Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 08:05

barre de separation

http://tendance-equilibre.com/wp-content/uploads/2011/05/oeil-ciel-nuage.jpg

barre de separation

 Le cœur des problèmes créés

par la grande finance

réside dans les mécanismes du créditbarre de separation

ou, la monnaie et la dette pour les nuls...

 

Tant qu’on ne s’attaque pas à cette cause, se battre contre ses effets, c’est perdre ses forces, c’est inutile, et les dégâts s’amplifient.

Comment le faire comprendre?

Jean Jégu nous apporte ici son aide, par un exposé soigneusement “pesé” de l’essentiel des mécanismes bancaires. En voici la 1ère partie:

La finance omniprésente est + que jamais source de problèmes. Le drainage des capitaux vers la spéculation handicape l’économie réelle. Mais la finance trébucherait vite sur un manque de liquidités, càd de moyens de paiements, si l’émission de la monnaie n’avait été conquise par les organismes spéculateurs que sont devenues les banques. La reconquête de la monnaie est le préalable indispensable à la mise au pas de la finance. L’histoire de la monnaie est rarement enseignée; elle est pourtant riche de leçons. De la pratique ancienne du simple troc intermédié (la monnaie est un objet ou un animal utile, facilement échangeable), en passant par les monnaies métalliques, pour arriver jusqu’à nos cartes de crédit, http://adverbum.hautetfort.com/media/01/02/112798637.jpg la monnaie a toujours eu une composante sociale essentielle.

Maintenant que même le fétichisme de l’or a presque disparu, la monnaie n’est plus que de nature sociale, contractuelle devrait-on dire. On ne peut penser une devise sans référence au territoire qui est le sien. Du coup, 2 grands chapitres s’imposent:

- la monnaie dans son territoire

- et la monnaie de l’extérieur, càd à l’international.

Le rôle 1er de la monnaie est d’être le moyen de paiement des échanges courants; c’est donc la monnaie de l’intérieur qu’il convient d’abord d’interroger. Ensuite, et ensuite seulement, nous pourrons en tirer des conclusions pour les échanges internationaux.

 

barre de separation

La Monnaie de l’intérieurbarre de separation

 

Une transaction commerciale consiste dans l’échange d’un bien ou d’un service contre une certaine quantité de monnaie. Cette monnaie appartient à l’une des parties échangeantes. Si tous les agents économiques disposaient de monnaie en quantité suffisante, il ne resterait qu’à organiser la production et la distribution.

Mais tous les agents n’ont pas la monnaie suffisante; beaucoup doivent s’endetter.

C’est le cas de la plupart des entrepreneurs.

http://interobjectif.net/wp-content/uploads/1-dollar-pyramide.jpgIl faut comprendre que la monnaie intervenant dans un échange peut avoir été préalablement empruntée par celui qui l’utilise. Et celui qui utilise de la monnaie lui appartenant en propre peut très bien l’avoir gagnée auprès de quelqu’un qui l’a d’abord lui-même empruntée. Et ainsi de suite. Compte tenu des mécanismes actuels de production de la monnaie, la réalité incontournable d’aujourd’hui est que presque[1] toute la monnaie qui circule est, à son origine, née d’un emprunt. Voilà pourquoi chercher la solution aux problèmes des endettés en leur prêtant davantage encore est une chimère.

Rappelons 2 vérités à ne pas perdre de vue.

On objectera qu’un prêt étant la mise à disposition d’autrui, moyennant intérêt, d’une somme qui m’appartient, la monnaie ne peut pas naître d’un emprunt; elle lui préexiste. Il est exact que ce type de prêt est très courant. On le qualifie souvent de prêt mutuel.

Mais tous les prêts ne sont pas des prêts mutuels.

En outre, on peut aussi s’interroger sur l’origine de la monnaie prêtée dans un prêt mutuel. La monnaie actuelle n’existe pas depuis la nuit des temps et sa quantité totale ne cesse d’augmenter. Il existe donc quelque part un mécanisme créateur de monnaie. Ce mécanisme c’est le crédit bancaire. http://a34.idata.over-blog.com/415x500/3/30/61/94/Humour/humour-banquier-client-2.gifTous les traités d’économie le disent. Une banque, après signature de votre emprunt, inscrit sur votre compte courant la somme convenue. Elle ne prend cette somme nulle part ailleurs. C’est son écriture comptable qui la crée.

Bien des professsionnels de la banque n’en conviennent pas. Il y a à cela au moins 2 bonnes explications, en + de celle qui consiste à admettre qu’on peut être banquier sans être spécialisé en théorie monétaire. Un pilote de rallye n’est pas toujours un féru de mécanique automobile.

La 1ère raison est le fait que les banques ne reprêtent pas directement l’épargne qu’elles collectent. Elles gèrent, certes, les crédits qu’elles accordent en proportion de l’argent collecté, mais il y a généralement beaucoup + de crédits que d’épargne. Les crédits bancaires sont donc pour partie mais de manière indifférenciable des prêts mutuels et pour partie des prêts créateurs de monnaie. Dans le cas contraire, quand le flux des crédits bancaires vaut moins que celui de l’épargne collectée, les banques deviennent destructrices de monnaie.

...fu fu fu fu

La 2ème raison est + fondamentale. Les banquiers affirment que la monnaie n’est émise que par la Banque Centrale et pas du tout par les banques dites secondaires. Ici on pourrait leur donner raison mais à condition de s’entendre sur le sens des mots. Derrière leur mot monnaie et celui du commun des mortels, il n’y a pas le même segment d’une même réalité. Tentons de l’expliquer simplement.

Chaque devise relève normalement d’une Banque Centrale (BC).

Dans chaque zone monétaire, on trouve une banque dite Banque Centrale car elle tient les comptes courants de toutes les autres banques (dites secondaires) ainsi que celle du ou des Trésors Publics de la zone.

Une BC gère les comptes de ses clients exactement comme votre banque gère le vôtre.

En particulier les banques peuvent y retirer ou déposer des billets de banque moyennant inscription du mouvement sur leurs comptes.

Le total du compte d’une banque et des billets qu’elle a retirés constitue l’avoir monétaire cette banque.

http://images11.levif.be/images/resized/119/487/099/925/1/500_0_KEEP_RATIO_SCALE_CENTER_FFFFFF/image/1194870999251.jpgLes billets retirés le sont pour être mis à disposition des divers clients de la banque, sur leur demande;

le compte à la BC sert aux règlements avec les autres banques.

À ce stade on voit circuler, entre banques et Trésors Publics, de la monnaie dite centrale ou encore de base.

En ce sens, les banquiers ont raison:

seule la BC émet la monnaie de base,

mais celle-ci n’est accessible à l’économie que par les billets,

alors que la majorité des paiements se fait...

...par des écritures entre comptes bancaires. [vous suivez?]

Voilà bien le problème.http://www.aba-autisme.fr/wp-content/uploads/2011/11/autisme-atypique1.jpg

Le coeur du problème, c’est que les banquiers ne veulent connaître que la monnaie centrale. Un écrit dans le compte d’un client n’est, pour eux, qu’un engagement à lui fournir des billets s’il en demande, ou + généralement une promesse de monnaie centrale.

Ils ont tout à fait raison.

Mais là où le système devient problématique, c’est que ces promesses peuvent donner lieu à quelques abus.

La banque promet beaucoup + que ce qu’elle a en caisse.

(de l’ordre de 5x plus et parfois bien davantage)

Et toutes les banques font de même car elles y sont autorisées par la loi.

[ben voyons!]

http://escorbit.files.wordpress.com/2011/11/argent-mode-demploi.jpg

Cela revient à dire et à constater qu’elles mettent à disposition, qu’elles prêtent le même argent à plusieurs personnes différentes sans que celles-ci en aient conscience.

Comment parviennent-elles à faire face à cette situation?

Cela reste leur affaire, pas celle des clients.

http://image.shutterstock.com/display_pic_with_logo/450076/450076,1283156315,1/stock-photo-attention-stamp-60029465.jpgOn pourrait en conclure que cela arrange tout le monde, ce qui est le cas quand tout va bien: les banques fonctionnent et accordent des crédits à l’économie qui en a besoin. Les crédits bancaires se déversent sur les comptes bancaires et les échanges se font en grande partie par des mouvements écrits entre compte bancaires. Ceci donne naissance aux moyens de paiements largement en usage dans l‘économie et que nous nommons monnaie bancaire [services dûment facturés, hein].

Ce sont bien les banques qui créent la monnaie bancaire.

Un banquier qui soutiendrait le contraire se tromperait lourdement

ou serait de mauvaise foi.

En pratique le total de la monnaie bancaire atteint donc + de 5x le total de la monnaie centrale.http://sergecar.perso.neuf.fr/deco/banks-eat-world.jpg

Pourquoi ce rapport appelé multiplicateur de crédit?

Il n’a pas toujours eu sa valeur actuelle. Il évolue en fonction des habitudes de la clientèle et des moyens mis à sa disposition (chèques, virements, cartes).

Pour une quantité de monnaie de base donnée,

les banques ont avantage à placer

le max possible de crédits,

càd à la prêter le + de fois possible.

Cela leur ramènera le max d’intérêts. La valeur du multiplicateur de crédit n’est limitée que par des règlements imposés aux banques pour leur éviter de prendre trop de risque [qu'est-ce que ce serait sinon, lol!], celui de ne pouvoir honorer leurs promesses de monnaie centrale.

►Ainsi, en empruntant 100 à la BC au taux directeur i,

une banque peut prêter 500, ou davantage, à sa clientèle au taux majoré j.

Cela revient

- soit à prêter 5x la même somme,

- soit à prêter 400 sortis du néant à un taux d’intérêt j.

Comme l’affaire porte sur presque toute la masse monétaire bancaire (en France, des centaines de millards d’€) les flux d’intérêts vers les banques sont considérables (quelques dizaines de milliards d’€/an). Voilà ce qui explique en grande partie la profitabilité remarquable des banques un peu partout dans le monde.

Mais le paiement des intérêts aux banques et, + largement, aux détenteurs de capitaux, est un fardeau pour l’économie et distord la distribution des revenus.

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQLsPdkjVQEPNEB8yvP5pI8i-wht4NwlMch9VVZqn4X267-gAWAG0hWRoICXgEt si une banque vient à faire faillite et que ses avoirs monétaires s’évanouissent, que deviennent les promesses qu’elle a faites à sa clientèle? Naturellement, la clientèle voit dans le même temps disparaître ses avoirs en promesses de monnaie centrale càd sa monnaie bancaire.

Si plusieurs banques sont concernées, c’est tout un pan de la monnaie bancaire qui disparaît.

Les États ont récemment eu la bonne idée de ne pas laisser survenir cette débâcle: ils ont apporté de la monnaie de base aux banques. Comment cela peut-il se faire? Exactement de la même façon qu’au niveau de l’attribution des crédits bancaires.

Les États acceptent de s’endetter auprès des banques

et ces engagements sont traduits en monnaie de base par la BC au profit des banques qui ont pu acquérir de tels engagements.

De même que les comptes en banque sont remplis en monnaie bancaire sur la base des contrats d’emprunt signés par les clients,

http://www.auteurenherbe.com/public/images/utilisateurs/chat35.jpgainsi les comptes des banques sont approvisionnés en monnaie centrale sur la base des emprunts souscrits par les États.

rappel: les États ont comme les banques leur compte en BC.

Ce sont donc les contribuables des États qui soutiennent le système financier, les banques étant des intermédiaires obligés, et fortement intéressés entre ces États et les agents économiques, et non pas de simples intermédiaires comme on aurait tort de le penser. En résumé,

- l’essentiel de la monnaie qui circule dans l’économie provient des crédits bancaires; c’est la 1ère vérité à retenir.

La monnaie bancaire qui en résulte est au moins 5x plus abondante que la monnaie de base possédée par les banques; c’est le système dit, pour cette raison, de réserves fractionnaires.

- Les banques retirent de ce système des flux d’intérêts nets très importants qui leur confèrent un poids et un pouvoir économique majeurs, bien que la monnaie centrale qui est à la base de tout cela reste toujours garantie de fait par les États, càd les contribuables. C’est la 2nde vérité à souligner.

Pour que les États retrouvent du pouvoir monétaire, d’aucuns préconisent qu’ils empruntent directement à leur BC http://resistanceinventerre.files.wordpress.com/2011/12/imagescazich3z.jpg?w=640et non pas aux banques. Aux États-Unis, c’est déjà le cas, mais leur BC, la FED, est propriété d’actonnaires privés.

En eurozone, la BCE appartient aux États mais les traités européens leur interdisent de lui emprunter directement.

Il faudrait donc impérativement

réviser ces traités.

[té! qu'est-ce qu'on disait...]

En supposant que cela soit fait, on libérerait ainsi la monnaie centrale de la mainmise directe des banques; celles-ci n’en garderaitent pas moins la faculté d’engranger des intérêts énormes du fait du multiplicateur de crédit (ou dit autrement, par la vertu du système à réserves fractionnaires).

Il faudrait donc aussi, et dans le même mouvement, réduire à l’unité [1x au lieu de 5x] ce fameux multiplicateur de crédit: les banques ne seraient autorisées qu’à prêter l’épargne qu’elles auraient au préalable collectée. C’est ce que l’on appelle le système du 100 % monnaie.

http://gillesjohnson.files.wordpress.com/2011/09/europe-demunis4.jpgDe ce qui précède, on peut conclure que la monnaie nait toujours, d’une manière ou d’une autre, de l’engagement de quelqu’un à la rembourser. Encore faut-il que ce quelqu’un soit identifié et digne de confiance.

La monnaie est inséparable de la dette, mais de quelle dette?

Avant de proposer une vision de la monnaie simple,

socialement acceptable et crédible,

il faut encore expliciter un autre mécanisme bancaire créateur de monnaie. En effet, si la création monétaire est massivement le fait de l’attribution de crédits, elle ne s’y réduit pas ([1] et c’est ici l’explicitation du presque introduit précédemment).

Il s’agit de la monétisation des dettes

(processus fondamental dans la création monétaire),

auquel correspond symétriquement le mécanisme de

démonétisation des recettes.

Les banques se libèrent de leurs dettes simplement en alimentant en monnaie bancaire les comptes de leurs créanciers. Elles encaissent leurs recettes en monnaie bancaire simplement en effaçant leur montant sur les comptes http://lesdessousdelapolicenationale.blogs.nouvelobs.com/media/02/01/1052889568.jpgde leurs débiteurs. Ce sont là autant de promesses supplémentaires accordées, ou au contraire de promesses effacées. Dans le système des réserves fractionnaires ce mécanisme est donc tout à fait légitime pour créer (ou détruire) de la monnaie. La seule différence – mais très importante - avec la création par attribution de crédit est que la promesse de monnaie n’est ici grevée d’aucun intérêt ni d’aucune échéance pour celui qui en bénéficie. C’est un formidable renversement des rôles:

- dans la création monétaire par crédit, l’endetté est le bénéficiaire du crédit;

- dans la monétisation des dettes, l’endetté est celui qui émet la monnaie

car celle-ci est et n’est que la reconnaissance de sa dette.

http://douala-deals.com/Informations/wp-content/uploads/2011/07/53481387_eurozone_chart624.gifAinsi, la monnaie est toujours une dette, mais elle peut être celle de l’émetteur si celui-ci l’émet justement à l’occasion de l’apparition d’une dette et en tant que reconnaissance de celle-ci. Cette reconnaissance de dette sera légitimement détruite le jour où son porteur devra à ou recevra de cet émetteur, la même valeur. Il reste à identifier un émetteur digne de confiance.

Contre sa monnaie, je finirai sûrement par recevoir des biens ou services réels qui le libéreront de sa dette, ou bien j’accumulerai moi-même une dette équivalente à son égard [attention là au rachat de crédits pour particuliers], ce qui nous libérera l’un et l’autre.

Or, de toute évidence, pour émettre des reconnaissances de dettes capables de circuler en tant que monnaie au sein d’une collectivité, qui serait mieux placé que cette collectivité elle-même, en tant que telle? La monnaie la + logique et cohérente est celle qui est faite de dettes de la collectivité envers, initialement, les 1ers bénéficiaires au moment de son émission et, ensuite, envers ceux qui en deviennent porteurs au cours des échanges monétaires successifs.

La monétisation de la dette publique

doit être la source de la monnaie publique.

Nulle banque n’a légitimité pour générer de la monnaie publique; la monétisation de la dette publique doit aller avec la pratique du 100% monnaie.

Aucune des objections faites à ceci ne tient à l’examen: risque d’inflation, blocage dû au manque de prêts, effondrement de la devise sur les marchés extérieurs.

Comment pourrait-on trouver meilleure position pour réguler la masse monétaire, donc l’inflation,

si la collectivité tient d’une main la création monétaire (sélection de ses dépenses)

et de l’autre la destruction monétaire (organisation de la fiscalité et des recettes venant des services publics)?

http://www.le-serpent-retrogamer.org/wp-content/uploads/2011/07/Impasse.jpeg

Bien sûr,

cela suppose un gouvernement réellement

au service du bien public,

 

d’où l’absolue nécessité

d’une démocratie réelle.

Quant au manque de monnaie par disparition des prêts, il faut se souvenir que les prêts mutuels évoqués précédemment n’auraient aucune raison de ne plus exister. Quand bien même cette situation de manque de liquidités devrait-elle survenir, la collectivité qui doit à ses membres une monnaie efficace et de qualité, serait tout à fait fondée à prendre les engagements nécessaires, càd à monétiser la dette nécessaire[2]. Elle l’est d’ailleurs chaque fois que la dette collective à monétiser est démocratiquement acceptée.

La monnaie ainsi émise pourrait non seulement

- couvrir le fonctionnement et les investissements courants

- mais aussi le champ actuel des subventions, des prêts à taux zéro, ou de toute autre intervention sociale volontaire, par ex, un revenu d’existence.

Evidemment, toute dette doit finir par être payée, la démonétisation est donc tout aussi nécessaire que la monétisation et elle exige l’existence d’une fiscalité bien ajustée aux équilibres sociaux et/ou la mise en place de services publics payants.

Autrefois les dépenses du souverain enrichissaient son peuple;

demain les dépenses publiques pourraient enrichir les citoyens!

http://amrasanarion.bloxode.com/images/1271793202100.jpegL’objection d’un effondrement de la monnaie sur les marchés extérieurs est certainement la + difficile à réfuter. Mais si l’on met de côté la période transitoire initiale de mise en place de cette modification fondamentale, on peut à terme imaginer des solutions coopératives efficaces entre zones monétaires. 

http://i.mnpls.com/38/3874.gif
   

Ce sera le thème de la 2ème partie…

à suivre donc...

 

J. JÉGU, GR, 28 fév2012

 

[2] Pour mémoire, l’achat de devises étrangères par une banque crée aussi de la monnaie.

barre de separation

barre de separation

  proposé par mamadomi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

rené 21/05/2012 02:58

Bonjour
haa oui là c'est sur c'est toi qui fait une confusion, excuse moi mais d'après ce cher Larousse voiture automobile, et véhicule automobile c'est pas la même chose.
voiture pouvant transporté des gens ou une charge
véhicule automobile...capable de ce mouvoir par lui-même, sans ni pousser, ni tracté.
ce qui est le cas de mon article !!!
tu va aussi me dire que la dynamo ce n'est pas un belge sénobe gramme qui la inventé.....lol le père de l'énergie électrique, ben vi sans dynamo pas de courant !!!
Je te souhaite un très bon début de semaine
Nos amitiés bises
René

mamalilou 21/05/2012 03:58



tu ne fais que réitérer ton billet rené,


alors comme tu reportes ici l'erreur


je reprends ici en détail si tu permets


 


Tu amalgames donc le concept de piston à air/à vapeur et la réalisation de l'automobile, véhicule transportant des masses conséquentes donc, telles qu'un homme...


cet amalgame ne permet pas de faire le nécessaire distingo d'attribution des mérites inventifs/créatifs/conceptuels...


et c'est cela qui est fallacieux


car, du concept à l'usage du concept en passant par les recherches, le financement, la réalisation de prototypes, la commercialisation et l'industrialisation, il y a des mérites à reconnaître, et
c'était l'objet de mon commentaire rené


tu es passé à côté


tout cela pour quoi? faire la propagande sur le thème la Chine a tout inventé, on lui a tout volé, etc...


ah si, reconnais-le, ça fait une petite poignée de mois que tu n'arrêtes pas sur ce thème,


tu fais comme si l'Occident se rengorgeait de mérites qu'il se donnait à tort, or, on sait quels sont les mérites et à quelles sociétés ils reviennent, de la fourchette au feu d'artifice, dans la
médecine, l'astronomie, l'architecture, bref, en tous domaines...


après ce sont des guéguerres d'historiens, et il ne nous appartient pas en profane d'essayer d'influer sur ces opinions par la multiplications d'entrées google qui viennent nuire à la fiabilité
de l'information sur le net. C'est pas éthique.


 


Tu réduis donc mon intervention à ce qui pourrait paraître une guéguerre de références... sachant que la source de ton billet n'est pas un larousse... puisque j'ai retrouvé sans peine la trame
chronologique de ton énoncé sur un site qui n'est qu'une référence personnelle non collectivement validée, et donc le fruit de recherches isolées et dites au gré du seul auteur.


 


non, tu occultes l'essentiel, rené de ce que je t'ai répondu


non seulement le concept dessiné d'un jouet ou d'un piston à vapeur ne mène pas seul à une voiture, et ceux qui sont à l'origine de "l'invention" (attention oui inventer une voiture, de son
concept détaillé à sa réalisation) n'ont pas à être substitués l'un à l'autre, c'est un procédé que je ne valide pas


mais surtout les leçons de propriété intellectuelle et conceptuelle données par la Chine, tu m'excuseras, mais bon, c'est un peu se moquer du monde


 


Comme énoncé plus haut, du concept à la réalisation ai-je aussi précisé, il ya un long chemin


et les 1ers à "concevoir" dans leur tête l'utopie d'un jouet sans autre arrière pensée (de ton propre aveu en billet) n'ont pas à se voir honoré d'avoir inventé une voiture automobile
transportant des passagers... non non, ça marche toujours pas...


les concepts naissent parfois simultanément (surtout que la communication à l'époque n'était pas assez rapide pour ce type de "vol" longue distance...) mais surtout on ne sait jamais par qui et
comment ou quand ces concepts passeront du stade de l'utopie à la réalisation évoluée, complexe et sa mise en oeuvre, pas plus qu'on ne sait si ça aura une incidence déterminante sur la
société...


j'ai bien précisé que ce qui devait être honoré c'est surtout pas le principe de la propriété intellectuelle (dont tu vois ici qu'elle est partagée dans le temps, c'était l'objet
de mon commentaire) mais bien plutôt l'immense collaboration par delà le temps, de l'intelligence intuitive et créative, de la détermination et de la conviction qui permettent le financement des
expériences et la réalisation des projets...


 j'aurais aimé voir reconnue cette collaboration pour la plupart des inventions, cette amélioration dans le temps de tout ce qui aura été testé


de toutes façons, bien malin celui qui croit que la recherche du passé permet de telles certitudes prétentieuses à attribuer des "inventions"... car, l'an prochain peut-être une autre découverte
viendra démentir ces certitudes...


combien de fois aura-t-on donné tort à puis reconfirmé les travaux des physiciens par ex...


j'imagine aisément que comme l'autre fois avec la roue et la brouette, où tu m'avais bien fait rire, d'autres ont eu la même idée, parce que simplement si les choses existent, c'est parce que le
système D, la nécessité de ces choses est née et l'intelligence de l'homme a amené forcément à la réalisation des choses qui lui furent utiles... où qu'il fut, et sans demander de compte sur un
éventuel brevet antérieur


 


aujourd'hui, bien sûr, c'est bien différent... et le vol de concept, on le sait se fait dans un sens systématique, par les pays en voie de développement ... ai-je aussi rajouté,
pays maintenus longtemps en sous-développement par le principe même de ces satanés brevets notamment, et par un capitalisme verrouillant ... après avoir accaparé territoires et
ressources...boomerang...


 


voilà rené, je tenais à rectifier,


non seulement parce qu'il ne suffit pas de balayer d'un revers de main la réserve émise, en réitérant le même amalgame pour lui donner plus de
vérité, ça reste une fausseté dans un assemblage de deux vérités qui ne s'opposent ni ne se substituent car elles ont en commun le travail des uns (nombreux et successifs) sur des concepts des
autres dont l'appartenance reste encore à valider entre au moins trois personnes...


mais aussi parce que réduire ma réponse à une simple objection parmi les 4 points soulevés n'était pas juste.


 


1. comparer torchons et serviettes, on ne peut pas attribuer au tamis chinois les honneurs de l'origine de la pâtisserie française (ya moquage!)


2. le travail collectif dans le temps, avec le rappel des différents intervenants utiles depuis le concept de piston à air jusqu'à l'automobile qui transporte
70kg puis la commercialisation et l'industrialisation


3. la notion de propriété intellectuelle, brevet, vol, asservissement, et l'origine des différences de développement


4. l'absurdité d'arrêter les certitudes sur les recherches historiques à l'instant t et de partir en boucle sur de telles analyses fondées sur ces
données fluctuantes...


 


très belle semaine à toi rené,


ce n'est pas grave, faut juste faire attention à ne pas abuser des amalgames et des imprécisions dans les réattributions qui semblent tellement te tenir à coeur... et tu sais combien la notion de
propriété pour moi est insensée... et surtout combien elle oeuvre dans le sens de la domination, du sentiment de supériorité, de l'individualisme, etc... le progrès ne vaut que s'il est partagé
par tous, et un simple jouet n'aurait pas pu profiter à quiconque sans la clairvoyance fondamentale de quelques uns... c'est sans doute là qu'est le rapport de comparaison de "l'intelligence"
humaniste et qui fait la différence entre un joyeux amuseur et un visionnaire progressiste



Vladimir Vodarevski 20/05/2012 19:15

http://economie-analyses-actualites-opinions.over-blog.com/article-monnaie-et-finances-de-l-orthodoxie-a-l-expansionnisme-104821909.html
mais tu as peut être lu l'article. La crise, c'est celle de l'expansion monétaire. Vouloir continuer dans cette voie, c'est socialement irresponsable.

mamalilou 01/06/2012 05:25



j'ai lu, j'ai lu


la crise c'est aussi celle du non sens, de l'obsolescence programmée, des concepts économistes qui nourrissent l'ogre du "tous contre tous, moi d'abord, je fais partie de l'élite"... ne jamais
oublier que tout ce qui s'est construit de ce qu'on appelle le capitalisme n'est que la prolongation du système de caste, de l'esclavage et des privilèges...


tout cela s'est embellit mais la sortie du modèle de castes est laborieuse et va être douloureuse si on continue à vouloir poser les pansements sans opérer...


c'est non seulement socialement mais humainement et écologiquement irresponsable



lena 20/05/2012 12:05

il est temps que la majorite soit consciente de cette réalité

mamalilou 28/05/2012 03:10



il est le temps, oui ...:o)


douce et belle Pentecôte à toi


bisous



witney 19/05/2012 09:46

on est tombé dans le piège de l'adoration du veau d'or..Non ?? bon samedi et bises

mamalilou 28/05/2012 02:59



"on" dirait bien...


délicieux jour de congé et lumineuse Pentecôte à toi


bisous



Durgalola :0071: 18/05/2012 21:59

j'aimerais bien que tu nous mettes un poème ou un texte de Gibran - je sais bien que les temps sont difficiles mais nous avons besoin de la beauté des poètes et des spirituels
bises et très bon week end

mamalilou 27/05/2012 05:20



oui, promis, je fais un peu plus de diversité, ya encore des élections bientôt, alors je traite aussi tout ce qui aborde la vison de l'unité dans ce cadre-là....


c'est toujours dans ce fil, et c'est en tout que nous pouvons/devons manifester notre désir...


le changement, c'est... en nous, oui, maintenant, et surtout c'est en tout...


et j'y peux rien si c'est pour partie le slogan du PS...!!!! promis!!


gros bisous et doux dimanche à toi