Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 23:31

Tubes pour vos créationsTubes pour vos créations

Journée Mondiale de l'Orgasme...

rééd° du 21 12 2013, journée mondiale pour public averti, ^ cliquez

Tubes pour vos créationsTubes pour vos créations

Méthode socratique

 

Tubes pour vos créationsTubes pour vos créations

Précédemment

Socrate n'enseigne pas. Il dialogue, interroge, en conduisant le raisonnement par des questions habiles. Son but n'est pas de transmettre des connaissances, mais de pousser son interlocuteur à se mettre lui-même en question,friend - emoticonswallpapers.com

à examiner la valeur de ses convictions,

à user de sa raison,

jusqu'à lui faire reconnaître ses préjugés,

son ignorance, ses contradictions, ses illusions.

En bon disciple d'Eros, Socrate possède le don d'accoucher les esprits, le don de la maïeutique, qu'il dit avoir hérité de sa mère Sophronisque, une sage-femme. Il sait accoucher un être de son âme. La philosophie commence toujours par une renaissance,friend - emoticonswallpapers.com

lorsqu'on entre en soi-même,

dans le silence de sa conscience,

pour une épreuve de vérité.

Que sais-je de moi? Qui suis-je? Quel est mon désir? Quelle est mon essence? voilà la 1ère question philosophique. Elle ne porte pas seulement sur notre personnalité mais sur notre être, notre puissance intérieure ignorée, notre raison. C'est cette question existentielle que Socrate fait naître chez ses interlocuteurs.

"Connais-toi toi-même", telle est la devise socratique.friend - emoticonswallpapers.com

Par le dialogue, Socrate accouche son interlocuteur de la raison qu'il porte inconsciemment dans son esprit. Par ses questions, il le conduit à examiner sa véritable valeur:

"Toi qui dis être savant, explique-moi ce qu'est la science. Toi qui te dis courageux, dis-moi ce qu'est le courage. Et toi qui prétends enseigner la justice, apprends-moi ce qu'est le justice. Et toi qui dis aimer, peux-tu me dire ce qu'est l'amour?"

friend - emoticonswallpapers.comUn philosophe pose toujours la question "qu'est-ce que?" La question de l'essence. Quelle est l'essence de la justice? L'essence de la vérité? Que signifient "amour", "nature", "justice" ou "bonheur"?

Quelle est la réalité désignée par ces concepts?

Nous ne le savons pas, et c'est pourquoi il nous faut philosopher, penser par concepts.¹

Mais l'essentiel n'est pas le concept. Le concept n'est qu'un outil.

L'essentiel, c'est l'homme réel.

L'individu concret et sa vie. La personne et sa destinée.

Le soi, corps, coeur et âme.

Yuta Onoda

La méthode socratique du questionnement authentique est la pédagogie même parce que la question s'adresse à un être singulier, dans l'exercice de sa vie et de sa pensée. Elle met en jeu cet être dans son être. Elle le force à l'authenticité et friend - emoticonswallpapers.comà l'exercice de son jugement, par la seule force de son esprit.

"Es-tu en accord avec toi-même?" demande Socrate.

"Es-tu satisfait par ta vie?

Que désires-tu réellement et essentiellement?

Que comprends-tu réellement de ce que tu dis,

et de ce que tu penses?"

Telles sont les questions clés. Le but de Socrate n'est pas le savoir, il est de révéler un homme à lui-même, dans la vérité de son essence. C'est pourquoi on peut dire avec Kant que toutes les questions de la philosophie se ramènent à une seule:

friend - emoticonswallpapers.com

"Qu'est-ce que l'homme?

Mais cette question ne doit pas être seulement comprise de manière théorique et générale. Pour être philosophique, elle doit être posée par soi et porter sur l'essence de l'humanité dans l'individu que je suis. Elle doit venir du centre de soi-même et porter sur sa propre essence, selon l'exigence subjective de l'amour. Or, ce qui définit l'homme dans son essence, c'est précisément qu'il ignore ce qu'il est, et qu'il peut se penser comme ignorant de ce qu'il est, en réfléchissant sur le sens même de cette question: qu'est-ce que être? L'homme est par essence à la recherche de son essence. Il est le seul être ayant pour essence de se poser la question de son être et du sens de son être³. C'est pourquoi un vrai maître ne transmet pas une science. Il éveille dans son disciple le sens de la question en révélant son ignorance fondamentale sur lui-même. Et la question humaine par excellence, c'est la question du sens.friend - emoticonswallpapers.com

Quel est le sens de ma vie?

Socrate n'enseigne pas une science, il engendre le désir de se connaître soi-même, pour donner un sens à sa vie, à sa recherche incessante du bonheur. Car là est le sens de la vie humaine. La seule science essentielle, la seule qui conduise aux autres sciences et leur donne leur sens, c'est la connaissance de soi comme sujet d'un bonheur sensé. Seule cette connaissance mène au désir de connaître les autres et le monde. Un vrai maître ne communique donc jamais une vérité, il donne à son élève les moyens de la comprendre par une démarche interrogatrice, génétique et créatrice. Pour cela, il le conduit d'abord à éprouver son ignorance sur lui-même, pour susciter le désir de se connaître. Il provoque en lui l'expérience fondatrice de la philosophie, celle de l'étonnement. C'est pourquoi l'enseignement de la philosophie doit se faire oralement, par un dialogue vivant, essentiel et existentiel. On ne peut apprendre la philosophie comme un savoir, on ne peut que philosopher,

chercher sa sagesse, pour aller vers son bonheur,

en réalisant son désir, par son propre effort de pensée.

Carlos Lerma

friend - emoticonswallpapers.comL'enseignement philosophique de connaissances et de concepts est utile, mais il doit être le contraire d'un endoctrinement: il doit être une interrogation en commun, une recherche vivante.

La philosophe est le contraire de l'idéologie. Elle est toujours un dialogue, au sens fort du terme: non pas un échange de paroles à plusieurs, comme on le croit généralement, mais le mouvement dynamique d'un esprit vers la vérité. Au sens strict, dia-logos signifie: recherche de la vérité par la raison. Un dialogue est le mouvement d'une pensée à travers (dia) le langage réfléchi (logos). Le dialogue ne s'oppose pas au monologue. Il s'oppose au bavardage, aux discours futiles et vains, à friend - emoticonswallpapers.coml'échange des opinions sans souci de sagesse. Le vrai dialogue s'effectue d'abord avec soi-même. Il advient rarement avec les autres. Car ceux qui parlent sans raison, sans respecter l'exigence de vérité du langage, ne dialoguent pas. Ce sont ces hommes qui sont dans ce que les Grecs appellent la doxa, càd l'opinion, la pseudo-pensée, le pseudo-savoir. C'est eux que Socrate veut éveiller à la raison, c'est eux qui ont le + besoin -et le plus peur- de la philosophie.

Le vrai dialogue commence

lorsqu'on perçoit en soi-même les dangers de l'opinion

et la valeur essentielle de la vérité.

Les hommes parlent généralement sans savoir de quoi ils parlent, ils énoncent des avis sans s'interroger sur leur valeur réelle et s'opposent dans les polémiques stériles parce que chacun veut avoir raison de l'autre et non connaître la réalité.friend - emoticonswallpapers.com

Un vrai philosophe ne polémique pas, il n'oppose pas son opinion.

Il est de progresser, de comprendre et faire comprendre la vérité,

non de dominer.

Il a compris qu'il existe un savoir unique au-delà des opinions, parce qu'il existe nécessairement une seule réalité à travers toutes les apparences, une seule vérité au-delà de toutes les connaissances. Parce qu'elle correspond à la réalité,

la vérité est toujours universelle, absolue, intemporelle.

La connaissance est toujours particulière, relative, historique.

friend - emoticonswallpapers.comNos connaissances sont toujours relativement vraies, et la plupart du temps incertaines C'est pour cela que nous devons les mettre en question. Le propre de l'opinion est d'être acceptée sans remise en question. Une opinion est une idée qu'on prend pour la vérité alors qu'elle n'est qu'une connaissance partielle de la réalité, une idée incertaine. Là est la 1ère résolution et la grande révolution philospophique:

se détacher de l'opinion pour se libérer

de l'inévitable conflit qu'elle engendre par nature.

"Voici le point de départ de la philosophie: la conscience du conflit qui met aux prises les hommes entre eux, la recherche de l'origine de ce conflit, la condamnation de la simple opinion et la défiance à son égard, une sorte de critique de l'opinion pour déterminer si on a raison de la tenir, l'invention d'une norme."*

Carlos Lerma

friend - emoticonswallpapers.comIl n'y a donc de dialogue philosophique que lorsqu'on se consacre à la recherche amicale, libre et vivante de la vérité, càd de l'idée conforme à la réalité. L'unique manière de pratiquer la philosophie est de dialoguer, seul ou avec autrui, en critiquant toutes les opinions qui masquent la réalité.

La philosophie implique et produit donc une foi, càd une confiance, étrangère à toute croyance. La foi philosophique est la bonne foi, càd la foi bonne: foi dans la vérité et foi en soi-même. Parce qu'il aime la vérité, le philosophe est délivré du besoin de croire. La foi est la confiance totale dans l'idée (ou la personne que je comprends comme digne de confiance). La croyance est la soumission à une opinion que j'admets pour vraie sans la comprendre avec certitude.friend - emoticonswallpapers.com

La foi est un amour éclairé et éclairant, une confiance totale, lucide et joyeuse.

La croyance est un amour obscur et éteint, une adhésion partielle, illusoire et dangereuse.

Bien sûr, le philosophe n'est pas sûr de trouver la vérité. Mais il est sûr qu'elle existe -puisque le réel existe-, il la désire et fait tout pour s'en approcher par le dialogue sans jamais adhérer aveuglément et totalement aux opinions.

"Croire est agréable, dit Alain, mais c'est une ivresse dont il faut se priver. Ou alors dites adieu à liberté, à justice, à paix. Le vrai est qu'il ne faut jamais croire, et qu'il faut examiner toujours."

friend - emoticonswallpapers.comUn vrai philosophe ne croit donc en rien. S'il admet une opinion, parce qu'il doit choisir, c'est en y croyant le moins possible, et de la manière la + raisonnable possible. Il aime trop la vérité pour cela. Il cherche avec foi, mais n'admet rien tant qu'il n'est pas certain d'être dans le vrai. Il juge mais n'affirme rien, ne nie rien tant qu'il ne comprend pas. Il doute, et son doute est encore un acte de foi dans la vérité. Car ce doute n'exprime pas une incertitude, mais la certitude rationnelle que son idée n'est pas certaine. Un philosophe est une sceptique par essence. Non parce qu'il doute de tout (car il ne doute que de ce qui est incertain), mais que sa foi en la vérité et son amour de la sagesse le rendent constamment vigilant et questionnant (sceptikos: qui observe, qui examine).

Tertia du Toit

L'amour de la vérité libère le philosophe du besoin de foi.

friend - emoticonswallpapers.com"Le besoin d'une foi puissante n'est pas le signe d'une foi puissante, écrit Nietzsche. Quand on l'a, on peut se payer le luxe du scepticisme."**

Mais le scepticisme et la vérité ne sont pour le philosophe que des moyens. Son but est de posséder le bien souverain, un savoir que les Grecs plaçaient + haut que toute science et qu'ils appelaient la sophia, la sagesse.

 

Bruno Giuliani

 

¹pour une présentation + approfondie de la méthode socratique, voir Chatelet, Platon, et Goldschmidt, Les Dialogues platoniciens.

²Kant, Logique, p25

³Heidegger, Être et Temps

*Epictète, Entretiens, II

**Nietzsche, Le Crépuscule des idoles

proposé par mamadomi

rééd° du 21 12 13

Partager cet article

Published by mamadomi - dans philosophies
commenter cet article

commentaires

Aloysia_Martine 26/12/2014 17:11

Un très bel article !

Aloysia Martine 25/12/2014 16:40

Tu remets à point nommé un article avec un commentaire de Vivadevata plein d'intérêt. Joyeux Noël chère Mamalilou !

mamalilou 05/01/2014 03:47

-->> en ce sens-là oui...
la réponse annule toujours la question... une fois arrivée, pas d'inquiétude, toujours au moment où l'on est prêt à la recevoir... parfois avant le questionnement d'ailleurs!!
D'expériences en expériences (sens de la vie)on acquiert des savoirs et des questionnements
De connaissances en connaissances (chemin) on acquiert de l'intelligence et sa force et encore des questionnements
De partages de connaissances et d'expériences, (cheminer ensemble, faire un) on acquiert de la sagesse

mais l'essentiel est là, oui, bien avant tout cela, et vers quoi l'on tend toujours, avec ou sans questionnements superflus...

...
namasté et belle suite du temps à toi, ensemble, sous le sceau 2014 !

vivadevata 29/12/2013 23:05

Salutation à toutes et tous,
*Le retour du jedi.*

Com sur : Questionnement
Méthode socratique

La philosophie commence toujours par une renaissance,
lorsqu'on entre en soi-même,
dans le silence de sa conscience,
pour une épreuve de vérité.

RE : **Encore faut-il définir ce que l’on entend par le soi-même.

Est-ce le moi, la personne qui ignore ce pourquoi elle existe, d’où elle vient, où elle va ?

Est-ce « je » qui pense qu’il existe par lui-même, mais meurt au final ?

Est-ce ce qui reste quand le corps physique meurt, tant est soit-il qu’on l’entrevoit ?

Est-ce seulement ce en quoi nous croyons ?

Est-ce la part d’imagination en nous qui créé cela : l’individu ?

Est-ce un positionnement quand à un hypothétique Dieu qui te reçoit à la fin d’une vie ?

Est-ce la reconnaissance d’une âme humaine avec un dessein de vie prédestiné ?

Est-ce quelque chose qui en nous est de nature immortelle et dont nous sommes la projection ? **

Qu’elle est ma nature par définition par rapport à ce que je perçois, sens, ressens par mes sentiments, mes émotions, les cinq sens corporels, l’orientation de mes pensées qui sans cesse se
nourrissent du perçu en constant changement ?

Existe-t-il un principe ou des principes supérieurs à ma nature humaine limitée ?

Puis-je me positionné par rapport à une vision globale de mon environnement, de ce que je représente, du monde dans lequel je me meus et dont je dépends par conséquence ?

Est-ce que j’existe réellement à travers mon regard, celui des autres et qu’elle est la nature de cette conscience qui perçoit alors ?

Suis-je capable d’appréhender un questionnement existentiel, fournir un contenu, des réponses satisfaisantes, un sens réel, ou cela reste aléatoire et indéfinissable ?

L’on reconnaît le silence à l’extérieur de soi-même, mais quand est-il par rapport à son for intérieur, le mental est-il capable de le mettre en veille, au repos, et que se passe t’il en ce cas
?

Qu’est-ce que l’intuition qui se déclenche au-delà de la réflexion de la pensée ?

La vérité est-elle personnelle, individuelle selon son champ de perception ?

La vérité est-elle la somme des vérités émises tous les individus conscients ?

Pour établir la vérité, comment percevoir ce qui est réellement conscient pour en définir les contours ?

La vérité une est-elle déjà préétablie par une conscience dite supérieur à l’homme ?

Peut-on y avoir accès en modifiant notre conscience en élargissant son champ de perception jusqu’à atteindre à cette Vérité une, ce qui est juste sans ajustement ?

Si une question se pose et en appelle d’autres à l’infini, comment arrêter ce processus et y parvenir ?

Au-delà du questionnement, le silence est-il La réponse ?

Ce silence intérieur est-il la réponse auquel l’homme peut prétendre s’il se tait, pour écouter ce qu’il y aurait au-delà de sa condition propre dans le limité, l’impermanent ?


Peut-on attribuer de la valeur à la vie qui meurt et laquelle ?


Est-il possible qu’un principe immortel et conscient existe dans une réalité non alternative, éternelle et inchangeable, une Réalité sans changement et parfaite ?

Peut-on y accéder si on est capable d’admettre cela ?

La valeur accordée aux choses, aux êtres vivants, au créé, conscient de peu ou de beaucoup est-elle objective ou subjective ?

Cette question du subjectif et de l’objectif détermine-elle, aide-elle à se positionner par rapport au « Connais-toi toi-même ?

La réflexion de notre état de conscience individuel amène-t ‘elle à une réflexion de retournement en soi, permettant une conscience plus globale et élevée, afin de mieux se déterminer dans la
vision élargie de « soi-même », voire d’une conscience lumineuse apportant la clarté de l’esprit ?

Existe-t-il un point à atteindre pour se voir en soi-même tel que l’on est vraiment ?

Sommes-nous conscient qu’exister n’est pas seulement éphémère et passager ?

Y a-t-il des alternatives aux limitations fixées par la densité de la nature qui nous entoure et nous définit alors ?



**La raison n’est pas la cause, seulement un effet. Celui qui raisonne pense en fonction de son savoir, de ses impressions, de son éducation, sa culture, ses expériences.

Mais qu’est-il vraiment en fait ?
De quoi est ’il constitué ?

*Non seulement « connais-toi toi-même », mais aussi, jusqu’où es-tu prêt à aller pour te connaître totalement, sans laisser de zones d’ombres, qui altèreront ton regard ?

**Toi qui m’interroge, pourquoi m’interroges-tu ?
Ne m’interroge pas moi-même en fait ?
Ce questionnement auquel répond le silence.
Ce silence qui si on l’entend te répond-t-il ?


Se connaître n’est ‘il pas tout simplement se reconnaître soi-même comme existence et la reconnaître en chacune et chacun, en chaque chose également ? **



Un philosophe pose toujours la question "qu'est-ce que ?"La question de l'essence. Quelle est l'essence de la justice ? L'essence de la vérité ? Que signifient "amour", "nature", "justice" ou
"bonheur" ?


Quelle est la réalité désignée par ces concepts ?
Nous ne le savons pas, et c'est pourquoi il nous faut philosopher, penser par concepts.¹
Mais l'essentiel n'est pas le concept. Le concept n'est qu'un outil.
L'essentiel, c'est l'homme réel.
L'individu concret et sa vie. La personne et sa destinée.
Le soi, corps, cœur et âme.


RE : **La philosophie, si elle ne tient en compte que l’aspect temporel de l’homme et non la connexion à sa verticalité en l’être, elle est pure spéculation et perd son sens à part de ce qui
justement constitue notre essence et que l’on ne voit pas avec les yeux, la raison, l’émotion s’ils ne sont transcendés.
Les concepts poussés au bout de leur sens devenant insensés, ils tombent comme un fruit mûr que nous digérons pour en tirer l’essence et grandir en conscience.

Seule l’expérience peut se poser en véritable repère juste et réel pour se connaître et se reconnaître au regard de ce qui voit. Je suis alors ce que je vis, et ce que je vis je peux l’envisager à
l’infini, dans tous les sens du terme ; alors je peux dire que JE SUIS l’existence et qu’elle s’exprime en moi, à travers moi et ce que je vis est ce que je connais. La création mène

Les alternatives sont sans fin, par exemple si je me pose en observateur et puis pénétrer en conscience le créé, je puis le vivre à travers ce qui vit d’expériences et les faire miennes ; ceci à
plusieurs niveaux de perception pouvant se combiner entre elles. Se constitue alors une super conscience d’une nature plus grande et ainsi de suite, rejoignant l’essence des choses jusqu’à leur
disparition. Ceci se nomme communion.

J’ai par exemple observé, ressenti avec jubilation et incidemment, que lorsque l’on est attentif à l’instant présent avec une conscient aigue, que la vie en nous et autour de nous, notre vie est
immergée dans un tout conscient de notre présence ici et maintenant avec intelligence.
L’on pourrait comparer ce phénomène à une sorte de transparence d’esprit à esprit, de la vie individuelle avec la Vie qui englobe. Cette Vie connaît, voit, entend, ressens ce que tu expérimentes
avec toi, avec tous en même temps, avec tout.
L’on peut imaginer ce que cela implique de magique. Tu reconnais la vie, fusionnant avec elle, elle communiant avec nous, transparente, légère, aimante.
Pas d’inquiétude, cela arrive seulement lorsque nous sommes prêt, que notre conscience s’élargie dans un tout, comme un souffle s’unit au vent et se mêlant t’emporte avec lui et entre en toi, toi
en lui.

La question de savoir « qui tu es » s’arrête. Tu es, nous sommes la Vie et cela sans fin.

Il n’y a pas de meilleure approche de la vie que de la vivre pleinement, d’expérience en expérience, communier avec elle.

En l’occurrence, il y a de multiples chemins dans les apparences, car étant différenciés, mais du point de vue placé dans l’Unité, il n’en n’est qu’un seul en Réalité, comme les rayons d’une roue
convergent vers le centre.
L’observation aigu du sens de la vie, de l’existence, son interpellation, à travers du discernement, l’introspection, l’autodétermination, la sensibilité intérieure m’ont poussé à l’étude, aux
recherches nécessaires, guidé par une présence, des présences magnifiques, que je ne percevais aucunement au début.
Pourtant Elle était bien là présente, mais discrète cette présence, attendant le souffle de l’aspiration à une élévation intérieure. Comme pour chacune et chacun d’entre nous d’ailleurs, ce souffle
surgit un jour. Il n’y a personne de mis à part dans l’égalité de CE QUI EST. **


"Qu'est-ce que l’homme ?»

RE : **L’homme est le moule de l’âme et l’âme le moule du Soi divin, éternel, parfait et immortel.



Quel est le sens de ma vie ?

**RE : Ma vie est le sens de la Vie, littéralement. Le questionnement est en ce sens superflu. J

. 05/01/2014 03:37







gilbertilo 23/12/2013 18:21

Ah je me délecte toujours de ces lignes.J'y reviendrai peut-être.Pour l'heure chère Mama dans le concert des voeux que tu ne manqueras pas de recevoir,je jouerai ma petite note.Simplement que le
bonheur vous accompagne toi et tous ceux qui te sont chers.@ plus sur le chemin .Bisous.

mamalilou 30/12/2013 01:07



merci pour cette petite note de musique qui fait la partition si
harmonieuse  


doux bisous en partage, que ces instants te soient mémorables de joie et d'harmonie, que ça pétille dans les coeurs!!


à tout bientôt, sur le chemin...