Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 09:34

http://agleau.fr/wp-content/uploads/2010/11/aquadolard.jpgLeau privatisée,

le temps des résistances

http://www.spirale.attac.org/sites/spirale.attac.org/files/imagecache/logo_teaser/pictures/Plan%C3%A8te%20dans%20goutte%20logo.jpg http://www.spirale.attac.org/sites/spirale.attac.org/files/imagecache/logo_teaser/pictures/Plan%C3%A8te%20dans%20goutte%20logo.jpg http://www.spirale.attac.org/sites/spirale.attac.org/files/imagecache/logo_teaser/pictures/Plan%C3%A8te%20dans%20goutte%20logo.jpg http://www.spirale.attac.org/sites/spirale.attac.org/files/imagecache/logo_teaser/pictures/Plan%C3%A8te%20dans%20goutte%20logo.jpg

 

Au début des années 80, arrive en Europe, venue d’Amérique, l’onde de choc du capitalisme dit “néo-libéral’. Thatcher dévaste la société anglaise où elle brise le mouvement social, livrant le pays aux appétits de la finance et de ses “golden boys”. C’est le coup d’envoi donné à la déferlante européenne des privatisations. L’Union européenne joue le rôle de chef d’orchestre, coordonnant les gouvernements qui libéralisent les marchés et organisent l’effacement des services publics nationaux devant l’entreprise privée et ses multinationales.

Dans les coulisses de l’Organisation Mondiale du Commerce se déroulent sous la pression des milieux d’affaires et hors de tout contrôle démocratique, les négociations de l’AGCS (Accord Général sur le Commerce des Services). Les conditions d’opacité et le déni de démocratie qui entourent cette élaboration sont inimaginables [1], au point que

les parlementaires européens eux-mêmes se sont vu refuser l’accès aux documents de négociation

Les Parlements nationaux ont été tenus dans l’ignorance totale de ce qui se tramait par leurs gouvernements respectifs, qui avaient donné les pleins pouvoirs à la Commission Européenne (organisme non élu) en la personne de Pascal Lamy (PS), pour piloter la privatisation totale de tous les services publics: une véritable machine de destruction sociale nommée AGCS [2].

En France, cette attaque frontale des classes dominantes contre les acquis du “compromis social” de l’après-guerre, contre les principes de solidarité et de redistribution qui fondent le socle commun de notre nation, est confortée par

une lutte idéologique intense du pouvoir

pour installer la pensée unique qui justifie cette politique.

Un recul brutal de civilisation se met en place, avec

- des taux de chômage qui explosent chez les jeunes des quartiers sensibles,

- une fiscalité d’une injustice provocatrice,

- un mépris généralisé du dialogue social,

- un irrespect affiché pour toutes les formes de détresse humaine.

Les relations dans les entreprises et les services se dégradent rapidement sous la pression d’une “culture” du résultat au service exclusif des actionnaires. Le travail devient de + en + attentatoire à la dignité des travailleurs, à leur santé même. Le pouvoir en vient même à criminaliser l’action des inspecteurs du travail lorsqu’ils sont dans leur rôle de défense des salariés victimes d’injustices. Laurence Parisot n’a-t-elle pas elle-même donné le ton en déclarant à l’assemblée générale du Medef du 18 janvier 2005:

"Il m’est insupportable de penser que la liberté de faire ou même la liberté de penser finissent là où commence le droit du travail".


Le constat est dramatique. Face au désastre, les organisations de la classe ouvrière et des autres couches exploitées de la société se sont révélées défaillantes, incapables de faire face et proposer une alternative démocratique conséquente.

Il faut se souvenir que les gouvernements successifs, Rocard, Balladur, Juppé, Jospin, Raffarin et Fillon, ont tous agi dans le même sens, menant au pas de charge des politiques de déréglementation - dégradation des services publics - privatisation. Que la majorité politique soit PS ou UMP, ils ont mené et amplifié ces politiques désastreuses qui concrétisent l’AGCS et le traité de Lisbonne, scellant ainsi délibérément “l’impasse démocratique” dans laquelle l’Union Européenne est engagée.

Derrière les prétextes budgétaires (les caisses de l’État seraient vides pour cause de crise, alors que c’est la politique fiscale du gouvernement qui ne les remplit pas) se cache donc la mise à mort programmée des services publics. Et rien ne doit y échapper, pas même la santé et l’éducation. Le pouvoir s’emploie à en dégrader les moyens, fermant classes et structures hospitalières (y compris les plus modernes comme, par ex, le service de cardiologie interventionnelle de l’hôpital de Mantes) et ceci malgré les luttes menées avec persévérance par les personnels et les usagers, pour que soient préservés ces acquis fondamentaux de notre société. Aucune concertation, aucun dialogue ou négociation n’est possible avec les pouvoirs publics, qui emploient des arguments approximatifs et arbitraires pour justifier leurs décisions autoritaires de fermetures et de transferts au privé de la partie potentiellement lucrative des activités. Le bien fondé de tout cela résiderait dans une prétendue meilleure performance du privé, comme l’affirme le matraquage politico médiatique largement démenti par les faits. Regardons ce qu’il en est dans le cas de la gestion de l’eau.

 

[1] http://survie.org/bpem/dossiers-thematiques/themes-transversaux/revue-de-presse-311/article/l-accord-general-sur-le-commerce

[2] À ce moment-là, de Blair à Schröder, en passant par Jospin et d’Alema, la sociale-démocratie européenne est à la tête des quatre pays les plus puissants d’Europe, et est présente dans plusieurs autres configurations gouvernementales. Il ne faut pas oublier que c’est elle qui cautionne alors, sans réserve, les propositions néo-libérales de la Commission européenne, pour la plus grande satisfaction du patronat, des droites d’Espagne, et de l’extrême-droite autrichienne.

http://www.acme-eau.org/photo/art/default/653086-797082.jpg?v=1289425428La privatisation de l’eau en question

 

 

Leau constitue un bien commun de l’humanité dont l’accès pour tous devrait être considéré comme un droit fondamental. Mais pour les affairistes aux commandes de l’Union Européenne, il s’agit d’une marchandise comme les autres. Ils ont http://assohsf.free.fr/hsf_journal/bulletin32/rino.gifdonc inclus la livraison de l’eau dans l’AGCS, au même titre que le traitement des déchets.

Plus d’un milliard et demi de personnes dans le monde n’ont pas d’accès à l’eau potable et + de 30.000 meurent chaque jour en raison de problèmes de santé liés à l’eau. La gravité de cette situation a conduit les Nations Unies à se donner comme objectif de réduire de moitié d’ici 2015 le pourcentage de la population n’ayant pas accès de façon satisfaisante à l’eau potable. Mais un obstacle majeur à cette ambition a été mis en place à La Haye, en 2000, quand 118 États ont signé un texte opposant à la notion de droit fondamental celle de besoin vital. Cette conception a été confirmée au Sommet mondial de l’eau, à Mexico, en mars 2006. Il en ressort que la nécessité de satisfaire ce besoin conduit à considérer l’eau comme une marchandise qui doit être vendue à son “juste” prix — en fait, le prix permettant aux multinationales de l’eau de faire de juteux bénéfices.

Des peuples d’Amérique latine se sont soulevés contre cette situation.

- En Bolivie, les émeutes de Cochabamba en 2000 ont contraint le trust Bechtel à quitter le pays.

- En Uruguay, l’eau a été inscrite dans la Constitution comme bien commun ne pouvant être privatisé.

- Au Brésil, la Lyonnaise des eaux a dû abandonner sa concession.

- En mars 2006, le Grand Buenos Aires a rompu le contrat avec Aguas Argentinas, filiale de la Lyonnaise.

En France, les 3 grandes multinationales de l’eau se partagent + de 80% du marché intérieur: Véolia (ex CGE), Ondéo Suez (La lyonnaise des Eaux) et la Saur-Bouygues. C’est une situation d’exception qui repose sur un partenariat de type “délégation des services publics”, également nommé “école française de l’eau”, tout autant que sur un certain “laxisme des élus”. Ces multinationales s’efforcent évidemment d’exporter le modèle dans le reste du monde, où la distribution de l’eau est le + souvent publique, de l’ordre de 80 à 90% en moyenne (95% aux États-Unis).

Ce modèle est très attrayant et fructueux pour les multinationales dont il génère une croissance rapide avec des profits formidables (marges de 40 à 55% selon Que Choisir? nov 2007)… au détriment des usagers (devenus des “clients”) dont les factures sont de 20 à 25% + élevées qu’en régie publique, sans parler des cas beaucoup + scandaleux encore.

Dès janvier 1999, La Grande Relève abordait ce sujet dans un n° spécial intitulé “Mais où va le service public?”. Dans le cas de la distribution de l’eau, nous nous y interrogions sur ce que devient un service public lorsqu’il est transformé en service au public de statut privé... Est-ce le modèle à suivre? demandions-nous. 10 ans après, la réponse à cette question est apportée par les mobilisations citoyennes qui remettent en cause la gestion privée de l’eau:

À Paris, après 25 années de gestion privée assurée par 2 multinationales qui sont les 1ères sociétés de gestion de l’eau en France et dans le monde, l’eau a été remunicipalisée le 1er janvier 2010. La portée symbolique de cet évènement est considérable parce que Paris, où sont situés les sièges de ces sociétés, est considérée comme le foyer mondial de la privatisation de l’eau.

À Grenoble, les habitants ont appris par la presse, en juillet 1994, les conditions illégales dans lesquelles les services publics de distribution et d’assainissement de l’eau avaient été privatisés en 1989. Une cinquantaine de citoyens scandalisés décidèrent alors de créer l’association “Eau Secours!” en se fixant pour objectif la défense du service public de l’eau.

Cette initiative peut être considérée comme exemplaire parce qu’elle a posé les problèmes de démocratie, de prise de décision et de solidarité dans la ville, et qu’elle a montré le contrôle que peuvent exercer les citoyens sur les services publics [3]. Pour reprendre la gestion de l’eau des mains du secteur privé, les citoyens ont dû faire la démonstration du niveau de corruption impliqué dans les choix de service imposés par les dirigeants de la multinationale. Des réunions publiques furent organisées, des contrôles des factures d’eau furent mis en œuvre, contre la volonté des autorités locales concernées, enfin des poursuites furent engagées, avec dépôt de plaintes, pour obtenir justice. La procédure judiciaire fut longue et laborieuse: la 1ère plainte fut déposée en 1989; la Chambre régionale des comptes ne se saisit de ce dossier qu’en 1995; ce n’est qu’en 1997 que le Conseil d’État annula la décision de délégation du service public de l’eau, et les arrangements mis en place par la multinationale, suite à cette délégation, furent annulés en 1998. Le jugement en appel sur l’affaire de corruption dut attendre 1996, alors que les faits avaient eu lieu entre 1989 et 1990 et qu’ils furent révélés en 1993.

Une entreprise transparente fut alors recréée et on constata très vite que par cette reprise publique du contrôle de l’eau, sa qualité progressait; les coûts ont baissé et les décisions sont devenues + transparentes: communiquer intégralement l’information au public est devenu la règle pour l’administration publique locale, qui, pour parvenir à ces résultats, assure toutes les tâches essentielles, tandis que d’autres services sont confiés à des prestataires privés, après appel d’offres.

Le personnel accomplit maintenant sa mission de service public indépendamment du marché et de toute considération de profit privé. Libérés ce fardeau qu’est la recherche du profit privé, les employés et les fonctionnaires mettent en œuvre, au quotidien, les objectifs de politique publique. Cela permet de fonder le développement du service sur une perspective de long terme, favorable à la protection des ressources, à la maintenance et au renouvellement régulier des équipements, à la réalisation d’investissements importants, et de mener une politique de réduction de la consommation et d’assistance sociale aux familles en difficulté. En conséquence, le taux de maintenance, de renouvellement et d’amélioration des équipements a + que triplé par rapport à la situation qui prévalait dans les années 90 sous la gestion de la multinationale. Aujourd’hui, la ville de Grenoble dispose d’une eau dont le prix et la qualité sont remarquables.

Ayant ainsi atteint ses objectifs initiaux à Grenoble, l’association Eau Secours! a étendu ses actions au niveau régional, sur un périmètre qui correspond à l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée. Elle s’est notamment opposée à un projet de doublement de la conduite d’eau du Grésivaudan.

Eau Secours! participe à la Coordination nationale des Associations de Consommateurs d’Eau (CACE). La “remunicipalisation” du service de l’eau à Grenoble a déjà inspiré de nombreuses autres villes et actions citoyennes en France.

Il faut que cet exemple déborde encore + loin.

 

C. AUBIN, GR, jan.2011

 

A voir également: France: de la gestion privée à la remunicipalisation de l’eau ?
http://eausecours.free.fr
http://www.cace.fr

 

[3] http://www.partagedeseaux.info/article121.html

http://www.fame2012.org/fr/wp-content/uploads/2011/12/FRheader.png

proposé par mamadomi

rééd° du 03 05 11

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamalilou 22/04/2012 04:52

-->> merci à toi pour ce billet de poids, à utilisation durable... il faudra le rappeler souvent...
bonne journée de la Terre
bisous

Reynald 16/04/2012 23:22

Lorsqu'on a sur sa tête un toit dont on a la maitrise (propriétaire ou locataire d'une maison) on peut faire de la récupération d'eau de pluie et réduire considérablement sa consommation d'eau de
réseau.
Il y a un arrêté illégal qui stipule que si l'on utilise une eau autre que celle du réseau à l'intérieur de la maison, celle-ci doit être analysée par...... le
fournisseur de l'eau de réseau. Cet arrêté est illégal:
1° parce qu'il viole le principe de libre concurrence cher aux arnaqueurs.
2° l'expert qui doit qualifier cette eau n'est pas neutre, puisque son utilisation obère les bénéfices de son entreprise.
3° Les maisons qui sont autonomes en eau (puits ou citerne) ne sont astreintes à aucun contrôle de la qualité de l'eau.

Pour utiliser l'eau de pluie dans la maison, il est souhaitable de la stocker dans une citerne en béton (qui désacidifie l'eau de pluie). Pour environ 400€, on peut acheter un filtre à UV qui tue
les bactéries sans adjonction d'eau de javel dans le café matinal....(aussi valable pour l'eau de puits).
L'avantage de l'eau de pluie tient dans le fait qu'elle est exempte de produits chimiques intraitables en station d'épuration. Elle ne deviendra pas non-plus explosive lorsqu'ils vont merdouiller
avec les gaz de Schiste. En cas d'alerte radioactive, on détourne les canalisations de récup. et on ne récupère pas la radioactivité qui termine sa course dans les nappes phréatiques...

Petit détail:
L'usage de toilettes sèches économise 30% de la consommation d'eau. Avec un système séparatif, les urines (stériles) partent à l’égout, et le bac à matière solide se vide après une centaine
d'utilisation. Ca devient un excellent compost...
Bises
Reynald

mamalilou 11/03/2012 01:40

-->> c'est pas impossible, si on ne change pas nos façons de faire... d'ailleurs, l'eau en bouteille prise aux sources... c'est ça d'eau en bouteille non pompée dans les nappes de plaines...
il faut y réfléchir aussi... il faut juste repenser les emballages... et limiter les bouteilles individuelles de petite tailler (moins de 2litres)

Satine 04/03/2012 19:03

L'eau sera-t-elle à l'origine d'une 3ème GM comme le prédisent certains ?

gilbertilo 03/03/2012 22:31

Il y a quelques années je regardais un reportage sur la guerre de l'eau,le journaliste exposait la situation au moyen orient.Le tigre et l'Euphrate prenant leur source en Turquie,c'est la politique
de l'eau de toute la région qui en dépend.L'eau plus stratégique que le pétrole,ici et ailleurs et pourtant les compagnies forent le sous sol à la recherce des gaz de schiste au risque de polluer
les nappes phréatiques.L'indépendance énergétique serait parait-il assurée,mais à quel prix!!!

mamalilou 11/03/2012 01:46



et la mer d'Aral qui a pris cher aussi... enfin quand je dis "pris"... c'est plutôt à elle qu'on a pris...


pour le gaz de schiste j'en ai parlé récemment encore....


là:



Incitations aux gaz


et qu'on puisse parler d'indépendance énergétique avec encore une fois une énergie fossile me laisse ahurie, l'homme capitaliste est vraiment très con