Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 22:33

divide.jpg

rain_of_stars_by_margarita_sheshukova600

Margarita Sheshukovadivide.jpg

De l'existence des particules élémentairesdivide.jpg

et/ou une + courte video en bas de billet, si vous n'avez pas le loisir de dévorer ce passionnant et copieux dialogue ci-dessous

divide.jpg

 

Pourquoi le bouddhisme s'intéresse-t-il aux particules élémentaires, alors que leur analyse ne semble pas avoir une grande incidence sur notre vie quotidienne? Si l'on s'interroge sur la réalité, ou l'irréalité, du monde qui nous entoure, il importe d'élucider la nature de ce qui en constituerait les "briques fondamentales". Le bouddhisme n'est pas le seul à remettre en question la vision "réaliste" des phénomènes. TTX.jpgL'interprétation de la physique quantique selon l'école de Copenhague nous conduit également à penser que les atomes ne sont pas des "choses" mais des "phénomènes observables". Débat passionnant entre tous, puisqu'il nous place d'emblée au coeur de ce que l'on nomme la matière: si sa "solidité" est remise en question, bien d'autres barrières conceptuelles peuvent et doivent à leur tour tomber.


Matthieu Ricard:

La notion de globalité des phénomènes contredit celle d'entités séparées possédant des propriétés intrinsèques et se définissant par elles-mêmes. Prenons l'ex de la lumière. Elle se manifeste parfois comme une onde, parfois comme une particule: 2 aspects aussi différents que peuvent l'être une pierre et les ondes circulaires qu'elle crée lorsqu'elle tombe à la surface d'un lac.

 

Trinh Xuan Thuan:

Effectivement, cette découverte de la nature duelle de la lumière a été une grande surprise pour les physiciens. Plus étonnant encore, la matière partage cette dualité. Ce que nous appelons électron, ou toute autre particule élémentaire, peut également prendre l'aspect d'une onde.

 

Matthieu:

Dans le monde ordinaire, la lumière est ce qui nous permet de voir les formes et les couleurs; pour celui qui s'assied au soleil, les yeux fermés, la lumière est perçue comme de la chaleur; pour le physicien qui la capte avec ses instruments, la lumière est une fonction mathématique, un ensemble de nombres et d'équations. Autant d'approches, autant de descriptions différentes.

Où se trouve la réalité?

N'est-il pas + juste de dire qu'on a simplement affaire à un ensemble d'interactions qui engendrent des phénomènes transitoires et que, derrière ce flux de transformations incessantes, nous n'avons aucune raison de postuler l'existence d'une réalité intrinsèque qui se définisse par elle-même?

 

Thuan:

Les aspects divers de la lumière peuvent s'expliquer si on accepte qu'elle manifeste 2 aspects complémentaires: l'onde et la particule. Niels Bohr a appelé ce concept le "principe de complémentarité". Il voyait dans la complémentarité une conséquence de l'inévitable interaction entre un phénomène et l'appareil qui le mesure. Pour lui, ce n'est donc pas la "réalité" qui est duelle, mais les résultats d'interactions expérimentales ¹. On peut alors dire que la lumière ne possède pas de réalité intrinsèque parce qu'elle n'est exclusivement ni onde ni particule, mais qu'elle prend l'apparence de l'une ou de l'autre selon les circonstances.

Reprenant les ex que tu as cités, on peut expliquer les couleurs en invoquant l'aspect particulaire de la lumière. Ta robe de moine est teintée des couleurs rouge et jaune parce que 94127-2-fre-FR-Karuna-Shechen-soutient-lles atomes qui la constituent absorbent le bleu et le vert et reflètent le jaune et le rouge. Les photons réfléchis par ta robe pénètrent donc dans nos yeux avec une énergie et une fréquence qui nous donnent la vision du jaune et du rouge. Si ta robe ne faisait que réfléchir la lumière solaire sans la modifier, elle devrait avoir la couleur blanche du soleil.

En ce qui concerne la chaleur du soleil, elle peut aussi s'expliquer en termes de grains de lumière. Chaque grain de lumière est caractérisé par une énergie et, lors d'une journée ensoleillée, d'innombrables grains de lumière viennent frapper notre peau et lui communiquent leur énergie qui est convertie en chaleur.

Quant au physicien dépendant de son appareil de mesure, il voit la lumière soit comme une onde, soit comme une particule. Si la lumière se manifeste comme une onde, on peut la caractériser par sa longueur d'onde (la distance entre 2 crêtes ou 2 creux de l'onde) et par sa fréquence (le nombre de passages de crêtes de l'onde à un endroit donné de l'espace par seconde). Si elle se montre comme une particule, on peut la caractériser par son énergie.

 

¹ Si l'on veut comprendre le concept bohrien de complémentarité, il ne faut pas oublier l'idée-force de Bohr: "L'impossibilité de toute séparation nette entre le comportement des objets atomiques et leur interaction avec les instruments de mesure servant à définir les conditions sous lesquelles le phénomène se manifeste." Physique atomique et connaissance humaine, Gallimard, 1991, 

 

Matthieu:

On ne fait ainsi que décrire un certain nombre de propriétés observables ² qui, de +, ne peuvent coexister à un moment donné. Le photon n'est jamais à la fois onde et particule. Shantidéva écrivait il y a près de 1300 ans:

"Ce qui apparaît par le concours d'autres éléments et qui disparaît s'ils sont absents, ce phénomène artificiel, pareil à un reflet, comment aurait-il le caractère de la réalité?"  ³

il faut donc répondre à la question de la réalité intrinsèque de ces particules.

Peut-on dire que l'on connaît la nature même de la lumière?

• Une telle nature existe-t-elle?

• Les "caractéristiques" de la particule ne se réduisent-elles pas à des modes d'appréhension d'un phénomène impermanent?

• L'électron est-il sa charge, son spin (un mouvement de rotation), sa masse?

• L'ensemble des propriétés se confond-il avec l'électron?

• Celui-ci existe-til en dehors de ses propriétés?

• S'il n'est ni l'une ni l'autre de ses propriétés, que reste-t-il de l'électron?

• En bref, ces propriétés sont-elles constitutives de l'électron ou n'apparaissent-elles qu'en dépendance avec le reste du monde, y compris nous-mêmes*?

 

² Sir James Jeans écrivait: "Nous ne pouvons jamais comprendre ce que sont les événements, mais devons nous limiter à décrire des schémas d'événements en termes mathématiques; aucun autre but n'est possible. Les physiciens qui essaient de comprendre la nature travaillent dans différents domaines à l'aide de diverses méthodes. On peut labourer, semer et récolter, mais le résultat sera toujours une feuille de formules mathématiques qui ne décriront jamais la nature elle-même. [...] ainsi, nos études ne peuvent jamais nous mettre en contact avec la réalité." Physics and Philosophy, Cambridge University Press, 1931.

³ Shantidéva, La Marche vers l'Eveil, op. cit., chap. 9.

* En contrepoint de cette analyse bouddhiste et de la physique quantique, Laurent Nottale écrit: "Le concept de particule ne concernerait alors plus un objet qui "posséderait" une masse, un spin ou une charge, mais s'identifierait aux géodésiques fractales d'un espace-temps non différentiable, géodésiques dont masse, spin et charge seraient des propriétés géométriques communes." La Relativité dans tous ses états, Hachette, 1998.

L'une des questions classiques du bouddhisme est:

"Est-ce qu'une particule possède ses propriétés comme un fermier possède une vache ou comme quelqu'un possède son propre corps?"

Dans le 1er cas, cela voudrait dire que l'électron et ses propriétés sont des entités distinctes;

dans le 2ème cas, que les propriétés font partie de l'électron: prétendre qu'il les possède reviendrait à dire que quelqu'un aurait 2 corps, le corps qu'il est et le corps qu'il possède. Si l'électron est chacune de ses propriétés, il y aurait autant d'électrons que de propriétés. Dans ce cas, l'entité électron devient multiple.

En résumé, pour transposer un raisonnement de Chandrakirti**, l'électron n'existe pas réellement parce que

1. l'électron n'est pas ses propriétés,

2. il n'est pas autre chose que ses propriétés,

3. il n'est pas le fondement de ses propriétés,

4. ses propriétés ne constituent pas son fondement,

5. il n'est pas le propriétaire réel de ses propriétés,

6. il n'est pas le simple ensemble de ses propriétés et 

7. il n'est pas la forme de ses propriétés. icon_wink.gif

S'il ne se confond pas avec ses propriétés et s'il n'est pas non plus séparé d'elles, alors celles-ci ne sont autres que des étiquettes mentales, et leur existence est de nature conventionnelle. Alan Wallace écrit:

"Elles n'ont aucune existence intrinsèque, ce qui ne veut pas dire qu'elles n'existent pas du touticon_rolleyes.gif. Les entités que nous identifions existent par rapport à nous et elles accomplissent les fonctions que nous leur attribuons. Mais, telle que nous la définissons, leur existence dépend des désignations verbales et conceptuelles que nous leur apposons.***"

 

** Ce raisonnement de Chandrakirti (VIIè s.), le grand commentateur indien de Nagarjuna, est classiquement appliqué à la notion de chariot. Les 7 raisons pour lesquelles un "chariot" n'a pas d'existence propre peuvent être résumées comme suit:

1. Le chariot ne fait pas intrinsèquement un avec ses parties (les roues, les axes, etc...), car celles-ci étant multiples, l'entité chariot deviendrait elle aussi multiple. si on persiste à dire que l'entité chariot est vraiment "une", alors toutes ses parties devraient être une seule et même entité. De ce fait, l'agent (le chariot en mouvement) et ce qu'il emmène dans sa course (ses parties) ne feraient absurdement qu'un.

2. Le chariot n'est pas intrinsèquement autre que ses parties, car s'il en était ainsi, ce serati une entité totalement distincte desdites parties. Or des phénomènes ontologiquement indépendants et simultanés ne peuvent agir les uns sur les autres et ne peuvent donc être reliés par un lien causal. Le chariot devrait alors pouvoir être appréhendé séparément de ses parties, ce qui n'est pas le cas.

3. Les parties d'un chariot ne dépendent pas intrinsèquement de l'entité chariot, car si c'était le cas, les parties et le chariot devraient être intrinsèquement "autres", ce qui revient au cas précédent.

4. Pour les mêmes raisons, le chariot ne dépend pas intrinsèquement  de ses parties.

5. Le chariot ne possède pas ses parties comme un fermier possède une vache ou un homme son propre corps. Pour ce faire, le chariot devrait être soit intrinsèquement distinct, soit indistinguable de ses parties, 2 possibilités qui ont été réfutées.

6. L'entité chariot n'est pas simplement un composé de ses parties:

a. la forme des parties ne peut être un chariot,

b. la forme du composé constitué  par ses parties ne peut pas être un chariot, car les formes de ces parties ne sont un chariot ni avant ni après leur assemblage, ces formes restant inchangées.

 Comme nous l'avons vu, le composé ne peut pas non plus être identique à ses parties, car s'il l'était, soit l'entité "composé" serait multiple, soit les parties ne feraient qu'un. En résumé, la forme du composé n'existe que par le jeu d'une imputation conceptuelle.

7. La forme du composé n'est pas un chariot, car le composé des parties n'est pas une entité douée d'existence propre. Il n'y a pas de composé des parties autre que les parties elles-mêmes, sinon on pourrait appréhender ce composé sans appréhender les parties. Comme nous l'avons vu, le composé ne peut pas non plus être identique à ses parties, car s'il l'était, soit l'entité "composé" serait multiple, soit les parties ne feraient qu'un. En résumé, la forme du composé n'existe que par le jeu d'une imputation conceptuelle.

*** Alan Wallace, Science et bouddhisme, op.cit.

 

Thuan:

Pour parler de la charge, du spin ou de la masse d'un électron, il faut mesurer ces caractéristiques. Or, en l'absence de mesure, l'électron prend l'apparence d'une onde et ne peut être décrit en termes de particule. On ne peut donc lui attribuer une masse ou une charge.

Francois-Englert-et-Peter-Higgs-qui-ont-

François Englert et Peter Higgs qui ont indépendamment postulé en 1964 l'existence du boson dit "de Higgs", ont reçu le Nobel de physique 2013. © REUTERS

Matthieu:

Il est donc imprudent d'affirmer que le résultat de cette observation reflète sans équivoque des propriétés intrinsèques d'un "objet", lequel serait mis en évidence par notre observation.

 

Thuan:

Selon mon appareil de mesure, l'électron apparaîtra

- soit comme une particule, qui a une charge, un spin et une masse,

- soit comme une onde pour laquelle ces notions n'ont pas de sens.

L'acte d'observation est également responsable du flou quantique dont j'ai parlé et qui est exprimé par le principe d'incertitude de Heisengerg, càd de l'impossibilité de définir précisément à la fois la position et la vitesse d'un électron.

Pour localiser ce qu'on suppose être un électron, il faut l'éclairer.

L'énergie de la lumière dépend de sa longueur d'onde,

et cette dernière détermine le degré de précision avec lequel

on peut localiser cet électron.

Si l'énergie de la lumière augmente, sa longueur d'onde diminue

et les contours de l'électron se précisent.

Mais les photons de cette lumière communiquent leur énergie à l'électron et perturbent d'autant + son mouvement que cette énergie grandit.

Nous nous trouvons ainsi face à un dilemme:

+ nous éclairons le flou de la position de l'électron en l'éclairant avec des photons à haute énergie,

+ nous le perturbons et augmentons le flou de son mouvement.

A l'opposé, si nous l'éclairons avec une lumière moins énergétique,

nous perturbons moins son mouvement mais augmentons le flou de sa position.

L'acte même de déterminer

engendre l'indétermination.

Parler d'une réalité "objective" qui existerait en l'absence de toute observation n'a donc pas de sens, car on ne peut jamais l'appréhender. On ne peut percevoir qu'une réalité subjective de l'électron qui dépend de l'observateur et de ses instruments de mesure. La forme que prend cette réalité est inextricablement liée à notre présence. Nous ne sommes plus des spectateurs passifs devant le drame tumultueux du monde des atomes, mais des acteurs à part entière.icon_cool.gif

 

Matthieu:

Le fait qu'on puisse décrire la lumière comme une onde ou une particule montre donc bien que

ni l'une ni l'autre de ces caractéristiques mutuellement exclusives

n'est inhérente à

un évenement qu'on imagine être un photon.

Rien ne peut être à la fois le caillou et l'onde, un objet localisé et un phénomène diffus dans l'espace.

 

Thuan:

Ou, + précisément, pour reprendre les mots de Heisengerg, "ces 2 images s'excluent naturellement l'une l'autre, car une chose donnée ne peut être en même temps une particule (càd une substance enfermée sous un très petit volume) et une onde (càd un champ qui s'étend sur un grand espace), mais les 2 sont complémentaires¤.

 

¤ Werner Heisenberg, Physique et Philosophie, Albin Michel, 1961 et 1971

 

Matthieu:

Cela ne nous renseigne pas sur la nature ultime de cette particule, si tant est qu'une telle réalité existe. Ni la particule ni l'onde ni aucune autre entité de l'univers n'existe en soi. On ne peut affirmer, n'est-ce pas, que la particule était présente avant l'observation?

 

Thuan:

Avant l'acte de mesure, on ne peut parler que d'une onde de probabilité.icon_wink.gif

 

Matthieu:

Si on endend par particule quelque chose qui pourrait avoir une réalité intrinsèque, voire permanente, et si elle n'existait pas avant l'observation, rien ne pourrait l'amener à exister. Comment une entité qui contient en elle-même toutes les qualités réelles qu'on attribue généralement à une particule pourrait-elle passer soudain du néant de l'inexistence à l'existence? Lorsqu'une particule apparaît, soit elle n'a pas d'existence propre, soit il y a création ex nihilo.

 

Thuan:

Pourtant, il y avait bien une onde. Il y avait quelque chose. Ce n'était pas le vide complet!

 

Matthieu:

Le bouddhisme ne parle pas de vide complet -ce serait adopter un point de vue nihiliste- mais de "vide d'existence propre". C'est pour cela que, selon les circonstances, selon le contexte expérimental, un phénomène irréel peut apparaître tantôt comme une particule, tantôt comme une onde.

 

Thuan:

Notre débat et en fait celui que menait Einstein contre l'interprétation de l'école de Copenhague de la physique quantique. Cette interprétation, proposée par Niels Bohr, Werner Heisenberg et Wolfgang Pauli, est ainsi appelée car l'institut de physique que dirigeait Bohr, et où Heisenberg et Pauli étaient de fréquents visiteurs, était situé à Copenhague. Elle dit en substance que

"les atomes forment un monde de potentialités ou de possibilités,

plutôt que de choses et de faits".

Elle s'éloigne ainsi profondément du réalisme dogmatique d'Einstein.

Heisenberg résume ainsi les critiques d'Einstein:

"Cette interprétation ne nous décrit pas ce qui se passe en fait, indépendamment des observations, ou pendant l'intervalle entre elle. Mais il faut bien qu'il se passe quelque chose, nous ne pouvons en douter; [...]. Le physicien doit postuler qu'il étudie un monde qu'il n'a pas fabriqué lui-même et qui serait présent, essentiellement inchangé, si le scientifique en était lui-même absent."

Ce à quoi Heisenberg répond: 

"L'on voit facilement que ce qu'exige cette critique, c'est encore une fois la vieille ontologie matérialiste. Mais quelle peut être la réponse du point de vue de l'interprétation de Copenhague? [...] Demander que l'on "décrive ce qui se passe" dans le processus quantique entre 2 observations successives est une contradiction in adjecto, puisque le mot "décrire" se réfère à l'emploi des concepts classiques, alors que ces concepts ne peuvent être appliqués dans l'intervalle séparant 2 observations. [...] L'ontologie du matérialisme reposait sur l'illusion que le genre d'existence, la "réalité" directe du Monde qui nous entoure, pouvait s'extrapoler jusqu'à l'ordre de grandeur de l'atome. Or cette extrapolation est impossible." ¤

 

¤ Werner Heisenberg, Physique et Philosophie, Albin Michel, 1961 et 1971

 

Matthieu: 

Un philosophe bouddhiste ne peut qu'être d'accord avec cette dernière interprétation.

 

Thuan:

J'adhère moi-même au point de vue de Heisenberg. Je l'ai déjà dit, les expériences ont toujours donné raison à la mécanique quantique et elle n'a jamais été prise en défaut. Einstein faisait fausse route, et son réalisme matérialiste est intenable. D'après Bohr et Heisenberg, quand nous parlons d'atomes ou d'électrons, nous ne devons pas imaginer des entités réelles existant par elles-mêmes, avec des propriétés bien définies comme la position ou la vitesse, et traçant des trajectoires elles aussi définies. Le concept d'"atome" n'est qu'un moyen commode pour relier en un schéma logique et cohérent diverses observations. Bohr parlait ainsi de l'impossibilité d'aller au-delà des faits et résultats des expériences et mesures:

"Notre description de la nature n'a pas pour but de révéler l'essence réelle des phénomènes, mais simplement de découvrir autant que possible les relations entre les nombreux aspects de notre existence." ¤¤

 

Matthieu: 

Il rejoint François Jacob celui-ci il affirme:

"Il paraît donc clair que la description de l'atome donnée par le physicien n'est pas le reflet exact et immuable d'une réalité dévoilée. C'est un modèle, une abstraction, le résultat de siècles d'efforts de physiciens qui se sont concentrés sur un petit groupe de phénomènes pour construire une représentation cohérente du monde. La description de l'atome paraît être autant une création qu'une découverte."¤¤¤ 

Cela n'empêche pas la plupart des gens de s'imaginer les atomes comme des petites boules qu'ils pourraient saisir s'ils disposaient d'instruments suffisamment petits.

 

¤ ¤ Niels Bohr, Atomic Theory and the Description of Nature, Ox Bow Press, 1987

¤ ¤ ¤ François Jacob, La Souris, la Mouche et l'Homme, Odile Jacob, 1997

 

Thuan:

Schrödinger nous met en garde contre une telle matérialisation de l'atome et de ses constituants:

"Il vaut mieux ne pas regarder une particule comme une entité permanente, mais pluttôt comme un événement instantané. Parfois ces événements forment des chaînes qui donnent l'illusion d'être des objets permanents."# icon_wink.gif

 

# Erwin Schrödinger, "Science et Humanisme", in Physique quantique et représentation du monde, Le Seuil, 1992

 

Matthieu: 

Le cercle de feu créé devant nos yeux par la rotation rapide d'une torche n'est pas un "objet". Le monde de phénomènes est constitué d'événements qui ne peuvent demeurer identiques à eux-mêmes pendant 2 instants consécutifs, faute de quoi ils seraient figés pour toujours. Ces instants, étant ponctuels, n'ont pas de durée, et ces événements ne peuvent donc avoir d'existence propre. Rien ne permet donc d'affirmerShaku qu'on connaîtra un jour l'ensemble des caractéristiques de l'"événement particule", car celui-ci nous apparaît de telle ou telle façon par le jeu de l'interdépendance, synonyme de "vide d'existence propre".

 

Le chat est-il vide d'existence propre?

Thuan:

Interdépendance par l'acte d'observation?

 

Matthieu: 

Interdépendance entre les phénomènes et le sujet à qui ils apparaissent,

et

interdépendance entre tous le phénomènes de l'univers.

Le point important, ici, est que les caractéristiques apparentes des phénomènes ne leur appartiennent pas en propre. Lorsqu'on dit, par ex, que la masse équivaut à l'énergie et peut se transformer en elle, cela revient bien à exprimer que la masse n'est pas une propriété indissociable de l'événement particule.

 

Thuan:

Oui, la nature de la matière, comme celle de la lumière, n'est pas immuable. L'énergie peut être convertie en matière, comme cela se produit constamment dans les accélérateurs de particules. Cette énergie peut provenir d'une masse (d'après la fameuse formule d'Einstein E=mc²) ou d'un mouvement. Dans le dernier cas, cela veut dire que la propriété d'un objet peut être convertie en objet. Inversement, la matière peut être convertie en énergie: c'est par ex ce qui fait que le Soleil brille. C'est en convertissant une toute petite fraction de sa masse d'hydrogène (0,7%) en lumière (des photons) que notre astre alimente et nourrit la vie sur terre.

 

Matthieu: 

Il ressort de tout cela que ni l'une ni l'autre de ces propriétés mutuellement exclusives ne constituent fondamentalement le phénomène qu'on appelle photon ou particule. Si c'était le cas, ces propriétés devraient toujours être présentes. Que penser de la réalité d'un animal qui serait un chat quand on le regarde d'un côté, un chien quand on le regarde de l'autre, et une onde quand on cesse de le regarder? icon_rolleyes.gif

 

Thuan:

Vu sous cette angle, c'est vrai!

 

Matthieu: 

La réalité ne correspond donc pas aux concepts solides que nous attachons aux choses. Pour qu'un phénomène se manifeste, il n'est pas nécessaire qu'il émane d'une réalité sous-jacente douée d'existence propre. Nous devons transcender les limitations conceptuelles qui nous font penser que quelque chose doit être soit intrinsèquement existant, soit totalement non existant. Il y a une voie médiane, symbolisée par l'image du mirage et du rêve. Le fait d'être illusoire n'empêche pas un phénomène de fonctionner. Un reflet dans un miroir peut apparaître et disparaître, se transformer de diverses façons et transmettre des informations variées, même si rien n'est vraiment "venu à l'existence" dans le miroir.

 

Thuan:

Un platonicien te répondra que le monde du miroir n'est que le reflet d'un monde réel. Il n'en reste pas moins vrai que l'aspect particule n'est pas + fondamental que l'aspect onde. Dans ce sens, on peut dire que ni la lumière ni la matière ne possèdent des propriétés intrinsèques et immuables. Ces propriétés dépendent de l'observateur et de son appareil de mesure et, dans ce sens, peuvent être considérées comme "illusoires", car impermanentes.

 

Matthieu: 

La physique serait-elle prête à dire que l'électron n'est qu'un jeu de relations, et qu'il ne possède aucun aspect fondamental?

 

Thuan:

Si, par relations, tu parles de l'interaction entre l'observateur et l'objet observé, des interactions et transformations entre particules élémentaires (par ex, un proton et un électron s'assemblent pour donner un neutron et un neutrino) et de l'interaction entre la matière et la lumière, je suis d'accord.

 

Matthieu:

Par relations, j'entends non pas des relations entre objets distincts et intrinsèquement existants, mais un réseau de relations infinies et mutuellemnet conditionnées dans lequel les propriétés apparentes d'un phénomène particulier découlent de l'ensemble des phénomènes, y compris la conscience.

 

Thuan:

Cela me rappelle ces mots de Heisenberg:

"Le monde apparaît donc comme un tissu complexe d'événements dans lequel des relations de diverses sortes alternent, se superposent ou se combinent, déterminant par là la trame de l'ensemble." ¤

 

¤ Werner Heisenberg, Physique et Philosophie, Albin Michel, 1961 et 1971

 

Matthieu:

Il parle bien d'événements, non d'entités objectives. Une particule semble isolée de la globalité des phénomènes uniquement parce que nous l'étudions et tentons de la cerner par un protocole expérimental, mais aucune des propriétés d'une partie quelconque de cette globalité n'est fondamentale, parce que rien ne la caractérise...

 

Thuan:

Rien ne la caractérise intrinsèquement, indépendamment de toute mesure. Les phénomènes sont inséparables de leurs conditions d'attestation. Selon l'interprétation de Copenhague de la mécanique quantique, parler d'une "réalité objective" n'a aucun sens.

350px-Prajnaparamita_Java_Side_Detail.JP 

La Prajnaparamita, statue de Java, xiiiè s., Singasari

 

Matthieu:

C'est la définition même de la vacuité. Il y a une phrase célèbre et essentielle dans le bouddhisme:

"La forme est le vide et le vide est la forme." ¹¹

Par "vide" on entend ici les phénomènes eux-mêmes. La nature des phénomènes manifestés est vacuité, et c'est grâce à cette vacuité, à cette absence d'existence autonome qu'ils peuvent se manifester et se transformer. Vois-tu là une contradiction avec ce que dit la physique moderne?

 

Thuan:

Non, les 2 points de vue sont compatibles, bien que la formulation soit différente. Tes remarques me font venir à l'esprit une théorie qui était en vogue dans les années soixante et qui proclamait qu'il n'y avait pas de particules élémentaires. Chaque particule serait composée de toutes les autres et il y aurait un peu de toutes les particules dans chaque particule:

A est composé de B et C, 

B         "          de A et C, et 

C         "          de A et B.

Henry stapp, par ex, écrivait:

"Une particule élémentaire n'est pas une entité analysable douée d'une existence indépendante. C'est, en essence, un jeu de relations qui s'étend à d'autres choses."¹²

Cette théorie, dite du Bootstrap, n'a plus le vent en poupe, faute de preuve expérimentale.

Descente_au_coeur_de_la_matire.png

source: clic 

Le schéma d'une hiérarchie de particules de + en + élémentaires -molécules, atomes, électrons et noyaux d'atome, protons et neutrons, quarks- semble mieux d'écrire nos observations des phénomènes atomiques et subatomiques.

à suivre....

Matthieu Ricard et Trinh Xuan Thuan

 

¹¹ Prajnanparamita (la perfection transcendante de la sagesse). 

¹² Henry stapp, "S-Matrix Interpretation of Quantum Theory", Lawrence Berkeley Laboratory preprint, 22 juin 1970 (éd° revue, Physical Review, D3, 1971, 1303)

divide.jpg

divide.jpg

proposé par mamadomi

Partager cet article

Published by mamadomi - dans philosophies
commenter cet article

commentaires

vivadevata 03/02/2014 15:03

On fait c'qu'on peut

Peu c'est pas beaucoup,
Mais beaucoup a besoin du peu
Pour être beaucoup.

mamalilou 01/02/2014 07:00

-->> c'est avec ravissement que j'accueille tes commentaires, une pure béatitude

May God Bless You

vivadevata 21/01/2014 15:16

Salutation,

Ce qu'en dit le "voisin"

Calmement, observes
Tous ces rêves
Qui vont mourir,
Déjà ta conscience
Va s’ouvrir.

Le rêve n’est pas un problème en soi,
Il le devient lorsqu’on le prend pour la Réalité.

Vivre l’instant présent,
Est une aide précieuse,
Afin de se détacher du rêve.


Le but de la méditation
Est de te ramener
A cet état
D’avant le rêve,
Le retour à
CE QUE TU ES.

Il n’est point besoin
De faire quoique ce soit,
Mais simplement…être.
Un état naturel retrouvé,
Qui ne fixe aucun obstacle
A la relation Sainte permanente,
Que Tout est UN
Et l’Un en tout.
OMMMMMMMM…

Bonne semaine

mamalilou 01/02/2014 07:00







Miche 20/01/2014 15:40

Ah oui, nos représentations sont agissantes.
Merci pour ce texte.

mamalilou 27/01/2014 05:44



bisous agissants!