Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 14:08

bon voyage

Relatant ici une expérience personnelle, B. Blavette la commente en ces termes:

"Il s’agit d’un de ces faits divers qui, convenablement interprétés, en disent parfois + long sur notre monde que bien des savantes thèses universitaires…"

 

L’indifférence,

c’est ce qui détruit le monde (….)
L’indifférence,

elle te tue à petits coups

(…..)
L’indifférence,

je voudrais la voir crucifiée.

 Gilbert Bécaud -1977 

Vendredi 30 septembre 2011, gare TGV d’Aix-en-Provence. L’immense structure de verre et d’acier, parfaitement incongrue dans la campagne provençale, abrite ce jour là une fourmilière frénétique. Quelque part dans le nord un conducteur de train a été agressé et ses collègues se sont mis en grève par solidarité. Chacun consulte le panneau d’affichage des départs comme si sa vie même devait pâtir du moindre retard. Le personnel de la SNCF fait ce qu’il peut. Pour moi: une heure d’attente. Alors que je me glisse entre les groupes compacts pour tenter de trouver un endroit un peu tranquille, j’entends soudain dans mon dos comme un bruit sourd: je me retourne, une jeune femme, qui vient de se jeter du 2nd niveau de la gare, gît sur le sol à quelques mètres de moi… Je suis tétanisé, mes pensées se bousculent. Ainsi il y avait proche de moi un être que je ne savais pas assez désespéré pour souhaiter quitter ce monde!

j'en peux plus

Aujourd’hui la + terrible des solitudes se situe parmi la foule. Drame amoureux? Deuil? Maladie incurable? Chômage et conditions sociales intolérables? Albert Camus disait que le suicide était le + important des problèmes philosophiques[1] et pourtant, chaque année, + de 10.000 personnes mettent fin à leurs jours en France métropolitaine[2], les suicides sur les lieux de travail se multiplient jusqu’à se banaliser. Et tout cela dans l’indifférence générale…?

Cette indifférence, je vais pouvoir la constater de visu, à un niveau proprement hallucinant. Un périmètre est rapidement “sécurisé”, comme l’on dit aujourd’hui, autour du corps, mais la foule n’est pas concernée… tout cela est l’affaire des services médicaux d’urgence, n’est ce pas?

Un homme qui lit l’Equipe jette un œil par-dessus son journal et se replonge bien vite dans les exploits de son équipe favorite. Les regards demeurent vissés aux panneaux d’affichage, le personnel de sécurité autour du corps plaisante en attendant les secours, comme si de rien n’était. L’image me vient d’un troupeau broutant dans un champ sans se préoccuper du congénère tombé à terre.

Comment avons nous pu en arriver là?

- Est-ce le refus de voir ce qui pourrait être, un jour ou l’autre, le destin de chacun d’entre nous?

- Est-ce l’idée que celui qui se suicide est un “perdant” incapable de réussir sa vie, donc un inutile qui mérite son sort?

- Est-ce un effet de la réification[3] générale du Vivant?

Ce mépris du Vivant, qui est à l’origine de la catastrophe écologique que nous vivons, transparaît largement, par ex, dans la manière dont nous traitons les animaux, et tout spécialement ceux que nous consommons pour notre alimentation. Les industries agroalimentaires considèrent l’élevage uniquement sous l’angle d’une production de protéines qui nous sont nécessaires. En découle une banalisation de la cruauté qui ne fait pas honneur à notre espèce et qui, l’histoire récente l’a abondamment démontré, ne demande qu’à déborder le cadre purement animal[4].

Qui se souvient que, dans nombre de sociétés traditionnelles,

notamment chez les Indiens d’Amérique, le chasseur adressait une prière

en forme d’excuse à l’animal qu’il s’apprêtait à abattre?

Mais ce sont aussi les récentes avancées de la génétique qui, paradoxalement, contribuent à désacraliser le Vivant. Manipulations génétiques en tous genres et tentatives de clonage donnent au grand public la fausse impression que la vie n’a plus de secret pour nous, que nous pourrons bientôt la créer, et que sa destruction n’a donc que peu d’importance. Nous rendons nous compte de ce que signifie le fait d’utiliser couramment le terme de “matériel génétique”? Qui se souvient qu’il y a 50ans à peine chacun s’arrêtait un instant et se découvrait au passage d’un convoi funéraire? Mais lorsque l’on a tout misé sur l’hédonisme sans but, la consommation à outrance, lorsque l’on a abandonné toute réflexion philosophique et métaphysique[5], laissant ainsi le sens nous échapper, la mort devient terrifiante, il faut à tout prix refouler, détourner le regard.

Il serait pourtant faux d’affirmer que le Troupeau ne peut s’émouvoir du malheur d’autrui, mais il faut pour cela, pour parvenir à titiller sa compassion, des rituels adaptés. Plusieurs scénarios sont possibles, mais 2 se dégagent + particulièrement. Tout d’abord une grande catastrophe dans le genre du tremblement de terre suivi d’un raz-de-marée qui récemment frappa l’Asie. Quelques images bien choisies passant “en boucle” sont susceptibles de déclencher une avalanche de dons, surtout si des touristes occidentaux auxquels chacun peut facilement s’identifier se trouvent parmi les victimes.

photo HO Reuters, une femme indigène qui essaie de résister à l'avance des policier d'état qui doivent expulser le peuple sur un territoire près de Manaus au coeur de l'Amazonie brésilienne le 11 mars 2008. Les policiers ont répondu aux flèches par des gaz et des chiens...

Le 2ème scénario, moins tragique et que l’on peut déclencher à volonté, est une opération médiatique en faveur de la science, de la médecine de préférence, dans le genre du fameux Téléthon. Il faut alors monter une belle histoire, on appelle cela du “storytelling”, susceptible d’émouvoir le Troupeau dans ses chaumières. Voici un ex imaginaire pour illustrer le propos:

"Un enfant est atteint d’une maladie dite orpheline qui lui laisse peu de temps à vivre. Et pourtant il va participer aux prochains Jeux Olympiques pour handicapés parrainé par un sportif médiatique".

Comme le savent bien les publicitaires, tous les ingrédients d’une bonne communication sont contenus dans cette petite histoire: la présence d’un enfant pour déclencher l’émotion, la maladie avec son effet “d’attraction-répulsion” (tout comme les meurtres), le courage individuel et la compétition, éléments essentiels de la vulgate capitaliste, le concours d’une personnalité du monde sportif dont le prestige même a été organisé par les médias qui la mettent en scène. Cette dernière profitera de l’occasion pour améliorer son image et faire oublier ses revenus indécents, ainsi que la large palette de drogues qu’elle absorbe régulièrement. L’empathie est alors à son comble, l’audience est excellente, les spots publicitaires se vendent cher, les promesses de dons affluent, tout est bien dans le meilleur des mondes.

Immigrant rampant après l'arrivée de son bateau sur Gran Tarajal Beach sur les îles espagnoles des Canaries, le 5 mai 2006. 38 immigrants sont arrivés jusqu'à la plage, et 39 ont été intercepté sur leur bâteau de fortune, tentant de rejoindre le sol européen depuis l'Afrique à Fuerteventura. Reuters. Juan Medina

On rétorquera que, dans les 2 cas, un élan de solidarité a bien eu lieu. Peut-être, mais il s’agit d’une réaction émotionnelle, fugace, artificielle, incapable de se prolonger sur le long terme, de se manifester dans la vie de tous les jours. Au fait il devait probablement y avoir de généreux donateurs ce jour-là, à la gare TGV d’Aix-en-Provence.

Mais, en toute justice, le Troupeau mérite des circonstances atténuantes. + d’un milliard d’individus qui ne mangent pas à leur faim, une catastrophe écologique sans précédent, une régression sociale que nous n’aurions jamais imaginée, les affaires du monde entre les mains de misérables voyous, voilà qui fait beaucoup. Voilà qui incite la multitude, terrassée par l’ampleur des problèmes, soumise journellement à la propagande sournoise du complexe médiatico-publicitaire, à la désespérance, au repliement sur soi et ses propres difficultés[6]. Avoir désenchanté le monde, avoir tué l’espoir, nous dépouiller peu à peu de tout ce qui fait notre humanité, voilà sans nul doute le crime inexpiable du capitalisme néolibéral et de ses thuriféraires.

 

B. BLAVETTE, GR, février 2012

[1]Albert Camus, Le mythe de Sisyphe, 1942

[2]Source INSEE

[3]Terme emprunté au vocabulaire philosophique et qui signifie "transformer en chose"

[4]Lire Un éternel Treblinka par C. Patterson, Ed. Calmann-Lévy, 2008 et Vivre avec les animaux, une utopie pour le XXIème s. par Jocelyne Porcher, Bibliothèque du MAUSS, éd. La Découverte 2011
Voir aussi le film We feed the world (le marché de la faim) d’Erwin Wagenhofer 2005. La séquence qui montre le fonctionnement d’une “usine à poulets” est édifiante

[5]Ne surtout pas confondre métaphysique et religion. La métaphysique est une branche de la philosophie qui s’interroge sur le “pourquoi?”, la religion n’est que l’une des réponses possibles, et sûrement pas la + pertinente. 
La science (la physique), elle, ne s’intéresse qu’à la question du “comment?”

[6]Sur ce point lire La stratégie du choc – La montée d’un capitalisme du désastre, de l’économiste canadienne Naomi Klein, éd. Actes Sud, 2008

29/03/03. Iraqi War 2003-2011 US Navy Hospital Corpsman Richard Barnett and Iraqi child.

Le 20 mars heure de Bagdad, ce sera le 10è "anniversaire" de la première offensive. Reuters

proposé par mamadomi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamalilou 11/03/2013 02:59

-->> triste constat... dans certains cas
mais une causalité posée aussi quand une longue vie arrive au bout de nos forces...

Satine 04/03/2013 11:57

La mort est banalisée, elle fait moins peur et quand la vie devient trop dure elle devient une solution.

mamalilou 02/03/2013 03:51

-->> "on vit les uns contre les autres, les uns avec les autres, mais au bout du compte, on se rend compte..."

il y a de ces grands moments oui, où, à l'unisson, nous exprimons des voeux communs, nous posons un désir collectif, pur et quasi universel...

des instants de grâce...

mais parfois, des instants de honte aussi, où l'on trouvera des collectifs anti roms, anti homosexuels, anti-choix, anti multitude, multiculturalisme et diversité, une forme de mysanthropie
moderne...



je note la justesse de tes propos sur l'indifférence, et le comportement sacrificiel individuel... les mots te sont si bien venus..."protection factice"... ouaip...

"un jugement extrême ou la mort paraît être la seule alternative à toute solution ou l’amour se refuse"



quel bonheur encore que de lire cette clairvoyance énoncée sur l'objectif de la science qui finit par se poser en prérequis!

la notion de "prise de conscience par l'expérimentation", les enfants que nous fûmes et sommes parfois encore, le savent fort bien...

pourquoi perdons-nous si facilement cette aptitude à l'échec, pourquoi soudain l'échec n'est plus une indication de route, un indice utile, une réponse possible?

"s'il te plaît?" "non, pas maintenant"



tes commentaires sont riches, vraiment riches...

...pardon pour le piège que peut revêtir cette reconnaissance (lol)

mais un temps fort sur "l'âme a besoin pour réagir de défis à sa mesure"

oui, c'est toujours à notre mesure, rien ne nous arrive que nous ne soyons prêts à surmonter... aucun défi qui s'impose n'est indigne de notre supposé "effort"



je souris béatement de tant de bienveillance et de joie, pour ma part jointe à la bande d'adorés...

mes antennes frémissent à tes constats en partage!

ils sont tant plus que des constats, ils sont invitations à l'expérimentation
:o)

vivadevata 23/02/2013 23:37

Crime inexpiable
SALUTATION SOLAIRE

Tiens, voilà le retour de petite « bafouille », opportunité s’en vient et s’invite.

**La foule n’est en rien en rapport avec le sentiment de solitude, par contre elle peut en être un révélateur de communication ou d’incompréhension quand il y a attente d’un secours d’esprit en
détresse. La foule est anonyme à qui ne sait voir en chacune et chacun qu’il ou elle croise, un vecteur de vie en mouvement vers une destination intentionnelle. La foule peut aussi rassembler et se
trouver une ou plusieurs causes communes, par exemple pour manifester collectivement, afin de faire connaître son avis, ses intentions.
L’indifférence générale est inappropriée. Il est toujours de noble âmes dont l’engagement est avéré et elles œuvrent dans la discrétion.
L’indifférence est un évitement à l’engagement, l’implication, dérangeant le quotidien. Nous avons affaire et là est l’important…
En cas de comportement sacrificiel individuel à un mal être, cela engendre à l’intérieur une peur collective du refus, du déni de porter une responsabilité personnelle à tout évènement tragique
extérieur à notre « moi », elle devient symptomatique de l’incompréhension et du choix punitif que l’entité en détresse étale au regard du public.
Un état d’âme est considéré comme personnel et inacceptable, s’il est provocateur et choquant par sa brutalité en étant étalée en public. L’indifférence est alors considérée comme une protection
factice de non contamination, mais laissant des sillons au cœur de l’âme qui trouveront un sens dans le malheur et la peine, comme gravés dans l’écorce de notre arbre de vie.
Le suicide est ce que la fierté est prête à sacrifier, plutôt que de regarder ce qui cause cette détresse avec simplicité et honnêteté.
L’émanation de l’empathie paisible, où une paix sera offerte par l’esprit et le geste de l’émanation du centre du cœur, au cœur du désespéré, devra s’exercer devant de tels évènements, comme
accompagnement au libre arbitre de tout un chacun. Mais il est bien sûr opportun de ne pas attendre la situation extrême d’entrer en relation de vie et reconnaître en l’autre, quel que soit son
état, un autre soi-même faisant l’expérience de la vision du rejet, de soi ou des autres par manque d’ouverture de l’esprit, s’imposant des limitations et se refusant par là même toutes
possibilités d’alternatives par l’autopunition, lui permettant de frapper l’esprit de l’autre avec lequel la communication s’est fermée. L’entité essaie de se dédouaner de ses responsabilités
vis-à-vis de son état. Il n’est plus en mesure de se ressourcer intérieurement quant aux solutions qui s’offre à lui et qu’il se refuse. Orgueil est alors pêchant dans les eaux troubles de
l’égarement où l’échec n’est pas acceptable, ni reconnu comme expérience valable à la compréhension de comportements instruit par l’ignorance.
Le suicide reste un meurtre à soi-même. Il est un jugement extrême ou la mort paraît être la seule alternative à toute solution ou l’amour se refuse.

A propos des indiens d’Amazonie, les excuses ne sont pas des remerciements, alors qu’ils honoraient la nature en ne prenant que le nécessaire et l’en remerciait.
La science matérialiste n’a d’objectif que de démystifié ce que l’esprit limité ne peut percevoir. Cette façon de voir le monde est un cercle vicieux, car ses limites s’arrêtent ou le subtil
commence. A partir de ce constat, ce qui n’est pas perçu est remis en cause et considéré comme inexistant. L’ineptie de ce système trouve ses limites, dans la perte du sacré que la vie véhicule au
centre des êtres, qui à terme sont voués, rassurons-nous, à retrouver. Entre temps les errements de la séparation doivent apporter les preuves, que certains choix mènent à des catastrophes
enseignant le refus du respect du vivant. Jusqu’où cela ira-t-il ?
Tout est question de prises de conscience par l’expérimentation que les effets sont les effets d’effets résultant d’une cause première. Ceci menant jusqu’à le redécouverte de la vérité quant à
notre véritable nature. J’ai nommé le Saint Soi.
Cette affirmation n’est pas née d’un esprit dérangé, puisque non née.
Le piège de la non reconnaissance, que la vie est pure conscience en action, est un frein à la compréhension profonde de tout le spectacle projeté de l’univers en action. Chercher les réponses dans
la matière pour un temps, mènera au final, au dévoilement de l’esprit. Ceci inexorablement. Inconnu ! Trouve en toi la preuve de ton origine, qui prouve au-delà des limites du temps que l’éternité
est la réponse.
Personne n’est vraiment en danger en quoi que ce soit, car avant que l’on s’aperçoive qu’il existe quelque chose à regarder, il n’y avait rien, et ce rien est TOUT. Cela porte assurément à …rire.
Après s’être cru quelque chose, ce quelque chose aura disparu… trouvez l’erreur.
L’âme a besoin pour réagir de défis à sa mesure, monter en pression. N’est-ce pas remarquable et remarqué ?
Cela arrive remarquablement à notre époque, comme ceci est déjà arrivé en d’autres temps, un cycle s’achève, un autre commence.
L’humanité est une, sans en avoir encore connaissance, bien que des frémissements se produisent de ci delà, en prémisses d’espoirs, de résolutions futures à chacun des problèmes que nous causons et
par là même à nous-même par conséquence. Les réponses nous les avons en nous, car la cause de tout ce tapage la déposée pour les retrouvailles. Ce qui a été semé et qui ne meurt voit que ceci est
de son œuvre et porte le germe de sa croissance infiniment.
J’ose dire ici à la vue de tout passante et passant, hors de la folie passagère des hommes, que nous sommes bien-aimés en CE QUI EST, alors qu’elle ou il croit donc qu’il n’y a plus que lui seul au
monde, que sa disparation est indifférence, que tout suicide est un pansement radical à la solitude. Détrompez-vous, détrompons-nous, ce que l’iceberg l’on voit, comme de la vie, est un petit
morceau immergé.
Ne soyons pas froid à ceci, la vie est aussi chaude et aimante. Seuls nos choix sont décisifs. Il n’y a que des alternatives.
Un seul lieu : L’infini.
Une seule cause : Elle est une.
Avec bienveillance en celle-ci.
Merci et Namasté.
Que la radiation pure de CE QUI EST
Arrive à ce point en chacun,
Où ce qui se rejoint
N’est plus jamais seul.

Un seul oubli à extirper de la conscience séparée :
Nous sommes aimés par la Cause de toutes choses,
Bien au-delà de tout ce qui peut être imaginé.
Telle est notre destiné et notre destination,
La splendeur de l’être, et ceci nous le sommes vraiment.
Ceci n’est pas une croyance, mais une simple constatation
De la science et de la conscience spirituelle.
Bandes d’adorés déployez vos antennes. Ha, ha, ha….

Valentine :0056: 23/02/2013 21:13

Oui ; quand tant de gens aujourd'hui sont plus ouverts, ont le coeur grand ouvert, comment se fait-il qu'il y ait tant de cruauté et d'indifférence ? Sur cette terre il y a toujours une chose et
son contraire, le chaud et le froid, la vie et la mort, la douceur et la violence... hélas.

mamalilou 02/03/2013 02:54



bon après, pour le reste de ce qui déprime profondément, probablement plus grave que la persécution professionnelle... si tant est qu'on puisse se permettre de graduer, ... 


évidemment le travail sera plus long, c'est toute une éducation à la non-violence à grande échelle...


mais je maintiens que c'est le plus de justesse et d'équité, qui apportera le plus de liberté et de fraternité...


et ce n'est pas parce que les opposés se légitiment dans leur fond que la forme importe peu


si l'équilibre planétaire nécessite des morts, on peut encore choisir que ces morts ne soient pas violentes et cruelles... les forces de la nature se chargeront de faire le ménage de toute façon,
sans la violence des hommes... comme elles le font régulièrement...