Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 06:53

Précédemment

La résilience de l'identité locale

 

Cette redécouverte par les habitants de leur pouvoir citoyen (voir précédemment: régénération des réserves d'eau par un cycle naturel...) fait dire à Rajendra Singh qu'il n'a fait que "donner un coup de pouce" au potentiel d'initiative qui existe dans chaque communauté:

"On a juste aidé les gens à réaliser ce dont ils avaient besoin. A comprendre qu'ils avaient le pouvoir de faire tout cela eux-mêmes."

Il a repris un principe cher à Gandhi: miser sur les savoir-faire locaux¹. Car en filigrane, la réussite de ce réseau traditionnel d'adduction d'eau pose la question du modèle de développement pour le Sud.

La colonisation et la vision occidentale du développement

ont en effet largement dépossédé les habitants du Sud

de la gestion de leurs territoires.

En Inde, l'ingénierie hydraulique traditionnelle² a été ainsi rejetée au nom de la modernité. Comme les johads, les étangs traditionnels du Kerala (kulams), par ex, ont été abandonnés au profit de barrages modernes³ qui, ajoutés au déboisement, ont dévasté l'écosystème. Le débit de l'eau est, depuis, devenu si erratique que des régions autrefois bien irriguées connaissent maintenant un stress hydrique constant. De même, aucun équipement récent ne parvient aujourd'hui à freiner le manque chronique d'eau dans l'Inde du Nord.

Ces défaillances font cependant un heureux: le secteur privé. Le marché indien de l'eau embouteillée, où se bousculent + de 200 marques possédées par Nestlé, Coca-Cola*, Pepsi et autres multinationales, croît de 55%/an**. Mais en prélevant l'eau du sous-sol pour la revendre en petites bouteilles, ces firmes siphonnent des ressources vitales pour les cultures, suscitant la colère des fermiers indiens***. Une confiscation par le privé présentée comme un progrès ¤, mais qui en réalité boucle le cycle de cette dépossession de l'eau. En revanche, la réhabilitation de savoirs vernaculaires comme les johads contribue à la réappropriation par les habitants de leur propre culture. Associée à une autogestion locale de l'eau, elle signe la résilience de l'identité locale.

C'est grâce à ces savoirs anciens que des milliers d'autres villageois ont réussi, ailleurs en Inde, à faire reverdir des zones arides. Dans le Rajasthan, c'est le cas de certains villages du désert de Thar ¤¤ ou du village de Laporiya, dont un habitant, Laxman Singh, a créé des groupes de "guerriers de l'eau" (jal yodhas). Ceux-ci ont restauré 30 000 ha de prairies en s'inspirant du savoir des gajdharis (ingénieurs traditionnels de l'eau): ils ont quadrillé les terres de carrés (chaukas) pourvus d'écoulements qui répartissent les pluies dans le sol et l'irriguent en permanence. Le volume des récoltes a ensuite triplé, faisant vivre 40 000 familles dans 90 villages ¤¤¤ et permettant la plantation de + d'un million d'arbres. A Ralegan Siddhi (Maharashtra), les habitants ont eux aussi installé un système traditionnel d'irrigation et replanté près de 400 000 arbres. Ce modèle a apporté une prospérité sans précédent # et a été reproduit dans 85 villages alentour.

Dans tous les cas, le retour de l'eau s'est accompagné de son autogestion par des conseils de villages (pani panchayat)¹¹ ou des comités citoyens (gram samitis ou gram sabhas) v.

Ces petites révolutions demeurent cependant marginales au regard de l'échelle de l'Inde et en grande partie ignorées des dirigeants. Dans le Rajasthan, aucun élu local ne s'est ainsi déplacé en 26ans pour venir étudier la renaissance agricole du district d'Alwar, note Rajendra Singh. En partie parce que la classe politique ne croit qu'aux techniques industrielles, mais aussi, ironise-t-il, parce que "les johads sont des constructions simples et qu'il n'y a aucun gros marché à la clé". Sous-entendu: aucune éventuelle commission. "Et puis ce système ne leur donne pas de contrôle sur la gestion de l'eau, puisque les villageois la gèrent eux-mêmes. Donc, ça ne les intéresse pas." Mais peu importe: à l'extérieur de l'Inde, ces expériences suscitent un réel intérêt. De nombreux reportages et documentaires étrangers ont été réalisés sur les johads du district d'Alwar. Rajendra Singh a aussi reçu des villageois du Népal, d'Afghanistan, d'Iran et de Thaïlande, qui se sont inspirés de son expérience, et il a acquis le soutien du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et d'autres donateurs (Fondation Ford, Oxfam...)¹².

L'idée de recueillir les pluies gagne du terrain en Inde. Leur collecte est même devenue obligatoire dans les villes et assortie de subventions et d'allégements fiscaux. A Chennai par ex, des collecteurs ont été déployés sur les toits des bâtiments officiels, des écoles et des hôpitaux, et le taux d'équipement des particuliers est officiellement de 92%. Dans la capitale, New Delhi, "c'est aussi le cas du palais présidentiel, du terminal 3 de l'aéroport, de l'université Jamia Hamdard et de la prison de Tihar", explique Gita Kavarana, directrice du Centre pour la Science et l'Environnement (CSE). Cette ONG indienne, qui a équipé son siège avec un tel système, effectue d'ailleurs un remarquable recensement des systèmes traditionnels de recueil des pluies¹³ et a lancé une campagne nationale en faveur de leur renaissance.

à suivre...

Bénédicte Manier

 

¹ Gandhi disait; "Knowledge is where the problem is" (là où se trouve le problème se trouve aussi le  savoir pour le résoudre). Rajendra singh a suivi 3 autres principes gandhiens: la gestion collective de l'eau est un ex réussi d'autogouvernance villageoise (gram swaraj), les johads ont apporté une autosuffisance locale (swadeshi) et un mieux-être collectif (sarvodaya).

² voir Anupam Mishra, Traditions de l'eau dans le désert indien (Les gouttes de lumières du Rajasthan), L'Harmattan, 2001

³ Jyoti Krishnan, "How Dams and Irrigation Canals Killed Kerala's Traditional Kulams", Infochange, oct 2010 (infochangeindia.org)

* Coca Cola possède + de 50 sites d'embouteillage en Inde

** Chandra Bushan, "Bottled Loot. The Structure and Economics of the Indian Bottled Xater Industry", Frontline, avril 2008 (hinduonnet.com)

*** A Plachimada (Kerala), Coca-Cola, qui pompait chaque jour 1,5 millions de litre d'eau dans les nappes phréatiques, a affronté la colère des paysans durant 4ans avant de devoir déplacer son site quelques km + loin. La même contestation existe aux Etats-Unis: les habitants de Barrington (New Hampshire) ont créé en 2001 le groupe Save Our Groundwater pour empêcher la firme USA Springs de prélever 1,5millions de litre/j dans le sous-sol.

¤ Cette représentation usurpée de la modernité consitue, comme le soutient l'intellectuel indien Ashis Nandy, une forme contemporaine e subtile de colonisation. Le seul ouvrage traduit en français d'Ashis Nandy est L'Ennemi intime, Perte de soi et retour à soi sous la colonisation, Fayard, 2007

¤¤ voir par ex les taankas mis en place par l'association Gravis et la fondation France Libertés.

¤¤¤ Sudhitendar Sharma "Village Uses 'Laporiya Squares' to Outwit Drought" (infochangeindia.org)

# voir annahazare.org

¹¹ Par ex à Mahur (Maharashtra). voir infochangeindia.org

¹² Ces organismes financent maintenant 75% des nouveaux travaux, 25% restant à la charge des villageois, qui continuent d'effectuer les tâches communautaires.

¹³ rainwaterharvesting.org

proposé par mamadomi

Partager cet article

commentaires

mamalilou 06/06/2014 00:02

-->> ouf tu ne lis pas que l'heure!! j'ai eu peur...
doux bisous :o)

Valentine :0056: 02/06/2014 22:18

Intéressant !

Valentine :0056: 01/06/2014 11:11

Elle est superbe, ta petite pendule ! Oui, je me demande si la nouvelle plate-forme supporterait tout ça ; quoique ils font un chapitre spécial sur les "widgets" que tu peux insérer dans des
modules de texte libre ; la seule chose c'est que tu n'arrives pas à choisir l'emplacement de tes modules (enfin, "je...")

mamalilou 04/06/2014 23:53



ah bah avec tous les retours que j'en ai, dans ce même sens, je crois que je vais enregistrer mes pages de css et les modules en html pour m'en sortir... pour ce que je ne peux pas copier...
comment ça se passe pour les liens en modules ? ... bon je verrai bien...


doux bisous valentine