Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 02:05

 

À l’occasion du tricentenaire de la naissance de J-J Rousseau, la GR d'août-sept 2012, a souligné l’actualité, sur bien des points, de la pensée du philosophe des Lumières, relevant néanmoins un grand silence sur la place qu’il réservait à la femme, réduite à un 2nd rôle au service de l’homme. Et ICI et sur caplibre.

Une position jugée aujourd’hui réactionnaire, en tout cas en discordance avec sa vision éclairée de la démocratie, de la liberté et de l’égalité.

Au cours de l’automne 2012, la visite du château de Chenonceau, joliment trempé dans le Cher, fut l’occasion d’y découvrir une exposition sur Jean-Jacques Rousseau [1], qui y séjourna à plusieurs reprises dans les années 1740.

JPEG - 9.1 ko

"Louise Dupin vécut au château de Chenonceau au XVIIIème s. “Dame des Lumières”, elle y tint salon (...) et engagea “le jeune” J-J Rousseau comme secrétaire et aussi précepteur de son enfant. (...) Elle rédigea avec son aide un ouvrage sur “l’égalité des hommes et des femmes”, dans lequel elle fit preuve d’un réel engagement féministe. Ces moments heureux, passés à Chenonceau, marqueront à jamais Rousseau et inspireront sa pensée et ses textes".

Un panneau de l’exposition, dont l’essentiel du texte est repris ci-dessus, retint mon attention. Je me demandai alors comment J-J. Rousseau, après avoir travaillé avec Louise Dupin sur cet ouvrage (qui ne fut jamais publié) dans lequel elle traduisait son engagement féministe, avait pu ensuite développer des points de vue sur la femme dans la société qui apparaissent aujourd’hui singulièrement réactionnaires. Mais que seules des personnalités, philosophes et historiennes, attachées à l’égalité des hommes et des femmes, jugèrent opportun de rappeler à l’occasion du tricentenaire. Le “... bémol” de M-Louise Duboin le souligna fort heureusement [2].

Au Panthéon de la misogynie, Rousseau y aurait bien des citations assassines, mais son œuvre se prête à tant de références!

Sans doute, pour approfondir l’analyse, pourra-t-on lire le livre d’une spécialiste actuelle, Céline Spector ^, Au prisme de Rousseau: usages politiques contemporains [3], dont 1 chapitre /8 est consacré au prisme féministe. L’auteur signale, dans la note de description de l’ouvrage, que "les développements des analyses (...) féministes [entre autres] se traduisent effectivement par un retour à Rousseau", dans un contexte où "le Citoyen de Genève est au cœur de polémiques majeures: dans une constellation postmarxiste où le libéralisme lui-même est sur la sellette, son œuvre recèle des trésors pour qui veut diagnostiquer les perversions et les maux des démocraties libérales".

JPEG - 16 ko

La misogynie dénoncée du philosophe ne se résumerait donc pas à son mépris de la femme, ce qui doit permettre de dépasser la contradiction évoquée précédemment.

La critique féministe de Rousseau

sous la 3ème république

 

 

Je me suis limité ici à la lecture d’un article également érudit de Tanguy L’Aminot [4], qui ouvre quelques pistes en posant donc la question un peu + en amont, alors que le mouvement féministe s’organise dans les pays occidentaux, quand l’instruction des jeunes filles progresse.

JPEG - 11.4 ko

En France, après la défaite de 1870 et la Commune, et jusqu’à la 1ère guerre mondiale, "la droite et la gauche s’opposent autour des valeurs républicaines et démocratiques (...) qui marquent des choix de société". Rousseau, qui incarne pour beaucoup l’idéal démocratique, est l’objet d’un virulent débat dans les célébrations officielles de 1889 (centenaire de la Révolution) et 1912 (bicentenaire de sa naissance). La critique féministe de Rousseau qui avait cours depuis le 18ème s. et la période romantique, par ex celle de Georges Sand (1804-1876), qui manifestait de la sympathie pour le philosophe, sa pensée sociale, sa sensibilité et sa révolte contre la bêtise humaine, tout en regrettant les affirmations d’Emile décrétant l’infériorité de la femme par rapport à l’homme, va alors évoluer.

Des femmes revendiquent la citoyenneté à l’égal des hommes, càd le droit de vote et le droit d’être élues. Le combat féministe s’inscrit ainsi dans un combat politique où les idées de Rousseau ont toute leur place. Mais, dans leurs revendications sociales liées au quotidien, les femmes ne s’attardent évidemment pas à "discourir de la littérature du 18ème s. et des pages d’Emile en particulier". Pourtant, elles se sentent peut-être redevables à Rousseau "pour avoir peint, dans La nouvelle Héloïse et dans Emile notamment, divers portraits de la femme et pour avoir tenté de définir son rôle dans la société", imposant qu’elles soient reconnues, quitte à lui reprocher ensuite la position qu’il leur réservait.

Il n’empêche qu’à la fin du 19ème s. Rousseau est simplement ignoré ou diversement critiqué par les féministes. Parmi les + vindicatives, L’Aminot cite Séverine, qui collabora au Cri du peuple fondé autrefois par Jules Vallès, dont elle se déclara la fille spirituelle, et écrira dans un autre journal:

"Je le hais ce Rousseau, dont on vient de célébrer au Panthéon la laïque béatification (...), parce qu’il fut méprisable en ses actes, vil en sa personne, parce qu’il fut l’incarnation (...) de la + basse envie qui ait jamais déshonoré âme humaine, parce qu’il fut successivement traître à son Dieu, traître à ses amis, traître à ses bienfaiteurs, traître à ses maîtresses, infidèle à tous, mordant éternellement la main qui lui avait donné le pain ou la caresse",

oubliant qu’elle avait d’abord découvert Rousseau avec enthousiasme. La critique d’une féministe peut ainsi s’éloigner du fond de la question féministe.

Maria Deraismes v est nettement moins hostile, peut-être parce qu’elle fut la 1ère femme franc-maçonne et eut à composer dans un monde masculin, admirateur de Rousseau et des Lumières. En 1890, elle écrira:

"De toutes les sottises dites et écrites sur la femme, il n’en est pas une dont Rousseau soit l’inventeur: il n’a fait que les répéter, les développer; mais, vu sa notoriété, elles n’en eurent que + de crédit".

Ce qui ne grandit pas forcément le philosophe. Face à ce piétinement de l’histoire:

"Ce qui est moins compréhensible, c’est que, malgré l’action de la Révolution française en faveur de l’égalité, la femme soit encore asservie et considérée dans presque tous les domaines comme une mineure dans la France républicaine, démocratique et socialiste de cette fin du 19ème s.",

L’Aminot note avec circonspection que Maria Deraismes

"fait preuve d’une singulière prudence ou d’un opportunisme politique étonnant car, loin de dénoncer l’action et la responsabilité des gouvernants en cette matière, elle explique cette situation par la paresse inhérente à l’espèce humaine, paresse qui amène l’homme comme la femme à accepter son sort".

Mais Maria Deraismes résume peut-être assez bien un point de vue conciliateur entre le penseur en avance sur son temps et l’homme avec ses faiblesses, qui laisse ainsi J-J. Rousseau ... à hauteur d’homme:

"Rousseau est de ceux qui, avec un immense talent, ont semé autant d’erreurs que de vérités; mais ces vérités sont d’une telle envergure, elles ont jeté dans les esprits de si vives clartés que, malgré les lapsus du penseur et de l’homme privé, il lui restera toujours des titres à la reconnaissance de l’humanité".

En fait, comme le souligne L’Aminot,

"Il existe bien une spécificité de la parole féministe, mais qui s’estompe quand celle qui parle intègre -comme le fait Maria Deraismes- la lutte féministe dans une quête + vaste de la justice".

Il identifie aussi "tout un courant réactionnaire qui insiste sur la perversité morale du philosophe pour mieux s’attaquer à son œuvre politique et pédagogique".

 

Tanguy L’Aminot évoque ensuite longuement une féministe qu’il situe parmi les + radicales, la suédoise Ellen Key >, mais dont le positionnement singulier tient peut-être à l’approche naturaliste de Rousseau. Dans son livre, Le siècle de l’enfant, paru en France en 1900, elle plaide certes en faveur de l’émancipation des femmes, milite pour l’égalité des droits et s’occupe des ouvrières les + défavorisées, mais elle trouve aussi que la cause féminine

"a manqué d’égards pour les dispositions naturelles de la femme, pour sa nature physique, pour les conditions environnantes".

Selon L’Aminot, elle considère que

"l’enfant, qui est l’être le + faible de toute la société, et la femme ne peuvent être envisagés séparément dans le cadre de la lutte révolutionnaire ou féministe. La femme doit, à la limite de sa liberté individuelle, rencontrer le droit de l’enfant".

Comme Rousseau dans Emile, elle estime que

l’éducation consiste à "laisser la nature agir tranquillement et lentement, en veillant seulement à ce que les conditions environnantes soutiennent le travail de celle-ci".

Ellen Key loue les mérites de l’éducation domestique sur l’éducation publique. Elle rencontre là le point de vue de théoriciens révolutionnaires de l’éducation, l’anarchiste < Elisée Reclus par ex, pour qui

l’école que les gouvernements viennent de rendre nationale et laïque, "vise davantage à dresser les petits et à les former pour les places qu’ils occuperont dans la société qu’à laisser leur intelligence s’affirmer et se développer".

Rousseau aurait ainsi rejoint les tenants de l’école libertaire et populaire. D’autres femmes, parmi les féministes les + radicales, défendirent en effet dans un même combat la femme et l’enfant. L’Aminot cite Madeleine Vernet >, militante anarchiste et propagandiste de l’amour libre, qui se réfère à Rousseau, fonde en 1904 une école différente de l’école officielle et en 1918 une revue La mère éducatrice, ainsi que < Madeleine Pelletier, doctoresse, également anarchiste et libre penseur. Celle-ci est cependant consciente qu’un tel discours peut servir une cause rétrograde:

"Pour épargner l’enfant, ce qui est bien, on sacrifie la mère qui cependant tout autant que l’enfant a le droit de vivre, a le droit d’être libre et heureuse, selon la conception qu’elle se fait du bonheur".

À l’opposé d’Ellen Key, nous dit L’Aminot, elle souhaite que la société prenne en charge l’enfant et, lui apportant une éducation parfaite, délivre la mère des tâches qui l’asservissent.

Le triomphe de la civilisation, est "de permettre à la femme, en l’affranchissant en partie de la maternité, de devenir un individu intelligent et libre".

De telles nuances dans l’exploitation de la vision de Rousseau à propos de la mère et de l’enfant témoignent de la richesse du discours féministe au début du 20ème s. Sans résoudre la question, il permet aux femmes les + conscientes de saisir l’importance de celle-ci.

La misogynie de Rousseau,

une vue trop simpliste

 

 

On voit donc que la critique féministe de Rousseau durant cette période (de 1880 à 1919) est très variée et complexe, sans que les femmes "ne se sentent insultées par l’image de la femme au foyer". Ce n’est qu’à la suite des 2 guerres mondiales, quand les mœurs et les valeurs de la société française auront changé, que Rousseau incarnera l’antiféminisme. Tanguy L’Aminot ne trouvera plus, à la fin du 20ème s., qu’Annie Leclerc >, expliquant dans son livre Origines (1988) qu’elle fut féministe parce que Rousseauiste!

La référence, même critique, aux positions de Rousseau sur la femme et l’éducation, dans la richesse du mouvement féministe au cours d’une période charnière de notre histoire, avec des acteurs qui ont contribué fortement à l’évolution de nos consciences républicaines, suffit à repousser résolument cette vison simpliste de la misogynie du philosophe. Céline Spector nous y invite [5]:

"Mais nombreuses sont aussi les féministes qui proclament l’intérêt d’une relecture de Rousseau, non tant pour ses réponses que pour les questions pertinentes qu’il a pu soulever en voulant tirer au clair les questions essentielles – les rapports du domestique et du politique, de la sphère privée et de la sphère publique".

 

G. Evrard, GR, fév 2013


[1] Site de l’exposition du Château de Chenonceau: Rousseau heureux à Chenonceau http://www.chenonceau.com/fr/expositions

[2] M-Louise Duboin, ... avec un bémol, GR1134, août-sept 2012

[3] Céline Spector, Au prisme de Rousseau: usages politiques contemporains, vol. SVEC 2011:08, éd. Voltaire Foundation, Oxford, Jonathan Mallinson, 2011. Céline Spector est Professeur de philosophie à l’Université Bordeaux 3 et membre de l’Institut universitaire de France. Ses travaux portent sur la philosophie française du XVIIIè s. et sur la philosophie politique contemporaine.

[4] Tanguy L’Aminot, La critique féministe de Rousseau sous la Troisième République, 14 pages et 49 réf, CNRS - UMR 8599 de Paris IV-Sorbonne. http://rousseaustu dies.free.fr/ArticleTan guy.htm

[5] Céline Spector, Au-delà de l’idole, entretien par Marion Rousset le 27 juil. 2012, Regards.fr http://www.regards.fr/idees/au-dela...

Et face à l'esclavage:

Maximilien Robespierre, le 10 mai 1793:

"L’homme est né pour le bonheur et la liberté

et partout il est esclave et malheureux!

La société a pour but la conservation de ses droits

et la perfection de son être;

et partout la société le dégrade et l’opprime!

Le temps est arrivé de la rappeler à ses véritables destinées"

...pour éclairer les news pas glop de ces derniers jours, vous pouvez faire un tour ici:

 

• Malades, mais conscients!

• Universelle 

• Surge et ambula

• esclavage

proposé par mamadomi

Partager cet article

commentaires

mamalilou 22/05/2014 18:12

-->> hello, ravie de te retrouver, merci de prendre le temps, c'est toujours assez touffu par ici, c'est vrai!
doux bisous et jolie fin de semaine printanière à toi

kimcat 17/05/2014 19:14

Coucou Mamalilou
Me voici de retour sur la toile en ce mois de mai bien occupé et enfin en visite chez toi. Quels riches articles ! Celui-ci m'a passionnée

Bises du samedi soir

Béa kimcat

mamalilou 15/05/2014 03:04

-->> rhoa... docta cum libro!!
quant à Rousseau,... de là où il est... c'est plus très grave... enfin, bon appétit quand-même!!!
doux bisous et jolie fin de semaine à toi

jibie 10/05/2014 20:42

et je lui mords la main, Na ! vilain
bonne fin de semaine érudite Mamalilou

Cassandre 10/05/2014 16:38

Coucou Mamalilou,

Je pense tout simplement que la femme est l'avenir de l'homme..et que les énergies et qualités féminines finiront par prévaloir sur celles masculines..
C'est déjà dans l'air et notre planète a bien besoin de ce changement..-))

Bon week-end !!

mamalilou 13/05/2014 00:23



que tout cela s'équilibre, ce serait déjà bien... il y a de nombreux domaines où la manière de faire est trop "virile" (au sens radical et sans considération des externalités négatives) et pas
assez circonspecte... (au sens où on peut réfléchir avant, faute de pouvoir tout réparer après!)


bisous dans l'nrj féminine qui constitue chaque vie (les hommes oublient souvent la leur!)


jolie semaine à toi