Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 13:51

Le Front de Gauche,

quelles perspectives?

...tout le monde en parle,

mais en vrai:

 

Jusqu’à maintenant, aucun parti politique ne s’engageait dans la voie des changements fondamentaux que nous préconisons, la GR s’abstenait donc de prendre position pour l’un d’eux.. Et tout en dénonçant l’illusion de démocratie qu’est la situation actuelle, en montrant notamment "les enjeux de l’abstention". 

Mais il semble que l’argumentation du Front de Gauche réponde assez bien à cette critique. Et l’idée fait son chemin qu’il faut bousculer cette apparence de démocratie pour que de vrais changements puissent se faire. Alors, même si on ne peut jamais être sûr que les urnes donneront une suite à une ambition politique, G. Evrard parie sur J-L Mélenchon, parce qu’il a vu dans son programme sa détermination à agir sur le système pour placer enfin “l’humain d’abord !”:

 

L’idée que des changements fondamentaux ne pourront décidément intervenir qu’en bousculant le mécanisme institutionnel dans lequel est aujourd’hui figée la démocratie représentative fait son chemin [1], signifiant que la reconquête du suffrage universel et une intervention citoyenne permanente sont les conditions pour reprendre le pouvoir à l’oligarchie financière qui écrase le monde. C’est le cœur du projet du Front de gauche.

Enfin une dynamique historique ?


"L’humain d’abord", ce pourrait n’être qu’un slogan électoral, mais nous voulons comprendre cette injonction comme une résolution de fond, celle qui est aux sources de la GR:

les progrès techniques doivent réduire la peine des hommes

et non prolonger leur aliénation.

Une utopie qui animait déjà des hommes comme Elisée Reclus[2] qui, au 19ème s., avait eu le temps d’observer les conséquences de la révolution industrielle, sans cesser de s’émouvoir des équilibres subtiles de la nature, et Jacques Duboin, lorsqu’il écrivit "La Grande Relève des hommes par la machine", puis fonda en 1935 "La Grande Relève des hommes par la science", désespérant de voir ces progrès d’abord au service de la guerre, puis confisqués par le capitalisme. Et donc une utopie qui reste à conquérir, à bien des égards.

Quelles idées ?

 

Je ne crois pas que nous ayons lu souvent dans un programme électoral, à l’exception de quelques grands moments de notre histoire, lors de puissants mouvements populaires (la Révolution française, la Commune de Paris, le programme du Conseil national de la résistance...), une telle clarté d’analyse et d’intention, une telle hauteur de vue, reposant sur une immense confiance en l’homme. Non pas l’homme au centre du monde, mais l’homme collectivement responsable et solidaire, à qui on demande de s’engager dans l’action. Rappelons donc les bases de cette analyse et de cet engagement:

• "Derrière la crise du système capitaliste qui se déroule sous nos yeux, il y a la possibilité d’un monde meilleur. Nous devons la saisir. [...] La catastrophe écologique, l’explosion des inégalités, de la précarité et de la pauvreté, les violations répétées de la démocratie, le refus de rapports humains fondés sur la solidarité et la coopération, tout ceci a une cause dont l’action humaine peut venir à bout. Tous ces maux trouvent leur commune origine dans la caractéristique essentielle de notre époque: la domination sans partage du capital financier sur le monde. Or, cette domination en apparence inébranlable est en réalité d’une grande fragilité. Car elle dépend tout entière de choix politiques que les peuples peuvent inverser".

• "Pour résoudre la crise, il faut reprendre le pouvoir. Pour en finir avec l’insécurité sociale générée par le règne du profit, pour que le respect de l’écosystème menacé par le réchauffement climatique et la destruction de la biodiversité prime sur les exigences du court terme, pour que les lois adoptées visent à satisfaire l’intérêt général plutôt que l’avidité insatiable de quelques-uns, il faut que soient élus des dirigeants qui ne dépendent d’aucune manière de l’oligarchie financière et que le peuple, à la faveur d’une 6ème république, exerce le pouvoir pour de bon. Il faut une révolution citoyenne".

• Le programme, que nous ne pouvons détailler ici,

"n’est pas un recueil de solutions toutes faites. Nous sommes dans un de ces moments de l’histoireseule l’intervention directe du + grand nombre peut réinventer l’avenir".

Nous sommes donc invités à creuser et à enrichir l’ouvrage, comme le fait une lectrice[3] et aussi notre journal qui, au-delà de susciter une réflexion collective, ce qui est sa raison d’être, a proposé une contribution particulière[4]. Le programme du Front de gauche est ainsi un outil qui vise à rendre majoritaires 2 convictions qui peuvent tout changer.

Premièrement, il faut rompre avec les politiques de ces dernières décennies:

"La croyance dans la construction actuelle, libérale, de l’Union européenne, la volonté de réduire le “coût du travail”, le démantèlement des services publics, le refus d’affronter les banques et les marchés financiers".

Des dogmes qui continuent d’être répétés par les partis et les médias dominants et sont appliqués aveuglément par les gouvernements autour de nous ainsi que par les institutions internationales.

Deuxièmement, le point d’appui à partir duquel reconstruire, c’est "l’humain". On nous a tellement dit que les lois de l’économie, quasi naturelles, sont + fortes que l’homme, qu’on ne songeait même plus que c’est l’homme lui-même qui les met en place! Et nous savons aussi que

"la richesse d’un pays réside dans le travail humain, dans la capacité de ses femmes et de ses hommes à s’associer librement, à créer, à inventer, à produire. [...] En refusant la domination du capital financier sur le travail, en luttant contre la précarité, en garantissant à chaque personne le droit de se soigner, de s’éduquer, de se loger et de travailler, nous protégeons et accroissons les forces créatrices qui refonderont notre pays et aideront demain à changer le monde".

C’est une solide ambition. Mais demain, c’est quand?

— Cela dépend de nous.

"Face à la domination des marchés financiers qui soumet nos sociétés aux intérêts d’une petite oligarchie, nous avons besoin de la souveraineté du peuple, seule à même de viser l’intérêt général. Pour abolir les privilèges de notre temps, il nous faudra assumer puis remporter la confrontation avec la finance. La condition première de notre succès sera la mobilisation des femmes et des hommes, la construction de nouveaux rapports de force favorables aux travailleurs et aux citoyens. [...] Le Front de Gauche est justement né de l’exigence de réinventer la gauche en s’appuyant sur l’implication populaire".

Demain commence donc maintenant: en prenant part au mouvement.

Une dynamique historique ?

       

En revenant sur la démarche de rassemblement des forces politiques qui constituent aujourd’hui le Front de gauche, puis en écoutant les analyses qui sont développées par le candidat J-Luc Mélenchon et ses partenaires, de meeting en meeting, au cours de débats ou lors d’interviews[5], où ils ne laissent guère de place au jeu politicien suscité traditionnellement par les médias, on prend réellement conscience de la consistance d’un projet qui ne vise pas la seule élection présidentielle, mais bien la volonté de faire renaître enfin dans ce pays l’idée qu’une autre organisation économique et sociale est possible, si on en a la volonté politique. Et l’espoir de la faire partager à d’autres peuples.

Il s’agit donc d’un projet de fond renouant d’abord avec le socle historique des valeurs “de gauche”, qui s’était dilué au fil des décennies dans les renoncements de la social-démocratie. Des valeurs auxquelles adhère la GR et qui laissent mieux augurer de la possibilité d’agir pour la mise en place d’un revenu par distribution, notre objectif particulier. Un projet prenant la juste mesure de la convergence, elle aussi historique, de la crise économique et sociale et de la crise écologique provoquées par le capitalisme financiarisé qui mène une lutte de classe féroce en même temps qu’il ne s’interdit aucun excès dans sa prédation des richesses de la planète. La GR a longuement analysé ces aspects. L’ennemi est ainsi clairement désigné et les moyens légitimes de le combattre également, par la reconquête du suffrage universel, l’exigence de médias indépendants tant du pouvoir financier que du pouvoir politique, et l’intervention citoyenne permanente dans tous les aspects de la vie économique et sociale, ainsi que dans les grands choix de société qui dessineront notre avenir. Cette renaissance de la démocratie serait institutionnalisée dans le cadre d’une VIè République.

Les promesses seront-elles tenues, dans l’hypothèse de l’indispensable alliance avec la social-démocratie au 2nd tour, puis lors des élections législatives? N’est-ce pas prendre le risque de voir la droite reconduite au pouvoir en ne sacrifiant pas au vote utile dès le 1er tour? Continuer de poser dans les mêmes termes ces questions, fort légitimes, signifierait que l’on renonce à entrer dans une dynamique de changement à laquelle nous travaillons pourtant depuis longtemps. Si la droite conserve le pouvoir, la déconstruction méthodique des garanties sociales et des services publics va se poursuivre, la politique d’austérité et les inégalités s’aggraver, comme partout en Europe, et la prédation de la planète s’amplifier, toujours pour le + grand profit de l’oligarchie financière, jusqu’à la catastrophe finale. Si la social-démocratie est plébiscitée, une certaine inflexion de cette politique sera peut-être provisoirement acquise, mais les orientations fondamentales n’étant pas modifiées, les espoirs d’une société + juste sur une planète revivifiée seront définitivement anéantis.

La GR exprime clairement l’exigence d’une démocratie élargie, celle qui est déjà inscrite dans le projet de VIè République, mais à laquelle il faut, certes, continuer de réfléchir. Nous sommes pour la “révolution citoyenne” qui devra assurer le contrôle de l’action des élus et peser sur la stratégie déployée par un gouvernement de gauche pour aller vers les changements fondamentaux indispensables. Si la dynamique se poursuit, beaucoup de nos concitoyens prendront confiance, la rejoindront et l’enrichiront. Les peuples d’Europe nous observent. Le 18 mars, à la Bastille, on entendit ces mots du poète républicain espagnol Antonio Machado > que nous avions déjà cités dans la GR:

"Voyageur, le chemin ce sont les traces de tes pas. Voyageur, il n’y a pas de chemin. Le chemin se fait en marchant. Et quand tu regardes derrière toi, tu vois le sentier que jamais tu ne dois à nouveau fouler. Voyageur, il n’y a pas de chemin, seulement un sillage sur la mer"[6].

 

G. EVRARD, GR, avr. 2012

[1]Guy Evrard, La démocratie représentative est à reconquérir, mais pas seulement!, GR 1129, mars 2012, p.8

[2]Elisée Reclus (1830-1905), géographe, théoricien de l’anarchisme, acteur de la Commune de Paris, qui écrivit L’homme est la nature prenant conscience d’elle-même

[3]Lire la lettre de P.S. au courrier des lecteurs du présent numéro

[4]Guy Evrard, Des sciences citoyennes pour un projet politique, GR 1122, juillet 2011, p. 13

[5]Par ex: http://www.placeaupeuple2012.fr/jea...

[6]Antonio Machado (1875-1939), extrait traduit de Proverbios y cantares

 

 

sur le blog Le Geektionnerd

proposé par mamadomi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamalilou 20/05/2013 05:02

-->> tu as vite pris du recul
c'est vrai que ce qui est fait transforme
c'est vrai aussi qu'on aime se replonger dans les souvenirs, se redire ce que parfois on oublie, pour garder ce recul sur soi justement, ... le blog c'est un peu comme un album photo d'un chemin de
vie, en tous cas certains blogs... un chemin partagé où on apprendrait un peu ensemble en fait... non?
gros bisous ma ptite bouteille d'orangina !!!
"même"/"surtout" si tu n'as rien cherché du tout... dirait quelqu'un que je connais...
^_^

Durgalola 17/05/2013 21:31

je vais te confier qu'avoir tout perdu au fond n'est pas grave ... l'important n'est pas dans l'avoir ... mais dans l'être
et chaque article fait, chaque rencontre effectué, me transforme et c'est ça la vie ...
J'ai un peu de mélancolie sur mon temps chez overblog... un peu de mélancolie
mais au fond, de temps en temps, il faut être secoué ... (même si je n'ai rien cherché du tout) ...
Je t'embrasse et te souhaite quelques rayons de soleil

alphomega 11/05/2013 11:47

Il a été fait mention (deux ou trois fois seulement et au tout début de l'élection de F. Hollande) de l'Islande dans les journaux TV de nos chaînes nationales et de son refus de se soumettre au
diktat du FMI et des solutions du genre "nous savons ce qui est bon pour vous" proposées par les grandes banques et les non moins "grands" économistes tous issus de ces mêmes "grandes" banques.
J'ai lu un entrefilet sur le net bien sûr, parce que nos journaux nationaux n'en font pas mention, de la petite "bombe" provoquée par un étudiant en économie qui a prouvé que les calculs à la base
de la solution de la crise en Europe (et aux Etats Unis) sont faux.
On nous bassine avec des slogans du genre "appauvrissez vous et vous deviendrez plus riches" "travaillez plus pour gagner moins et vous serez heureux" alors que c'est du "flan" et tous les
spécialistes le savaient déjà.

mamalilou 18/05/2013 19:56



eh oui, du "flan".... comme tu dis... 


le principe de vouloir briller dans la médiocrité et refiler le baton merdeux aux suivants, devant l'ampleur du travail...


quand on voit les efforts qu'il faut pour arriver au pouvoir, les jongleries, les magouilles, remiser souvent son éthique au point de n'en plus avoir une once en bout de course... tu m'étonnes
qu'aucun n'ait envie de remuer la merde...


ya pourtant des Gorbatchev de temps en temps qui amorcent un sale boulot courageusement, c'est fait, on n'y reviendra pas... évidemment il faudra du temps pour que ça s'arrange, mais il fallait
trancher et en finir avec des archaïsmes menaçants et anti-progressistes sur le plan de l'organisation sociétale de l'éducation, de la politique, de la santé... etc... et réduire les tensions
guerrières... mais pour arriver là, en situation de faire cette opération au détriment de sa carrière politique (voir comme il aura été traîné dans la boue après ça...), il fallait du courage et
de la détermination, beaucoup de complaisances de façade et un talent de stratège indéniable...


pour vouloir le bien aujourd'hui, il faut cacher son jeu... ceux qui l'ouvrent sont là pour motiver la masse qui suivra le jour J, mais le (ou la) bon leader qui saura motiver le reste du monde,
depuis un pays ou un autre, le fera (ou le fait, héhé) avec l'air de rien, sans étaler ses cartes, en fin stratège déterminé... crois-moi...


ya que ça... tout en douceur, mais fermement...


question économistes, dur dur quand ceux qui sont formés le sont sur la base d'un principe non négociable: capitalisme first... comment veux-tu qu'émergent librement des pensées autres...
d'autres perspectives... il leur faut vieillir avant de pouvoir être entendus, et pareils, s'ils le font trop haut et fort, trop tôt, ils sont décrédibilisés...


le processus est long, alors que l'erreur progresse à grands pas...


à suivre de près, tenons-nous prêts, agissons à notre mesure


chaque geste, chaque choix de vie, contribue à cette stratégie... nous faisons ce qui se fait, nous achetons ce qui se vend, nous acceptons encore les termes de l'exercice de la démocratie, et en
l'état elle est raptée... d'une part par le bipartisme auquel confine notre mode de scrutin majoritaire à deux tours, et d'autre part par les règles de la finance, qui permet ou pas les mesures
qu'on veut voter... du délire...


la démono-cratie!!!! 



Clo 08/05/2013 17:01

Ah Mélanchon !
Comme il a raison de secouer le cocottier !!!!
Bisous

mamalilou 16/05/2013 23:12



haha, oui, c'est ce qu'il fait, secouer le cocotier!!!


rien que pour ça, il a sa place dans le paysage de la réflexion politique


je trouve que ça décomplexe les gens de voir cette nature d'homme s'exprimer


que ça réconforte de l'image du politique cultivé mais élitiste... celui-ci est cultivé mais pas élitiste du tout


et surtout ça fait du bien d'entendre les choses dites avec bienveillance derrière la force


non par stratégie, mais parce que profondément il ressent ce qu'il dit. Même marine n'a pas ce crédit, elle est trop opportuniste dans ses tirades... 


sarko l'était aussi, tout la classe politique presque au complet réussit l'exploit désolant d'être à la fois stratège et opportuniste, ... ça fait beaucoup de grand écart.


mélenchon est souvent maladroit, brut de décoffrage, mais je lui reconnaît un anti-sophisme de manipulation de masse qui va dans le sens de l'évolution, et permettra sans doute de voir renaître
quelque chose qui s'apparente à du discernement... un premier pas vers un mieux commun


doux bisous



Valentine :0056: 08/05/2013 09:58

Merci de toutes ces précisions ; mais changer le monde exige patience et tolérance car sinon c'est l'explosion de la violence et du totalitarisme, ce dont Mélenchon semble hélas très proche. Ce que
je regrette le plus dans le monde actuel, c'est précisément cette explosion de la violence qui à elle seule casse tous les efforts des "hommes de bonne volonté" ; alors qu'avec un peu de bon sens
et d'union on pourrait peut-être faire des merveilles.

mamalilou 08/05/2013 16:39



le monde n'a pas besoin de mélenchon pour exploser dans la violence


les totalitarismes sont en place, le pire, le plus tentaculaire, qui masque ses actions et les pare de vertus, qui domine 7milliards d'individus
anesthésiés, celui-là fait des dégâts


tu présentes comme la plupart d'ailleurs la fausse causalité qu'on te/nous sert qui tendrait à dire que ce que nous vivons n'est pas de l'oppression et du totalitarisme et que ce sont les
solutions pour en sortir qui sont dangereuses


je constate simplement que nous ne vivons pas en paix sur la planète, que la guère sert la seule option économique validée et en cours, que peu de monde mangent à leur fin sur une planète qui
peut nourrir plus de monde mais autrement, que les ressources s'épuisent inutilement alors que le vent et le soleil à eux seuls suffiraient à pourvoir à tous nos besoins (mais seulement ceux qui
sont vrais), que nous ne sommes pas libres d'entreprendre, que nous ne sommes pas libres de nos choix de vie (nomadisme, éducation, activités économiques, santé...) que nos libertés spirituelles
sont contraintes partout ou tout au contraire envahissantes... etc...


ce monde est patience et on nous dicte des impatiences, des désirs et nécessités impérieux,


ce monde est différences, parce que la nature est différences, et on nous dicte des choix normatifs, normalisés, universalisés, déconnectés ... intolérants...


 


alors non, non, la violence n'est pas dans les propos et projets des uns ou des autres plus qu'elle ne l'est dans la réalité, objectivement. La violence, l'explosion perpétuelle de violence, le
totalitarisme financier et pseudo-démocratique sont notre quotidien.


 


Nous pouvons souhaiter et agir progressivement dans et pour la paix... d'aucun nous traiterons d'idéalistes pleins d'illusions....


et infléchir la trajectoire avant d'aller dans le mur... violence s'il en est.


nous pouvons aussi toujours attendre d'être au pied du mur, pour n'avoir d'autre choix que de nous retourner et combattre, faire les chemins à l'envers jusqu'à la bifurcation loupée...


c'est quoi l'illusion? 


pour suivre beaumarchais, il vaut mieux craindre sans raison (et on voit bien que ce n'est pas sans raison aujourd'hui) que s'exposer sans précaution... quoi de pire que l'impréparation?


nietzsche n'aurait pas manqué de nous rappeler aujourd'hui encore et plus que jamais que ne pas vouloir savoir ou faire comme si on ne savait pas relevait de la même bêtise et conduisait aux
mêmes conséquences délétères...


 


le bon sens est partout, mais l'union elle reste à faire... c'est bien là qu'est l'importance du
message de tolérance qui par contre manque un peu dans les prises de position de la personne mélenchon (et les médias comme le jeu politique exigent ces prises de positions, dans cette lutte de
tous contre tous organisées en "débats"), et ne peut peut-être pas être généralisé à l'ensemble des membres et sympathisants de ce parti...