Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 21:20

 

http://a10.idata.over-blog.com/600x450/1/01/71/82/mandalasbloggueurs/MANDALA-compassion.jpg

 

Pour la majorité des hommes, du XVIIè siècle à nos jours, la science est de plus en plus devenue synonyme de savoir; par ailleurs, la croissance exponentielle de l'accumulation des informations n'est pas près de ralentir. Parallèlement, la pratique religieuse a décliné dans les sociétés laïques et démocratiques et s'est souvent radicalisée dans les sociétés régies par des religions d'Etat. Ce qui devrait normalement constituer l'essence de la religion -l'amour et la compassion- a connu des déviations tragiques, liées aux aléas de l'histoire.

Dogmatiques ou expérimentales, les grandes traditions spirituelles offraient, outre leurs conceptions métaphysiques, des règles d'éthique qui fournissaient des points de repère, parfois éclairants, parfois contraignants. De nos jours, ces repères s'étant peu à peu estompés, la plupart des hommes ne fondent plus ni leurs pensées ni leurs actes sur des préceptes religieux, même si, par tradition, ils adhèrent à une religion. Ils font plus volontiers confiance aux "lumières" de la science et à l'efficacité de la technologie qui permettra, espèrent-ils, de résoudre tous les problèmes futurs.

Certains considèrent pourtant que la prétention de la science à tout connaître sur tout est illusoire: la science est fondamentalement limitée par le domaine d'étude qu'elle a elle-même défini. Et si la technologie a apporté d'immenses bienfaits, elle a engendré des ravages au moins aussi importants. De plus, la science n'a rien à dire sur la manière de conduire sa vie.

En soi, la science est un instrument qui n'est ni bon ni mauvais. La porter aux nues ou la sataniser n'a pas plus de sens que de faire l'éloge ou la critique de la force. La force d'un bras peut aussi bien tuer que sauver une vie. Les scientifiques ne sont ni meilleurs ni pires que la moyenne des êtres et se heurtent comme tout le monde aux problèmes éthiques induits par leurs ropres découvertes.

La science n'engendre pas la sagesse. Elle a montré qu'elle pouvait agir sur le monde mais ne saurait le maîtriser. De même nous échappe-t-elle: ses applications, à la manière d'un phénomène plus puissant que la simple addition de ses constituants, ont acquis un élan qui leur est propre. Face à cela, seules les qualités humaines peuvent guider notre utilisation du monde. Or ces qualités ne peuvent naître que d'une "science de l'esprit". L'approche spirituelle n'est pas un luxe, mais une nécessité.

S'adonner pendant des siècles à l'étude et à la recherche ne nous fait pas progresser d'un pouce vers une meilleure qualité d'être, à moins que nous ne décidions de porter spécifiquement nos efforts en ce sens. La spiritualité doit procéder avec la rigueur de la science, mais la science ne porte pas en elle les germes de la spiritualité.

De nos jours on constate un renouveau d'intérêt pour les formes de spiritualité qui mettent l'accent sur les aspects pragmatiques de l'expérience contemplative, dégagée d'un dogmatisme pesant. L'intérêt que l'Occident manifeste pour le bouddhisme a éveillé la curiosité des médias et suscité des études qui ont tenté d'analyser les  causes de cet engouement et ses développements possibles.


Matthieu Ricard


pour suivre cette lecture:

- Frédéric Lenoir, La Rencontre du bouddhisme et de l'Occident et Le Bouddhisme en France,

- les entretiens entre Matthieu Ricard et son père le philosophe Jean-François Revel

http://blogsimages.skynet.be/images_v2/002/658/187/20090526/dyn006_original_418_572_gif_2658187_d8958f9a97b2b96012367e16a5d566f7.gif

proposé par mamadomi

Partager cet article

Repost 0
Published by mamadomi - dans philosophies
commenter cet article

commentaires

Alain Bourrelly 12/04/2010 10:30


Lu les 4 premières lignes de ta réponse qui n'en est pas une (en gros c'est "çui qui l'a dit qui l'est" comme d'hab') je ne vais pas plus loin.
communication impossible sur ce sujet stop.
Je laisse tomber stop.
trouverai peut être ailleurs stop.


mamalilou 12/04/2010 13:23



je note que même pour laisser tomber faut que tu le fasses en fanfare


avec ping pong stérile 


pfffffffff recopiage de mes commentaires
de ton propos AREÛ





et après ça tu vas me dire que tu n'as pas de problème d'image et d'identification


que tu n'entres pas dans la "prétention illusoire" ici mentionnée...


pourtant, après avoir lu "quatre premières lignes" de réponses dire "qui n'en est pas une", c'est quand même la manifestation la plus grossière
d'un ego démesuré...





je te le redis


- juger sans savoir,


- tenir pour acquis de vieux poncifs éculés ne t'amènera à aucune vérité,


et te privera de tout dialogue, l'interlocuteur voyant bien la vacuité de tes assertions


et la goguenardise de tes questions fermées


...sachant que le dialogue peut aussi être vecteur de progrès et pas la seule lecture de topos rédigés par des "savants" et interprétés par le tout venant....





"la vérité est ailleurs" (mdr mdr mdr)


déjà dans cette réponse précédente... mais pour ça faut que tu arrêtes de te penser comme ayant à convaincre que tes acquis représentent ce que tu es et que les
remettre en question suppose t'invalider dans tes identifications...


mais ça c'est toi qui vois...





tu n'es sans doute pas prêt, ou plus prêt à progresser et à accueillir d'autres paroles, t'ouvrir à d'autres horizons (et je ne parle pas de tropiques :o))



Alain Bourrelly 12/04/2010 00:02


ça te gêne donc tant que ça de dire que le mot "spiritualité" sous entend l'existence d'une entité qui survit après la mort ?
Cette gène est intéressante : elle apporte de l'eau à mon moulin.
Tu préfères écrire 200 lignes plus ou moins insultantes (qui parlent d'autre chose peut être pour détourner l'attention ?) plutôt que quelques mots clairs.
ça ne m'éclaire pas sur le sens que tu donnes au mot "spiritualité", mais ça renforce mon point de vue sur les croyants : dédaigneux, intolérants, le tout sous des dehors de bonté et de calme
affichés, utilisation de termes volontairement obscurs et non définis, deviennent nerveux d'ailleurs quand on leur demande de définir mais bien sur c'est parce qu'on leur demande définir avec de
mauvaises intentions : le croyant est télépathe. Tout plutôt que de risquer une toute petite remise en question.
Par contre, ce sont de grands traqueurs de pailles dans les yeux des voisins.


Merci à toi. J'ai pas beaucoup avancé mais ma conscience des autres s'affine c'est toujours ça.


mamalilou 12/04/2010 00:09



"ça te gêne donc tant que ça" provoc


"sous entend" péj


"Tu préfères écrire 200 lignes" péj


"plus ou moins insultantes" inversion de causalité et de rôles


"qui parlent d'autre chose peut être pour détourner l'attention" provocation puérile


"plutôt que quelques mots clairs" dépréciation qui te disculpe de tout effort judicieux et sincère de compréhension,
une façon de pas passer pour un c...à moindre frais





...





toujours le registre de la déconsidération, du mépris goguenard et provocateur


la perversité du registre linguistique, vocabulaire et tournures péjoratives


il s'agit encore de ce fameux paradoxe qui te veut à la fois campé sur une position démonstrative et totalement incapable de te contraindre au fond
démonstratif


tu agites des sophismes, et donc reste sur le registre de la persuasion, faisant appel à l'émotion, y compris et surtout négative et dévalorisante pour stopper le
dialogue ou empêcher une démonstration tant qu'elle n'est pas de ton initiative


or, de ton côté pour démontrer et donc "convaincre" et non "persuader", tu es infichu de rester sur le fond, tes propos ne sont à chaque fois que des effets de
manches.





crois-tu que je puisse aborder quelque sujet que ce soit en passant là-dessus?





tu vas apprendre les bonnes manières!


moi, jte l'dis (enfin, si tu veux pouvoir prétendre à l'expression)


ici la taulière t'enjoins de changer de ton!


et la taulière c'est moi petit bonhomme prétentieux de ce soir


tes manières sont insultantes


ne te plains pas que ça éclabousse





je reviens lire la suite... plus tard... c'est tellement certain que c'est encore de la rebuffade de gamin de CM2 que j'en suis navrée d'avance


mais tu es mon ami, je le lirai


faudra quand même que tu consultes...


 


 


***


0h25, voilà j'ai fini mon article suivant...


alors on en était où...





"ça ne m'éclaire pas sur le sens que tu donnes au mot "spiritualité","(dico, culture, lecture, à toi de jouer mon ptit)


 


encore une fois tu attends de moi une réponse à ta question, sans mettre la politesse et le respect parce que tu es dédaigneux et provocateur


déconsidères le propos qu'on va aborder avant même qu'on l'aborde...


et après tu diras que tu n'attends pas que je t'éduque?


ya moquage, man


 


"mais ça renforce mon point de vue sur les croyants" (ta croyance, on en a djà parlé)


 


ptdr... tu renforces tes "points de vue" fermes et irrévocables, ce que moi j'appelle des conditionnements des a priori et des idées toutes faites


tu te nourris de n'importe quoi, tu vois où tu veux des confirmations de tes prétentieux et illusoires poncifs récurrents et hostiles


tu fais tout le contraire de la démarche scientifique, dont -pardonnez du peu- tu te réclames!!!


tu pars bardé de certitudes... tout seul dans ton monde abscons


 


": dédaigneux, intolérants,"


 


parle pour toi! tu te regardes parfois, tu te relis seulement, pfffff, allez, peut mieux faire...


 


"le tout sous des dehors de bonté et de calme affichés,"


 


parce que tu es calme, là? tout excité à l'idée de renvoyer la baballe...


de mon côté je suis accessoirement révoltée -parce que tu es mon ami- de la stupidité qui ici et sur ces sujets domine ce que tu es...


je me dois de comprendre que je fus incluse dans ce énième amalgame puant de bêtise et de provocation, cette lie de la pensée humaine, ce mépris inconditionné pour
toute spiritualité qui ferait appel à un dieu


beurk, tes propos sont hideux


 


"utilisation de termes volontairement obscurs et non définis,"


(pour mémoire, je propose un texte qui utilise le terme "spiritualité" hein pour remettre en contexte ton commentaire... et tu demandes à ce que je le définisse à la
place de l'auteur...!!!!!)


 


tournure perverse s'il en est surtout en contexte: c'est toi qui radicalises tout propos et créées de la confusion par la réitération ad libitum de
contre vérités -bien définies elles aussi telles que 'la spiritualité, c'est forcément du divin/et les religieux sont tous des sales cons méprisants et dangereux'


et je serai toujours aux côtés de ceux que tu mépriseras ainsi... parce que je méprise ton attitude l'ami





"deviennent nerveux d'ailleurs quand on leur demande de définir"


(provocation, se sent concerné qui veut... j'imagine!)


 


non mais tu te fous du monde, en provocateur à deux balles, tu fais fi de tes précédents 90 commentaires sur ce blog (au fait je t'ai déjà dit merci?!!!) de demande
de justification et de définitions alors que je te renvoie à l'école mon gars


c'est pas nerveuse que je suis...


...mais profondément agacée et insultée par ton attitude méprisable... même si mon jovial et dodu sourire n'en laisse rien paraître... (hein tsé pas faire ça toi,
hein...!!)


 


"mais bien sur c'est parce qu'on leur demande définir avec de mauvaises intentions "


 


caliméro reprend son scénario, faux pli récalcitrant... c'est pourtant pas glorieux comme attitude, mais c'est tellement faciiiiiiiiile... pourquoi s'en
priver...


pas discret par contre, t'es repéré...


 


": le croyant est télépathe"


 


poil aux pattes!


et en plus il te rie au nez... le télépathe... -nez que tu n'as pas creux, contrairement à ton propos...(olé!)


mmmm...au fait tu sors ça d'où?


ah oui encore une vérité scientifique dont tu as le secret...


quand ton jeu est clair, que tes postures sont caricaturales point n'est besoin de la moindre compétence paranormale... rassure-toi, c'est un jeu d'enfant


 


"Tout plutôt que de risquer une toute petite remise en question."


 


héhéhé, ça c'est MA phrase, bébé...ping pong mais note que ça reste vrai chaque jour de la vie


l'introspection, c'est jamais une fois pour toutes... et il n'est pas un jour que je m'en exempte


contrairement à d'autres qui se font prier rien que pour commencer...(j'ai des noms :o)


la remise en question est donc à initier de ton côté... ici on est rôdé...


(voilà typiquement un exemple de "je me fais une idée des autres, mais moi, je n'ai [et non "tu ne m'as"]
rien appris sur moi"... à bon entendeur...)





ici, c'est à toi de ne pas tout relier à dieu, dieu que tu ne légitimes pas, comme ça tu n'as besoin de ne rien discuter... ah que c'est ridicule comme façon de
faire, tu t'enlises


 


"Par contre, ce sont de grands traqueurs de pailles dans les yeux des voisins."


 


oh des références bibliques maintenant...tu es sûr que c'est pas pour donner des leçons que tu serais bien en peine d'appliquer toi-même...?


à noter le "ce sont"... façon chasse aux sorcières...(et puis ils ont un grand nez de télépathes et ils sont tout confus aussi tu oublies...)


 


"Merci à toi. J'ai pas beaucoup avancé mais ma conscience des autres s'affine c'est toujours ça."


 


je confirme, il semble que tu n'avances pas beaucoup... (pas même mentalement...)


... enfin ...tant que tu ne t'occupes que des autres...ça va pas s'arranger...


 


une piste... apprends à lire et à t'ouvrir à ce que tu lis, accueilles...


au lieu de penser penser penser et te camper sur des 'acquis' et autres prérequis que tu ne veux pas remettre en
question


ya plus de place pour le neuf


c'est comme ça qu'on devient vieux et... (je l'ai pas dit!)



Alain Bourrelly 11/04/2010 11:38


T'es vraiment gravissime. J'essaie même plus de discuter. Je t'ai jamais demander de m'éduquer mais de préciser ta pensée (ça doit vraiment être gênant de le faire pour toi).
J'ai lu ta soupasse linguistiquo-psycolo-interprétative en diagonale : c'est dramatique.
Tu arrives toi à parler avec quelqu'un qui utilise des termes non définis et qui répond systématiquement à côté avec des délires interprétatifs à deux balles ?
Moi pas.


mamalilou 11/04/2010 13:32



hop la scène 3 de l'acte II du parfait manipulateur:


excellent cas d'école


 


- dévalorisation du sujet:T'es vraiment gravissime.


- menace ou confirmation de rupture par faute rejetée: J'essaie même plus de discuter


- négation de l'analyse de fait avéré et réitéré sur plus de 90 commentaires (sur ce blog): Je t'ai jamais demander de m'éduquer


- affirmation de toute puissance à exiger de l'autre: je t'ai demandé de préciser ta pensée


- dévalorisation de l'objet: ta soupasse/ : c'est dramatique


- manifestation de déconsidération par affirmation sans honte de lecture en diagonale


- confusion sémantique: ta soupasse linguistiquo-psycolo-interprétative


- généralisation abusive de la critique étendue au reste du monde fonctionnant forcément comme toi:Tu arrives toi à parler avec quelqu'un qui


- re dévalorisation du l'interlocuteur:quelqu'un qui utilise des termes non définis et qui répond systématiquement à côté avec des délires
interprétatifs à deux balles ?





maintenant je te conseille une bonne adresse de psy ou bien?


ça sert à rien de te cacher derrière ton ptit doigt l'ami


tu ne peux pas te remettre en question


tu veux parler de sujets qui t'intéresse uniquement si tu peux étendre tes convictions sans frais, sans transigeance, en clair par assertions sans fondement,
itération de pétitions de principes et autres généralisations abusives, amalgames et arguments d'antiquité





ben ici, ça passe pas, tiens-toi le pour dit


et ne viens pas me resservir du "il vaut mieux que je ne dise rien"


parce que ce "rien" là oui, en effet tu peux te le garder mon ami...


sur tout ce qui touche à l'être, ça ne passera pas...


le titre c'était quoi déjà...


"prétention illusoire"


bien illustré l'ami


merci






Alain Bourrelly 11/04/2010 00:38


Tu ne veux pas comprendre je pense.
Je ne suis pas certain que l'on parle de la même chose quand on utilise le mot spiritualité. Il n'y a pas de dualité noir/blanc, jour/nuit !!!
Quand on communique, on utilise des mots qui ont un sens à priori. Or le sens que je donne au mot en question semble être différent du sens que tu lui donne toi. Donc on NE PEUT PAS PARLER si on ne
s'entend pas sur le sens.
D'où ma question : Est-que le mot "spiritualité" implique qu'une entité survit après la mort ?
ça peut être oui, non ou bien nuancé, je m'en fous, mais dans l'utilisation que moi je fait de ce mot c'est OUI donc si pour toi c'est autre chose on ne peut pas se comprendre sans le savoir.
Je ne parle pas de s'entendre mais simplement de se comprendre. Les longs textes que tu m'as pondu ne m'ont pas avancé à cause de ce doute sur le sens du mot.


mamadomi 11/04/2010 01:48



tu penses bien,


je ne veux pas entrer dans ce champ limité que tu appelles 'la compréhension' pour le légitimer CAR


ce que j'appelle compréhension ne tolère pas de limite imposée par le cerveau de quiconque


le champ d'investigation ne saurait être contraint


pas même par le dieu science, érigé en spiritualité absolue :)


tu veux absolument t'opposer: "je ne suis pas certain que l'on parle de la même chose"


cela peut aussi en phrase affirmative se dire


'je suis certain de ne pas vouloir afficher que j'ose parler de la même chose, ça m'obligerait à la compréhension


je pense, ce que je pense ne saurait être discuté, donc toute tentative d'aborder un sujet déjà pensé est une opposition potentielle...'


voilà ce que tu ne sembles pas vouloir observer de ton mode opératoire...





tu peux nier la dualité que tu imposes, elle reste pourtant là


"je ne comprends pas donc réponds-moi", avec indication "si c'est pas ça c'est ceci"


tu peux tourner dans tous les sens, c'est de la dualité (deuxième fois déjà que je te le dis ici)





"Quand on communique, on utilise des mots qui ont un sens a priori."





té, qu'est-ce que je disais... c'est reparti pour un tour (à supposer la dualité qu'ils n'ont pas le même sens pour toi que pour les autres,


relis une fois encore,


et apprends à corréler tes sources et à différencier le sens spécifique du sens générique, sans essayer à tout hasard


de voir si tu ne peux pas entraîner ton interlocuteur dans le flou


en jonglant avec les degrés de lecture du sens des mots...


hé ho, tu me la referras pas à chaque fois!!!)


alors non on ne va pas retourner à tes fondamentaux de linguistique décortiquée pour délégitimer tout débat.


tu ne veux pas aborder un sujet parce que ça suppose une remise en question de tes fondamentaux


mais tu ne veux pas avoir l'air de ne pas toucher ta bille sul sujet


quelque part ça te tente, mais tu sais que tu vas rencontrer le même os:


faire face à ta dualité


tu misérabilises donc "mais il vaut mieux que je dise rien" plutôt que de sainement saisir l'opportunité soit de redire tes convictions irrévocables et
assumées sans généralisation ni vocation d'absolu


soit/ou de laisser une porte ouverte à l'investigation, hors de tes sentiers battus... et rebattus... stérilement... puisque tu trouves toujours les mêmes limites au
progrès spirituel...





"D'où ma question : Est-que le mot "spiritualité" implique qu'une entité survit après la mort ?
ça peut être oui, non ou bien nuancé, je m'en fous, mais dans l'utilisation que moi je fait de ce mot c'est OUI donc si pour toi c'est autre chose on ne peut pas se comprendre sans le
savoir."





tu es un grand malade tu sais... c'est un agacement profond pour moi de relire cet abrutissement quasi toqué que tu me ressers dans un total irrespect


combien de fois tu vas me servir ce rata infâme de dualité péremptoire


mais enfin, je vais te répondre ce que je t'ai déjà dit au-dessus... et tant de fois avant


tu as décidé de confondre le sens spécifique et générique, tu as décidé de t'opposer pour t'opposer pour masquer la pauvreté du désir de comprendre et la force de
l'orgueil, non seulement de ne pas te remettre en question mais de faire admettre à chacun que tu as raison de le faire et que tout le monde doit être aussi obtus que toi.


-que ce soit ce que tu veux transmettre ou non...





ah non? c'est pas ce que tu veux Alain? oh pardon, ta récurrence outrancière désormais pourtant laisse penser que si


je te remets le lien vers chaque post où tu as déjà écrit cela et où je t'ai répondu pareillement ou ça ira...? (yen a en gros une bonne vingtaine rien que sur ce
blog...)





"Les longs textes que tu m'as pondu ne m'ont pas avancé à cause de ce doute sur le sens du mot."


>>>  CE doute qui est le tien, et dont tu es responsable, c'est ton choix, j'ai prouvé et ta phrase le confirme, que quels que soient les mots choisis
pour affirmer le sens donné, non restreint, tu choisis de rester dubitatif, tu en es donc seul responsable.


assume, bonhomme, assume ta tiédeur peu téméraire


pourquoi m'instrumentalises-tu dans ton opposition, calimero goguenard?:


"je ne t'aide pas" "je suis trop longue" "tu ne comprends pas par ma faute"


et puis quoi encore? deux bières et un mars?!!!


note:


tes longs comm insistatifs et  compulsifs de "je ne comprends pas explique moi, mais si je ne comprends pas c'est que tu expliques mal"
n'ont en effet pas aidé ta compréhension


que ce soit en préambule ou en conclusion d'ailleurs, parce que tu ne te fatigues pas


d'ailleurs si je relis ma réponse précédente, je ne te félicite pas, tout ce que tu sais faire -comme d'habitude- c'est t'en tenir à cela: "je ne comprends pas" et
c'est reparti comme en quarante papy...


ici c'est à ton désir une fois encore que je te renvoie l'ami


je ne suis pas là pour t'éduquer


les réponses tu les trouveras seul et sans autre maître que toi


mais pour ça faut cesser de faire l'enfant "je ne comprends pas"


tu n'es pas plus bête qu'un autre, tu écoutes, en l'occurrence, tu lis, tu laisses ton esprit (enfin déjà ton cerveau pour commencer) s'ouvrir à la
compréhension


si tu barres la route avec tes concepts limitatifs, tu ne peux t'en prendre qu'à toi


je ne suis qu'un maillon dans tout ce qui peut te permettre de comprendre, je propose de la lecture pour l'ouverture d'esprit


si tu as à coeur de garder ton esprit fermer, faut pas jouer à faire semblant de comprendre, ou à cracher dans la soupe de ceux qui eux, désirent sincèrement ouvrir
leur esprit...





 


maintenant, si tu ne te poses pas en chercheur de réponses qui ne veut pas les lire... tu peux envisager de seulement commenter le texte ET de supporter qu'on
réponde à ce commentaire, par des précisions ou des rectificatifs...





dans la vie quand ce qu'on lit nous semble inaccessible, on cesse l'aventure de la lecture  ou on remet à plus tard, on appelle pas l'auteur pour lui dire "eh
oh toi, ça va pas non? les mots n'ont pas le même sens pour moi?"


alors que c'est toi qui n'acceptes pas l'instrumentalisation des mots


-ou  "formulation des concepts" en l'occurrence ici (puisque tout n'est pas matériel)-


par celui qui écrit et qui n'est pas toi!!!





accepter le dialogue c'est déjà le permettre, et toi, tu te braques à chaque emploi de mot


j'en connais deux autres comme toi... c'est un gros handicap... je te souhaite bon courage...



Alain Bourrelly 11/04/2010 00:04


Je suis encore moins sur de comprendre maintenant.
Mais pourquoi les discours sur ce sujet sont ils toujours aussi embrouillés ?
L'utilisation du mot "spiritualité" implique-t-elle oui ou non l'existence d'une entité qui survit après la mort ?
Moi je pense que oui à la base, mais tu m'as mis un doute dans la tête.
C'est quand même facile de dire oui ou non là, non ?
Pas la peine de balancer douze pages à priori : soit l'utilisation de ce terme implique l'acceptation de l'existence d'une entité qui survit après la mort, soit non.
Si tu veux pas répondre OK très bien, ça me gène pas. mais je ne peux rien dire de plus si je sais pas de quoi je parle.


mamalilou 11/04/2010 00:24



tu m'étonnes,


pour comprendre quoi que ce soit, faut faire de la place petit padawan


si tu veux faire rentrer de l'eau dans la vasque faut déjà enlever quelques cailloux sinon ça déborde...


bon alors qu'est-ce qui est embrouillé dans ta tête, dis-moi...


ah oui toujours la binarité, soit c'est oui soit c'est non


tu sembles invariablement dire "alors ceci implique cela sinon ça implique ceci et pourquoi, expliquez-moi je vous prie c'est compliqué"


tu m'arrêtes si je me trompe bien sûr, je compte sur toi





oui, je confirme tu peux avoir un doute sur l'absolue certitude qui est tienne et que tu présentes telle en tous cas...


en dehors de la notion de d'existence d'entité divine la spiritualité est aussi... aussi


veuille bien noter une fois encore que ta compartimentation était ici inappropriée.





le souci est et restera sans doute encore longtemps -pour toi- que tout se pose en terme de oui/non


dedans/dehors


science/pas science


savoir=science


non preuve accessible immédiatement au mental et dûment validée par les concepts et limites formulés par les hommes sous la nomenclature "science"=non
existence





une fois encore le "je ne peux rien dire de plus si je sais pas de quoi je parle"


est un refus d'obstacle.


tu peux comprendre et tu peux savoir


au-delà de tout concept ou noèse t'ayant préformaté


libre à toi d'accepter que tu n'utilises comme tout un chacun, qu'un faible pourcentage de tes compétences, ne serait-ce que cérébrales...ou de repousser cette
limite


libre à toi d'envisager comme le font les chercheurs, tu sais, ces scientifiques... :o)


d'envisager des hypothèses, des chemins d'investigations, de supposer, ...


et si sur la route, le scientifique rencontre une conviction personnelle qui le handicape en l'opposant, alors il est stimulé à l'idée de refonder sa pensée et de
réactualiser ce qu'il croyait acquis...


évidemment le matérialiste lui, n'a pas cette "ferveur" dans la quête de vérité scientifique, pas plus que dans la découverte d'un champ de conscience... "spirituel"
...donc