Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 15:03

Précédemment

http://www.maxi-gif.com/gif-ressource-webmaster/barre/barre-decorative-00003.gifhttp://1.bp.blogspot.com/-wcS4N_iLu04/Ti2Z9sVzHeI/AAAAAAAAAF0/IP6o4RSYntY/s1600/ganesh.gifhttp://www.maxi-gif.com/gif-ressource-webmaster/barre/barre-decorative-00003.gifhttp://www.radio-canada.ca/par4/images/ricard_thuan_foto.jpghttp://yoga-narbonne.com/archi/namaste.gif

Thuan Xuan Thuan

Si on écarte le hasard et la théorie des univers parallèles et si on postule qu'il y a un seul univers, le nôtre, je pense qu'il faut parier, comme Pascal, sur l'existence d'un principe créateur.

http://www.asanga.net/gif/fleur.gif

 

 

Matthieu Ricard

Fort bien. Examinons ce principe. Tout d'abord, suppose-t-il une volonté de créer?


Thuan Xuan Thuan

Il aurait réglé les constantes et les conditions initiales pour qu'elles aboutissent à un univers conscient de lui-même. Libre à nous de l'appeler Dieu ou non. Pour moi, ce n'est pas un Dieu personnifié, mais un principe panthéiste omniprésent dans la Nature. Einstein l'a décrit ainsi:

"Il est certain que la conviction, apparentée au sentiment religieux, que le monde est rationnel, ou au moins intelligible, est à la base de tout travail scientifique un peu élaboré. Cette conviction constitue ma conception de Dieu. C'est celle de Spinoza."

La science moderne a d'ailleurs éclairé d'un jour nouveau certains arguments utilisés par les philosophes et les théologiens occidentaux du passé pour démontrer l'existence d'un Dieu "classique". L'argument de la complexité, tout d'abord, affirme que seul un Créateur peut être responsable d'un univers si complexe et structuré: une montre ne peut être écrit en jetant sur une table un encrier, une plume et des feuilles de papier. Mais cet argument est mis à mal par la science contemporaine qui montre que des systèmes très complexes peuvent résulter d'une évolution tout à fait naturelle selon des lois physiques http://nsa14.casimages.com/img/2010/07/19/100719110551467081.jpget biologiques connues, et que nul n'a besoin de faire appel à un Dieu horloger.

Vient ensuite l'argument "cosmologique" utilisé par Platon, Aristote, saint Thomas d'Aquin et Kant: tout a une cause. Or, il ne peut y avoir une chaîne infinie de causes contingentes. Celle-ci doit nécessairement s'arrêter à une cause première, qui est Dieu.


Matthieu Ricard

Voilà un argument bien curieuxicon_wink.gif. Pour quelle raison la chaîne des causes ne serait-elle pas infinie dans le temps et la complexité? Cela contredit-il quelque loi de la nature? A quel nombre de causes devrions-nous nous arrêter pour dire:

"Ça suffit, je ne vais pas continuer à remonter dans le temps ad infinitum, passons à un créateur sans cause"?


Thuan Xuan Thuan

L'argument cosmologique repose certes sur un concept linéaire du temps. D'autres ont invoqué un temps circulaire pour évacuer le problème d'une cause première. Ainsi, au lieu du schéma linéaire où un événement A se produit, qui cause B, provoquant à son tour C, et ainsi de suite, on aura le schéma cyclique de certaines philosophies où A cause B qui provoque C, qui à son tour est responsable de A. Le serpent se mord la queue et la boucle se referme sur elle-même. Il n'y a plus besoin de cause première.

Miry, artiste du Niger, l'infini▼

http://storage.canalblog.com/39/54/630869/44198959_p.jpg

Matthieu Ricard

Autre idée bizarre! Tout comme la notion d'une cause première, celle d'un cercle fermé n'est qu'une échappatoire pour ceux qui ne supportent pas l'idée de l'infini.icon_lol.gif

 

Thuan Xuan Thuan

En physique, l'avènement de la mécanique quantique a remis en question l'affirmation que "toute chose a une cause". Avec son fameux "principe d'incertitude", Werner Heisenberg démontra en 1927 que l'incertitude et le flou sont inhérents au monde subatomique. Ce flou nous empêche de connaître simultanément l'énergie et la durée de vie d'une particule. Pour une particule de très courte durée de vie (dite "virtuelle"), l'incertitude liée à sa quantité d'énergie est immense, ce qui lui permet d'emprunter de l'énergie à la banque Nature et de se matérialiser spontanément et de façon imprévisible, sans avoir besoin d'aucune cause.

 

 

http://nsa03.casimages.com/img/2008/11/27/081127044730535976.jpg

Matthieu Ricard

Là encore, dire qu'une particule se matérialise sans cause, c'est se limiter au schéma simplifié de la causalité linéaire: A donne B. Il se peut fort bien que le A de B soit insaisissable parce qu'il ne se limite pas à un nombre de facteurs aisément analysables. Aucun phénomène ne peut être totalement disjoint de l'ensemble des autres. Si, par le jeu de l'interdépendance des phénomènes, B résulte de la présence de l'univers tout entier -d'une inifinité de causes et de relations fluctuantes-, on ne saurait dire qu'il a surgi spontanément et simplement parce qu'on ne peut épingler une cause précise.


Thuan Xuan Thuan

En tout cas, au moment même où je parle, l'espace qui nous entoure regorge de particules virtuelles à l'existence fantomatique et éphémère. De même qu'une particule, l'univers peut théoriquement surgir spontanément du vide, sans cause première, par la grâce d'une fluctuation quantique. La notion même de cause à effet perd son sens habituel quand il s'agit de l'univers. Cette notion présuppose l'existence du temps: la cause précède l'effet. Or le temps et l'espace sont apparus en même temps que l'univers. Que veut dire: "Et Dieu créa l'univers" si le temps n'existait pas? L'acte de création de l'univers n'a de sens que dans le temps. Dieu est-il dans le temps ou en dehors du temps? Le temps n'est pas absolu comme nous l'a dit Einstein. Il est élastique. Un Dieu dans le temps ne serait plus tout-puissant, car il serait soumis aux variations du temps causées par des Symbole de l'OM - yogamouvements d'accélération ou par des champs de gravité intenses comme ceux qui existent aux abords des trous noirs. Un Dieu en dehors du temps serait omnipotent mais ne serait plus à même de nous secourir, car nos actions se situent dans le temps. Si Dieu transcende le temps, il connaît déjà le futur. Pourquoi se préoccuperait-il du progrès de la lutte des hommes contre le mal, puisque tout lui est connu d'avance?


Matthieu Ricard

Soit Dieu est immuable, et alors il ne peut créer, soit il est dans le temps, et il n'est pas immuable. C'est bien là l'une des contradictions auxquelles conduit la notion de cause 1ère.icon_wink.gif

 

Thuan Xuan Thuan

Le principe créateur à la Spinoza dont je parle est donc assez différent du Dieu "classique". Je parle d'un principe créateur qui règle l'univers à son début, non d'un Dieu personnifié.

mandala_114c.jpg

 

Matthieu Ricard

Si l'on parle de principe créateur, on ne peut pas le laisser dans un vague total. Il faut pouvoir en dire quelque chose.

 

Thuan Xuan Thuan

Je le répète, c'est un pari métaphysique. La science n'a rien à dire sur ce sujet. Elle ne peut pas nous aider à choisir entre le hasard et la nécessité.


Matthieu Ricard

Mais on ne peut pas postuler l'existence de quelque chose sans rien avoir à en dire. Si le principe créateur n'a aucune caractéristique, qu'il existe ou non ne fait aucune différence, on peut aussi bien s'en passer, l'éliminer à l'aide du rasoir d'Occam. Ce principe créateur est-il né de lui-même? résulte-t-il de causes? est-il permanent? tout-puissant?

 

Thuan Xuan ThuanPACRF-00001610-001.JPG

Tu viens d'énumérer les qualités d'un Dieuicon_wink.gif: l'omniscience, l'omnipotence, etc... C'est vrai qu'on est amené à identifier ce principe créateur. En fait, les physiciens ne parlent pas de Dieu, mais plutôt de lois physiques. Et ces lois possèdent des propriétés qui rappellent étrangement celles généralement attribuées à Dieu. Elles sont universelles et s'appliquent partout dans le temps et l'espace, de notre petite Terre jusqu'aux immenses galaxies. Elles sont absolues, car elles ne dépendent pas de celui qui les découvre. Un Vietnamien ou un Américain découvriront exactement les mêmes lois. Elles sont intemporelles: bien qu'elles décrivent un monde soumis au temps et des phénomènes constamment changeants, elles-mêmes ne changent pas avec le temps. Nous vivons dans un uinvers temporel qui est décrit par des lois intemporelles. Elles sont omnipotentes, car elles s'appliquent à tout et partout. Enfin, elles sont omniscientes, car elles agissent sur les objets matériels sans que ceux-ci aient à les "informer" de leurs états particuliers. Elles "savent" à l'avance. Par conséquent, les carctéristiques des lois physiques sont celles de Dieu.

 http://storage.canalblog.com/37/94/630869/74019586.jpg

Chahamata, artiste touareg

Matthieu Ricard

Je ne vois pas en quoi ces lois indiquent ou exigent l'existence d'un principe créateur ou organisateur. D'ailleurs il n'y a aucune raison pour qu'elles aient une finalité quelconque. Elles reflètent simplement la nature de l'interdépendance.

 

Thuan Xuan Thuan

EAG4244.jpgJ'admets que le concept d'interdépendance peut expliquer le réglage extrêmement précis des lois physiques et des conditions initiales qui permet à l'univers d'héberger la vie et la conscience. Mais je ne vois pas comment il répond à la question: pourquoi quelque chose plutôt que rien?


Matthieu Ricard

Postuler l'existence d'un principe créateur ne change rien à ce problème. Pourquoi y aurait-il un principe créateur plutôt que rien?icon_lol.gif Et qu'entends-tu par principe organisateur? S'agit-il d'un entité qu a conçu cet ensemble pour qu'il fonctionne?

 

Thuan Xuan Thuan

L'important est que ce principe ait voulu créer un univers qui possède un observateur.1248281.jpg


Matthieu Ricard

Voulu? Un principe créateur devrait donc contenir tout le pouvoir en lui-même.

 

Thuan Xuan Thuan

Je le pense.


Matthieu Ricard

Il n'est donc soumis à aucun autre pouvoir que lui-même?

http://gaetanpelletier.files.wordpress.com/2010/11/krishnamurti.jpgThuan Xuan Thuan

S'il était soumis à un autre pouvoir, il ne serait plus omnipotent.


Matthieu Ricard

Dans ce cas, décide-t-il ou non de créer?

 Lampes de l'OM

Thuan Xuan Thuan

Disons qu'il le décide.


Matthieu Ricard

S'il décide de créer, il n'est pas tout-puissant, car il est influencé par le désir de créer. De +, il a changé et perd ainsi son immuabilité: avant, il n'avait pas le désir de créer, et maintenant il l'a. S'il crée sans décider de créer, il n'est pas non plus omnipotent, car il ne jouit pas de la liberté de créer ou de ne pas créer. Son omnipotence est ainsi réfutée. Deuxièmement, un tel principe est-il né sans cause, ou est-il sa propre cause?

 

Thuan Xuan Thuan

Selon moi, il est sa propre cause. Mais, de nouveau, nous sortons de la science.


Matthieu Ricard

S'il est sa propre cause, il est forcément immuable. Une entité existant d'elle-même n' a aucune raison de changer. Ne peut changer que ce qui a été produit par autre chose. Mais, s'il est immuable, il ne peut pas créer. Pourquoi? Parce que quelque chose de permanent ne peut pas produire quelque chose d'éphémère. De +, s'il crée, il n'est plus immuable, car la création implique le changement: il y a un acte créateur. Après avoir crée, il ne serait plus le même: avant, il n'était pas créateur, après il l'est devenu. Il perd donc son immuabilité. La notion de permanence rend impossible toute succession d'événements et de conditions variésicon_rolleyes.gif: un créateur immuable ne peut avoir 2 étatsicon_lol.gif. Enfin, s'il crée, il doit être modifié en retour par sa création, car toute action implique une interaction. Aucune cause ne pouvant être unidirectionnelle, la causalité est nécessairement réciproque. Là encore, le créateur perd son immuablitié, et, du même coup, son éternité. Rien ne peut modifier quelque chose d'immuable, tout comme une teinture ne pourrait colorer l'espace. Bref, ce qui http://arbrealettres.files.wordpress.com/2009/11/infini.jpgn'a pas d'autre cause que soi-même ne peut interagir avec quoi que ce soit.

 

Thuan Xuan Thuan

Il faut donc une cause à chaque événement, mais alors on régresse à l'infini...icon_lol.gif


Matthieu Ricard

Cette infinité va certes à l'encontre des croyances métaphysiques de l'Occident, religieuses aussi bien que scientifiques, qui veulent à tout prix assigner un "début" aux choses. Ce désir de trouver un début est fondé sur la conviction que toutes les choses existent aussi réellement et solidement que notre esprit ordinaire les perçoit.

 

Thuan Xuan Thuan

J'ai expliqué auparavant que la mécanique quantique permet de contourner la notion d'une cause première de l'univers. Le "début" des choses n'est plus absolument nécessaire.


Matthieu Ricard

Si le début n'est pas nécessaire -et je suis d'accord là-dessus-, le principe organisateur ne l'est pas non plus. Comment pourrait-il organiser des phénomènes sans début? Il ne pourrait tout au plus qu'en modifier le cours au fur et à mesure.

Troisième argument: si ce principe créateur organise la totalité du monde des phénomènes, il doit contenir en lui toutes les causes de ce monde. Sinon, il existerait qualque chose en dehors de sa création.

 Hinduism Today Magazine

Thuan Xuan Thuan

C'est logique.


Matthieu Ricard

Or, le fondement de la loi de causalité est que, si un événement ne se produit pas, c'est parce que certaines causes ou conditions font défaut. Si une graine ne germe pas, c'est parce qu'elle est défectueuse ou qu'elle manque d'humidité, de chaleur, etc... Tant que toutes les causes et les conditions ne sont pas réunies, il est impossible qu'un effet se produise. A l'inverse, quand toutes les causes et les conditions sont présentes, l'effet doit nécessairement être produit¹. S'il ne se produisait pas, cela voudrait dire qu'il manque encore quelque chose. Donc, si un principe créateur portait en lui http://www.astrosurf.com/luxorion/Documents/big-bang-sphere.jpgtoutes les causes et les conditions de l'univers, il devrait sans cesse créer la totalité de l'univers. Un big bang permanent, en quelque sorte.

 

Thuan Xuan Thuan

Il ne pourrait pas s'arrêter un seul instant.


Matthieu Ricard

Exactement: s'il s'arrêtait, cela signifierait qu'il cesserait de contenir dans son essence toutes les causes de la création. Il lui faudrait donc l'aide soit d'un autre principe qui détiendrait une partie des causes et dont il serait dépendant, soit d'un principe régulateur qui mettrait un frein à la création. Dans tous les cas, il perdrait sa toute-puissance. Il n'y a donc que 2 possibilités:

- ou bien il ne détient pas toutes les causes et les conditions, et il ne peut jamais créer;

- ou bien il les possède toutes, et il crée tout continuellement.

http://pspman33.unblog.fr/files/2009/06/thoriebigbang.jpg 

Thuan Xuan Thuan

Ce qui est également absurde.


Matthieu Ricard

Cet argument peut se résumer ainsi:

"Causes et circonstances réunies au complet, quand bien même le créateur ne voudrait pas créer, il ne pourrait l'empêcher: impuissant à ne pas créer, il créerait. Sans la totalité de ces causes et circonstances, voudrait-il créer qu'il n'en aurait pas le pouvoir et ne créerait rien². [...] Si, sans le vouloir, le créateur produit des effets comme les souffrances infernales, il n'est plus libre, mais dépendant; et même s'il le veut, il dépend de son vouloir et son indépendance sera ébranlée. Quand bien même le créateur créerait toutes ces souffrances, en quoi serait-il un dieu saint, puisque plonger autrui dans la souffrance, ce n'est guère l'oeuvre d'un saint³?"

Certains disent que le créateur pourrait créer le monde progressivement. Ici encore, cela impliquerait que les causes de l'univers soient multiples et que le créateur ne dispose pas de toutes ces causes au début de la création. Mais d'où tiendrait-il ces causes par la suite?

D'autres encore soutiennent que l'acte du créateur est intemporel, qu'il crée le monde maintenant, tout autant qu'il l'a crée et le créera. k0006377.jpgNous nous représenterions la création sous l'aspect d'une succession d'événements qui sont en fait simultanés du point de vue du créateur. Cette position n'échappe pas à la réfutation d'un principe créateur qui porterait en lui toutes les causes de l'univers et devrait par conséquent créer continuellement la totalité de cet univers. De +, si tous les événements de l'univers, passés, présents et futurs, étaient simultanés du point de vue du créateur, cela entraînerait un déterminisme absolu. Ce point de vue rendrait vaine toute quête de transformation personnelle visant à dissiper l'ignorance et à atteindre l'Eveilicon_rolleyes.gif.

A l'inverse, l'apparition des phénomènes par le jeu de relations interdépendantes sans début ni fin échappe au déterminisme absolu, car les causes et les conditions qui participent de ces relations sont en nombre illimité et ne peuvent être ramenées à une cause première et unique.

 

Thuan Xuan Thuan

Les phénomènes chaotiques ou contingents, ainsi que le flou quantique, réfutent, il est vrai, l'idée d'un univers totalement déterministe.

http://storage.canalblog.com/28/63/630869/71527676.jpg

Chahamata, artiste touareg

Matthieu Ricard

Enfin, si non seulement toutes les causes, mais tous leurs effets étaient présents chez le créateur, on ne pourrait même plus parler de création, puisque tout serait déjà là. De +, tous les arguments précédents s'appliqueraient ici au processus d'actualisation ou de manifestation de ces effets dans notre monde.

Certains philosophes hindous disaient qu'à chaque étape de la création le créateur devient la cause correspondante, tout en conservant immuablement son identité, comme un danseur qui exécute diverses chorégraphies, vêtu de costumes http://img.alexandre-giannelli.com/site/createur-de-site.jpgdifférents, tout en restant la même personne. Cela contredit l'idée que le créateur est la cause unique de l'univers, car une cause unique ne peut donner des résultats divers [ah bon? c'est sûr!!...]. D'autre part, une unité aux aspects changeants ne peut être considérée ni comme une véritable unité [ah bon? c'est sûr!!...la vérité exclurait le principe de changement ou de fluctuation], ni comme immuable. Si l'effet est intermittent, il est impossible que sa cause soit éternelle.

En résumé, selon le bouddhisme, du point de vue du monde des apparences chaque instant est une cessation et un commencement perpétuels en raison de l'impermanence fondamentale des phénomènes qui s'enchaînent suivant les lois de cause à effet. Du point de vue de la vérité absolue, tous les événements passés, présents et futurs sont identiques dans la mesure où ils sont dénués d'existence propre. Ils sont donc sans début ni fin véritables. Si rien ne s'est véritablement "produit", il n'y a pas lieu de s'interroger sur la réalité de la cessation. Il n'est donc pas nécessaire de faire intervenir la notion d'un principe créateur qui ferait tout et ne serait lui-même fait par rien.icon_wink.gif

 

Thuan Xuan Thuan

Le bouddhisme nie donc catégoriquement la notion d'un Dieu créateur, ce qui va à l'encontre des religions monothéistes. N'est-ce pas incompatible avec l'image de tolérance que le bouddhisme projette habituellement? Comment concilier cette position avec le respect des autres croyances?http://www.namaste7.com/files/Star_of_Life.gif


Matthieu Ricard

La tolérance, aussi grande soit-elle, n'implique pas une adhésion à des points de vue métaphysiques qu'on ne partage pas, mais le respect des voies de transformation personnelle qui correspondent aux natures et aux dispositions diverses des êtres. Tout dépend également de la conception qu'on se fait de Dieu. Citons le dalaï-lama:

"Si on envisage Dieu moins en termes de divinité personnelle qu'en tant que fondement de l'être, des qualités telles que la compassion peuvent aussi être attribuées à ce fondement divin de l'être. Si on doit donc comprendre Dieu en ces termes, il devient possible d'établir des rapprochements avec certains éléments de la pensée et de la pratique bouddhistes4."

http://www.destinationsante.com/IMG/jpg/secte-symboles_c_-Dejan-Jovan.jpgMais il ne s'agit pas non plus de faire un amalgame de tous les humainsmes et agnosticismes existant sur la planète! Ce n'est pas le but de la tolérance.

"Je ne suis pas favorable à la recherche d'une religion universelle*. Je ne pense pas que cela soit judicieux. Et si nous poussons trop loin la recherche des parallèles en ignorant les différences, c'est exactement ce à quoi nous allons aboutir 5!" poursuit le dalaï-lama.icon_lol.gif

Les positions métaphysiques doivent être clairement exprimées; il n'y a aucune raison de cultiver l'ambiguïté à leur sujet. Si elles sont erronées, qu'on le prouve, et le bouddhisme sera prêt à accepter ses propres erreurs.foi.jpg L'intolérance consiste[-rait, ici] à être tellement convaincu d'une vérité qu'on veut l'imposer à tous, de gré ou -hélas- de force. Il faut avoir l'esprit suffisamment ouvert pour comprendre que ce qui nous convient ne convient pas nécessairement à tout le monde.

"On ne peut pas, parce qu'on s'est régalé d'un plat, dire "puisque c'est délicieux pour moi, tout le monde doit en manger". Chacun doit se nourrir de ce qui lui apportera la meilleure santé physique en fonction de sa propre constitution6."

Sur le plan de la pratique spirituelle, la croyance en Dieu peut donner à certains un sentiment d'intimité avec leur créateur et les encourager à cultiver l'amour et l'altruisme, pour exprimer leur gratitude et pour participer à l'amour de Dieu envers tous les êtres. Pour d'autres, la compréhension http://babacool.files.wordpress.com/2010/02/amour-infini.png?w=692profonde de l'interdépendance et des lois de cause à effet, ainsi que la volonté d'atteindre l'Eveil pour devenir capable de mieux aider les autres sont des sources d'inspiration + puissantes pour développer l'amour et la compassion. En conclusion:

"Quand on s'engage sur une voie spirituelle, il est important que la pratique soit celle qui convienne le mieux à son développement mental, ses dispositions et ses penchants spirituels. [...] Grâce à cela, il parviendra à la transformation intérieure, à la tranquillité intérieure qui fera de lui un être spirituellement mature et une personne bonne, bienveillante, unifiée, et au coeur épanoui. Tel est le critère à considérer quand on cherche une nourriture spirituelle7."

 

Matthieu Ricard et Trinh Xuan Thuanhttp://c2.api.ning.com/files/6NfPNvIHFWTD*BhLCPuTIH876WTsy0qsh3cECaSYcQWOFg4EkE8SQyehJ56b094De2yvejGENhVAladLb5B*gpzWR*pPm0ll/namaste.jpg

 

¹Dans son Commentaire de la logique (Pramana-vartika), Dharmakirti écrit: "Qui empêcherait l'effet d'une cause complète?"

²Minyak Kunsang Seunam, commentaire sur le neuvième chapitre du Bodhicharayvatara, dans Comprendre la vacuité, op.cit., p.201 

3Ibid.,p.202

4Le dalaï-lama parle de Jésus, Brépols, 1996, p.79

5Ibid.

6Ibid.

7Ibid., p.79-80

* mamalilou, si

http://www.maxi-gif.com/gif-ressource-webmaster/barre/barre-decorative-00003.gif

http://petitemimine.p.e.pic.centerblog.net/zqto46tc.gif

http://www.maxi-gif.com/gif-ressource-webmaster/barre/barre-decorative-00003.gif

proposé par mamadomi

Partager cet article

Repost 0
Published by mamadomi - dans philosophies
commenter cet article

commentaires

kt 01/06/2012 15:45

commentaire supprimé dont le contenu était contraire aux cgu et à l'éthique de ce blog
lien conservé ici, par respect de cette intention
http://taher.over-blog.fr/

mamalilou 01/06/2012 16:27



merci de t'être donné la peine de commenter le sujet longuement, mais je n'autorise toujours pas cette façon de faire kt, je te l'ai signifié sur le billet 



Agressifs, nous?



je regrette kt, tu n'es pas autorisé ici à t'appuyer sur des interprétations fallacieuses des propos d'un auteur en billet ou d'un blogueur en commentaire et de leur attribuer des mots et des
intentions qui sont tiens... c'est un délit de diffamation, contraire aux CGU, déplacée et inconvenante.


 


mais si j'en invalide la forme, je respecte ton opinion.


et ferai honneur au long commentaire que tu as déposé, non dénué d'intérêt.


 


dans ce billet, les 2 personnes ont une opinion, une foi, des certitudes, un schéma de causalités et sont capables de dialoguer en dépersonnalisant les concepts, càd sans s'identifier à leurs
propos.


tu gagnerais à observer cela et à t'y essayer, pour le plaisir de chacun, qu'en penses-tu?


 


ci-gît donc ton comm, où, entre des idées récurrentes évoquées (sciences vs croyances), tu te sers du commentaire d'un blogueur en le détournant de son sens et en lui attribuant une paraphrase
mensongère, il n'avait absolument pas l'intention de m'être désagréable, lui.


 


tu instrumentalises encore une fois son auteur, certes, mais...


si je ne te laisse pas manipuler les gens, sur ce blog, pour servir ta maladive opposition à ma personne


si, cette attitude je la combats, et je la déplore,


pour autant je ne m'arrête pas là, je suis positive, je la corrige


pour l'amour du débat et de tous ceux qui pourraient trouver matière à réfléchir, eux aussi, dans nos échanges...


ce n'est pas "juste pour toi" que je le fais, car je ne crois pas au Père Noël..


quoique, il ne faille jamais totalement désespérer...


un jour tu comprendras l'analogie que j'ai servie juste avant...


 


Alors, ton propos commençait par...


Tout à fait d’accord avec « Only photo ».
Tu as les idées confuses


 


ce n'est pourtant pas la synthèse du commentaire mentionné.


faut vraiment pas avoir le cerveau en ordre, au moment de la lecture, pour y comprendre cela, dans l'intention comme dans la forme


c'est ici ton analyse pervertie par le désir de trouver chez d'autres matière à tirer sur ma personne, au-delà du choix de billet ou de blogging...


or, j'ai l'immense plaisir de te décrypter le commentaire de notre nouvel hôte ici, qui ne trouve pas "mes" "idées" "confuses"


ça ce sont tes mots...


non, il ne s'agit


- ni d'idées: il y a un texte de débat sur des faits scientifiques et des causalités étudiées et envisagées


- ni des miennes:...deux auteurs


- ni de confusion: ... merci pour eux.


encore une fois du discrédit jeté inutilement sur les auteurs.


 


le blogueur a son opinion et dit simplement "les croyances, c'est essentiellement dans le cerveau pour se rassurer face au néant qui nous attend tous, un jour ou l'autre"


- c'est son opinion, il a le droit d'avoir ou de se rallier à cette croyance populaire, et pas qu'agnostique, qui affirme cela et trouve autant de détracteurs que de confirmation d'ailleurs au
sein de la psychologie moderne.


- mon propos est de rappeler que le billet ne parle pas de "croyances" opposables à la science, mais de rappeler le parcours des deux auteurs pour resituer ce dialogue autour non pas de
"croyances" mais de la vision du principe créateur du point de vue de la science et du point de vue de la foi, en tentant de respecter un schéma de raisonnement de causalités...


accessoirement, toi, tu parles de "démonstrations" au lieu de causalités...


raisonnement de causalités... vi... et ceci est dès le départ une gageure pour le bouddhiste en eux... car ils le sont tous deux.


 


chacun a sa spiritualité dis-tu, oui oui et ça commence par eux...


tu n'es pas la victime ici, kt, c'est juste que l'expression de celle des autres, ici dans ce billet, te donne des boutons


oui kt, c'est toi l'intolérant, ici.


nul autre.


tu éprouves le besoin de venir sur ce blog où sont proposés des angles de vue de la spiritualité qui sont partagés par plusieurs cultures qui dans le temps se sont pourtant opposées...


tu es bel et bien -consciemment ou non- dans la démarche hostile à toute forme de pacification, d'harmonie entre les peuples,


parce que tu te poses ici clairement en être supérieur par ta "logique"...


 


or, si fort que soit un argument qu'on t'opposerait, si puissante que soit la manipulation que tu opèrerais, il ne s'agirait jamais que de points de vues, et ils ne sont absolument pas garants de
ta valeur personnelle... ce ne sont que des vêtements.


libre à toi, comme tu dis, de voir au bout de ton nez, ici, je n'ai rien imposé


toi tu veux imposer qu'on ait toujours plus de considération pour ce que tu dis que pour ce que les autres exposent


et tu finiras au bout de notre échange par pleurnicher, râler, tempêter, invectiver, en te posant en victime alors même que c'est toi l'agresseur...


au point qu'il faille te censurer, c'est dire comme tu ne connais aucune limite!


agresseur par ces attitudes manipulatoires dès la première ligne, qui te sont reprochées clairement ou qui, quand elles ne sont pas comprises, génèrent plus insidieusement du rejet.


 


combien de fois auras-tu délivré un ramassis de stériles oppositions acharnées et identitaires basées sur du rien... à chaque fois...


non j'exagèrerais si j'assimilais ce long commentaire à cela, tu as fait un gros effort, même si n'as pas résisté à la tentation du pervertissement des propos d'autrui,...


non, ici, c'est pas du rien, mais c'est un brouillard de convictions dont tu n'as plus la certitude des bases sur lesquelles elle se sont fondées mais dont la seule chose que tu saches, c'est
qu'elles sont ta conviction.


j'attire juste ton attention sur ce décalage, ici c'est un billet d'ouverture, par de "convictions"...


 


pourquoi tu ne commentes pas directement le billet, avec ton "opinion" à toi, faute "d'argument" parce que nul n'est obligé de "débattre" ici...


je ne dis pas que tu manques d'argument, mais que tu n'es pas obligé d'avoir recours à l'argumentation, poser une opinion suppose de s'y voir opposer une autre


or, quand le billet argumente, quand un commentaire argumente, on ne sort pas forcément de l'opinion, mais on entre aussi dans le débat d'idées sur la confrontation de faits, et le mot
confrontation n'est pas forcément belliqueux... quoique la confrontation à l'idée de la supériorité d'autrui qu'on peut se faire puisse susciter un sentiment de haine (Ambroise Pierce)


mais une question demeure:


pourquoi éprouves-tu dans cette "opinion" le besoin de trouver un ralliement ici ou là qui puisse te donner du poids?


je comprends bien ton mal être et ta mésestime de toi (et tu seras gentil d'y voir ici l'expression de mon empathie, et non ton interprétation de la chose comme une quelconque mesquinerie
condescendante supérieure ou docte)


la mésestime de soi, c'est monnaie courante aujourd'hui, difficile à éradiquer, ne le prends pas que pour toi, c'est juste qu'il faut comprendre ce qui en découle dans nos comportements et choix
de communication...


...mésestime de toi qui te force à toujours chercher matière à te légitimer par rapport aux autres... "tout le monde sait que" "les autres disent que" "je ne suis pas le seul" "c'est bien
connu"... etc... un appel au secours de la légitimation conformiste


mais quand bien même tu serais le "seul à penser que"... tu n'en serais pas moins légitime à t'exprimer...


il faut juste par ailleurs accepter que seul ou en groupe de penseurs ou de populistes libres d'expression, chaque libre expression peut faire l'objet d'une contradiction.


et qu'en outre l'accepter ne signifie pas forcément se taire. Accepter l'expression d'une contradiction, signifier les illégitimes agressivités et faux arguments qu'elle comporte, discuter du
fond, trouver des concordances, maintenir des dissemblances ou des oppositions, ça c'est sain.


mais cela crée une ambivalence avec ton affirmation " chacun est libre d'avoir" son opinion/sa spiritualité...


que tu gagnerais à étendre à ses compétences/ses particularités/sa personnalité/ses choix culturels/ses prédilections d'études/sa démarche dans ce monde....


 


bon, cette longue parenthèse, tu la connais, mais sur chaque billet où tu auras la tentation d'y revenir de la même façon, je la re-poserai.


 


revenons à tes propos:


tu m'attribues de "tenter de rapprocher la science des croyances !!!! Ou même de la spiritualité,même si tout part d’une vision ou une intuition, d’une idée ou un pré sentiment , ce n’est
qu’un point de départ et en déduire qu’il y a rapprochement c’est faire du sophisme."


je ne tente rien, je rapporte ici des propos des autres en billets. Comme toi, je suis en mesure parfois de me rapprocher de l'une ou l'autre des analyses qui se font. et comme toi, je dis que je
suis libre de le faire.


il ne s'agit pas de "croyances ou spiritualités ou pré-sentiment ou ou ou"... ici dans ce billet, il te faut faire un choix de concept. c'est confus, amalgamé et cela est un sophisme, le tien.


le rapprochement entre les diverses démarches et les points de concordances constatés ne constituent en rien des sophismes.


comparer n'est pas tabou, c'est une démarche d'observation, support méthodique accessoirement aussi de la science tu noteras.


ta tentative de discréditer cette démarche d'observation quasi scientifique, par l'expérience renouvelée à chaque fois, culture par culture, auteur par auteur, des concordances de chemins, dans
le temps et la géographie, ... dessinant en définitive, par la science, la spiritualité, la vision politique au sens nomble, l'éducation ...et tout domaine... dessinant donc un but commun, un
sentiment commun, une aspiration commune...


 


tu dis aussi:


La science n’a rien à voir avec ce qu’on voit, qu’on devine ou qu’on croit, et surtout pas avec « le bon sens » !


 


-la science a à voir avec ce qui se voit.


et, avant que les miasmes ne se voient, ils se sont "pré-sentis" avec "bon sens"


- la foi n'a rien à voir avec ce qu'on voit devine ou croit, ou du bon sens


la foi est une réalité perceptible qui s'impose, par définition,


mais pas qui s'impose aux autres, n'est-ce pas!! elle s'impose à ceux qui la ressente, "ressente" oui, càd avec leurs moyens d'observation, à seuls ceux ont "des yeux peuvent voir",


et du coup, les autres devinent, croient, réfléchissent, se font une idée ± juste ± précise de ce que c'est


 


mais, et je soulève ici un point de réflexion philosophique, et pas que:


il en est de même avec la science, il faut un quotient intellectuel suffisamment conséquent pour accéder à certaines explications scientifiques et tenir des valeurs communes... ça pose la
question de l'identité humaine, est-on moins humain quand on n'accède pas à ces "méthodes d'évaluation du réel, des faits", et "méthodes de transmission de l'expérience" que l'on appelle
"connaissance"...? de même est-on moins humain quand on n'accède pas à la perception de la foi?


 


tu dis aussi


La science n’est pas une succession de « supputations », mais une successions de « Découvertes et de savoirs »


je suis désolée de te contredire, mais si, la science se développe sur des hypothèses (tu dis supputations), et une succession de découvertes orientées sur la base de pré-sentiments, de
clairvoyances, de bon sens... elle vient techniquement corroborer nombre de constats autant qu'elles en invalide de fausses causalités d'ailleurs. et là, c'est ma formation scientifique qui
parle. 


 


tu recolles de la définition mais tu en fais, incorrigible monstre d'ego que tu sais être, une interprétation qui arrange ta conviction, ce n'est pas de l'esprit scientifique cela, msieur, ça
manque de rigueur!!


regarde, tu écris:


Elle se caractérise par l'ensemble de connaissances, d'études d'une valeur « universelle », caractérisées par un objet (domaine) et une méthode déterminée, et fondées sur des relations «
objectives vérifiables », à partir de méthodes d'investigation rigoureuses, « vérifiables et reproductibles. »


 


or les tous 1ers propos de la définition qui précèdent ce que tu choisis sophistement d'en extirper sont:


"Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens large." décidément, tu n'as même pas honte de tes manipulations...! 


et ça change tout, et surtout ça colle avec ce que je t'en ai dit... et sans dico, pour ma part. Ceci fait état une fois encore, tes interprétations, tes arrangements avec
la vérité, et surtout dans le temps, les détournements de sens que tu opères et qui t'empêchent d'avoir un sain rapport à l'analyse de texte, à la compréhension du sens et de l'intention de tout
ce qui est exposé à ton entendement.


la science est bien + rigoureuse et objectivable que ne le sont des propos ici. Cependant, il est évoqué dans la définition la "valeur universelle"... et là, n'en déplaise
à ton ego, mais...


la foi relève d'une valeur universelle, partagée par le plus grand nombre sur cette planète, sous diverses formes... l'amour aussi...


 


mais surtout tu passes à côté de l'essentiel... le pourquoi


autant tu poses un pourquoi sur la foi, comme par ex le blogueur précédent l'aura fait, ...


autant sur la science, tu ne le fais pas.


lis + loin la définition, qui définit le but, le pourquoi, l'ambition de la science:


"les « méthodes scientifiques » et les « valeurs scientifiques », elles sont à la fois le produit et l'outil de production de ces connaissances
et se caractérisent par leur but, qui consiste à permettre de comprendre et d'expliquer le monde et ses phénomènes de la manière la plus élémentaire possible — c'est-à-dire de produire des
connaissances se rapprochant le plus possible des faits observables"


tu lis bien: permettre de comprendre


permettre d'expliquer le monde et ses phénomènes simplement


produire des connaissances se rapprochant LE PLUS POSSIBLE des faits observables. il s'agit d'observation de faits, pas de vérité absolue... ça c'est la rercherche appliquée qui tend à s'en
rapprocher... les faits eux varient, et ne sont pas toujours têtus et apportent des amendements des perfectionnement et des invalidations aussi... la science n'a pas valeur d'éternité... c'est un
moyen de compréhension et d'analyse... la science n'est pas son but.


et toi, tu confonds les deux, en un concept qui t'appartient et que tu déifies, ah si, et la suite le confirme...


 


car tu dis aussi une chose -très amusante dans ta bouche, parce que tu oublies de te la dire à toi-même:


On peut croire ce que l’on veut, mais tant que l’on ne peut ni le démontrer, ni le reproduire, cela n’est pas de la science


or, on peut voir démontrer et reproduire ce qu'on veut ou presque, la science restera cette succession de constats définissant des causalités et ne sera jamais de la foi...


la science restera cette succession de causalités qui ne sera pas non plus, jamais, une spiritualité qui ne reconnaît pas le principe causal (et là, je me pose la question: as-tu vraiment lu le
débat en billet ou seulement les commentaires pour glâner un support de validation)


 


et alors?... quoi d'anormal?


tu peux m'expliquer quel souci ça pose?


ah, j'y suis,


mais bien sûr...


la supériorité supposée de la valeur science... nous y voilà...


tu tombes dans un piège, un lieu commun, cette même ornière du peuple veule en quête de ces certitudes que jadis la foi apportait dans ces temps obscurs où la science remettait tout en cause et
relevait de quelque sorcellerie...


aujourd'hui c'est la foi qui apporte des "sorcelleries" invérifiables qui remettraient en cause la science...


té, c'est pas pour rien ce billet, l'ami...


je sais bien que t'es pas tout seul...!!!


alors comme ça... la science c'est utile et c'est bien que ça le soit, mais "les croyances c'est pour ceux qui en ont besoin" et cette utilité-là (puisque ce sont les termes posés par
certains), ce serait pas bien...


n'est-ce pas? c'est ce que tu signifies, non?


or... examinons... la foi était là, bien avant la science...


pour autant ça ne signifie pas que ce soit à l'exclusion de tous les éléments et paramètres de vie qui surviennent au cours de l'évolution... de toutes les compétences que l'homme développe dont,
notamment la science.


   


ce qui apparaît là au grand jour, c'est que tu tiens de façon dogmatique que la science est une valeur supérieure, et ce faisant tu t'opposes à elle, car contrairement à cette attitude dogmatique
que tu prends, la science est ouverte à la critique elle, critique même de ses méthodes, qu'elle révise, contrairement à toi.


et puis enfin, tu négliges que, la science est historiquement liée à la philosophie. Comme je l'ai dit plus haut avec mes mots, tu retrouves dans la définition de la science les propos de
D.Lecourt:


"C'est bien en effet parce que quelques dès le VIIe siècle av. J.-C. eurent l'idée que l'on pouvait expliquer les phénomènes naturels par des causes naturelles qu'ont été produites les premières connaissances
scientifiques"


il est aussi précisé que "la catégorisation des sciences (mathématiques, physique, chimie, biologie etc...) n'est ni fixe, ni unique, et les disciplines scientifiques peuvent elles-mêmes être
découpées en sous-disciplines, également de manière plus ou moins conventionnelle. Chacune de ces disciplines constitue une science particulière."...


peux-tu envisager que, l'économie et la sociologie y ayant déjà fait leur entrée, demain d'autres disciplines y feront jour, puisque constituant des biais d'observation et une méthode déterminée, et fondée sur des relations objectives vérifiables... ?


car cela tient au caractère vérifiable... comme je l'évoquais, avant le microscope on ne pouvait vérifier la supposition de l'existence de miasmes... microbes donc...
sous-catégorisés plus tard...


avant l'avénement de la percerption vibratoire et magnétique consciente et universellement redéveloppée et communiquée parmi les hommes, on ne pourra pas objectiver et
vérifier la perception de l'unité spirituelle... mais déjà le nombre grossit, cher ami...


 


et là tu ajoutes une chose énorme de faussetés, un pur produit de tes amalgames:


- La science par nature même, est le processus opposé et inverse de la « croyance » et de l’opinion


mais absolument n'importe quoi!


la science ne s'oppose pas par nature. la science est ouverte et supporte la critique, y compris de ses méthodes d'observation. par nature la science ne peut "s'opposer à" quoi
que ce soit.


- la croyance est ce qui précède la communication universelle de ce qui est observé/perçu/pré-senti, par une méthode d'observation abordable par chacun, que ce soit vérifié ou
pas c'est ce qui précède par ex le développement de la science, la croyance que la terre est plate permet l'observation approfondie et la recherche de vérification, et dans ce cas, l'invalidation
+ l'obtention d'une certitude autre.


- et l'opinion est ce qui permet de poser un jugement (un ensemble de jugements) sur ce qui est observé comme sur ce qui est pressenti, supposé, envisagé


l'opinion qu'une méthode d'observation est plus légitime qu'une autre, existe dans le développement des techniques scientifiques... et y est intrinsèquement lié.


 


tu poses aussi:


Ca n’a rien à voir non plus avec « la masse », ou ce que pensent ou croient la majorité ! Et c’est justement la force de la logique scientifique. C’est qu’elle ne se contente pas de
l’opinion.


pourtant, tu te réclames toi de l'opinion publique, tu t'appuies sur les dires d'un autre, tu créées même des faux pseudos sur même adresse IP pour être sûr d'être pris en considération dans ce
que tu dis grâce à une masse que tu es prêt à créer pour te valider...


une belle ambivalence...


la science ne se contente pas de l'opinion , c'est une formulation qui vise à prioriser la science


or la vérité de même qu'on aimerait penser que la vérité s'impose d'elle-même,


tu aimerais penser que la science "finit toujours par s'imposer d'elle-même"


ce n'est pas vrai, la science est contredite, on exige d'elle toujours plus, on la met en doute par les cas d'exceptions qui ne confirment pas la règle mais l'invalide au titre d'universalité
etc...


quant à l'opinion, elle, c'est encore mieux tiens-toi bien, l'opinion réside à toutes les étapes.


il y a des


- suppositions/croyances et opinions non-fondées scientifiquement


qui précèdent


- de l'observation, de la méthode d'observation scientifique objectivable et transmissilble (appelée connaissance) et des opinions sur le choix de ces méthodes...


- et des opinions qui en découlent... notamment sur les méthodes a posteriori d'ailleurs... mais aussi sur l'extension du domaine de la science, sur les généralisations et analyses à poser sur la
base des constats, sur les "conditions d'expérience" etc...


 


et enfin, le must, le rire ultime dans ce dogme que tu poses, cette croyance rassurante en la toute puissance universelle d'une science supposée telle, élevée au rend de divinité:


La vérité scientifique finit toujours par s’imposer d’elle-même (plus ou moins rapidement, parfois même très difficilement mais elle finit toujours par y parvenir), car justement elle est
démontrable et « reproductible » et cela même si une seule personne la défend contre le monde entier. …….


ahhaahahaha, kt, que je ris, c'est tellement mimi...


la vérité scientifique...


dont on vient de voir, toi y compris, qu'elle était discutable, réajustable, auto-critique, révisable...


rien d'absolu donc.... qui nécessite de "s'imposer"... comme tu tentes de t'imposer ici encore...


elle est "démontrable et reproductible" et même si une seule personne vient dire que le travail d'Einstein était tout pourri, ça suffit à l'invalider d'ailleurs...


tu vois ce qu'on peut penser de la "vérité scientifique" qui tenait encore il y a quelques années que c'était profitable de se dorer la pilule au soleil tout l'été en petite tenue pour
"synthétiser la vitamine D"... qui disait que le nucléaire était sans danger... que tel médicament était bénéfique... qu'il fallait absolument coucher les bébés sur le dos, ou encore que le lait
maternisé c'était aussi bien que le lait maternel...


 


et toi, tu voudrais qu'on soit pour ne pas remettre en question la science? non, je ne le crois pas, mais quand ça t'arrange, tu veux prioriser ce point de vue.


et c'est là tout l'objet de ce billet, ne pas prioriser un seul point de vue.


 


j'ajouterai au débat sur ta sacro-sainte science (et je te rappelle que je suis scientifique de formation) qu'aujourd'hui plus que jamais les financements de la recherche la détourne à des
intérêts qui sont loins de la vérité, du bienfondé, de l'intérêt collectif bienveillant ou profitable humainement, tout ça parce que des tas de gens comme toi, comme moi aussi, il faut un temps,
avons contribué à la déification de la science, et nous aurons donné les verges de notre soumission d'adeptes dociles et crédules, avides de ces certitudes, en toute confiance en la "logique"
intellectuelle et en les raisonnements d'intelligence mathématique... nous voilà enrôlés par le biais de la science dans la secte qui nous vend mille mensonges parce que justement la science
elle-même est inféodée à la financiarisation de la vie sur Terre...


je te laisse y réfléchir...


 


tu finis par une réitération de tes oppositions spiritualité/sciences , qui sont le fondement de ta croyance, de ta structure de pensée.


or, libre à chacun de choisir (de l'embarras du choix, héhé) ses méthodes scientifiques comme son chemin spirituel, ce n'est pas toujours une question de convictions propres(si
c'était de l'ordre de la conviction, où serait la liberté?) mais souvent de ressenti et d'agencement de pragmatismes aussi... la croyance est une croyance tant que ce qu'elle évoque n'est pas
démontré


et croire que ce qui n'est pas encore démontré restera indémontrable est une croyance obscurantiste dans laquelle on serait, par ex... encore tous supposés uniquement stratégiquement agressifs de
nature et non pas aussi stratégiquement génétiquement programmés pour l'empathie et altruisme...


 


j'aurais aimé pouvoir publier tes mots qui suscitent cette réponse, mais tant que tu manipuleras les auteurs et les blogueurs avant et au milieu de tes opinions librement exposées ici, ça ne se
pourra kt. tu dois respecter cette légitime et respectable condition, ça ne se discute plus désormais.


belle fin de semaine à toi



only photos 30/05/2012 14:24

Je ne fais confiance qu'en la science, car elle sait se remettre en cause dès qu'une nouvelle découverte rend caduque la précédente. Pour le reste, les croyances, c'est essentiellement dans le
cerveau pour se rassurer face au néant qui nous attend tous, un jour ou l'autre. Dieu, c'est comme le père Noël ;-)

mamalilou 31/05/2012 20:26



héhé, c'est justement ce qui rapproche la science d'une "croyance"... le bon sens s'apparente à
"ce qu'on voit"... tant qu'on constate, et donc qu'on démontre que, on croit, on ne croit que ce qu'on "voit"... ou visualise...


dès que ce qu'on visualise n'est pas partagé par la masse de scientifiques reconnus tels, on le case dans la catégorie "croyance"... mais la science est une succession de "croyances", de
"supputations"... de projections, idées, clairvoyances, d'éclairs de consciences qui mènent sur des voies d'études... desquelles découlent les "découvertes" compréhensions et explications de ces
pré-sentiments...


il a fallu un docteur qui suspecte l'existence de "miasmes" pour qu'un jour on se préoccupe de la contagion et qu'on étudie le jour et la technologie venue, les "microbes"... pour ne citer que
cela...


la science fonctionne avec beaucoup d"'eurêka"...


qui sait, de tout ce qui est classifié "croyances" combien seront "démontrées" un jour, ou perçues par la masse... rendant alors caduques toutes les conjectures péremptoires au sujet de la limite
entre science et spiritualité


... oui parce qu'il s'agit là non de "croyances" dans ce texte, mais de point de vue de la spiritualité et de point de vue de la science... l'un étant scientifique devenu moine bouddhiste et
l'autre bouddhiste devenu scientifique :o))


 


oui Dieu c'est le Père Noël, c'est une belle formulation... le Père Noël ... héhé... et c'est qui en réalité qui fait les cadeau...? quand tu auras trouvé qui met les cadeaux sous le sapin et
quelle partie de son être éprouve le plaisir d'offrir...tu auras trouvé où est le Père Noël...


pour le reste c'est toi qui vois...


ravie de t'accueillir ici, et si le coeur t'en dis, tu verras, il y a aussi quelques cocasseries ici... pfiou l'embarras du choix


tu trouveras ton lien là



Caplibreurs en herbe



et que le soir te soit doux



Valentine :0056: 29/05/2012 19:21

Le début paraît compliqué, mais la fin est superbe. Bises estivales, Mamalilou !

mamalilou 05/06/2012 05:25



ah c'est que ça vole haut entre ces messieurs!!!


doux bisous rafraîchis!!



Colette 29/05/2012 09:29

Merci de ton gentil passage chez moi et de ce long et riche article
Namasté

mamalilou 04/06/2012 01:41



merci à toi Colette


namasté



Miche 29/05/2012 07:32

Quel beau billet, et quel travail... pour le fond, je vais prendre le temps de le lire avec attention...

mamalilou 04/06/2012 01:40



ça mérite en effet toute notre attention


douce semaine à toi