Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 17:20

http://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gifhttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gifhttp://data.whicdn.com/images/5224532/tumblr_lcmupiBY641qd5l3xo1_500_large.jpghttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gifhttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gif

 

La question primordiale actuelle, dont dépend l’avenir de l’humanité, est de

savoir si l’exigence de démocratie véritable,

de + en + exprimée dans des manifestations populaires qui se multiplient,

est, ou non, compatible

avec les fondements du libéralisme politique,

cette idéologie qui, par l’intermédiaire de la finance, décide de l’économie de la planète.

 

http://a1.idata.over-blog.com/300x198/2/41/22/73/liberalisme.jpg

Pour tenter d’y répondre, Éloi Leymarie s’est plongé dans l’Histoire et il a beaucoup lu.

Sa réponse ici est claire:

c’est non.

Et elle est confirmée par la répression policière envoyée contre les manifestants pacifiques.

  

http://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gifhttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gifLibéralisme contre démocratiehttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gif

 

 

Aux régimes totalitaires, nous opposons souvent la démocratie libérale, persuadés en cela de faire allusion à un modèle politique cohérenticon_rolleyes.gif. Par démocratie libérale, nous entendons alors la synthèse entre le principe démocratique et le libéralisme politique. Ce dernier peut être défini comme un "système soucieux du respect des sujets de droit et de la liberté d’initiative des individus"[1]. L’état de droit, la séparation des pouvoirs ou encore les droits fondamentaux sont quelques-unes des dimensions importantes du libéralisme.http://a6.idata.over-blog.com/500x365/0/56/73/94/unitarisme-4/islamistes_poubelles.jpgLa démocratie est le principe selon lequel le pouvoir revient au peuple. Il se traduit actuellement par le suffrage universel.

Nous souhaitons donc aux peuples arabes qui se soulèvent que la démocratie libérale remplace les règnes des Ben Ali, des Mubarak et des Khadafi. Leurs révolutions auront vraiment réussi si, comme celle de 1789 en France, elles débouchent sur la reconnaissance des droits de l’Homme et la tenue d’élections au suffrage universel. Ces 2 dimensions, qui remportent l’adhésion la + large, paraissent indissociables et complémentaires.

Pourtant,http://blog.fanch-bd.com/images/politique/dictateurs.jpg

au vu des difficultés que traversent nos régimes politiques,

nous devrions nous interroger sur la nécessité de corriger notre modèle

avant de l’exporter.

Car qui, aujourd’hui, peut sous-estimer la profondeur de la crise politique dans un pays comme la France?icon_rolleyes.gif

Une des pistes pour comprendre cette crise consiste à questionner le rapport entre démocratie http://www.seuil.com/images/couv/b/9782020324014.jpget libéralisme, à se demander si la synthèse évoquée est toujours d’actualité. À force de les associer, nous avons perdu de vue le fait qu’ils appartiennent à 2 traditions politiques très différentes, hétérogènes l’une à l’autre et qui se sont même longtemps combattues.

Parler de démocratie libérale donc, c’est présupposer une compatibilité qui en fait ne va pas de soi.icon_idea.gif

Il est possible qu’il y ait une contradiction dans les termes. Et si nous avions affaire à 2 univers qui se sont longtemps tolérés, obligés de cohabiter par la force des choses, mais qui s’accommodent de + en + mal de la présence de l’autre?

 

[1] Michel Foucault, Naissance de la biopolitique, 1979

http://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gifhttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gif

Un peu d’Histoire

http://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gif


Les rapports entre les principes libéraux et démocratiques ont déjà été tumultueux. Historiquement, la montée en puissance des 1ers a longtemps empêché toute progression des 2nds.

En Grande-Bretagne par ex, la doctrine libérale triomphe dans la 1ère moitié du XIXè s. En façonnant les institutions et en inspirant les élites politiques de manière déterminante, elle donne naissance à un véritable régime politique libéral. Cela n’empêche en rien les whigs (qui prendront le nom de libéraux à partir de 1847) de prôner une société résolument inégalitaire et de s’opposer à tout progrès démocratiqueicon_rolleyes.gif. Leur attitude face au mouvement chartiste dans les années 1830-1840 est de ce point de vue révélatrice. Le programme chartiste (à strictement parler, pas démocratique au sens ou nous l’entendons + bas, mais plutôt d’inspiration démocratique),

repose sur “Six Points”:

- l’instauration du suffrage dit universel mais dont les femmes étaient exclues,

- le vote à bulletin secret,

- le renouvellement du Parlement chaque année,

- le remaniement du système des circonscriptions électorales (système qui minimisait le poids des quartiers industriels),

- la création d’une indemnité parlementaire

- et la suppression du cens d’éligibilité[2].  

 220px-Chartist_meeting%2C_Kennington_Com Le grand rassemblement chartiste à Kennington Common

Malgré les pétitions (en 39, 42 et 47), les émeutes populaires (en 1842), ou encore la grande manifestation de Londres du 10 avril 1848, les gouvernements whigs successifs ne cèdent rien. La mobilisation ouvrière se solde par un échec. L’historien whig T. B. Macauley▼ juge les Six Points

"hautement incompatibles avec l’existence même de la civilisation".icon_eek.gifhttp://cambridgeforecast.files.wordpress.com/2008/02/macaulay.jpeg

Pour cette classe politique, qui se veut par ailleurs réformiste, le suffrage universel est une réforme impensable en ce qu’elle risque de compromettre un équilibre constitutionnel largement hérité et qui ne se modifie que très graduellement.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/43/John_Stuart_Mill_by_John_Watkins,_1865.jpg/200px-John_Stuart_Mill_by_John_Watkins,_1865.jpgCette idée que la démocratie est liberticide est une donnée stable de la culture politique de l’époque, aussi bien whig que tory. Dans De la liberté (1858), ◄J.S. Mill  estime qu’

"il y a une limite à l’ingérence légitime de l’opinion collective dans l’indépendance individuelle; trouver 245px-Charlesgrey2.jpgcette limite et la défendre contre les empiètements est aussi indispensable à une bonne condition des affaires humaines que la protection contre le despotisme politique".

La 1ère réforme électorale, en 1832, ne doit donc pas faire illusion: son objectif n’est pas la démocratisation, mais, de l’aveu même de son initiateur Lord Grey►, le renforcement de l’aristocratie comprise comme "garante du salut de l’État et de la monarchie".

La 2nde loi électorale, de 1867, déchaîne les passions. Elle est, cette fois-ci, le fait d’un http://chestofbooks.com/history/england/Modern-England/images/Lord-Stanley-Lord-Derby.jpggouvernement tory. Bien http://www.nndb.com/people/635/000096347/coventry-patmore-2-sized.jpgqu’elle n’accroisse le corps électoral que de 16%, cette réforme est vécue par beaucoup comme une trahison vis-à-vis de la tradition politique nationale. Certains évoqueront un "saut dans le noir" (◄Lord Derby) et une "année du grand crime" (le poète anglais Coventry Patmore►, qui avait http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/7f/PSM_V12_D400_Walter_Bagehot.jpg/400px-PSM_V12_D400_Walter_Bagehot.jpgle + grand mépris pour le “common people”). Face aux détracteurs de la réforme ( W. Bagehot▼ par ex), ◄Benjamin Disraeli  se défendra, http://www.spartacus.schoolnet.co.uk/PRdisraeliP.jpglui aussi d’avoir favorisé la démocratie. Ces élites libérales aussi bien politiques qu’intellectuelles ou artistiques considèrent les masses populaires, incultes et avides, comme incapables d’accéder à la souveraineté politique. L’aristocratie est donc ce corps intermédiaire censé sauver les libertés du double risque tyrannique et démocratique.

Jusqu’en 1885, la contradiction entre un libéralisme qui s’épanouit et une démocratie combattue est donc assumée par la classe dirigeante.

En France, la situation n’est pas moins éloquente.

Au début de l’année 1848, alors que la Monarchie de Juillet vient de tomber et que la 2ème République est proclamée, le gouvernement provisoire tout à la fois

- annonce des mesures libérales (libertés de la presse, d’association et de réunion),

- accorde le suffrage universel masculin (le corps électoral passe de 250.000 à 9 millions d’électeurs)

- et proclame le droit au travail.

Or, dès juin, les Ateliers nationaux, justement créés pour donner un emploi à tous, sont supprimés par l’Assemblée Constituante. Des émeutes populaires s’ensuivent, que l’armée et la Garde Nationale se chargent de réprimer (les Journées de Juin font + de 4.000 morts du côté des insurgés, autant de prisonniers).

http://www.19e.org/biographies/F/falloux.jpgLe Parti de l’Ordre, (◄ici Falloux) qui incarne le libéralisme conservateur français, va alors moduler les libertés en fonction du danger socialiste.icon_rolleyes.gif

Si la Constitution les maintient, droits et libertés (presse, association, réunion, grève) sont progressivement suspendus dans les années qui suivent, au gré des manifestations de gauche et du risque démocratique.

Finalement, en 1850, la loi du 31 mai réduit le corps électoral de 9 à 6 millions! Dans son discours précédant http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/image/Biographies/GH_Thiers.jpgle vote, Thiers► évoque la “vile multitude”. Selon lui:

"il y a une manière de corriger, non pas tous les inconvénients, mais une grande partie des inconvénients du suffrage universel, c’est le suffrage à 2 degrés, qui rétablit la hiérarchie des intelligences...".

La République à la fois libérale, démocratique et sociale de 1848 n’aura donc pas résisté longtemps à la défense, par les élites, de leurs propres intérêts.

À l’instar de leurs homologues anglais et de Thiers, les libéraux français méprisent les classes populaires. Voltaire déclare:

"Il me paraît essentiel qu’il y ait des gueux ignorants… Ce n’est pas le manœuvre qu’il faut instruire, c’est le bon bourgeois, c’est l’habitant des villes… Quand la populace se met à raisonner, tout est perdu".

Moins d’un siècle + tard, Alexis de Tocqueville pouvait encore dire:

"j’ai pour les institutions démocratiques un goût de tête. Mais je suis aristocrate par instinct, càd que je méprise et crains la foule. J’aime avec passion la liberté, l’égalité, le respect des droits, mais non la démocratie".

En fait, depuis Montesquieu, le remède libéral au despotisme est bien connu: il passe par le gouvernement d’un corps intermédiaire entre le souverain et le peuple et siégeant dans un Parlement. C’est tout le rôle dévolu à l’aristocratie.

Le XIXè s. en témoigne: l’incompatibilité entre démocratie et libéralisme peut déboucher sur des crises politiques profondes. Cependant, selon les historiens des systèmes politiques, cet antagonisme, dont la vigueur passée a pu déclencher des révolutions, est aujourd’hui bel et bien “digéré”. D’ailleurs,  

les crises politiques du XXè s. ne sont-elles pas liées à des régimes

étrangers tant au libéralisme qu’à la démocratie?

Cette fusion “libérale démocratique” est aujourd’hui largement admise: un auteur comme Marcel Gauchet, qui remarque que

"l’équilibre de la synthèse entre dimension démocratique et dimension libérale tant bien que mal acquise au début des années 1970 va se rompre au profit d’une hégémonie renouvelée de la dimension libérale"[3],

parle de démocratie des droits de l’homme. Autrement dit, s’il reconnaît bien 2 dimensions, il récuse toute opposition, et pour lui, la progression du libéralisme politique provoque une crise de croissance de la démocratie.

Notre point de vue est clairement différent. Libéralisme et démocratie reposent sur des considérations trop opposées pour cohabiter sereinement. La crise politique que nous traversons pourrait donc être, elle aussi, l’expression de nouvelles tensions entre 2 tendances contradictoires.

Revenons donc + précisément sur leurs fondements respectifs pour comprendre en quoi libéralisme et démocratie seraient inconciliables.

 

[2] Le cens d’éligibilité restreint l’éligibilité: pour être éligible il faut un min. de revenu, de montant d’imposition, de loyer ou de propriété

[3] Marcel Gauchet, La démocratie, d’une crise à l’autre, Ed. Cécile Defaut, 2007, p32

http://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gifhttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gif

Le libéralisme

http://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gif


Le libéralisme, on le sait, part des individus.

Dans cette idéologie,

"la nature humaine est individuée avant d’être sociale"[4],

l’individu préexiste à la société.

Les libéraux n’adhèrent pas du tout à l’idée que l’homme est un être social.

Selon eux,

l’individu, tel qu’il est, ne doit rien à personne.

Bien qu’infirmée par toutes les sciences sociales, pour lesquelles l’humanisation se construit dans l’échange, l’anthropologie libérale persiste et signe:

l’homme naît et demeure indépendant de tout lien social.

Les relations sociales ne viennent qu’en 2nd,

elles ne sont qu’optionnelles et contingentes.

La société n’est donc pas un tout organisé, mais un agrégat d’atomes.

Cette définition abstraite de l’homme comme une monade implique une certaine idée de sa liberté. En effet, s’il se suffit à lui-même, s’il n’a effectivement besoin de personne pour exister, l’individu est une forme parfaite: il est libre, d’entrée de jeu. Pour les libéraux, la liberté est toujours déjà donnée, elle n’est pas un bien à conquérir, mais un acquis à défendre.

La question libérale est donc de savoir comment préserver cet acquis car tout ce qui dépasse l’individualité est susceptible de le compromettre. Le simple fait de vivre en société lui pose problème:

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ-FDPwTVNJyKKrwRoJ14UUNT7K4i3ReOmXdv57oWjpG_hmTciwVMnqnVT8comment l’homme peut-il assumer ses rapports sociaux

si ces derniers menacent sa liberté?

Comment faire pour que ces atomes libres,

décidant chacun souverainement de leur trajectoire, ne s’entrechoquent sans cesse?

Autrui ne risque-t-il pas toujours de venir troubler cette pureté individuelle?

Comment aménager la cohabitation des monades?

Les libéraux apportent 2 réponses à ce problème.

• La 1ère consiste à réduire au max les dimensions de l’espace public.

◘ Pourquoi?

Parce que l'espace public pose la question de l'organisation collective autour du pouvoir politique. Or, le libéralisme dissocie absolument le pouvoir de la société. Pour lui, corps politique et corps social sont 2 réalités fondamentalement hétérogènes. L’individu est dans une relation d’extériorité avec le pouvoir: il n’a pas vocation à l’exercer. Il doit au contraire avoir la possibilité de se consacrer entièrement à des activités privées, à la recherche de ses intérêts propres.

◘ Alors, le pouvoir lui en laissera-t-il le loisir?

La difficulté soulevée par le libéralisme est que le gouvernement représente une menace pour l’individu, qu’il est un obstacle au déploiement et à l’exercice de sa liberté. Le propre de la “gouvernementalité” est de verser dans l’excès, d’être intrinsèquement liberticide et de dériver à terme vers le despotisme. C’est évident pour certains régimes politiques: le libéralisme se serait développé historiquement contre l’absolutisme monarchique aux XVII et XVIIIè s.; il aurait combattu les autocraties au XIXè s., puis les totalitarismes du XXè.

Mais bien souvent, l’attaque des libertés est +  insidieuse parce qu’elle peut être le fait de régimes se réclamant de la défense des individus. Par ex, une des manières qu’a un gouvernement démocratique de déborder immanquablement de ses prérogatives est de produire un certain nombre de normes qui s’appliquent à tous au nom de l’intérêt général ou du bien commun.

Mais cet intérêt général, existe-t-il réellement?

Comment le déterminer?

Une pluralité d’individus n’implique-t-elle pas une pluralité

de normes et de décisions

qui rend introuvable un tel consensus?

- Le bien ou la vertu sont indiscernables dans cette diversité car tous ces choix de valeurs, de finalités, qui sont tous l’expression d’une liberté particulière, se valent.

- Il est impossible de se prononcer sur une idée du Bien et de rassembler des hommes libres autour de principes communs sans privilégier certains au détriment des autres.

- Même bien intentionné, le pouvoir porte donc atteinte aux libertés individuelles.

- Le mieux est de limiter le nombre de choix publics afin de ne pas avoir à trancher parmi les différentes possibilités.

Les libéraux dialectisent les rapports entre société et pouvoir dans une mise en scène où ce dernier est images?q=tbn:ANd9GcTM0MJnFRQOycfXLV97P-4 toujours en trop. Cette défiance de principe et ce mépris systématique vis-à-vis du pouvoir sont sensibles dans tous leurs écrits. Dans Common Sense, Thomas Paine► dit que

"la société est le produit de nos besoins,

le gouvernement de nos faiblesses".

Ce dernier,

"même dans son meilleur état, n’est qu’un mal nécessaire".

Nous ne sommes plus très loin de l’idée selon laquelle la société se suffit à elle-même, alors que le pouvoir n’est qu’un artifice superflu et oppressif. Voilà pourquoi les libéraux souhaitent réduire l’espace public pour faire place à des rapports privés.icon_rolleyes.gif

Malheureusement, le gouvernement demeure irremplaçable pour remplir certaines fonctions (armée, justice…). Il faudra donc le cantonner strictement à ce périmètre de compétences et ériger une digue pour contenir ses éventuels excès: c’est le rôle des Parlements.

L’aristocratie s’institue ainsi en représentante de la société face au pouvoir exécutif. Elle est garante d’une limite qu’il ne doit pas franchir, sous peine de devenir illégitime. Cette limite est inscrite dans les droits fondamentaux et la constitution. Les individus sont porteurs de droits inaliénables:

les libéraux tolèrent donc l’État à proportion

de sa vocation à faire respecter ces derniers.

http://gregcat.typepad.fr/.a/6a00d8341c768d53ef0105368eab2e970b-800wi•  Une fois le sort du pouvoir réglé, la 2nde réponse consiste à trouver pour des hommes libres un mode de cohabitation pacifique (au-delà de la simple juxtaposition des libertés individuelles: "ma liberté s’arrête où commence celle d’autrui") qui leur permette de rentrer en relation sans avoir pour autant à s’associer civiquement.

Quelles formes peuvent bien revêtir

les rapports privés?

C’est ici que le libéralisme économique intervient. Si l’individu n’a pas vocation à s’occuper des affaires de la cité, il est en revanche décrit comme rationnel et maximisant son utilité. À défaut d’un contrat social public, le monde libéral fourmille de contrats privés par lesquels chacun consent librement à entrer en relation avec l’autre. La société civile est donc un agrégat d’atomes dont la liberté se manifeste par la possibilité qui leur est donnée de défendre leurs intérêts particuliers.

Avec le marché,

ce sont les égoïsmes qui passent contrats,

et ce sont les hommes qui s’opposent dans leur association!

Le libéralisme réalise ici un sacré tour de force:

faire société à partir des effets de la concurrence

et de la compétition!!

 

[4] C. Audard, Qu’est-ce que le libéralisme?, Gallimard, collect° Folio Essais, 2009, p29

 

http://r-eveillez-vous.fr/wp-content/uploads/2011/07/democratie.jpg

http://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gifhttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gif

La démocratie

http://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gif


Qu’en est-il de la démocratie?

Bien qu’il n’y ait pas de théorisation systématique de la démocratie, on pourrait opposer terme à terme les fondements libéraux et les fondements démocratiques.

Par ex, l’homme, compris selon la tradition démocratique, est pleinement social.

Il ne peut être extrait des rapports quotidiens qu’il tisse avec sa famille, ses amis, au travail, etc…

Ces relations sociales le construisent, le façonnent, elles ont une indéniable vertu humanisante. Je peux ainsi dire qu’entre moi et moi-même, il y a les autres.

Cependant, et c’est là toute l’ambivalence des effets que le groupe peut avoir sur chacun d’entre nous, ces rapports sociaux nous dominent et, d’une certaine manière, ils nous asservissent tout autant qu’ils contribuent à nous faire grandir. Nous ne sommes pas libres spontanément, parce que la vie sociale est source de conditionnements multiples. L’éducation, le milieu social, la publicité, le capitalisme...

Un grand nombre de structures s’interposent entre notre réalité quotidienne et la réalisation de notre désir de liberté.

Avec la tradition démocratique, on retrouve donc toute l’intelligence du social qui fait précisément défaut au libéralisme. De la vie collective, celui-ci ne retient que les entraves les + évidentes à ma volonté (le policier, la loi…). Or, ma liberté n’est pas seulement en jeu dans les institutions sociales. Elle est aussi intimement liée aux limites et aux promesses de la sociabilité quotidienne: d’une part, les conditionnements multiples, tous les jours, c’est vrai, nous déterminent à penser ceci, à décider cela, à faire ainsi; et d’autre part, nous avons la possibilité de nous libérer, non pas chacun de son côté, mais ensemble.

La tradition démocratique moderne est donc une critique de l’individualisme. En ceci, elle rejoint certains commentaires socialistes, à commencer par ceux que Marx adresse aux droits de l’homme dans Sur la question juive:

"Mais le droit de l’homme qu’est la liberté se fonde non pas sur ce qui relie l’homme à l’homme, mais au contraire sur la séparation de l’homme d’avec l’homme. C’est le droit à cette séparation, le droit de l’individu restreint, restreint à lui-même. […] Cette liberté individuelle [le droit de propriété], tout comme sa mise en application, forme le fondement de la société civile. Elle laisse chaque homme trouver dans les autres hommes non pas la réalisation mais au contraire la limite de sa liberté".

Les droits et les libertés ne sont pas des affaires individuelles, mais doivent se concevoir à partir de la nature sociale de l’homme.

La politique, au sens noble du terme,

repose sur cette prise de conscience du groupe,

de ce qu’il peut apporter aux hommes qui le composent.

C’est armés de cette lucidité sur notre condition humaine que nous nous battons pour l’émancipation en nous saisissant ensemble de notre destin. Contrairement aux libéraux, le démocrate entretient un rapport très étroit avec le pouvoir: il est beaucoup moins défiant vis-à-vis de lui et ne le tient pas à distance. Le principe démocratique cherche plutôt à annuler cette distance en superposant société et pouvoir. Il pose le problème de la légitimité de ce dernier, un problème de souveraineté, + que de sa limite.

"La question cruciale n’est pas de savoir de quoi nous sommes les maîtres,http://sudeduc13.ouvaton.org/IMG/png/ouvrezLa.pngmais qui est le maître: nous-mêmes ou autrui? Les citoyens d’un État sont libres s’ils se gouvernent eux-mêmes, s’ils sont leur propre maître; c’est donc l’autonomie et non plus la latitude d’action qui est alors mise en exergue"[5].

Bref, le peuple doit gouverner. Contrairement à la société libérale qui s’émancipe contre lui, la société démocratique s’émancipe par le gouvernement.

Enfin, la tradition démocratique se donne un but précis: l’autonomie des hommes.

Pour elle, les différentes options possibles pour une société ne sont donc pas équivalentes.

Même si le débat contradictoire doit toujours avoir sa place,

certaines valeurs (par ex la coopération) doivent être privilégiées

par rapport à d’autres (la compétition)

parce qu’elles ont une + grande vertu émancipatrice.

Alors que le libéralisme cherche toujours à préserver le pluralisme des choix qu’il considère comme une fin en soit (relativisme libéral), la démocratie se donne pour objectif de construire une société libre (constructivisme démocratique): elle opère un certain nombre de choix qu’elle estime raisonnables.

Il existe une véritable rationalité démocratique qui cherche moins à éliminer les obstacles à nos actions qu’à nous donner les moyens de conquérir notre liberté

 

[5] J.-F. Spitz, La liberté politique, collect° Léviathan, PUF, 1995, p.84

http://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gifhttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gif

Les points de divergence

http://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gif


En définitive, la démocratie inverse complètement la perspective libérale:

 

- l’homme est un être social, et non pas asocial;

 
- la liberté n’est pas un état originel, mais un effort à produire;

 
- la liberté des autres n’est plus la limite, mais la condition de ma propre liberté; c’est une valeur collective, et non individuelle;

 
- le pouvoir est une occasion de s’émanciper, plutôt qu’une entrave à ma volonté;

 
- la raison permet de choisir entre différentes options qui ne se valent pas toutes.

 

Les divergences entre démocratie et libéralisme sont donc fondamentales. On voit mal comment une synthèse entre de tels contraires pourrait s’opérer. http://www.fundacionbases.org/cms/images/stories/i_berlin.jpgLa formule qui résume magistralement cette impossibilité du point de vue libéral est ◄d’I.Berlin, auteur d’un article de référence intitulé Deux conceptions de la liberté (1958):

"+ sensible à l’étendue du pouvoir qu’à la nature de sa source, la liberté entendue en ce sens [libéral] n’est pas incompatible avec certaines formes d’autocratie, ou du moins, avec l’absence de démocratie"[6].

Les choses ne sauraient être dites de manière + explicite:

un pouvoir fort respectant les droits individuels peut être préféré à la démocratie!icon_rolleyes.gif

Malheureusement, cette contradiction est encore insuffisamment perçue. Les réformateurs n’ont pas intérêt à ce qu’elle le soit vraiment: c’est toute la cohérence de leur positionnement d’entre-deux qui serait par là mise en cause. Mais à continuer de considérer les rapports entre libéralisme et démocratie en termes de synthèse achevée, nous nous interdisons de comprendre la nature de la crise politique actuelle.

Il n’y a pas + de synthèse que de “crise de croissance”: ce sont les antagonismes et les rapports de force qui conduisent l’Histoire. http://2.bp.blogspot.com/-hLyYfjtMh5I/Tn9DgPDYs4I/AAAAAAAAA2U/lHltI7aWl-I/s1600/457-AAA.JPG

Aujourd’hui, dans leur confrontation, les intérêts libéraux sont parvenus à réduire à sa + simple expression la vie démocratique. Le référendum pour la constitution européenne de 2005 a montré, de la manière la + inquiétante qui soit, que le néolibéralisme n’a même plus besoin de l’assentiment majoritaire pour mener à bien son entreprise de privatisation de nos sociétés!

De ce constat résulte une conséquence pratique pour tous ceux qui luttent pour une alternative au système actuel: libéralisme politique et libéralisme économique ne sont pas 2 frères ennemis que l’on  pourrait dissocier pour mieux les opposer (les droits de l’homme contre le marché). Ils sont liés, ils participent d’une même vision de la société. Pas moins que le capitalisme,http://a3.idata.over-blog.com/300x217/3/19/66/02/sarko-esclavage-web.jpg ils sont un obstacle à toute politique d’émancipation. Sortir de la crise politique actuelle suppose donc que l’on choisisse entre libéralisme et démocratie.

Et reconnaître cette alternative pour ce qu’elle est, serait déjà un 1er pas encourageant.

 

É. LEYMARIE, GR, juin 2011
 

[6] I. Berlin, “Deux conceptions de la liberté” in Éloge de la liberté, Paris, Calmann-Lévy, 1988, p 178

http://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gifhttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gif70343-ump-deni-democratie-dessin.pnghttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gifhttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gifhttp://ns11.freeheberg.com/~marion33/menu/motsanimes/textes/bonne%20soiree/page1/levres_rouges_bonne_soiree.gifhttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gifhttp://emoticon.gregland.net/emoticon/noel_2/noel2_113.gif

proposé par mamadomi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

KT 26/12/2011 01:39

Hahhaha tu as peur que je ne te réponde pas ou tu te soucie de ton idole « blogrank »??
Bon je vais te répondre non grâce à la richesse de ta réponse mais pour un point intéressant qui s’y est glissé ;
Ton roman- réponse fleuve est comme toujours sans aucun contenu sinon que de passer ton propre temps à cracher ton mépris pour ceux qui osent ne pas penser comme toi ou même tout simplement pour
ceux qui pensent…. et à faire des inversions de rôle, à prendre les arguments des autres pour les faire tiens, et à reprocher exactement à l’autre ce qu’il te reproche, probablement pour te
rassurer, et vu la longueur et la lourdeur de tes soi-disant « réponses », tu dois avoir un sacré besoin d’être rassurée. Ou bien est-ce fait pour dissuader les autres de lire ?! lol
Une fois passé tes grossièretés habituelles dénuées de toute humour et humilité et ton infini estime de ta personne (au point de jouer les psy de supermarché et d’être persuader de connaître
l’autre, par comment dis-tu, ces formules rhétoriques ?!!! laisse moi rire…………tu frôle le ridicule de bas étage, dégonfle un peu ton égo) Tu te laisse encore une fois démasquer :

comme si tu y touchais ta bille plus que celui qui a écrit et posé son analyse ici...
lol si encore tu donnais ton avis de profane... en toute humilité poser des réserves, ce serait honnête... mais quelle prétention l'ami! quel ton déplacé dès le départ, quelle erreur grossière
surtout... tant dans les réserves émises que dans la posture...
ah la la... tu es tellement passé à côté, c'est navrant...

je remarque que tu ne supporte pas l’idée même qu’un intervenant puisse avoir un avis plus juste ou une connaissance mieux ajustée, ou plus approfondie que celui que tu publie ! Ca t’horripile
!!!

Et bien voilà exactement le danger que représentent les blogs dont le tiens fait partie.
L’endoctrinement et l’esprit sectaire.
Endoctrinée, incapable de supporter la moindre critique envers le texte proposé et encore moins envers son auteur, sacrilège !!!!! Mais de quel droit se permet-on de critiquer Mr machin ou
professeur untel !!!! Sans pedigree, sans diplôme ou justifications, sans qualifications affichées et sans demander l’autorisation !! Ouuhh Quel toupet ! Fichtre… !
On n’en défendrait pas mieux son « guru » !,
Et bien tiens toi bien, le petit caliméro ou l’élève de CM2 comme tu aimes à m’appeler, quand ce n’est pas par des noms d’oiseaux, et bien lui il ose !
Il ne prétend pas avoir toujours raison, mais il ose critiquer, poser des questions et demander des justifications. Qu’il ne t’en déplaise. Et qu’il s’agisse d’un grand ou petit écrivain, d’un géni
ou même d’un de tes gurus.
Si tu as de justifications, des arguments à proposer, fais le et tu éclaireras tout le monde, tu rendras service à tout tes lecteurs mais jusqu’ici je n’ai eu que des condescendances et des
insultes.
Et je te fais remarquer Mme la psy, que tu ne connais à l’évidence non seulement rien de ma personne, mais rien non plus de mes qualifications. Qui te dis que je ne touche pas ma « bille », dans
tel ou tel domaine ?!!!! Ce n’est pas parce que j’ai un blog sous un pseudo, que je suis celui que tu t’imagines. Contrairement à toi, je ne raconte pas ma vie ; même si tu t’imagine la
connaître.
Mais comme je l’ai dis, je n’ai nul besoin de me justifier ici, je me prête forcé, à ton infinie imagination dépravée, et je continuerai malgré cela à contrarier les petits esprits endoctrinés, en
me marrant d’avance de ta colère devant ce que tu prends pour impertinences, le simple fait que je puisse critiquer le texte d’un « expert »……….

mamalilou 26/12/2011 04:33



c'est quoi ton problème kt? on t'a volé ton 4heures?


le père noël t'a pas apporté de kdo?


lol


je viens de mettre en exergue ci-dessus, par simple classification les 95% de provocations de ton billet précédent, c'est sûr,


c'est parlant... mais toi, tu nies et pitoyablement, tu continues...


alors


merci pour ta participation sur ce blog au rang des démonstrations de provocation et de susceptibilité inégalées jusqu'alors... (ou presque), validant une fois de plus ainsi mes
allégations ci-dessus énoncées


te plains pas de la valeur des commentaires ou de leur registre, voire de leur longueur:


c'est toi qui choisis et donnes le ton


initiant et prolongeant une logorhée de critiques et dénigrements hors sujet depuis quelques jours... dont tu espères me fatiguer...


moi, jchu une hôtesse polie et pleine d'empathie, je m'adapte à mon interlocuteur


alors, certes, question assertivité, j'ai pas passé les derniers modules...


mais quelle prétention supérieure aurais-tu en ce domaine? hein, on se le demande


mon niveau d'assertivité suffira donc amplement en comparaison.


de toutes façons, j'ai pas le temps de valider d'autres modules... tu devras faire avec, lol!


alors reprenons:


tu adoptes une posture agressive, arrogante et malhonnête, dans tout ce que tu abordes


je fais au mieux, mais j'ai beau le regarder sous tous les angles ton commentaire fait encore acte d'orgueil et de totale vanité:


 


- par ex non c'est pas du mépris de ce que tu es mais un grand rire et beaucoup de conseils sur ce que tu fais et ce que tu te complais à ressentir


le mépris condescendant d'apparence, mais qui n'est que tentative de te grandir: c'est d'imaginer que si je prends la peine de te répondre copieusement (et encore, j'ai bigrement élagué), c'est
pas possible que ce soit par don de soi,


oui, le don de soi, la générosité


parce que ça t'échappe simplement, dans la posture cynique, malveillante et douloureuse que tu as prise face aux embûches de l'existence, pour te protéger...


 


- un autre ex, tu poses en constat "tes grossieretés habituelles"... mais qui a lu ça dans ce sens? non seulement des grossièretés, mais en plus habituelles? qui? ne rêve pas d'une
agression initiée par autrui et qui justifierait ton attitude...


tu poses une grosse merde, je dis que c'est une grosse merde. Tu crois vraiment que personne n'aura vu que ces commentaires de toi tranchent avec ceux des autres blogueurs?


mais tu es simplement mal à l'aise avec le partage de la parole et ramène tout à l'opposition verbale...


 


- encore un autre ex, tu répètes ad libitum comme un mantra, ou comme un enfant capricieux qui n'a pas d'arguments " reprocher exactement à l’autre ce qu’il te reproche"


or, j'ai initié sur ton blog et ici il y a déjà bien trop longtemps, la remarque suivante: tu utilises des procédés rhétoriques fallacieux qui visent à prendre l'ascendant sur le dialogue
au détriment à la fois du sens, de l'argumentaire, de toute forme de vérité même partielle et surtout de tout relationnel sain.


le reste, tout le bla bla débilitant que tu sers pour continuer dans cette rhétorique fallacieuse, tous ces renvois de balles sont à ta charge, et ne changeront rien ni à la vérité de ce que j'ai
dit, ni au fait que je l'ai dit, ni au fait que tu te disperses en fracas verbeux plutôt qu'à t'atteler urgemment à acter de ce qui se voit de toi...


tu ne pourras pas changer ce que je vois de toi:


un orgueil blessé, un égoïsme protectionniste abusif et la répétition de phénomènes victimaires pour tout mode relationnel afin de te livrer le moins possible


ce faisant, certaines personnes -dont je suis- lisent très bien dans ce livre ouvert


pas à la plus jolie page justement...


maintenant, de ce cadeau, tu en fais ce que tu veux...


le travail sur soi, de mon côté, tu sais, ça fait longtemps que j'ai admis que c'était nécessaire, utile, et jamais achevé... et que je suis capable de voir que ce travail porte ses fruits ...
voilà pourquoi comme tant d'autres humains, je suis et serai toujours utile à mon prochain...


libre à toi d'accepter qu'on te propose des biais plus efficace dans ce travail sur toi, dont je veux bien t'accorder le crédit... ce n'est pas désintéressé, je te le dis, tout le monde a
à y gagner... que tu franchisses certaines étapes dans la communication assertive...


je ne peux que t'inviter à la table, par tous moyens... y compris ce commentaire...


si tu n'avais pas faim, si ça ne te tentait pas,


tu ne serais simplement pas là, un 26 décembre à m'écrire ces mots au milieu de la nuit :)


...t'inviter à quoi?


à toi


 


maintenant sur les dangers des blogs:


tu parles de, et c'est ton leitmotiv, ta formulation pour contrecarrer rappelons-le mon procès en mode sophiste abusif qui vise à manipuler l'auditoire


tu parles, donc, d'endoctrinement et d'esprit sectaire...


c'est pas faux, ça existe


mais tu ne dis toujours pas en quoi yaurait ici un esprit sectaire (la meilleure preuve c'est que tu es invité à revenir même si tu n'as aucune démarche affichée de travail sur
toi ou de développement personnel, aucune force argumentative politique, ni aucune bienveillance manifeste)


tu ne dis pas non plus de quel endoctrinement tu parles


ni où et comment, ni quel texte en relèverait...


une allégation gratuite, non étayée, invérifiable en l'état


comme ça, pour le plaisir tentateur de salir, de jeter le discrédit...


et c'est pas un comportement d'enfant de CM2 ça?


à moins, horreur et damnation, qu'il y ait pour toi des textes et des sujets tabous?


tiens, par ex, sans aller si loin, ton blog, qui invite à toutes les pages dans une indigence éthique pernicieuse, à l'aquabonisme, au cynisme désabusé, à une vision de l'existence totalement
défaitiste, fataliste, arbitraire, conditionnée, victimaire...et qui se fâche de toute vision positive qui y soit proposée en commentaire


...ça relève de quoi? d'un endoctrinement de la dépression incontournable de l'existence?


d'un sectarisme anti-positive attitude?


 


certes tu fais un beau travail d'écriture parfois, puisque tu as la noble prétention à créer quelque chose (ton choix de blogging respectable)... quand tu acceptes d'y passer du temps... mais bon
sang... que tu ne vois pas l'incitation massive à laquelle tu t'emploies jusque dans tes comms ... ça ça me laisse perplexe sur ton degré de déni et d'identification à ton personnage
misérabiliste et manipulateur créé...


quand tu auras fait ce constat de ce que tu es et de ce que tu fais, il te faudra encore voir que non, tout le monde ne fait pas comme toi.


 


tu dis aussi "Sans pedigree, sans diplôme ou justifications, sans qualifications affichées et sans demander l’autorisation !"


héhéhé, tu t'entends là?


et vraiment, comme je te l'ai dit plus haut, tu crois avoir quoi que ce soit à exiger du contenu des blogs? du mien? quand ça te plaît pas, t'es pas poussé à la consommation... arf, juste un ptit
"n'oublies pas de me faire signe pour pas que je m'inquiète", c'est vrai...


:o))


et accessoirement, tu as parfaitement le droit de parler des sujets de ton choix, avec ou sans diplôme sur ces sujets en question...


fais pas comme si je disais le contraire!


non seulement parce que la connaissance n'a pas besoin de validation administrative, pour être reconnue par ton interlocuteur quand celui-ci en est doté,


mais surtout parce que le vrai problème est la capacité à dissocier connaissance de ressenti et à l'exprimer clairement ces deux registres sans chercher à compenser l'absence de
connaissance par des substituts fallacieux de ressentis...


 


au fait, de quel "guru" tu parles encore à demi-mot, comme une incitation à penser, un appel à la peur, "bouh la vilaine, moi kt, je ne vous dis rien du tout de concret j'essaie juste de
jeter un discrédit..."... les antisémites faisaient ça au siècle dernier et bien avant... à traiter les autres de rats, de vermines, sans rien de consistant à reprocher, juste d'être un "autre"
identifiable...


crache ta valda on te dit...


oui "il" ose... c'est même à ça qu'on te reconnaît... dirait Audiard...


 


- Mme la psy, mme le professeur, infiniment dépravée (comment tu sais ça?),


- impertinente,


- colérique (c'est ce qu'il t'arrange de penser),


- experte/qui ne touche pas sa bille °_° (dans aucun des nombreux domaines que kt peut être en droit de valider n'est-ce pas... mdr)


- condescendante (et donc bienveillante mais perçue comme hautaine), 


- qui ose critiquer (valeur par ailleurs unilatéralement positive, puisque kt, lui "ose" fièrement), [attente qualitative à sens unique]


- demander des justifications (ce que jamais kt ne fait d'ailleurs, il pose des anti-jusitifcations et interdits ... pour les autres), [attente qualitative à sens unique]


- qui se permet de critiquer (faut dire qu'il n'y a vraiment pas de quoi mais par ailleurs juge que c'est bien le faire lui puisqu'il juge qu'on doit être capable de supporter la
critique)/ incapable de supporter la moindre critique (la moindre il est vrai...) [attente qualitative à sens unique]


- qui ne pense qu'à son blog rank (ultime insulte en addiction narcissique à son blog de la part d'un bloggueur de noël qui écrit au milieu de la nuit...et défend le moindre de ses
aphorismes face au reste de la blogosphère non créative, où tant de blogueurs que tu traites d'idiots aveugles et endoctrinés liraient des blogs de merde comme le mien, hein!! même pas honte le
kt...)


- qui ne voit pas l'IMMENSE étendue de ta "connaissance mieux ajustée" (ptdr...) rappelle-moi dans quel domaine ici présent...


etc... etc...


moi, mamalilou, ici pseudoïsée, j'ose dire:


...Taher qui n'uses pas de pseudo, tu ne donnes pas de nom d'oiseau toi, ne poses pas ici d'analyses fallacieuses, à charge, sans justifications, ni rapport
direct de réalité, sans aucun ressenti submergeant... aucune grossièreté, aucun mensonge à toi même, aucune tentative de pervertir le jugement d'autrui, d'endoctriner à la
malveillance et de poser de la diffamation...


non non, je dois me tromper...


extra lol...


dans une longue antiphrase teintée d'espiègle clairvoyance


or...


qu'as-tu réellement tenté de faire ici...


par tes embrouilles, tu as juste essayé d'effacer les phrases clés ici déposées pour toi: 


◘ comment je peux à la fois essuyer le reproche d'être en colère et celui de ne "pas être impliquée", tu m'expliques,
extra lol!!  [ambivalence ou argumentaire fallacieux?]


◘ derrière tes critiques déplacées et sans fondements, il n'y a en réalité
qu'un gouffre d'ignorance et une grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf


◘ je comprends ton désir de participer autrement que par une lecture
placide ou quelques témoignages de blogopoteries festives


◘ il n'est depuis longtemps plus question du sujet de fond...


de débattre autour des traductions et interprétations de textes anciens à caractère spirituel autant qu'historique, ou ici sur les développements d'analyse
politique...


comme si tu y touchais ta bille plus que celui qui a écrit et posé son analyse ici...


◘ il ne s'agit pas "d'attaques" (langage guerrier) mais de corrections. Tu fais des erreurs de
lecture et poses des jugements ou critiques sur la base de ces erreurs de lectures et interprétations préalables. Ce procédé est validé au rang des manipulations. 


◘ sur ton intervention en commentaire premier: c'est le monde à l'envers, se positionner comme une
marionnette des pouvoirs en place et se réclamer de l'indépendance intellectuelle... et dont tu te débarrasses en appelant ça de "l'énervement ridicule" qui est pourtant posé
lucidement et avec une implacable cohérence. Tu rêves de l'énervement dans la force de conviction qui est mienne et du ridicule dans ce qui fait objection au ridicule de tes
positions incohérentes les unes avec les autres.


◘ tu te contentes d'écrire en résumé: non pas un honnête ressenti assumé "je n'aime pas ce que tu proposes", mais "moi je pense autrement et c'est mieux, ce que tu dis est idiot" sans plus
d'explications que "c'est vrai parce que je le vaux bien et que toi tu es trop con pour t'en apercevoir madame la professeureu nananèreu"


ce mode de communication est puéril et impropre au titre de l'argumentation puisque s'exonérant même des prérequis au dialogue.


◘ tu n'apportes rien d'utile de vrai ou de bienveillant, ni au titre de production personnelle ni à celui du rapport d'idées par le biais de citations.


◘ ton propos est inintelligent, infondé, pour l'essentiel hors sujet et trop irréfléchi et fâché pour n'être pas fâcheux. Ton commentaire ici n'est pas une sincère opposition mais
simplement un caprice infantile qui manque de fond parce qu'il manque de maturité, de connaissance et surtout de vérité


◘ tu es courroucé d'aborder ce laminoir de réponse... qui terrasse ton orgueil


mais surtout, j'aurais été chez toi, je suis et je serai + forte que toi au jeu de l'argumentaire et de la contre manipulation et ça t'énerve d'autant + que tu me sais par ailleurs
particulièrement zen avec d'autres blogueurs...on se demande pourquoi...


tu ne veux pas comprendre et accepter que les autres, tous, ou presque, savent poser une contradiction, émettre des réserves, tenir une discussion, sans verser dans l'orgueil et la provocation...


alors tu trépignes...


◘ je te l'ai si souvent dit, mais tu m'écris comme si tu me
prenais pour ton psy... je n'ai rien demandé moi!!! garde ton transfert pour un autre!!


tu me livres absolument tout de toi, dans ces attitudes... sauf que... le hic, c'est que tout le monde le lit...


◘ je te fais avec une récurrence patiente procès de ta vulgarisation du sophisme...


sophismes qui par leur récurrence constituent l'arrogance et la manipulation dans la communication et peuvent même s'étendre jusqu'à la persécution...


◘ ton orgueil ici aurait beau être mû par une profonde détresse de vie intérieure


tu n'en aurais pas moins la responsabilité de ta réactivité


◘ tu pourrais voir l'affirmation de toi autrement que dans la dictature de conduite


et dans tes contradictions 


◘ pourquoi tiens-tu absolument à ce point à dénigrer tout et n'importe quoi venant de
moi?


◘ la vérité est que tes commentaires présomptueux, tes fautes d'analyses, tes substitutions de
ressentis aux définitions mêmes des vocables, et tes contrevérités historiques


ont fait l'objet de fermes rectifications de ma part


et ça, tu n'as pas digéré


◘ je me prête avec plus ou moins de grâce et d'humour à te répondre


te répondre ma part de vérité et autant de fantaisie qu'il me plaira d'y mettre...


c'est cadeau.


mais j'éprouve effectivement une certaine gène pour toi dans cette impudeur que tu manifestes autour de ton orgueil identifié aux productions de ton mental.


pour le reste, ce n'est pour moi qu'un grand rire


la répétition de nos échanges aura démontré que cette forme de bienveillance, tu la perçois hautaine.


dont acte.


◘ sois ton propre élève ok


...ET ton propre maître aussi


◘ tu ne peux substituer tes ressentis et tes erreurs
d'analyse


ni à la réalité, ni aux intentions d'autrui, ni aux mots choisis


ça, c'est du mensonge ptit père... proprement du mensonge


de la diffamation, de l'interprétation, de la manipulation


corrige donc ça avant de recommencer à tenter l'analyse de texte... tu seras plus "utile"


puisqu'apparemment il t'importe que les autres le soient...


*


et je note par ailleurs, que tu n'as pas répondu à ces 3 questions:


- c'est quoi l'utilité de ton blog? qui te permette d'en attendre ailleurs...


- et c'est quoi d'ailleurs tant qu'on y est la supposée "dangerosité" de ce blog?


- et de quoi me fais-je "prosélyte" selon toi?...


je répète ici:


****


"j'incite à la bienveillance, à l'amour, à la solidarité, à l'indignation, à la quête spirituelle, à la confiance en soi, à l'affirmation de soi qui soit
respectueuse de l'autre, ...


et je le fais en citant mes sources, mes inspirations, et en invitant à glâner par la culture accessible à tous, de quoi nourrir chacun, je partage les trésors de
connaissance et de contemplation qui nous construisent, je ne garde pas mon plaisir pour moi seule...


TU AS UN PROBLEME AVEC CA PETIT DEMON DE PACOTILLE?"


****


tu pourras reposer ici à ta guise une facétie tant attendue qui fait du bien à mon blog rank, que tu évoques désormais de façon quasi obsessionnelle... pour mieux me
reprocher de rebondir sur ces allégations et supputations de priorités...


je te rappelle que n'est une critique que ce qui est étayé d'un fond/une justification de faits


oui parce que pour juger, il faut poser une pensée qui décide de la valeur d'une proposition


et on peut, d'un point de vue philosophique envisager de ne pas se justifier de son échelle de valeurs...


en revanche poser une critique passe par l'analyse de faits... la mise en corrélation, l'énoncé d'une argumentation...


sans quoi tu ne peux prétendre à aucune validation de ton propos au titre de "critique"


n'est "acceptée" qu'une vraie critique,


ce qui est de l'esbroufe est mis au rebut, réfutable à l'envi


ce qui est du "jugement de valeur" est pris pour tel et donc opposable en toute simplicité


la justification est à ta charge, oui, môssieur il faut se justifier des critiques que l'on pose


c'est pas si facile de poser la critique... quoiqu'en ait dit Beaumarchais


...


à chaque fois, je recollerai sans me fatiguer


ceux de ces constats et analyses que je t'ai portés


dûment justifiés eux, et que je ne compte pas reformuler indéfiniment devant l'absence d'effort de tes récurrentes allégations sans fondement


...ceux des constats en tous cas qui resteront d'actualité...


je serai patiente, je sais que ça risque de te prendre du temps... le lacher prise...


belle dernière semaine de l'année KT


connais-toi toi-même


c'est une belle phrase dont tu uses souvent... mais pour les autres...


pour une fois, fais-la tienne


je t'assure, ça fait le plus grand bien...


belle dernière semaine de l'année à toi kt


pour la suite, mes prochaines réponses ne tiendront plus compte du registre puéril que tu tentes d'imposer






KT 22/12/2011 03:08

Hahahahhaha. Waooo quelle colère!
Je ne devrais même pas te répondre tellement tu es condescendante, grossière et pathétique.
Car non contente de recopier les dires des autres bêtement comme un perroquet (toutes mes excuses pour les perroquets),sans jamais t’impliquer, et de te croire intelligente, voilà maintenant que tu
te prends sérieusement pour un psy !! Comme bien évidemment tu ne peux argumenter sur mes écrits, tu t’attaque comme toujours à ma personne. Mais bêtement, gauchement, et furieusement ! C’est à
mourir de rire.
Ma pauvre, ce n’est pas moi qui passe des heures devant mon écran, à faire des copiés collés sur mon blog. Tu n'as peut-être que ça à faire où peut-être cois-tu que ton blog est d’une grande
qualité et même d’utilité publique, vu la façon dont crâne avec le nombre de commentaires et ton blogrank ? Je ne tiens pas à détruire tes illusions, tu as tellement l’air de vivre pour et « par »
ton cher blog…….que restons charitable, si cela peut t’aider à t’estimer un peu, continue à le croire.
Attaque moi, insulte moi, sois grossière, « emmerde-moi » même si ca peut t’aider, cela montre simplement à quel point j’ai du te toucher dans tes certitudes et te démasquer. Mais moi, contre tes
attaques personnelles (car c’est bien d’attaque qu’il s’agit) je n’ai nul besoin de me justifier, car non seulement ce n’est ni le sujet,ni l'endroit, mais surtout parce qu’il y a surement plus de
talent dans mon petit doigt que dans tout ce que tu puisses jamais faire.
Je vois par exemple, que tu as repris de mon blog, une rime qui se voulait sans aucune prétention, et tu t’en moques. Et bien tu vois, tu ne fais que te rabaisser d’avantage car même là, là dans
cette petite phrase de rien du tout qui n’est qu’un clin d’œil humoristique à la météo, qu’une sorte de dérision, bien plus de valeur que dans tout ce que tu aies jamais écris, puisque tu n’écris
justement "rien", tu ne fais que recopier.
Quant à la poésie, n’en parlons pas. Ca serait trop demander. Je doute que tu y entendes quoi que ça soit.
Mais venons- en au vrai sujet, c'est-à-dire, les écrits et les idées.
Je n’ai jamais prétendu où que ca soit, contrairement à ce que tu veux faire croire, être contre les citations, contre d’adhérer à telle ou telle idée, de ne pas partager une analyse ou une
philosophie ou même une croyance, et encore moins de comprendre tout, ou que ce que je pense est mieux que les autres, j’ai même dis le contraire en prenant l’exemple d’être éternel élève, et tu le
sais bien. Tes mensonges n’y changeront rien, (c’est écrit noir sur blanc sur nos discussions sur mon blog), ton sophisme contre la personne non plus.
Je dis simplement qu’il faut également avoir le courage de donner, ouvertement ses propres impressions et conclusions, sa propre idée issue des pensées et écrits des autres. Il faut qu’une idée
passe par le prisme de ta propre pensée, ta propre analyse, de ta propre réflexion, pour qu’elle devienne tienne. Si tu ne le fais pas, si on ne fait pas cette démarche, on finit par se perdre dans
une idéologie établie, une doctrine et s’y dissoudre. Et si on ne le fait pas consciemment, exprès, et qu’on s’adresse en plus aux autres, alors là, on frôle la manipulation, la démagogie et le
mensonge.
Alors cache toi bien derrière ton pseudo savoir et tes certitudes, continue à être grossière, agressive et de te moquer faute d’arguments, de me traiter d’imbécile ou je ne sais quoi, cela ne me
chaut. La moquerie, la colère et l’agressivité, tout comme le sophisme contre la personne sont des réactions prévisibles et classiques chez les idéologues endoctrinés en manques d’arguments.
Mais surtout cela ne change rien à tes procédés sophistes et démagogiques

mamalilou 22/12/2011 04:51



areû! nananèreû... eh bé ça vole pas haut...


tu fais ton jaloux, ton calimero...


WHOO QUELLE HABITUDE PERVERSE DE
CRIER "QUELLE COLERE" !!


et, dis-moi,


ça marche d'habitude?héhéhé...


comment je peux à la fois essuyer le reproche d'être en colère et celui de ne "pas être impliquée", tu m'expliques, extra lol!!


ya-t-il encore des adultes qui se laissent abuser par ces vieilles méthodes éculées d'incitations à penser du mal d'autrui sans y regarder de plus près?


héhé, pour un type qui reproche la démagogie "dangereuse" et la pensée unique


quel bel exemple d'incitation à la médisance, j'imagine que c'est là tout le bien dont tu es capable...


ce qui est sûr...


c'est que tu caches mal la tienne, de colère, en tous cas...


derrière tes critiques déplacées et sans fondements


il n'y a en réalité qu'un gouffre d'ignorance et une grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf:


en vrac "idéologues endoctrinés", "sophisme contre la personne"et autres "c'est pas moi
qui" et "tu te crois intelligente"... , passer des heures à répondre que c'est pas toi qui passe des heures à répondre... et je suis sûre que tu n'atteinds pas même 30mots minutes...


vraiment, ça ne relève ni de l'argumentaire, ni même d'un semblant de réflexion


il faut le dire, c'est vraiment de la merde... une grossière merde qui plus est....


et de le dire ne la fait pas sentir meilleur, il est vrai...héhé


bon.


je comprends ton désir de participer autrement que par une lecture placide ou quelques témoignages de blogopoteries festives,


mais il faut reconnaître que passées les premières maladresses, tu te révèles vite absurde, répétitif, pétri de contresens et d'idées reçues,


si loin du sujet


ton seul sujet en fait, c'est ma personne


oui, je te juge ici


car il n'est depuis longtemps plus question du sujet de fond...


de débattre autour des traductions et interprétations de textes anciens à caractère spirituel autant qu'historique, ou ici sur les développements d'analyse
politique...


comme si tu y touchais ta bille plus que celui qui a écrit et posé son analyse ici...


lol si encore tu donnais ton avis de profane... en toute humilité poser des réserves, ce serait honnête... mais quelle prétention l'ami! quel ton déplacé dès le
départ, quelle erreur grossière surtout... tant dans les réserves émises que dans la posture...


ah la la... tu es tellement passé à côté, c'est navrant...


oui, ton propos est insignifiant et ton attitude dérisoire


et je me réjouis de pouvoir librement te le dire simplement et sans me fatiguer


tu vois, sans démagogie, sans sophisme


 oui parce que j'ai un bon débit, je suis généreuse


et ça ne me fatigue pas...


 


...de la pure remontée de bretelles pour tes bavures prépubères


je me plais à imaginer que tu vaux mieux que ça


sans quoi, je ne te répondrais même pas...


alors en attendant que je prenne le temps de "travailler" à ton bavouillis...


que, je l'avoue, je n'ai lu qu'en diagonale...


joyeux noël Joe le sophiste malhabile et compulsif, le pervers narcissique, le colérique


... qui fait semblant de "mourir de rire" en représentation...


 


je reviendrai peut-être plus tard te" remettre à ta place"* petit padawan dévergondé


*parce que c'est comme ça que tu le recevras...


parce qu'en plus, tu devras attendre ton tour...


...histoire de poser une analyse détaillée de ton discours, des
mensonges sur les autres, sur toi-même (pour protéger ton estime de toi sévèrement attaquée parce qu'elle dépend des autres crois-tu...), des termes rhétoriques employés qui dévoilent tant de
choses que tu veux cacher...


je te l'ai si souvent dit, mais tu m'écris comme si tu me prenais pour ton psy... je n'ai rien demandé moi!!! garde ton transfert pour un
autre!!


tu me livres absolument tout de toi, dans ces attitudes... sauf que... le hic, c'est que tout le monde le lit...


c'est, "bêtement, gauchement" pas fûté de ta part... sauf à être en plus exhibitionniste...


mais c'est "furieusement" divertissant pour moi... il faut le reconnaître...


pour rappel ce que je t'ai écrit moultes fois et que tu espères éluder à chaque fois en reprenant du début, en manipulateur patient:


je te fais avec une récurrence patiente procès de ta vulgarisation du sophisme...


sophismes qui par leur récurrence constituent l'arrogance et la manipulation dans la communication et peuvent même s'étendre jusqu'à la persécution...


je répète:


ce n'est pas le sophisme en soi qui est un tabou, un travers...


c'est sa vulgarisation et sa récurrence, puis sa substitution à tout argument


qui constituent un usage pervers


!!!répète après moi...!!!





ah et puis, rectificatif, petit padawan


la colère est de ton côté


ton orgueil ici aurait beau être mû par une profonde détresse de vie intérieure


tu n'en aurais pas moins la responsabilité de ta réactivité


calme-toi, respire


tu pourrais voir l'affirmation de toi autrement que dans la dictature de conduite


et dans tes contradictions


ne pas s'impliquer/passer sa vie sur son blog


condescendante(bienveillante et hautaine)/grossière


c'est à mourir de rire/je ne devrais pas te répondre


sans compter l'impayable:


"ya plus de talent dans mon ptit doigt que dans tout ce que tu puisses jamais faire"


le pitoyable orgueil étalé ici dans toute sa démesure désinhibée...


tu parlais de pathétique?


tu ajoutes: "ce n'est pas l'endroit": tu permets que j'en décides!!? mdr...


note : pour la poésie, tu n'as qu'à fouiller, j'en ai publié, je ne t'en voudrais pas de n'y pas trouver quelque charme,


mais au fait,


pourquoi tiens-tu absolument à ce point à dénigrer tout et n'importe quoi venant de moi?


crois-tu que ça te grandisse?


quel enfant tu fais là....


la vérité est que tes commentaires présomptueux, tes fautes d'analyses, tes substitutions de ressentis aux définitions mêmes des vocables, et tes contrevérités historiques


ont fait l'objet de fermes rectifications de ma part


et ça, tu n'as pas digéré


mais personne autre que toi n'est dupe de cela ici.


ce n'est pas utile de dire des contrevérités telles que tu les écris


pas utile ni particulièrement plaisant de les lire non plus... mais, dans ma conscience du jeu de l'existence, je me prête avec plus ou moins de grâce et
d'humour à te répondre


te répondre ma part de vérité et autant de fantaisie qu'il me plaira d'y mettre...


c'est cadeau.


mais j'éprouve effectivement une certaine gène pour toi dans cette impudeur que tu manifestes autour de ton orgueil identifié aux productions de ton mental.


pour le reste, ce n'est pour moi qu'un grand rire


ai-je tort d'en rire?


devrais-je te témoigner plus de compassion et de retenue? ... la répétition de nos échanges aura démontré que cette forme de bienveillance, tu la perçois hautaine.


dont acte.


sois ton propre élève ok


...ET ton propre maître aussi


maîtrise-toi l'ami, maîtrise-toi


au lieu de vouloir maîtriser les autres en vain...


ce n'est qu'une suggestion gratuite mais pas désintéressée totalement... il est évident que j'y trouve aussi un intérêt personnel...


note:


bien sûr que si tu ne fais pas tienne une idée, tu ne peux la défendre correctement


bien sûr que tout ce qui est écrit peut faire l'objet d'une analyse


bien sûr,


mais tu ne peux substituer tes ressentis et tes erreurs d'analyse


ni à la réalité, ni aux intentions d'autrui, ni aux mots choisis


ça, c'est du mensonge ptit père... proprement du mensonge


de la diffamation, de l'interprétation, de la manipulation


corrige donc ça avant de recommencer à tenter l'analyse de texte... tu seras plus "utile"


puisqu'apparemment il t'importe que les autres le soient...


tu ne te permettrais pas de ne pas attester de ta propre utilité sinon... enfin, j'imagine...


au fait, juste une question encore... dans un sourire... c'est quoi l'utilité de ton blog?


qui te permette d'en attendre ailleurs? hm...?


je n'ai pas très bien saisi...


et c'est quoi d'ailleurs tant qu'on y est la supposée "dangerosité" de ce blog


et de quoi me fais-je "prosélyte" selon toi?...


si tu as un truc concret là en travers de la gorge, c'est le moment de cracher ta valda...héhé


si après ça tu te caches pas dans un trou de souris, c'est que tu auras succombé à une crise d'apoplexie...


alors n'oublie pas de donner signe de vie, sans quoi je m'inquièterais...



KT 19/12/2011 01:13

ps : c'est "de pair" et non "de pire"....Quoique....LOL
Mais je suis sûr que tu as su corriger par toi même cette faute de frappe, vu que t adore çà, les corrections !
Merci.
A plus....

mamalilou 19/12/2011 03:13



ah la la... la belle affaire encore


tu te fais honte (à tort bien sûr) et tu te caches derrière l'hypothétique plaisir que je pourrais avoir à te mettre
la honte pour ton orthographe ou tes fautes de frappe...


mais cesse donc de te cacher derrière ton petit doigt


quand quelqu'un t'indiques une faute de grammaire, c'est pour que tu puisses n'en plus faire, pas pour te mettre la honte


et d'ailleurs, avec un rien d'empathie, tu t'apercevrais que c'est aussi un signal qui dit "si j'en fais aussi, n'hésite pas à me le dire, merci"


 


et quand tu te sens faible en orthographe (ou insécure sur ce domaine) c'est ton problème, pas celui des autres


cesse donc de te sentir coupable, fautif, inférieur et de prétendre que la faute en revient aux autres...


 c'est ton problème, travaille dessus


des fautes de frappe et d'accords, tout le monde en fait en blogosphère, et je ne suis pas la dernière (surtout sur la longueur en plus...)


tu es tout excusé, ici et pour l'éternité


si par contre ça fait un truc comique, un lapsus ou du genre, évidemment, on peut en rire ensemble, c'est arrivé, ça arrivera.


du calme Joe, du calme...


seule la sincérité de ta démarche m'importe


sois vrai, on a pas dit "parfait", on a juste dit "vrai"...


je dis "on", non pour "me cacher" (aussi facile que de cacher un éléphant dans un cerisier...)


mais parce que je n'ai pas la prétention de dire que je suis la seule dans cette démarche...


d'autres l'on proposée avant moi et dont je ne me réclame pas forcément...


je reprends à mon compte une belle proposition de chemin


et t'y invite...


incite...


comme on invite à boire le thé (même si on ne la pas cueilli soi-même), comme on incite à goûter les cookies qu'on aura amoureusement préparés...(ou amoureusement choisis)



KT 19/12/2011 00:59

Waooo, vu ta réaction et ton énervement ridicule, j’ai du touché une corde sensible ! C’est bien.
Si ce que je dis est du vent comme tu le prétends, ca t’a bien décoiffé dis moi ! LOL
Moi je n’ai pas la manie de collages comme toi, t’as qu’à te donner la peine de lire le texte juste après le fameux « on le sait » pour arriver à cette conclusion plus qu’approximative que la
démocratie et le libéralisme ne vont pas de pire. Tu dois savoir lire, non ?! Pas besoin de recopier chaque phrase systématiquement.
Quant à ton charabia que tu me sers à chaque réplique sur le manque de confiance etc.……Je te l’ai dis, tu peux m’attaquer et me critiquer tant que tu veux, te prendre pour madame je sais tout, et
faire tes pirouettes, cela ne change rien sur le fait flagrant que tu manipules tes lecteurs en te cachant bien au chaud, derrière les textes des autres, quitte à les sortir même parfois de leurs
contexte et le dénaturer.
Et tu parles de manque de confiance ?!!! Tu n’oses même pas signer deux phrases consécutives……..
Et puis, les pouvoirs en place en question, de qui ou de quoi s’agit-il ? Je ne fais pas de politique, moi, et à l’inverse de toi, je ne sers pas de plateforme pour la publication
(politico-religieuse) des autres. Je n’incite pas les autres à voter pour un tel, ou contre un tel comme toi. D’ailleurs la seule chose que tu aie écris de toi-même, se trouve en bas de ta page et
c’est justement « politique ».Alors Si marionnette il y a, c’est dans ton camp qu’il faut chercher (achète toi un miroir).
Mais bon, c’est ta façon de faire, ta « méthode », je ne te dicte rien, mais sache que tout le monde n’est pas dupe.
Et je ne resterai pas dans « mon coin », il ne t’en déplaise, car tes méthodes manipulatrices et trompeuses sont dangereuses, et je tiens à les signaler.
Quant aux claquettes, lol, j’aimerai t’y voir… !

mamalilou 19/12/2011 03:03



et voilà qu'est-ce que je disais ah mais quel numéro... la grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf...


ptdr... si tu savais..."madame je sais tout " se paye ta tête pour pas un rond, comme avec tous les orgueilleux de ton acabit...


et c'est pas fini...!!


en effet mes écrits, que je signe en commentaire, l'ami, sont généreux, môssieur qui se rengorge de pondre des billets signés... de trois lignes.. j'en reproduis un des plus signifiants ici, sans
droit d'auteur, hein, parce que faut pas déconner...


c'est mignon, mais quand-même...:


"Wwwoouu, wwoouu, wwiimm


Fait Joachim !"


signé kt billet du 16 déc 2011


 quel génie conceptuel, faut avouer...


véridique





c'est jouissif les cons en orbite géo-stationnaire...


ah mais, si un jour tu redescends... tu comprendras à quel point...


tu m'offres ici un de ces instants d'hilarité dans l'absolue insignifiance de tes trépignations de petit enfant frustré...


rhoooaaaaaaaa quel cas d'école...


 


tu viens de répondre une tartine de jugements personnels


tenter vainement sur un blog au fond tellement consensuel de créer l'évenement en posant des mots inadéquats et tellements incompétents à atteindre leur but...


tu peux me dire ce que ça m'apporte, hein? qu'est-ce que tu as proposé?


dire en premier commentaire que la lutte contre la pensée unique est aussi de la pensée unique?


non, tu n'as même pas su le résumer si bien... ç'aurait pourtant pu être une belle proposition...


non toi c'est plutôt "je n'aime pas ce que tu proposes, moi je pense autrement et c'est mieux, c'est vrai parce que je le vaux bien et que toi tu es trop con pour t'en apercevoir madame la
professeureu nananèreu".


avoue que c'est puéril... allez, un peu de lucidité kt...


tu veux une valda?


 


je vais être sincère, je trouve que c'est vraiment stérile et sans aucune forme de talent, d'élégance ou de style


qui pourrait faire oublier que ce n'est ni vrai, ni utile, ni bienveillant


 


en fait,  tu sers à rien.


oui toi.


je dis rarement cela...mais...je traduis ici ce qui transparaît de ton comportement...


au-delà de ton bien stupide propos, totalement hors sujet de bout en bout, trop fâché pour être réfléchi...


oui toi, dans ta tête, tu ne sers à rien, et c'est ce sentiment d'inutilité qui anime ta plume cassée qui pose tant de bavures de tes mains moites...


cesse de tourner en rond et trouve-toi un truc utile à faire, ça t'évitera de penser et de dire tant d'âneries. Quand on est sainement occupé, on n'a pas le temps pour ces jérémiades et
expressions de frustrations qui ne regardent que toi... c'est indécent, tu ne t'en rends même pas compte.


tu permets que je te parle à l'impératif, j'imagine, vu que tu as donné le ton... je m'adapte à mon interlocuteur, tu comprends...


vois par toi-même:


 


je te cite:


◘ jugements intempestifs, conjectures et autres attributions infâmantes:


réaction, énervement, ridicule, du vent, la manie de collages,charabia,pirouettes,


te prendre pour, me critiquer tant que tu veux,


Si marionnette il y a, c’est dans ton camp qu’il faut chercher


 


◘ ordres:


Pas besoin de recopier systématiquement,


t’as qu’à te donner la peine de lire,


Tu dois savoir lire, non ? 


achète toi un miroir), 


je ne te dicte rien,


 


◘ suppositions et provocations:


touché une corde sensible,


tu prétends, ca t’a bien décoiffé,


mâdame je sais tout,


en te cachant bien au chaud derrière les textes des autres,


Et tu parles de manque de confiance ?!!! Tu n’oses même pas signer deux phrases consécutives,


(ça t'en bouche un coin le partage de culture, ... tu manques de confiance en ta démarche,


ya de la place pour tout le monde vilain petit jaloux!)


D’ailleurs la seule chose que tu aie écris de toi-même, se trouve en bas de ta page,


(oui, et pour être complet, sur de nombreux forum, chez les blogopotes où je livre parfois plus de 50 commentaires par semaine, hein, msieur la mémoire courte et ingrate!!..


dans mes réponses aux commentaires aussi, souvent fort généreux aussi,


dans près de 20% des billets déjà édités,


mais je prends soin de ne pas me répéter, contrairement à d'autres... hein!)


 


◘ orgueil et prétentions:


c'est bien, Moi je, cela ne change rien sur le fait flagrant,moi, et à l’inverse de toi,


(moi moi moi)


◘ répétitions compulsives, réitérations sourdes d'assertions pourtant largement déboutées et autres allégations infondées:


tu manipules tes lecteurs, je ne sers pas de plateforme pour la publication (politico-religieuse) des autres,Je n’incite pas les autres à voter pour un tel, ou contre un tel comme toi, tu
peux m’attaquer


  


j'incite à la bienveillance, à l'amour, à la solidarité, à l'indignation, à la quête spirituelle, à la confiance en soi, à l'affirmation de soi qui soit respectueuse
de l'autre, ...


et je le fais en citant mes sources, mes inspirations, et en invitant à glâner par la culture accessible à tous, de quoi nourrir chacun, je partage les trésors de
connaissance et de contemplation qui nous construisent, je ne garde pas mon plaisir pour moi seule...


TU AS UN PROBLEME AVEC CA PETIT DEMON DE PACOTILLE?


 


◘ réattribution de tes manquements et erreurs à ton interlocuteur (niveau CM2) et autre paraphrases et collages inversés de mes remarques à ton endroit, inversions de causalité :


quitte à les sortir même parfois de leurs contexte et le dénaturer,


tu peux m’attaquer,


tes méthodes manipulatrices et trompeuses sont dangereuses et je tiens à les signaler.


t’as qu’à te donner la peine de lire,


c'est ce que j'ai dit chez toi le mois dernier pov pomme...COPIEUR, gros bébé!!


 


et ceci est la totalité (95%) de ton commentaire!


tu fais partie de ces provocateurs compulsifs qui, quoiqu'on leur réponde sont systématiquement opposé et d'autant plus de mauvaise foi que les arguments qu'on leur oppose sont
de taill, clairs, nets, précis, implacablement énumérés et étayés.


 


je comprends l'agacement personnel que tu ressens


je vois,


je te vois


tout nu


tel que tu es


nu comme un ver


avec toutes tes aspérités, le moindre rictus ne m'échappe guère aux commissures, ces rides du lion que tu fais, ce rose au joue de courroux quand tu abordes ce laminoir de réponse... qui terrasse
ton orgueil


mais surtout, j'aurais été chez toi, je suis et je serai plus forte que toi au jeu de l'argumentaire et de la contre manipulation


ça énerve hein...


d'autant que tu me sais par ailleurs particulièrement zen avec d'autres blogueurs...


tu ne comprends pas que les autres, tous, ou presque, savent poser une contradiction, émettre des réserves, tenir une discussion, sans verser dans l'orgueil et la provocation...


alors tu trépignes...


 


pire que tout, pour toi: je ris. oui je me moque de ton attitude, de la façon dont tu offres la part la plus puérile et la plus immature de ta personne...


 


et surtout que qui que ce soit ait raison par la simple vérité de son propos, de sa démarche et de ses intentions... ça, ça te reste en travers de la gorge, d'autant plus sûrement que ça ne t'est
pas reconnu à part égale, ce bonheur d'être vrai


que veux-tu, tu n'auras pas fait le travail nécessaire pour cela en amont...


ton but n'est pas la vérité


tu veux avoir raison, qu'on reconnaisse que quoi que tu dises, tout est parfait et apporte quelque chose


tu n'as aucune humilité, aucun recul... comment veux-tu, peux-tu espérer être vrai


quand tu attends une gloire au bout de ce que tu dis, une reconnaissance, une validation, une légitimisation, ...


sois bienveillant, utile et vrai


la reconnaissance suivra...


 


nul besoin que tu valides ma démarche pour la savoir bonne ou pas


pas plus que de ton acquiescement pour savoir que ce que je propose est vrai/juste/bienveillant ou utile


nul besoin de ton autorisation pour répondre à ta provocation sur ce ton... histoire de te secouer un peu, comme de toute évidence personne n'ose le faire pour ton bien ni pour le sien, oui parce
que c'est envahissant aussi tout ce pathos que tu livres... hein... faut te le dire...


 


ton commentaire ici n'est pas une sincère opposition mais simplement un caprice infantile qui manque de fond parce qu'il manque de maturité, de connaissance et surtout de vérité


 


et en prime je lis en toi le jeu du pervers narcissique, et je l'emmerde joyeusement, le pervers narcissique qui prend possession de toi... ah comme je le mine, hein... rien que de savoir que
j'existe et qu'il n'aura pas le dernier mot, ça le ruine


et je ris, je ris, mais alors je ris...


tu viens de répondre une tartine de jugements personnels


 


alors voilà ce qu'on va faire


ici comme ailleurs, quoi que tu me serves, tout ce saura, et puisque tu joues les têtes à claques je vais te le redire ici comme chez toi


tu pratiques sur ton blog la manipulation et la provocation, c'est ton choix


tu y joues les calimero, c'est toi qui vois quelle image donner de toi


puis tu ponds avec une prétention maladive des textes que tu prétends de ton crû (je te concède que tu dois y croire) alors qu'on y lit des paraphrases d'auteur, des propos sans innovation
largement inspirés et des choses si souvent dites et tellement mieux par d'autres, des bouts de définitions de wikipedia...


ce n'est pas un mal d'adhérer ou de reprendre à son compte, c'est même fort bien.


ça s'appelle se positionner, partager, inviter à découvrir, alimenter le débat...


...mais ce que tu fais c'est du vol qualifié. pas la moindre référence, de la réécriture, des sophismes, voire même des réécritures négationnistes ou des accusations infondées, tout ça pour te
faire mousser


 


en outre, tu y es courroucé à chaque fois qu'on cite une référence parce que ça te démasque


tu n'assumes pas l'idée qu'on puisse savoir que tu ne sais pas un truc...


et tu joues les calimeros dès que ton orgueil est en péril


alors qu'au fond, le lecteur piégé par la prétention de ton registre n'imagine pas qu'en dessous tu n'as pas l'intention de suivre en discussion ce que tu proposes au débat...


tu veux juste chercher querelle a qui te contredit... et plus tu auras un intellectuel en face et plus ça redorera ton image... user un intello, c'est triompher dans la gloire...n'est-ce pas...?


 


je ne prends même pas la peine de contredire ton ramassis d'invectives malhabiles, trop nombreuses pour être honnêtes...


mes rodomontades suffiront pour ce soir à réduire à néant tes espoirs de gloriole...


je foule au pied ta logorrhée et me gausse de ton ictère purulent ici couché sur ces pages, à la vue de tous...


non, je ne le supprimerai pas, même à ta demande, tu seras ridicule pour l'éternité des temps... hahahahaaaaaa... (rire sardonique  théâtral du plus bel effet...)


 


allez bonne fin de nuit et reviens en meilleure forme, avant de devenir sec et cassant comme une branche morte...



KT 18/12/2011 13:43

Hahah, tu peux m’attaquer autant qu’il te plaira, ce texte ne reste pas moins très approximatif et sophiste. Désolé de pointer du doit le fait que tu manipule tes lecteurs en leur proposant sans
cesse des textes ciblés et d’une justesse très très relative.
En outre madame le « professeze », bien sûr que je propose mon interprétation du texte, ce que je te souhaite pouvoir enfin faire un jour, à la place d’adhérer sans réfléchir ni doute, à la virgule
près, aux dires des autres. Mais je crois qu’il te reste encore une longue route à faire avant de posséder un semblant d’indépendance intellectuelle.
Quant à ta formule de démocratie totalitaire, c’est tout simplement un non-sens. Une blague de mauvais goût. Ou alors ici le totalitarisme serait celui du peuple !!!
Et ce que tu prends pour analyse, n’est qu’une définition fausse, puisque qu’une affirmation et de plus, accentuée par le: « on le sait », donnée en bloc par l’auteur (à moins que tu aies mal
recopié !) sur laquelle il base tout le reste, et partant de ce postulat (appelle la analyse si tu veux, ca n’en change pas l’intention) faux et sophiste, il construit un raisonnement plus
qu’approximatif.

Je remarque par ailleurs que tu es toujours aussi fière de tes réponses et ta fameuse rhétorique variée ! (moi je dirais plutôt avariées ; lol). C’est excellent, tu te fais toi-même des
compliments. Tu écris d’une main et tu t’applaudis de l’autre ! C’est fort !et risible.

mamalilou 18/12/2011 14:17



tu dis?


"t'attaquer"... ouais ouais, ça commence bien...pause cappuccino devant les commentaires à lire et je finis par le tien... avant les courses du dernier dimanche avant noël... alors...


bon, eh bien tu permets, je lirai plus tard hein...


c'est pas que je n'apprécie pas les longs commentaires... tu me connais...


alors rapidement (je prendrais + de temps + tard):


pour rappel:


au comm précédent (n°11), tu me ponds une somme de non sens de lecture agrémentée de l'incommensurable prétention à l'analyse de texte sur la base de ces erreurs... même pas un rien de recul, de
retenue, de questionnement, non, tu ponds des inepties dans la précipitation, tes idées, tes objections et ressentis méritent mieux que cette restriction maladroite du langage à de puérils
rétorquages intempestifs et irréfléchis.


...et tu t'étonnes de la réponse...ah mais quel boulet tu fais quand-même...


 


lol, une attaque? du langage guerrier...


décidément, tu n'as vraiment rien compris, c'était une correction.


rien de plus, rien de moins.


 


**


19.40 je reprends la lecture de ton commentaire qui se veut gratuitement assassin


je note:


tu peux m’attaquer autant qu’il te plaira,


► langage guerrier, je te corrige autant qu'il me plaît quand tu vomis des bêtises autant qu'il te plaît 


 


ce texte ne reste pas moins très approximatif et sophiste.


► tu peux poser autant d'assertions non étayées que tu voudras, ça reste ton jugement orgueilleux, ton commentaire n'en est pas moins un propos idiot et irréfléchi, tel que j'ai dû poser
des corrections. 


 


Désolé de pointer du doit


► menteur, tu aimes pointer du doigt 


 


le fait que tu manipule tes lecteurs


► ah oui? je prends soin de mes choix, et ils me ressemblent, si tu as peur d'être manipulé par les choix des autres, reste dans ton coin... c'est la meilleure façon de n'être influencé
par rien d'autre que ton ego apeuré... et de grâce pour "mes" lecteurs, ne les assimile pas à ton nombril


merci pour eux


 


en leur proposant sans cesse


► je propose sans cesse oui, à raison de près de 2400 billets en 4ans, une observation juste


mais tu ne sousentendais pas que ce soit mal, n'est-ce pas... ? une marque de constance ou d'assiduité, de fidélité à ses principes deviendrait-elle une obsession au gré de tes besoins
rhétoriques?


 


des textes ciblés


► en effet, et le panel est large dans mes choix... tu veux demander l'avis des autres lecteurs ou ton avis suffit à généraliser à la masse?


et tant qu'on y est tu comptes me dicter ce que je dois proposer peut-être? des desiderata? une bonne grosse merde faciste, ça te dirait ou bien un manuel du parfait manipulateur pervers
narcissique, ... je t'en prie, fais tes propositions... quand je vois ce que tu fais dire à Montesquieu... tu le traites de raciste rien moins, sur ton blog... c'est dire ton aptitude à l'analyse
littéraire et le fossé qui sépare tes objectifs et modus operandi des miens...!


 


et d’une justesse très très relative.


► tant que tu n'étaies pas ça de quelque propos pour corroborer... ça reste une pissarade nauséabonde et infamante... ce type de "critique" que tu poses en dis long sur toi... tu
m'étonnes que tu voies des attaques partout... tu imagines que tout le monde fonctionne comme toi... par des allégations gratuites et sans fondement...


 


En outre madame le « professeze »,


► un rien d'orgueil blessé dans cette tournure, mon poto, ou bien?


   


bien sûr que je propose mon interprétation du texte,


► et bien sûr que ce n'est qu'une interprétation, mais tu analyses ton interprétation, brêle!!! ...et tu présentes ça comme l'analyse du texte, quelle outrecuidance!! 


quand on assume qu'on interprète, on ajoute "à mon avis" et on ne procède pas par assertions péremptoires et sur un ton docte.sinon c'est vicieux, tu laisses installer une fausse attribution qui
sert ta manipulation...


ceci est réservé aux « professeze » héhé


   


ce que je te souhaite pouvoir enfin faire un jour, à la place d’adhérer sans réfléchir ni doute,


► c'est sans doute de ne pas adhérer à quoi que ce soit, pour être sûr d'avoir réfléchi et douter...


comme si le doute excessif était garantie de réflexion utile et d'intelligence ou de sagesse... tu as dû souvent oublier de réfléchir pour développer ce trouble obsessionnel compulsif...


ne te déplaise, je n'ai absolument pas de systématisme dans mes lectures, et bien évidemment je ne propose quasi que ce à quoi j'adhère ici... pour le site de l'AFP c'est pas le bon lien. lol


   


à la virgule près, aux dires des autres.


► c'est faux. relis ma phrase, j'ai dit "ici" et "quasi"... toujours ta généralisation abusive


   


Mais je crois qu’il te reste encore une longue route à faire avant de posséder un semblant d’indépendance intellectuelle.
► ptdr... dont tu es un exemple j'imagine...et dire que tu me taxes d'être « professeze », petit padawan...


 


Quant à ta formule de démocratie totalitaire, c’est tout simplement un non-sens.


► on n'a pas dit le contraire, mais c'est une réalité. nombre de démocratie validée telle par la communauté internationale n'en sont pas moins des régimes totalitaires...ici est mis en exergue la
nature totalitaire de la démocratie libérale... 


 


à suivre...


***


voilà... pause cappu suivante... :o))


Une blague de mauvais goût.


► tu parles de ton analyse de mauvais goût?


évidemment...


 


Ou alors ici le totalitarisme serait celui du peuple !!!


► sans commentaire, quand t'es parti en orbite géostationnaire avec tes confrères comme dirait Audiard...


 


Et ce que tu prends pour analyse, n’est qu’une définition fausse,


►non, ce que tu prends pour une définition fausse est une analyse, pas la mienne, celle de l'auteur ici du texte que tu es sensé avoir lu et compris et non interprété
avant analyse


 


puisque qu’une affirmation et de plus, accentuée par le: « on le sait », donnée en bloc par l’auteur (à moins que tu aies mal recopié !) sur laquelle il base tout le reste, et partant de ce
postulat (appelle la analyse si tu veux, ca n’en change pas l’intention) faux et sophiste, il construit un raisonnement plus qu’approximatif.
►laquelle moôssieur, laquelle!! un "on le sait " peut suivre une vérité essentielle ou un mensonge de taille... tu procèdes ici par manipulation sophiste, toute l'emphase de tes
trois lignes n'est que du vent si tu ne te donnes pas la peine de dire quelle proposition avancée par le "on le sait" est discutable, et ici tu laisses chacun penser à sa guise que tu dénonces ce
qui va suivre ce "on le sait"... fûté, éculé mais débouté...


quel filou tu fais kt, le vice de langage incarné ici dans ce paragraphe...


 


Je remarque par ailleurs que tu es toujours aussi fière de tes réponses


► alors, non justement, tu ne remarques pas, tu juges perçois supputes si tu veux


mais tu ne remarques pas...


mais si je suis fière de quelque chose ici, ce n'est pas de ce que je réponds, mais d'avoir compris et appris comment contre-manipuler les ptits propos péteux d'où qu'ils viennent...


y compris de calimeros qui, comme toi, masquent leur manque de confiance en eux par une arrogance et une morgue infinie autant qu'imbécile et récurrente


 


et ta fameuse rhétorique variée ! (moi je dirais plutôt avariées ; lol).


► un jeu de mot... ouah!!! on est gâté ce soir... gâté oui... aux deux sens du terme (pour rester sur le registre)


mais dis-moi... un rien de jalousie ou encore une rebuffade de cours de récré?


ta rhétorique n'est pas fameuse* par contre, d'où mon intervention pour anti-sophisme abusif...


*j'aurais peut-être dû m'amuser à dire malfamée?!!!..^_^


 


C’est excellent, tu te fais toi-même des compliments.


► oui je te laisse dire du mal pour deux, tu as remarqué?


 


Tu écris d’une main et tu t’applaudis de l’autre ! C’est fort !et risible


► merci, et je sais aussi faire des claquettes... des petites ...et des plus grandes aussi si tu veux...


sur ce, mouche ton nez, remonte tes chaussettes et dis bonjour et bonsoir à la dame...


 


sans vouloir t'offenser ... c'est le monde à l'envers, se positionner comme une marionnette des pouvoirs en place et se réclamer de l'indépendance intellectuelle... mdr 


et bien le bonsoir