Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 04:56

Quel peuple est en colère? et pourquoi donc...

pour du travail? il pourrait

des injustices personnelles? ...sûrement...

mais non, du tout,

...l'injustice de voir cesser ou amenuiser les injustices des autres

car ça détruit la notion d'élitisme ou d'exemplarité,

de respectabilité des efforts soi-même consentis

...consentis dans le but d'être respectés...

...respectés pour ce respect d'un ordre établi par d'autres...

une vie construite -sacrifiée?- autour d'un modèle

...qui deviendrait aujourd'hui obsolète?

Quelle déception, quelle ironie n'est-ce pas, dans cette éternelle quête de reconnaissance par le conformisme,

la conformité d'une identité-modèle....

ah non? vraiment? ce n'est pas de cela qu'il s'agit?!!!

La peur de ne plus rien représenter par ses choix personnels

 

 

drelin dreliiiiiiin...

ya pas comme UN truc qui cloche?

- si, ben yen a plein même...

on va faire un tri, dans les trucs, si vous le voulez bien, et reprendre les sources murmurantes de la rue qui s'y collait hier...

et avant-hier moins élégamment d'ailleurs...: propos racistes, homophobes, antisémites... haine de l'autre, rejet des institutions, de la liberté de la presse, etc... on va zapper ça sur ce billet et se concentrer sur le focus du noyau familial à modèle unique, jadis pilier incontesté de notre structure sociétale

 

• nous n'avons pas de loi actualisée sur l'euthanasie, alors que de nouveaux paramètres prévalent et posent question, ...nous avons un accompagnement de fin de vie, bien différent des siècles précédents... et, comme d'autres états démocratiques avant nous, nous envisageons de modifier cet accompagnement en accord avec les progrès et les improgrès de la médecine à maintenir la vie (et la douleur) + longtemps que la nature ne le permet, au gré des vivants s'arrogeant le droit de vie ou de mort sur le corps d'un malheureux qui aura désormais perdu le droit de s'exprimer sur son propre désir de survivre et les conditions de cette survie (sous-vie...), de ce sursis du deuil à accomplir...

Première ambivalence: ne pas se mêler de décider quand on meurt et à quelle condition l'on doit accepter de vivre...

...mais, se permettre de se mêler de faire durer une vie de souffrance qui s'éteindrait d'elle-même depuis longtemps, ou se serait éteinte sans + de douleur si l'on n'était pas intervenu sans considération des conséquences sur la qualité du sursis potentiel offert...

 

• à l'autre bout de la vie, nous n'avons pas de loi égalitaire sur l'accompagnement du désir de procréation de ceux qui n'ont pas l'heur d'être sexuellement disposés à se mélanger avec le sexe qui n'est pas le sien, quel qu'en soit le genre... ce qui fait que nous conditionnons l'accès aux progrès de la science dans la procréation médicalement assistée, à la condition exclusive d'être capable d'hétérosexualité ...

-supposée effective... :être un homme et une femme légalement associés, même si dans les faits personne ne va vérifier que les 2 se mêlent sexuellement et sont réellement en échec procréatif avéré qui ne soit lié au non-emboîtement !

Paradoxe suivant, dans cette réduction systématique de la rue face aux problématiques sociétales réelles: Que faire quand le papa ou la maman décide, une fois parent, d'assumer enfin la vie homosexuelle qu'il sait être la sienne, ou parce que simplement, dans sa reconstruction familiale et amoureuse, son partenaire suivant est du même sexe? Le parent deviendrait soudain incompétent à adopter/éduquer/à concevoir un autre/d'autres enfants? 

De toutes façons, quelle que soit la composition d'un foyer, standardisé ou non, le ou les parents rend(ent) compte de l'éducation et doi(ven)t s'assurer que chaque enfant ait un référent masculin au moins et un référent féminin au moins, et ceci peut être assumé sans ingérence dans la sexualité du couple assurant la charge parentale légale.

droit_IVG

• d'autre part, nous n'avons pas à ce jour réussi à éradiquer l'objétisation des corps, particulièrement de celui des femmes (le voulons-nous suffisamment? qu'en pensent les manifestants d'ailleurs?), qui font toujours l'objet de chantage, de monnayage, de marchandage, de pressions à la conception, à la disponibilité sexuelle au profit d'un tiers masculin, nous ne pouvons donc que continuer à encadrer ce qui en découle: le refus légitime de se voir privée de sa liberté à disposer de son corps au profit de la disposition pour autrui de son propre corps, qu'autrui soit:

1. un homme s'étant imposé physiquement -Gestation Pour Autrui Masculin désirant farouchement être père envers et contre la volonté de la femme en présence-,

2. ou psychologiquement (menaces, chantage, manipulations...),

3. ou encore s'étant défait de ses obligations parentales suspectées (s'étant débiné),

4. ou que ce soit l'amas cellulaire menant possiblement à 60% à une naissance 9mois + tard, auquel certains donnent déjà le statut "d'ayant droit à son mot à dire" avant même que biologiquement, la notion de vie ne fasse sens.

Refus responsable, le cas échéant, parce qu'on n'impose pas les sentiments, y compris les sentiments d'une mère pour un enfant projeté dont elle n'a pas le désir... au couvert qu'une fois que le "mal est fait" (est-ce toujours un bien vraiment, donc....), on soit "obligée"... C'est bien la raison pour laquelle, ne pouvant empêcher toutes ces prises d'otage, l'avortement est un recours, désolant, certes, traumatisant, certes, cruel, certes, mais qui respecte la vie qui est (et qui s'est déjà vue manquer de respect!) + que la vie qui n'est pas encore (et qui n'aura pas pu faire l'objet d'un désir ou d'un projet serein et bienveillant). Recours qui a été, est, et sera toujours, ...qu'on l'encadre ou pas, qu'on le valide ou pas, qu'on le récuse ou pas. Vieux constat qui ne fait plus débat, sauf parmi une petite bande de rétrogrades du suplice et de l'opprobre, qui semblent apprécier d'ajouter le mal au mal.

Et là, encore un 3ème souci de cohérence se présente: une conception fruit de viol ou de l'absence de nos désirs paternel/maternel mène le + souvent à la famille monoparentale, voire à l'orphelinat... ce qui contrarie le crédo "un papa+ une maman"...

CHICHE!

tous nés d'un homme et d'une femme, certes mais,

pas tous élevés par un (seul) homme et/ou une (seule) femme

ni par un seul genre d'homme et un seul genre de femme


• on relèvera aussi que nous n'avons pas de loi qui encadre les dispositions éducatives dans le sens du respect de la liberté des personnes à définir leur vocation professionnelle ou leurs goûts esthétiques dans la représentation de soi, ce qui ne définit ni le genre ni le sexe, mais simplement la libre représentation de soi, et non pas l'identité sexuelle ou genrée.

Justement, nous devons

discuter des raisons pour lesquelles en France

on indique à nos enfants que

seuls les hommes auraient vocation (naturelle/culturelle?) à désirer conduire, piloter, porter secours, diriger, réaliser des exploits sportifs, décider, punir, juger, s'exonérer d'effort de circonspection et de maîtrise face à leur sexualité ou à leurs instincts de recours à la force physique, mais surtout retenir leurs larmes et ne rien dire de leurs peines, etc...

et que

seules les femmes auraient vocation à séduire, s'accessoiriser, se maquiller, varier leurs tenues vestimentaires en formes et en infinité de couleurs, à exhiber leurs attributs sexuels (ou tout au contraire devoir les soustraire au regard des hommes), mettre en valeur ses formes (id), lutter contre sa pilosité, exercer des métiers de service, d'obéissance, de disponibilité, d'éxécutant notamment ménager, de soin, de patience, sacrifier -hors leur désir propre- leur vie personnelle, sportive, professionnelle et intime pour toute cause à la demande d'un tiers masculin ou d'un enfant et sans discuter, etc...

Dans d'autres pays, on notera que l'accès aux bijoux, aux peintures du corps, aux tenues extravagantes, aux accessoires, par ex n'est absolument pas genrée...

Quant à la répartition arbitraire des tâches, elle montre là aussi les ambivalences: la majorité prégnante des femmes cuisine tous les jours, et ce sont les hommes qui sont des Grands Chefs de la cuisine française à une écrasante majorité... Les femmes enseignent en majorité aux petites classes, et les hommes en université... pourtant, selon un récent rapport sénatorial encore, les femmes suivent majoritairement les études supérieures...Elles sont 57% des étudiants, mais seulement 40% des maîtres de conférences, 22% des professeurs d'université et 15% des présidents d'université... (source)

etc... 

Faut-il discuter de tout cela?

oui, sans nul doute,

c'est la vocation de la représentativité parlementaire

Dans la rue, on ne peut qu'interpeler, comme pour toute manif... mais particulièrement quand on se trouve à la marge, oui, il faut bien une 1ère fois, aujourd'hui, ces manifestants-là, hier modèles sociétaux autoproclamés, -c'est peut-être cuisant, sont à la marge d'un peuple qui, avec ou sans colères, a pris d'autres chemins... dans la seule loi naturelle de la vie qui soit pérenne et universelle: l'adaptation...

ndlr: moi qui vous écris, suis mariée depuis 24ans au père de nos 5enfants...

Peut-on à 80 000 individus (à la louche) contre 65 millions d'autres exiger que soit reconnu un modèle universel "français" restrictif applicable aux autres, encore et encore -et pourquoi, surtout!!-, au couvert qu'il est + ancien (ce qui d'ailleurs est faux...)? Il ne s'agit pas de juger de son bienfondé potentiel, mais de la légitimité à vouloir imposer un modèle aujourd'hui encore, pire, à établir une échelle de valeurs dans les modes sociétaux plutôt que de s'atteler à travailler à une ligne de conduite éducative générale qui soit indépendante des choix amoureux des parents... et laisse les enfants libres et conscients de se construire.

La question ainsi posée peut sembler saugrenue, et pourtant c'est bien de démocratie dont il s'agit. Le parlement ne peut débattre que de ce qu'on lui propose; et quand il décide d'une priorité à rétablir l'un des trois piliers fondamentaux que sont "liberté, égalité et fraternité", c'est en représentation du peuple dans sa totalité, et justement pas au nom d'un passé à renouveler éternellement sans remise en question structurelle qui nuise possiblement dans le temps à l'un de ces fondamentaux sine qua non; comme si l'on pouvait continuer et continuer encore quels que soient les constats de défaillance, de conditionnements délétères ou obsolètes, ou d'incompatibilité à la vie cosmopolite qu'exige la modernité citadine capitaliste... le contraire de la vocation de la démocratie représentative... on ne peut évidemment pas remanier les lois avec le véto de ladite élite auto-proclamée représentative d'une identité dite originelle, ça ne colle pas avec les valeurs de la république qu'il y ait une sorte de classe sociale/culturelle supérieure aux considérations/choix/goûts prioritaires grosso-merdo...

 

La liberté de chacun à orienter sa vie et à l'aménager malgré les écueils rencontrés tout du long, ne porte pas préjudice aux choix et aux bonnes fortunes des autres, à vivre durablement selon leurs choix traditionnels -et leurs non-choix assumés-

Il convient de se demander ce que ces manifestants enorgueillis de leur sentiment de représenter une voie unique de réussite, un schéma universel d'existence, chanceux du paramétrage existentiel, ou des rencontres opportunes, 

de se demander ce qu'ils proposent à tous ceux qui n'entrent pas dans le cadre de leur considération bienveillante à accéder à des droits et devoirs communs à tous les autres:

- euthanasie? 

- avortement des enfants en cours, conçus par PMA ou GPA?

- eugénisme abortif de ceux qui présentent une indifférenciation ou "anomalie de la différentiation sexuelle" créant une ambiguité sexuelle?!!

- récusation du corps médical qui prétendrait que l'identité sexuelle n'est pas uniquement définie par la visibilité ou non d'un l'appareil uro-génital masculin à la naissance 

- déchéance du droit parental à tous les divorcés, remariés et famille mono-parentales persistantes!!!

- ou mise au ban des non hétéro-orientés, des indéterminés sexuels, des extravagants vestimentaires, des femmes ayant eu recours à l'avortement, ou même des enfants n'ayant pas "un papa + une maman", pourquoi pas directement les arracher aux mères seules parce que n'ayant pas su supporter les violences conjugales pour permettre aux enfants d'avoir encore "un papa + une maman" (un mari odieux voire violeur, mais un papa probablement très gentil... donc) etc...?

non, hein... rassurez-moi, on ne va pas ressortir les thèses nationale-socialistes chères à M.Soral (de son propre aveu), copain de Dieudo (à la drôlerie douteuse et a minima inconséquente) et aux débordements européens du siècle dernier... rassurez-nous...

Non, parce que sérieusement... je n'ai rien contre les modèles sociétaux et les "représentations principales", au contraire, il en faut, c'est structurant, étatiquement facilitant ... mais lesquels? et surtout pourquoi, quels critères de choix dans ces évolutions ou refus d'intégration d'une évolution avérée de la société (le changement, ça date pas d'aujourd'hui!!) ... 

car la notion de norme, on le sait, crée la notion de marge... ces notions ne peuvent pas humainement, spirituellement, démocratiquement, philosophiquement, éthiquement, ni même utilement (paix civile) être une justification d'exclusion, d'élitisme, de privilège, mais bien au contraire, un élément utile de construction de la société, avec des aménagements renouvelables d'accessibilité aux droits et devoirs pour tous...

 

Je renvoie les "bons pères de famille" et les "braves ménagères", les pieux et les bienpensants (sans caractère péjoratif dans la lecture, merci) à leur vocation d'exemplarité: que font-ils subir à leurs enfants homosexuels, en incompatibilité de genre psychique/physique nécessitant une réassignation sexuelle (que globalement on englobe dans les transexualités), infertile et/ou dans une situation de handicap? Quelle place leurs accordent-ils, quand toutes leurs prières n'ont pas été exaucées quant à l'exemplarité de leur progéniture? Parce que, entendons-nous bien, ceux-là, ne sont pas dans la rue, qui connaissent ces sujets de près...

C'est bien connu, en matière de comportement humain, de coutumes, de choix de vie en société, on ne craint que ce qu'on ne connaît pas...

et, aujourd'hui, on ne connaît pas que ce qu'on veut bien continuer à ne pas connaître... Ce qu'on connaît, on l'observe, on le comprend, on l'encadre, on s'y prépare, on l'accompagne voire on s'en préserve... et du coup, on ne le craint pas. La connaissance libère.

 

Comme me le rappelle un ami:

"L’homme ne possède pas la vie,
Il n’en a pas les moyens,
C’est la vie qui le possède."

L'homme possède tout au plus les moyens d'exercer sa vie, de s'exercer à la vie, la sienne, pas celle d'autrui...

Merci à la rue de nous avoir rappelé à quel point la dualité est vaniteuse, sans coeur et profondément délétère pour l'harmonie sociétale, plus sûrement encore que le manque de discernement ou de vigilance dans l'observation, l'accompagnement et la tolérance aux marges comportementales...

La France est diverse et cette manifestation ne l'accepte pas. C'est anti-républicain. (valeurs républicaines, mariage républicain...) Et une fois encore, les enfants mineurs ont été instrumentalisés dans la manifestation... favorisant en leur esprit, leur rejet des enfants issus de familles -supposément- non standard, ce qui pose la question du libre choix anti-républicain de l'éducation des enfants, au détriment de la cohésion sociale à venir...

C'est + profond qu'une simple et sans surprise remise en cause de la représentativité parlementaire par l'opposition moins de deux ans après les législatives sur des sujets de sociétés pourtant clairement proposés dans le programme électoral présidentiel.

Le mariage pour tous, les droits et devoirs pour tous, c'est l'acceptation de la diversité, sa déculpabilisation.

Ce n'est pas le rejet d'un ordre établi,

c'est la volonté d'accomplir tous les mêmes devoirs,

c'est le droit de ne plus représenter un désordre, mais d'être accepté

comme différent dans une vie collective en ordre, égalitaire

et respectueuse de chacun dans ses différences.

La diversité n'est pas contagieuse, elle est naturelle. Son rejet est coupable, il n'est d'ailleurs ni chrétien, ni moral, pour ceux qui s'en réclament. Et d'ailleurs ceux qui luttent contre l'émergence et la légitimation des comportements visiblement différents et stigmatisables, n'imaginent pas un instant les différences qui les déterminent entre eux, tandis qu'ils errent dans les rues à gronder leur fantasque utopie normative anti-évolutionnaire, qui ne respecterait pas que chacun prenne son chemin, tant que c'est un chemin d'amour...

• Ce n'est pas la diversité qui est source de désespérance, ce sont les difficultés économiques qui génèrent les exclusions et le recours à la violence.

• Ce n'est pas la sexualité des parents ou le mode de conception qui fait le bonheur des enfants, mais la vigilance des parents, leur assiduité, leur amour bienveillant et leurs compétences éducatives adaptatives y compris en délégation quand il le faut.

Tous pas pareils, tous faisant d'autres choix de modèles

mais tous égaux dans l'êtreté

 

par mamadomi

Partager cet article

commentaires

durgalola 05/02/2014 20:34

je suis impressionnée par ta forte énergie ... au fond ce qui compte c'est l'honnêteté de chacun, l'amour (tu le comprendras pas seulement celui des petits bisous, mais aussi l'amour raison,
l'amour confiance, l'amour limite) ... et tu sais la PMA est un chemin long et difficile même pour les couples H/F ... qui prend des mois et des mois et même + si on n'est pas dans l'exemple type
..
bises

mamalilou 05/02/2014 21:15



arf c'est pas tant de l'nrj qu'un mode d'expression usuel, je fais partie des plus bavards, je m'étends sans limites, c'est pas faux de le dire, faire court quand on a beaucoup à dire, parfois ça
rend le propos sec et cassant comme une branche morte, alors longue oui, spontanée mais envahissante, c'est sûr...


ce qui n'enlève rien de tout l'amour de chaque ligne, et pas que dans les bisous tendres, tout aussi généreux, ça n'en doute jamais, tu veux bien 


 


car ce qui compte c'est l'amour oui, pur, universel, celui qui va au-delà des conditionnements et des efforts, des comparaisons et des limites justement... 


La PMA, et même l'adoption sont des parcours incroyables (mes belles soeurs ont bien ramé dans les deux cases), alors qu'une simple grossesse n'excède pas 42semaines... il faut en plus faire
ses preuves à tous les niveaux, un vrai examen de passage... c'est peut-être moins naturel d'aider la nature, ça devient culturel


c'est peut-être moins culturellement ancré, mais l'adoption va de soi en des ailleurs où la vie tient à si peu...


et le mariage lui, est entièrement culturel, et non "naturel" comme on l'entend si souvent...


tu comprends pourquoi j'ai pris le billet sous l'angle de nos ambivalences et particulièrement nombreuses ici dans cette manif, où, tous les points évoqués en présentent qui s'opposent même dans
un débordement agacé qui motive parfois des explications très incohérentes


j'essaie toujours avec ce même amour de l'autre qui n'est pas l'autre, de comprendre ce qui, en nos miroirs, ne se reconstitue pas de son image, et pourquoi... qu'est-ce qui masque à l'autre
cette part principale de vérité, d'amour, qui motive le désir de s'intégrer malgré les efforts culturels que l'on demande à l'autre, malgré les biais qu'il va falloir prendre pour devenir parent
malgré tout, malgré malgré malgré... et s'intégrer quand même


comprendre ce qui fait que l'autre ne veut voir que du mal, là où il n'y a que de l'amour...


comprendre pourquoi la forme prend parfois tellement plus d'importance que le fond... noyant le sens commun dans des amalgames confondants...


du reste, il faut dire que, comme en toutes choses, nous sommes souvent heurté par ce que nous considérons comme des échecs, des écueils et qui fait écho à nos propres efforts conscients, pas
toujours détachés du fruit de nos actions


si bien qu'autant les manifestants que ceux qui les interpellent sur les incohérences, sont face au miroir de leur propres possibles... en lesquels ils ne veulent pas se reconnaître...


la vérité,


c'est qu'au fond c'est très bien de se motiver autour de la valeur famille comme projet de vie exigeant et très audacieux aujourd'hui en contexte socio-économique déstructurant


comme c'est très bien de se motiver à accepter toutes les adaptations que l'amour trouve pour passer quand même, dans ces contextes si peu favorables, ce sont de belles leçons d'adaptation pour
toutes les fois où les choses de la vie ne se présentent pas à vous de la façon la plus simple et la plus favorable: aimer quand-même, dis la chanson...



Gérard 04/02/2014 23:57

Bravo tu es déchaînée à bon escient

mamalilou 16/02/2014 06:12



déchaînée, ça? arf... 


héhéhé



durgalola 04/02/2014 17:05

je ne dis rien du tout, ma chère amie liberté ... de contre, simplement que rien n'est si simple .. et je parle de mon cas égoiste et particulier .... où 20 ans après ... ce n'est pas simple et
évident pour mes enfants. je t'embrasse très fort ... et peut être que la vie c'est ça ... jamais dans la sécurité, jamais dans la tranquillité ... bises

mamalilou 04/02/2014 18:55



tu sais je te remercie de poser ton avis sincère et assumé, la plupart m'envoie des tas d'insanités en boite mail plutôt que d'argumenter ici ou de simplement dire ce qu'ils en pensent, non pas
"égoïstement" (dis-tu) mais "de leur point de vue" (avec leur problématique donc, comme chacun)


et bien sûr que tu dis beaucoup en ces quelques lignes


et je saisis juste, comme à mon habitude, l'opportunité de rebondir sur ces rares commentaires assumés dans une très discrète et légitime contradiction 


il m'est impossible de ne pas noter l'absence générale d'argument précis et a fortiori pas étayé, dans ces contradictions de la rue (pour ce qui est des commentaires, je comprends qu'on ne
s'étende pas toujours, même si j'en prends la liberté de mon côté)


je ne demande que ça, qu'on explique pourquoi cette opposition, et à ce jour, on ne peut que poser des conjectures et des analyses sociétales et psychologiques de cette opposition


 


je ne récuse pas le libre arbitre, je pose la question des conditions de cette réelle liberté dans les conditionnements uniquement culturels et passéistes si visibles qui semblent l'animer.


 


Je n'y vois malheureusement aucune objectivité, et pourtant, crois-moi, dans ma condition et mes choix de vie personnels, je pourrais rêver que le module famille soit respecté et priorisé... avec
des valeurs plus traditionnalistes. J'ai pu constaté qu'il n'était pas simple aujourd'hui dans les paramétrages actuels de maintenir une famille traditionnelle, et aujourd'hui, force m'est de
constater, que dans les conditions offertes aux citadins occidentaux, je n'ai pas d'argument pour la défendre en tant que modèle, non pas parce que le modèle est à récuser mais parce qu'il est
souvent incompatible avec notre mode de civilisation économique capitaliste financiarisée à l'excès... contraints au nomadisme économique, parents séparés par les emplois, enfants par les études,
et le tout loin des grands parents des fratries etc.... ya plus vraiment de famille en fait, dans la majorité des cas


 


sais-tu que 65% des enfants ne vivent plus au sein d'un foyer constitué de leurs deux parents géniteurs vivants ensemble? (sans parler de mariage même)!!! 


crois-tu qu'on pourra revenir là-dessus et que GPA, PMA, mariage pour tous, avortement ou euthanasie changeront quelque chose à ça dans un sens ou dans l'autre? 


 


je constate le décalage entre la manif colérique contre une évolution indéniable de la société dans une voie pas très évidente et qui inquiète, se mélange les pinceaux contre tout et n'importe
quoi, et j'ai noté les incohérences, les ambivalences


ce qui me choque vraiment c'est l'inconséquence et la profonde injustice qui vont suivre ces amalgames amers, toutes légitimes soient ces amertumes, elles n'ont pas à cibler aveuglément sur des
causalités qui n'en sont pas.


mes enfants non plus n'ont pas un parcours évident, moi non plus d'ailleurs, ya effectivement pas de sécurité matérielle pour la plus grande majorité d'entre nous et peut-être qu'en effet il
n'est plus temps de viser "être tranquille" , c'est pas impossible, en effet...


 


mais une certitude, cette manif est motivée par plus d'amertume, de conformisme inquiet et méfiant que par de réelles et tangibles causalités avérées, elle focalise sur des boucs émissaires, sur
tous ceux qui eux, sont au pied du mur de devoir composer avec autre chose que la famille traditionnelle, dont ils sont exclus.


C'est justement cela qu'ils essaient de recréer, un lien qui les rapproche de la famille traditionnelle, une façon de s'intégrer dans cette culture de la famille, même si elle est recomposée,
avec des quasi frères, des soeurs adoptives, des bébés éprouvettes, des ventres qui portent pour autrui avec amour et continuent de maintenir un lien, des papas qui s'associent pour élever un
enfant qui continuera de voir la maman-ventre qui les aura accompagnés dans ce désir généreux de donner la vie et de la choyer... c'est au fond que de l'amour et tout ce qu'on voit là dans la rue


c'est du désamour de l'autre pour l'amour de son quant à soi... c'est pas égoïste, c'est juste un esprit communautaire et un manque d'accueil dans la fraternité et le désir justement de devenir
des familles "presque" comme les autres, puisque, on le sait, être parent, c'est bien autre chose que de donner ses gênes...


 


tout ce qu'on peut faire c'est aimer, et sur tes mandalas, j'en ai lues de belles choses en ce sens, aimer, être bienveillant, accepter...


beaucoup de khalil gibran aussi "nos enfants ne sont pas nos enfants"...


alors actualisons, bisous très forts, à toi et à tes enfants qui, je l'imagine devront aussi repenser souvent leur quotidien et leur avenir... ici, ça fait 15ans qu'on se disloque et se rejoint
au gré des emplois, et des études, des opportunités, des intempéries, .... une sacrée aventure... j'ai été contente d'héberger des amies quand j'ai dû être mono-parente intermittente, ou de
gentils voisins pour faire référent masculin (paternel) dans des instants d'éducation plus délicats... famille standard ou pas, parfois le handicap (dont je sors doucement) aussi demande des
aménagements ...


pour moi la famille ce n'est pas "que" les gênes, ni "surtout" les gênes, c'est une filiation de traditions et de savoirs faire à transmettre avec bienveillance, des valeurs d'amour de solidarité
et d'altruisme, et ça, ça n'a rien à voir avec les options intimes des parents, ni leurs compétences biologiques à la procréation. 


 


qu'on ne dise plus que hollande manque de volonté pour "le changement c'est maintenant", parce que ce que je vois moi, c'est que personne ne veut commencer par lui, ce changement...


des impôts oui mais pour l'autre; du partage, oui, mais moi d'abord, et maintenant, "des lois oui, mais tout comme moi pour que je n'aie pas à me remettre en question", ça marche pas mais c'est
rassurant quand ça bouge pas... pourtant, toujours plus d'exclus c'est toujours plus de racisme, de jalousies, de dérapages etc....


concrètement, on fait comment pour que ça ne change pas et que ceux qui gènent, ne gènent plus? j'ai posé la question, personne ne répond, on ne sait que s'opposer... sans proposer, ....


tu comprends donc pourquoi ton commentaire qui m'est précieux fait office de tremplin à la suite de ce billet, j'espère que tu n'en prends pas ombrage en tout cas...


 


gros bisous tendres et bienveillants dans l'observation toujours circonspecte des paramètres d'une société harmonieuse et respectueuse de nos naturelles et culturelles différences


oui, naturelles autant que culturelles! 


un enfant < un homme + une femme, c'est naturel et ça n'est pas remis en question, ni caché


un papa + une maman > un enfant, c'est culturel et ça n'est pas remis en question, mais supplémenté



durgalola 04/02/2014 15:15

bien compliqué tout ça ... sous des airs de facilité ... le jour où l'on décide d'être parent, le chemin est de toute façon unique et pas toujours simple soit dans la conception, soit dans
l'éducation, soit dans la transmission .. comme cela facile d'être deux papas ou deux mamans ... mais dans dix vingt trente ans .. que seront les enfants devenus ? Déjà comme ça, en prenant des
chemins sociétaux classiques, cela ne l'est pas ... bises

mamalilou 04/02/2014 16:52



nous sommes déjà 20 ou 30 ans après, Andrée!! nous sommes, en Europe, à la DEuxième et troisième génération d'enfants nés dans ces familles "homo"... et elles vont très bien ces générations!!


pas plus mal que les enfants élevés en familles dites "classiques" donc!


 


on ne le répètera jamais assez:


on n'a pas le choix d'être d'accord ou pas avec ce qui se fait avec ou sans notre accord


c'est quoi le choix? mettre en prison, séparer les familles existant? quel remède serait moins pire que le mal supposé (et non avéré en plus!) s'opposer je veux bien, mais comment et pourquoi? Ya
pas d'argument autre que "j'ai peur, je crains que, c'était mieux avant, je ne veux pas de changement, puisque ça marche bien pour moi, ça doit convenir aux autres"...


c'est pas de l'argument ça, dans la rue, tu ne trouves pas?


il faut constater que ça ne convient pas à tout le monde le "classique", on ne peut pas l'imposer, et la loi famille prévue (qui sera donc peaufinée et repoussée, normal, on discute, on écoute
donc, en démocratie, et on retravaille ensemble), elle, ne compte rien imposer aux familles classiques, mais égaliser les droits à toutes les familles. Pourquoi une orientation sexuelle
aurait-elle des privilèges? 


Alors demain on va faire le distingo entre les parents adoptifs, les parents divorcés, les papas qui ont épousé une femme trop âgée pour porter un enfant et ont eu recours à la GPA, les
mamans-cougar dont le conjoint a l'âge du premier né... ya plein de choses qu'on peut revoir... on va aller où dans les distingos? et pour apporter quoi? pour faire marcher les gens au pas?


 


il y a des dizaines de milliers d'enfants nés/élevés dans des familles homoparentales et il y en aura sans cesse davantage simplement parce que c'est la volonté de ces parents et que c'est
possible dans de nombreux autres pays. 


nous n'avons que le choix d'encadrer et d'équilibrer les droits


 


en outre, les valeurs d'hier n'ont plus non plus très souvent les conditions de mise en oeuvre, ni dans le monde du travail, ni dans la répartition des tâches hommes/femmes, ça n'existe plus et
n'existera que de moins en moins... ce n'est en tous cas plus représentatif des conditions générales offertes à la société d'aujourd'hui...


déplorable? peut-être, mais concrètement véridique.


on ne peut ni forcer l'amour, ni interdire la parentalité, ni renvoyer les femmes en cuisine. quelle option pour tordre autrui à ses préférences? et de quel droit d'ailleurs, pour quel but?


les choix de vie ne sont pas contagieux, le plus souvent, ils s'imposent à nous d'ailleurs... pour l'essentiels.


 


la loi n'impose rien, ni dans un sens ni dans l'autre du comportement amoureux, ni des choix de parentalité ou de non parentalité, elle ne peut qu'encadrer démocratiquement et accompagner les
principes d'égalité, de fraternité et de liberté.


 


je ne peux que mettre en évidence sur ce billet, sans juger de qui choisit quoi ni de la valeur des risques pris, ni de la mauvaise foi de tous ceux qui cachent leur homosexualité, leurs
infidélités et autres travers supposés tels au nom de conditionnement et de la peur du jugement d'autrui... et préfèreront défendre les vertus de la famille mononucléaire qu'on ne peut, le cas
échéant qu'appeler de ses voeux, si nos conditionnements vont en ce sens, Et en France c'est le cas, mais pas dans tous les pays du monde. Et d'autres options éducatives fonctionnent bien dans
leurs contextes. Aujourd'hui nos contextes socio-professionnels ont changés et les libertés qui vont avec ces changements ont composé une société aux moeurs plus libres. 


Nous ne pouvons que l'acter et nul ne songe même à imposer une ligne de conduite aux gens. Dernier rempart, interdire le bonheur de la parentalité et l'accomplissement du devoir parental aux
homosexuels? pourquoi? Une fois encore je ne comprends pas pourquoi cette haine, cette peur, cette jalousie peut-être de la chasse gardée de la procréation naturelle, plaisir réservé des
hétérosexuels, comme si ça se méritait sexuellement d'avoir le droit d'être parent...!!! °_° c'est absurde, ça n'a aucun rapport!


 


je ne crois pas qu'on puisse dire que l'orientation sexuelle empêche de prévoir des référents éducatifs masculins et féminins, ni qu'un couple hétéro-orienté sera plus stable, plus compétent,
plus vigilant... je ne comprends ni n'accepte qu'on puisse encore faire ce rapprochement, 


les écueils d'éducations sont tellement nombreux et avérés dans les familles dites "traditionnelles" avec leurs mensonges et leurs complaisances... c'est très très injuste de mettre le doute au
préalable à toute évaluation éthique et politique de l'ajustement de l'égalité dans la république des citoyens, quels qu'ils soient.


D'autant qu'aujourd'hui on est déjà à la deuxième et troisième génération de ces enfants issus de couples homo-parentaux en Europe, qui, en plus ont eu mille difficultés matérielles, légales et
administratives jusque là, et tu sais quoi, les chiffres parlent d'eux-mêmes, non seulement il y a la même proportion d'homosexualité que dans le reste de la population non homo-orientée, et même
une plus faible proportion d'échec scolaire et de troubles du comportement... 


je crois que la notion de classique/moderne n'a rien à voir, nous avons beaucoup trop d'a priori, nous sommes en retard, l'heure n'est plus au principe de précaution éducatifs, nous sommes dans
le constat de la réussite, il n'y a plus qu'à rétablir les droits égalitaires. Et à éduquer tous ceux qui le doivent, à la tolérance envers ce qui n'est pas "classique", pour reprendre ce terme.


 


après on peut ne pas être d'accord spirituellement avec certains chemins de vie, plus sûrement encore quand ils ne nous concernent pas du tout naturellement... mais combien sont dans cette
ambivalence entre leurs désirs de conformité spirituelle, traditionnelle, communautaire, et leurs réelles affinités...? honnêtement...!


 


à mon humble avis, le débat reste celui de l'homosexualité encore perçue par un nombre conséquent comme une maladie, une déviance, un vice. C'est de là que vient le problème fondamental. Et la
crainte qui en découle, les doutes sur les aptitudes de personnes, parce que jugées vicieuses, à éduquer des enfants...!


L'éducation à faire elle est là. Nous savons que l'homosexualité ne s'oppose pas à un choix "naturel" supposé unique qui serait l'hétérosexualité.


Ne pas pouvoir concevoir n'empêche pas d'être parent, quelle que soit l'orientation sexuelle, merci pour tous les adoptants! Du reste, que je sache, tous les hommes adoptent leurs enfants à la
naissance, ils ne les portent pas en eux, de toutes façons, et les parents n'aiment pas moins leurs enfants parce qu'ils ne sont pas de leur gênes!


Dis-moi toi, tu crois vraiment que c'est profondément plus compliqué d'avoir à dealer avec une orientation sexuelle particulière des parents, parce que c'est perçu comme "pas naturel" par les
enfants ou parce que certains les rejettent pour cela?


tu crois vraiment que c'est plus compliqué d'avoir deux papas sociaux que zéro parents? (le cas des enfants adoptés), 


tu crois vraiment qu'une femme qui porte volontairement un enfant pour autrui est plus malheureuse qu'une femme qui le fait involontairement (viol, y compris conjugal, prise en otage du corps à
des fins procréative par refus d'autoriser l'avortement), dans les deux cas c'est une GPA, mais pas avec le même désir d'enfant... ça laisse à réfléchir tout ça, non?


 


bises très classiques, pas compliquées du tout, mais toujours différentes et avec plaisir



..........♥*¨*•.¸¸❤✿¸.¤*¨¨*¤.¸¸ 03/02/2014 19:28

ouf ouf ..ne vais rajouter mot...mais très bon titre

mamalilou 16/02/2014 06:12



bisous que je rajoute au titre des mercis!!!