Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 21:44

http://www.er-timmerwerken.nl/wp-content/gallery/website-illustraties/stockxpertcom-huis-van-handen.jpgAux Pays-Bas, (oui pas en France hein!!) pays très densément peuplé, la pression de la demande sur les terrains et les bâtiments est par définition très forte. Le secteur immobilier, où les bénéfices sont potentiellement élevés, joue donc un rôle important dans l’économie, et dans la politique. Mais les Pays-Bas sont aussi un des rares pays où le squat est légalement possible - dans certaines circonstances bien précises.

 

L’après-guerre et la crise

du logement (1945-1970)

 

"L’ère de la reconstruction" du pays durant les 20 ans qui suivirent la fin de la 2ème Guerre Mondiale et de l’occupation nazie vit une très forte activité du bâtiment, avec des pointes dépassant les 100.000 nouveaux logement construits/an, pratiquement tous dans des quartiers nouveaux. Néanmoins la crise du logement resta sévère.

Pour y faire face les autorités, fortes de la loi sur le logement ("Woningwet") de 1901, ont mis en place un système rigoureux de distribution de permis d’habiter ("woonvergunning"). Les services municipaux de l’habitat (GDH, Gemeentelijke Dienst Herhuisvesting) contrôlaient strictement l’accès aux logements à loyers modestes, que ceux-ci soient aux mains de particuliers ou d’associations et de régies. Les critères d’obtention du permis d’habiter sont très conventionnels: seuls les couples avec enfant(s) y ont droit. Le chef de famille doit avoir au moins 23 si ce n’est 25 ans, un salaire http://www.krimpenaandenijssel.nl/public/afbeeldingen/wonen%20en%20leefomgeving/bouwvergunning.jpegmodeste, et être employé dans l’agglomération. Les associations et régies locatives ("woningbouwvereenigingen" et "woningcorporaties") y rajoutent leurs propres critères d’appartenance religieuse ou politique, conformément au système de "cloisonnement" culturel ("zuilensysteem") prévalent à l’époque.

Dans les grandes villes où la demande de logement est trop forte, certaines formes de squat se sont développées dans les quartiers populaires. Elles étaient le fait d’associations de quartier, du Parti Communiste alors encore puissant, ou encore de "grandes familles prolétariennes" qui mettaient la main sur des logements du système de logement social. A condition de répondre aux critères d’attribution, ces squats sont généralement légalisés après-coup.

Le système du logement social commence à se déliter dans les années 60. Les Pays-Bas font l’expérience d’une révolution culturelle dont le mouvement Provo restera le symbole. La bureaucratie de l’habitat se grippe alors que la politique commence à se laver les mains des questions sociales. Le squat de logements sociaux ("distributiewoningen") prends de l’ampleur pendant que la construction de nouveaux immeubles stagne. Et le squat devient de + en + une affaire politique: le mouvement Provo lance par ex. son "plan de logements blancs" (d’utilisation temporaire) auquel s’apparente leur "plan de vélos blancs" qui finira par être mis en pratique à grande échelle ... à Lyon et à Paris !

http://www.emito.net/files/emage/squatter_cropped_4_0000695216_e.jpgJuridiquement parlant, il n’y a alors aucune loi qui traite spécifiquement du squat. Le principe conducteur reste le respect de la propriété privée, mais les juges se prononcent au cas par cas et tiennent compte du contexte social. Selon le principe biblique de la nécessaire fructification des talents, le propriétaire qui laisse son bien à l’abandon ne pourra guère compter sur la compréhension de la justice face à des squatters dans le besoin. De plus le squat se joue surtout dans des bâtiments inoccupés et vétustes, très souvent des logements déclarés officiellement inhabitables et qui de ce fait sont hors du système d’attribution et ne sont plus protégés par la loi sur le logement.

 

Les années fastes

du mouvement Squatter: 1970-1990

 

Après l’érection des nouveaux quartiers de l’après-guerre, c’est la rénovation du logement ancien qui est mise en œuvre au début des années 70. Les vieux quartiers ouvriers construits à la va-vite au 19ème s. sont "assainis". Le vieux est alors presque toujours rasé sans distinction pour faire place a du neuf monotone et monofonctionel (uniquement d’habitat). Cette "rénovation" est donc en butte à des critiques, et de plus la production est loin d’être optimale: il se démolit + qu’il ne se bâtit. La crise du logement ne se résorbe donc pas, au contraire, et elle est aggravée par l’arrivée sur le marché des jeunes du "baby boom" qui forment des ménages d’une ou deux personnes (sans enfants ils n‘ont pas droit au logement social). Le squat s’étend et devient de plus en plus "normal".http://www.pa-international.org/images/photo_A_Vanagt.jpg

Le ministre de la justice Andries van Agt propose alors une loi anti-squat (1976). Celle-ci passe la Chambre Basse ("Tweede Kamer") mais elle est rejetée par la Chambre Haute ("Eerste Kamer") qui critique les procédés cavaliers à l’encontre des justiciables. La justice entre-temps continue à traiter les affaires concernant le squat au cas par cas, bien que le ministère public essaye d’imposer des directives uniformes. L’arme principale des squatters est l’anonymat car ceux-ci doivent être nommément assignés en justice pour être délogés. Un jeu du chat et de la souris se déroule alors entre squatters masquant leur identité et propriétaires cherchant à la découvrir (fouille de poubelles, indics, etc.) Mais les comportements se durcissent dans le secteur immobilier et les propriétaires recourent de plus en plus à la violence des nervis pour déloger les squatters.

C’est à cette époque qu’apparaît le phénomène du gardiennage contre-squatt ("anti-kraak"), une sorte de squat à l’envers, ou l’habitation et/ou l’utilisation d’un bâtiment est concédée à titre temporaire, en général par l’entremise d’un intermédiaire spécialisé qui se charge de recruter les habitant/e/s-gardiens.

Les années 75-85 voient également des opérations d’expulsion de squats à grande échelle, qui s’accompagnent souvent, et particulièrement à Amsterdam, de violentes émeutes. Le summum est atteint lors du couronnement de la reine Beatrix en 1980 où plus de 8000 policiers arrivent tout juste à contenir les manifestants rassemblés sous le slogan "Pas de logement, pas de couronnement!" ("Geen Woning Geen Kroning !"). Ces événements contribuent à placer la crise du logement et le squat en ligne de mire du maintien de l’ordre.

Ces années, en particulier la période 1978-1983 sont aussi celles d’une grave crise économique aux Pays-Bas. Les taux de chômage et d’inflation s’écrivent à deux chiffres. Les locaux vacants se multiplient et le secteur du bâtiment s’effondre. Le gouvernement choisit de pacifier la vague montante du chômage, en particulier chez les jeunes diplômés, en ouvrant généreusement la soupape de l’allocation sociale au revenu ("bijstand"). Il en résulte un mouvement squatter de mieux en mieux organisé et de plus en plus influent, constitué surtout d’étudiants, d’activistes et généralement de jeunes sans emploi: le squat se transforme en un mode de vie et une activité à plein temps, et développe toute une économie parallèle, appuyée par une idéologie politique plus ou moins anarchiste. A Amsterdam et dans plusieurs autres grande villes, le mouvement squatter devient une composante non négligeable du paysage social.

Le gouvernement Den Uyl (centre-gauche, 1973-1977) accorde le droit au logement aux jeunes, aux ménages d’une et deux personnes, ainsi qu’aux "grands ménages" ("woongroepen") ("décret van Dam", 1975). Les municipalités et les régies doivent élargir substantiellement les critères d’attribution, et se voient également contraintes de fournir ou de construire des appartements adaptés à cette nouvelle demande. Les autorités décident d’enrayer l’étendue du phénomène squat par la construction de nouveaux logements sociaux et la reprise de la rénovation urbaine avec une qualité de réalisation bien meilleure qu’auparavant. L’ancien est réhabilité autant que possible au lieu d’être démoli. De nombreux squats sont "légalisés": les municipalités négocient avec les squatters, rachètent les bâtiments et les revendent ou les mettent à la dispositions des régies dont les squatters deviennent alors les locataires "sociaux".

1981 voit aussi l’adoption d’une nouvelle loi-cadre sur l’habitat (et le squat), appelée "la vacance" ("Leegstandwet"). Elle impose aux propriétaires de déclarer les bâtiments et locaux vacants. Le squat est déclaré illégal dans l’année qui suit la déclaration. Les squatters peuvent être désormais assignés anonymement en justice. Mais par contre le propriétaire perd la protection juridique si le bâtiment reste inutilisé et sans projet futur concret pendant plus d’un an. Le squat obtient donc par là un statut légal. Cependant, cette loi a surtout pour effet de donner une impulsion sans précédent au "contre-squatting",http://www.theyliewedie.org/ressources/galerie/galleries/Action_directe/squatt_maison.jpg lequel est maintenant devenu un secteur immobilier à part entière, et abrite 5 fois + de "locataires" que les squats (et avec des "loyers", qui de (presque) zéro au début, se rapprochent du secteur commercial ...).

Cette période est celle où le mouvement squatter peut se targuer d’un large soutien auprès de la population. Le mouvement squatter a été un des principaux moteurs des grands travaux de renouvellement du logement social des années 80-90, tout en contribuant grandement à la sauvegarde de la diversité économique, sociale et culturelle des quartiers populaires. C’est aussi principalement à lui que l’on doit les nombreux théâtres et ateliers de quartier, ainsi que l’acceptation de nouvelles formes de (co-)habitation.

 

Le retournement dans les années 90

et jusqu’à nos jours

 

Dopée par les booms successifs de la technologie et de la finance, une droite revanchiste et populiste gagne rapidement du terrain. A deux gouvernements successifs des libéraux conservateurs et des socialistes dirigés par l’ancien syndicaliste Wim Kok 1994-2002 succèdent trois gouvernements de droite pure et dure dirigés par le chrétien-démocrate J.P.Balkenende. La "loi sur la vacance" est remaniée et intégrée dans une nouvelle loi-cadre sur l’habitat ("Huisvestingwet") en 1993. Elle contient des dispositions plus contraignantes concernant le squat. L’essor de l’économie réduit le nombre de bâtiments "squattables" tout en menaçant l’existence des squats existants. Les expulsions nombreuses et musclées donnent lieu à des scènes de violence qui aliènent http://ch.indymedia.org/images/2008/07/62174.pngla sympathie du public pour les squatters.

C’est en 2003 qu’un député chrétien-démocrate lance la 1ère proposition de loi visant à rendre le squat complètement illégal en toutes circonstances, mais cette tentative n’aboutit pas. En 2006 le 2ème gouvernement Balkenende propose une loi dans le même sens, mais elle se heurte à l’opposition interne du ministre de la justice A.Pechthold du parti démocrate (centriste), ainsi que des maires des grandes villes, qui craignent des désordres supplémentaires. Et finalement, en 2009, trois parlementaires, dont l’un est dans l’opposition (!), présentent une nouvelle fois http://www.parool.nl/static/FOTO/pe/5/0/0/art_large_765.jpgune proposition de loi qui transformerait toute forme de squat en délit. Cette proposition de loi reçoit le soutien peu surprenant du PVV (groupe Wilders, extrême droite), mais également, après des débats internes agités, du Parti du Travail (PvdA) dont le porte-parole affirme que "l’Etat est mieux à même de combattre la vacance que les squatters". La Chambre Haute est à nouveau très circonspecte (d’autant plus que les municipalités, censées gérer les mesures décourageant la vacance, ainsi que les désordres subséquents à l’application de la loi, ne reçoivent aucun financement supplémentaire), mais sauf imprévu (comme en 1976), la loi semble devoir être adoptée cette fois.

squat artistique à Berlin▼

http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2010/02/12/photo_1265969950869-2-0_zoom.jpg

La situation actuelle (2010)

 

Dans les affaires qui passent devant les tribunaux, les squatters arrivent encore à gagner à peu près la moitié des procédures intentées contre eux et ainsi à empêcher, au moins temporairement, leur expulsion. En cas d’expulsion ils évitent systématiquement les affrontements.Les pronostics sur l’avenir du squat après l’adoption prévisible de la loi qui le criminalise ne sont finalement pas foncièrement pessimistes. Les bourgmestres (maires, désignés et non élus) des grandes villes se sont déjà prononcés contre son application rigoureuse et sans distinction. Ce n’est pas le squat qui va être la principale victime de la nouvelle loi, mais le secteur du "contre-squatting" qui est devenu la solution majeure - bien que précaire - de logement pour jeunes, artistes et étudiants.

squat parisien►

En faisant basculer le squat du civil au pénal, la loi transforme le squat en problème de maintien de l’ordre ce qui le rend plus facile à "assumer" pour les autorités. En effet, alors qu’elles doivent impérativement faire exécuter un jugement prononcé aux dépens des squatters dans une procédure civile, elles peuvent au pénal, faire usage de leur pouvoir discrétionnaire pour temporiser comme bon leur semble. La nouvelle crise économique et financière a fait du vide sur le marché immobilier, facilitant la mise en pratique d’alternatives de "remplacement" au squat tels que les "incubateurs culturels", les "bancs d’essai de nouvelles formes d’habitat" et autres innovations. Le squat campe sur ses positions et reste fort et bien organisé, en particulier à Amsterdam.

 

 

Jaap Draaisma, Patrice Riemens, 22 avr. 2010
On consultera avec profit l’article squat dans l’Encyclopédie Wikipédia dans les différentes langues de référence.
http://pl.indymedia.org/images/2007/11/33171.jpg

proposé par mamadomi

rééd° du 18 08 10

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamalilou 03/09/2012 22:32

-->> j'étais un peu jeune pour m'en souvenir directement, oh un rien...
bisous non violents... sans répression quoi...:)

only photos 25/08/2012 10:01

Je me souviens très bien de la période fin 70 début 80. Les affrontements entre squatters et force de l'ordre faisaient la une des journaux télévisés du soir, tellement c'était violent.

Phène 23/08/2012 21:03

Bonsoir Mamalilou,
Il paraît que dans la seule ville de Paris il y a des dizaines d'appartements inoccupés qui pourraient contenter beaucoup de familles nécessiteuses. Quelle honte que les gouvernements successifs ne
fassent rien !!! Bises et bon week-end

mamalilou 28/08/2012 03:46



je confirme!!


ce qui est honteux c'est que la plupart des propriétaires sont des banques et organismes qui planquent l'argent en "l'immeubilisant"... rienàf de louer ou d'entretenir... tout au contraire, et
plus vite ça s'abîme, plus vite on peut en faire autre chose que de l'habitat... rénovation, on garde la façade et on fait du magasin qui rapporte plus... bien sûr... et avec les taxes pro ça
rapporte aussi plus aux villes... hem hem...


tout n'est pas du ressort du gouvernement, mais je crois surtout que le détail des mesures à prendre incombe au législateur... et c'est à nous de faire remonter ses désirs


il manque un gros organe de communication directe entre le peuple et les députés... c'est trop long à remonter et surtout ça fait l'objet de relégations diverses pour cause de jeu de belote
électorale...


doux bisous et belle fin de mois à toi



tiot 23/08/2012 17:42

salut
les loyers ont pris des proportions énormes ces vint dernières années
il faut dire que la libre circulation des gens à l'intérieur de l'Europe y ai pour beaucoup. Les migrants préférant les pays dits sociaux à ceux de l'Est.
bonne journée

mamalilou 28/08/2012 03:36



oui, c'est le pendant de la "libre circulation" associée aux "disparités de valeurs"... la valeur du travail humain, la valeur des biens mobiliers et immobiliers... et pas seulement liés aux
taxes ou aux charges... etc... la libre circulation sans équité de traitement incite à des migrations massives vers les lieux les plus accueillants... mais pourquoi sont-ils plus accueillants
globalement ces lieux (faut pas trop regarder dans le détail des disparités sociales... bien sûr)...


ils le sont sur la base de l'exploitation première des ressources et du sous-travail humain... si l'on réfléchit, c'est un équilibrage qui se fait avec la recherche de la "valeur ajoutée"... qui
s'opère...


 


doux bisous et belle fin de mois à toi tiot



mamalilou 29/08/2010 04:49


-->> vi, ça finit par faire tache d'huile tout ça... c'est sûr... et pi tout bien considérer on squatte tous, certains en ont conscience, c'est tout..
:)
bon dimanche à toi
bisous