux et des terres. Mais cette abondance n'a rien d'un miracle. Elle est le fruit de la mobilisation d'un homme et autour de  lui, de toute une communauté.

Irrigated mustard field

En 1985, Rajendra Singh est un jeune fonctionnaire de santé fraîchement nommé dans la région. Il commence ses tournées sanitaires dans les villages et, très vite, s'alarme de l'état de malnutrition des enfants. Les familles lui expliquent qu'elles ne font qu'un seul repas par jour, parce que la terre, désespérément sèche, ne donne que de maigres récoltes. Quand il pleut, l'eau ruisselle sur les sols érodés par le déboisement et ne parvient pas à recharger les nappes souterraines.

"A l'époque, tout était sec. On ne voyait plus un seul brin d'herbe. La population des villages, qui vit d'agriculture et d'élevage, était en train de perdre tous ses moyens d'existence", se souvient Rajendra Singh.

Un jour, un habitant âgé lui apprend que "dans la région existaient autrefois des bassins en terre, appelés johads, conçus pour recueillir les eaux de ruissellement et les laisser s'infiltrer dans le sol. Leur usage remontait au XIIIè s. Il existait un savoir autochtone de la gestion de l'eau, mais la colonisation y avait mis fin", explique-t-il. Les colons britanniques avaient jugé les johads insalubres à A johad in Golpapura village with part of the village forest in the backgroundcause de l'eau stagnante et une bonne part de ces bassins avait été comblée. Après l'indépendance de l'Inde en 1947, la politique avait divisé la communauté locale, rendant impossible la gestion collective des johads. Mais une fois les johads abandonnés, les puits avaient cessé d'être alimentés et s'étaient taris Les femmes avaient dû aller chercher de l'eau toujours + loin, marchant "jusqu'à 3h à l'aller et 3h au retour, des jarres sur la tête", raconte Rajendra Singh. Réquisitionnées pour aider leur mère dans cette corvée, le fillettes avaient dû quitter l'école.

"Et quand le seul puits restant sur des kilomètres à la rondre se vidait, les gens émigraient vers les villes", conclut-il.

R. Singh réunit les villageois et leur suggère de reconstruire le réseau oublié de johads. Il se heurte à des haussements d'épaules fatalistes tandis que, de leur côté, les autorités s'opposent au retour d'un système jugé dépassé. Mais il passe outre et décide de reconstruire lui-même ces bassins de rétention. Sous les yeux des villageois médusés, il se met alors à piocher le sol, seul, 10 à 12 h/j, sous un soleil brûlant. Il met 3ans à creuser ce 1er johad, mais celui-ci, une fois prêt, recueille les 1ères pluies d'été.

Assez vite, ^ R.Singh se rend compte qu'un seul bassin ne suffit pas et que pour recharger les nappes phréatiques exsangues, il faut reconstruire un vrai réseau. Il imagine de placer une série de points de captage au pied des collines Aravalli, complétée de canaux pour acheminer l'eau jusqu'à des sites de retenue, là où la nature du sol permet une bonne infiltration souterraine. Devant l'ampleur des travaux, il mobilise les villageois, en demandant à chacune famille de donner ce qu'elle peut: quelques roupies, des pelles, des pioches et, surtout, des heures de travail. Cette fois, des centaines de volontaires se joingent aux chantiers, piochant la terre sous un soleil de plomb. Parmi eux figurent de nombreuses femmes, qui charrient les gravats dans des paniers posés sur leur tête. En un an, la petite armée de terrassiers parvient à creuser 50 johads, en n'utilisant que les moyens et les savoir-faire locaux. "Aucun ingénieur n'est venu ici", rappelle R. Singh: le trajet naturel de l'eau a été retrouvé grâce à la mémoire des anciens et c'est un jeune habitant du district qui a dessiné les plans des canaux et des petits barrages.

Rainwater harvesting in Rajasthan. A johad is a dam that collects rainwater to channel it into the ground to replenish the supply of underground water.Plus de 26ans après, le district bénéficie d'un réseau de 10.000 structures d'acheminement et de retenue d'eau (bassins, barrages, canaux) qui desservent + de 700.000 hab dans un millier de villages, ce qui correspond à une moyenne de 600 points d'eau pour 7.000 hab. Il a suffi de quelques moussons pour que les eaux pluviales, canalisées, renflouent les nappes souterraines. Une fois les réserves profondes reconstituées, le niveau des acquifères de surface est remonté à son tour et désormais, l'eau affleure naturellementsi bien "que les villageois creusent aujourd'hui des puits 3x moins profonds qu'avant", explique Maulik Sisodia, un des membres de l'association locale créée par Rajendra singh, Tarun Bharat Sangh (TBS). L'eau puisée est claire, parfaitement potable, grâce à la filtration naturelle des sols. Et dans un Rajasthan où les moussons sont devenues capricieuses, les puits du district d'Amwar sont les seuls à être remplis.

"Nous avons eu 3 années de sécheresse, mais les puits sont restés pleins et les habitants disposent de réserves d'eau pour 2ans", se réjouit R. Singh.

Cette moisson d'eau de pluie a aussi naturellement réalimenté les sources des cours d'eau et 5 rivières asséchées se sont remises à couler, dont l'Arvari, qui avait disparu depuis 40ans. Un vaste réservoir naturel d'eau s'est reconstitué spontanément à Tildeh, et un lac articifiel a pu être aménagé au sommet des collines Aravalli, à 700m d'altitude, pour approvisionner les habitants du village perché de Mandalwas, qui n'ont plus à descendre dans la vallée.

Le retour de l'eau a métamorphosé l'économie locale. Les fermiers ont remis en culture des terres stériles, agrandi les surfaces arables et accru leurs rendrements. R.Singh les a incités à privilégier les variétés sobres et locales (oignons, lentilles, pommes de terre, sésame, millet...) et à éviter pesticides et engrais, qui accroissent la consommation d'eau. La terre donne maintenant 2 à 3 récoltes/an. Les paysans vivent de leur production et vendent les surplus sur les marchés.

"Ils gagnent en moyenne 60.000 roupies/an. Càd 3x plus que le seuil de pauvreté en Inde", rappelle R.Singh.

L'élevage est lui aussi redevenu rentable: depuis que les chèvres et les vaches paissent une végétation naturellement irrigués, "la production de lait est passée d'un ou 2l/j à 10 ou 11 litres en moyenne".

Cette restauration de l'écosystème a profondément changé la vie des habitants. La malnutrition a disparu. Avec des puits à leur porte, les femmes ne parcourent plus des km pour trouver de l'eau et les fillettes retournent à l'école. Les journaliers agricoles trouvent désormais du travail sur place, ils ont cessé d'émigrer vers les villes, et plusieurs villages du district, autrefois touchés par l'exode, se repeuplent. Certains fermiers se font aussi construire des maisons d'un ou 2 étages -symbole de prospérité dans l'Inde rurale -dont les couleurs pimpantes tranchent dans le paysage.

En cette fin d'après-midi, R. Singh chemine tranquillement au milieu des champs, sous le soleil déclinant. Le visage rond, un sourire toujours caché sous sa barbe poivre et sel, il est heureux de montrer cette prospérité revenue. Au loin, un berger qui mène boire son troupeau de chèvres nous fait signe. R. Singh connaît tout le monde ici, car il a appris aux habitants comment préserver la précieuse ressource. Les parcelles cultivées ont ainsi été découpées en carrés de terre entourés de petites levées qui retiennent l'eau, tranformant les champs en vastes damiers miroitant sous le soleil. Plantés près de chaque johad, des arbres étayent les parois des bassins et gardent l'eau à l'ombre, limitant l'évaporation. Les champs sont aussi parsemés d'arbres et entourés de murets de pierres, pour y maintenir l'humidité. Les collines Aravalli sont aujourd'hui reboisées d'arbustes épineux et de vétivers qui fixent l'eau dans le sol.

"On essaie d'appliquer ce principe: chaque goutte prélevée à la nature doit lui être restituée", dit R. Singh.

 

² Ce reportage a dans un 1er temps été publié ds le magazine Alternatives Economiques ("Les Moissonneurs de pluie", mais 2011).

 

³ www.nasa.gov/topics/earth/features/india_water.html

 

Une cogestion démocratique


L'autre réussite deu réseau des johads tient à la gestion démocratique de l'eau. R.Singh a réussi à dépasser les habituelles querelles (entre partis, entre castes, entre villages...) pour instaurer une gouvernance collective, qui transcende les barrières sociales. Toutes les familles sont représentées à égalité dans des assemblées de village qui se réunissent une fois/mois. Les femmes, qui ont beaucoup contribué aux travaux, y siègent à égalité avec les hommes. L'un des membres -souvent l'instituteur- tient le registre des puits, dont le niveau est mesuré régulièrement.

"C'est transparent. Tout le monde sait combien il reste d'eau et en a la responsabilité".

L'eau est gratuite pour les familles, mais les fermiers qui irriguent paient au prorata de leur consommation, en roupies, en outils ou en heures de travail. Toutes les décisions sont prises par consensus.

R.Singh a intentionnellement constitué ces assemblées de base pour contourner les panchayats (consiels municipaux des villages) où les différends politiques compliquent la gestion des ressources communes. Dans les assemblées, les villageois retrouvent au contraire un "sens de l'égalité et de l'intérêt commun. Les gens ici comprennent l'esprit de la démocratie locale". Les habitants des 70 villages traversés par la rivière Arvari siègent aussi au sein d'un parlement local de l'eau (jal sansad ^), qui se réunit 2x/an et a pour mission de protéger l'écosystème de la rivière.

Ce sens retrouvé de la communauté a renforcé l'autodétermination des habitants sur leurs territoires. Ils ont ainsi passéoutre les injonctions de l'administration, qui les sommait de détruire les 1ers johads, au prétexte qu'il est interdit de distribuer l'eau sans autorisation. Quand l'Arvari s'est remise à couler, ses riverains ont aussi vu arriver des fonctionnaires qui, ayant entendu parler dela résurrection de la rivière, venaient prélever des taxes de pêche. Préférant en rire, les villageois les ont renvoyés à leurs bureaux, en leur rappelant que s'ils avaient compté sur les autorités, l'eau ne serait jamais revenue dans le district. Aujourd'hui, la peche dans l'Arvari reste libre de droits.

Sous l'impulsion de R.Singh, 52 dispensaires locaux de soins ayurvédiques** ont été ouverts et ce sont les femmes qui cultivent des plantes médicinales, entretenant ainsi la biodiversité. De même, les villageois ont construit des écoles de leurs mains et ont exigé -et obtenu- des autorités l'envoi d'enseignants. La population a aussi fait fermer les exploitations minières illégales implantées dans un parc naturel voisin, la réserve de tigres de Sariska. Enfin, les habitants de Bhanonta et Koylala, 2 villages nichés dans les collines, ont créé une réserve naturelle pour la flore et les espèces animales, qu'ils protègent eux-mêmes et ont déclaré en 1995 "réserves du peuple pour la vie sauvage".***

Cette redécouverte par les habitants de leur pouvoir citoyen fait dire à Rajendra Singh qu'il n'a fait que "donner un coup de pouce" au potentiel d'initiative qui existe dans chaque communauté:

"On a juste aidé les gens à réaliser ce dont ils vaient besoin. A comprendre qu'ils avaient le pouvoir de faire tout cela eux-mêmes."

Il a repris un principe cher à Gandhi: miser sur les savoir-faire locaux ¤. Car en filigrane, la réussite de ce réseau traditionnel d'adduction d'eau pose la question du modèle de développement pour le Sud. La colonisation et la vision occidentale du développement ont en effet largement dépossédé les habitants du Sud de la gestion de leurs territoires. 

... à suivre

Bénédicte Manier

 

** Médecine traditionnelle de l'Inde, à base de plantes.

*** People's wildlife sanctuary

¤ Gandhi disait: "Knowledge is where the problem is" (Là où se trouve le problème se trouve aussi le savoir pour le résoudre). R. Singh a suivi 3autres principes gandhiens: la gestion collective de l'eau est un ex réussi d'autogouvernance villageoise (gram swaraj), les johads ont apporté une autosuffisance locale (swadeshi) et un mieux-être collectif (sarvadaya).

proposé par mamadomi

Partager cet article

commentaires

mamalilou 29/11/2013 09:57

-->> cette histoire interpelle, parce que sans attendre une refondation administrative et structurelle des relais de pouvoir, intervient la volonté et l'nrj d'un homme, instruit et ouvert aux
savoirs locaux et ancestraux, qui réfléchit et construit un projet, essaie, et est suivi par ceux qui l'observent, et que le bon sens et les constats ont convaincus.

le bon sens et les savoir-faire s'imposent d'eux-mêmes, par l'étude et l'accomplissement collectif.
on y voit justement un relai participatif intermédiaire qui relève de l'intelligence collective et de l'investissement de tous.

tu soulèves le point clé, central, de toutes nos mobilisations citoyennes: la rétention de l'information par une minorité.

et bien sûr, la sclérose administrative et ses causes... qui conduisent trop rapidement à la fustiger pour son fond, sans le courage d'intervenir sur sa forme.
"Faire avec l'administration qu'on a" c'est s'en remettre à une dictature hiérarchisée d'un pouvoir décisionnaire déconnecté avec les besoins de la base... et ça, on ne le peut. Peut-on pour autant
fonctionner par demandes particulières et tout examiner au cas par cas? La question de la généralisation de la "norme" administrative se pose ...

le principe de subsidiarité souffre de ce qu'il est indissociable de celui de suppléance et fait souvent l'objet d'une inversion de priorité
càd que les peuples s'appuient sur la suppléance autant qu'ils y sont incités justement par les "normes administratives" et les cases dans lesquelles s'insérer.

c'est ainsi qu'il est rendu ardu voire impossible en France de subvenir à ses besoins alimentaires, énergétiques ou même à produire un travail source de revenus, sans passer respecter les
suppléances, nous devons d'abord remplir les cases, et respecter des critères d'accession à l'exercice de ses responsabilités à petite échelle
Et, il faut le dire, la plupart du temps, c'est rendu impossible, "illégal" ou "non rentable"

càd que nous ne sommes pas "soutenus dans les limites du principe de subsidiarité(descendante donc)" mais "rendus responsables de notre choix de vie/de nos moyens de subsistance, dans les limites
des autorisations légales dessinées par les principe de suppléance"

Il nous faut retrouver urgemment le niveau pertinent de l'action publique, et d'un côté laisser du mou, de l'autre, prendre les renes en mains, participer quoi!
C'est alors que nous pourrons sortir de la crise d'adolescence, quand les "pères de la patrie" cesseront d'être des pères abusifs, à force de protectionnisme, de rigidités et de "peur des
dérapages" :o))

nous reste à nous entendre sur la subsidiarité ascendante... par ex une Europe, oui, mais autrement... hm?!!

Michel Martin 25/11/2013 11:36

Très belle histoire collective guidée par la nécessité. Le témoignage ne dit pas de façon précise comment est organisée la gouvernance. La longévité et la stabilité de ce collectif est une première
indication d'un certain savoir faire de "démocratie participative" puisqu'il semble que jusqu'à maintenant personne n'a réussi à profiter de la situation et tirer la couverture à lui.
"Les fonctionnaires" venus pour récolter des fonds, après avoir mis des battons dans les roues de ce beau projet, collent assez bien avec une caricature commune du fonctionnaire type, ou plutôt du
fonctionnaire issu d'une administration type.

Ce contraste entre l'efficacité du collectif pour l'eau et le parasitisme administratif met en lumière la question du statut de l'information et de son rôle déterminant dans la prise de décision et
la participation des membres d'un collectif. Pour le moment, ce que le collectif pour l'eau a su préserver, c'est la centralité de la qualité d'information qui lui sert à prendre des décisions en
prise avec les réalités. Personne ne peut accaparer le contrôle de l'information et la tordre dans le sens qui lui convient (c'est ce qui arrive le plus souvent dès lors qu'on suit un chef
providentiel). Le collectif est centré sur la gestion de l'eau et non sur des questions de places, de luttes d'égos, ce qui requiert un indéniable savoir-faire. L'administration est le siège de
luttes des places importantes à son sommet, privant la base du droit d'utiliser les informations à sa disposition et de prendre des décisions s'appuyant sur ces informations. Les fonctionnaires ne
sont pas par essence plus idiots que les autres. Mais la notion même de subsidiarité n'y a pas cours, déconnectant le sommet en proie à ses luttes de personnes des réalités du terrain.

Ce qui serait souhaitable, c'est que le collectif et l'administration puissent fonctionner en bonne entente, parce que la puissance de l'état peut à tout moment venir menacer et détruire cette
belle réalisation locale. Mais bon, faut faire avec l'administration qu'on a.

Je crois qu'un des grands enjeux des pays est de réussir à moderniser leurs administrations dans le sens d'une meilleure subsidiarité. C'est aujourd'hui possible du fait de la fiabilisation des
données grâce au numérique couplé avec les moyens de communication (NTIC). Je milite pour que les principes de la sociocratie qui consiste d'abord à préserver la qualité de l'information pertinente
pour guider, gouverner un collectif, quel qu'il soit, se développent au sein des administrations. La subsidiarité et la participation auront alors une base stable sur laquelle s'appuyer et se
développer naturellement.

mamalilou 24/11/2013 23:41

-->> urgentissime!!!
nous devons partager et transmettre ces expériences positives, de partout dans le monde, de cette énergie patiemment organisée et mise à profit collectif, et qui portent leurs fruits... c'est
urgent de partager ces savoirs-faire pour nous insuffler la force de nous mettre en marche, de reprendre le pouvoir de vivre et de vivre bien!!
doux bisous et toute belle nuit à toi

Arlette 20/11/2013 17:29

Je pense que cet article montre que l'on peut arriver tous ensemble et ne pas laisser les profiteurs gérer la vie et enfoncer le tout sous la fatalité . Prendre exemple de cette réussite pour
l'étendre un peu partout est urgent. bises Arlette

enriqueta 20/11/2013 16:24

ça c'est aussi mon cours de 2nde, le chapitre avant les énergies. Je leur passe aussi du Yann Arthus Bertrand, "L'eau" dans la Terre vue du ciel et "La soif du monde".Je pense comme lui que l'eau
ne doit pas être une marchandise.

mamalilou 24/11/2013 23:38



oui, sa démarche est très éducative, pour petits et grands, c'est important de passer les messages, c'est par chacun d'entre nous éduqué, sensibilisé que le changement passera, suivant la prise
de conscience... plus tôt ça rentre, plus on peut espérer que ça leur soit naturel, évident... avant que ne s'ancrent les conditionnement délétères... si possible...


ici on a eu l'hiver dernier coupure d'eau pendant le gel, et cette année coupure d'élec pendant la tempête... à chaque fois j'en profite pour former mes jeunes à la pénurie et leur apprendre les
gestes de parcimonie... ils renâclent, mais ils prennent le pli et sont tout fiers après coup... d'avoir relevé les challenges... ça fait réfléchir...


doux bisous du soir et toute belle semaine à toi