Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 05:59

 

http://s1.e-monsite.com/2008/12/13/08/562303711223222784-gifs-noel-gif.gif   158.gif  

Guy Evrard invitait ici le lecteur à réfléchir sur les contours de l’économie distributive, en particulier dans une inévitable situation de transition, afin que cet îlot d’émancipation ne soit pas irrémédiablement noyé dans un océan d’incrédulité, face aux marchés.

C’est peut-être d’abord en sortant de la confusion entre marché et capitalisme que l’utopie peut commencer à prendre racine. Une invitation à entrer de nouveau dans le débat.


Économie distributive et marché

 

Il faut se rendre à l’évidence. Réfléchir à un monde nouveau impose, certes, d’observer longuement les travers de celui qui nous entoure, analyser les détours de l’histoire des mouvements d’émancipation, confronter sans relâche les points de vue de ceux qui aspirent à changer les choses, imaginer les stratégies, convoquer philosophie, sociologie, économie et sciences plus exactes, mais c’est seulement par le rapport de force politique que le projet a une chance d’aboutir. Ainsi est-il peu probable que le monde entier, un bon matin, décide http://3.bp.blogspot.com/_tAMgkTr8W_A/TAZGcjMwFdI/AAAAAAAAAB8/EK7vQBQCxNk/S220/jed_JEU.jpgspontanément d’adopter les beaux principes de l’économie distributive. Nous avons vu qu’imposer un contrôle minimum des marchés financiers s’avérait déjà bien difficile, même dans des circonstances qui semblaient politiquement favorables. Il faut donc amener le projet dans l’arène politique et, pour cela, le rendre immédiatement perceptible et crédible, à la fois par les forces politiques organisées et par les citoyens. Passer du sujet de réflexion à l’instrument politique. Dans un éditorial de l’Humanité [1], paru la veille d’une grande journée de manifestations contre le projet de réforme des retraites, J-Emmanuel Ducoin le rappelait:

"Si les idées de transformations ont toujours un pouvoir sociopolitique, puisqu’elles enfantent les vrais espoirs collectifs permettant de renverser un ordre social donné, seules les mobilisations populaires d’ampleur qui les accompagnent offrent à l’histoire les soubresauts imprévus capables d’épaisseur".

Le monde moderne qui nous entoure, à de rares exceptions près, et en France malgré de puissants mouvements populaires, est aujourd’hui peu ou prou sous la domination du capitalisme, confondant à souhait libéralisme politique et libéralisme économique.

Si le 1er est le reflet d’une certaine vision de la liberté individuelle,

le 2nd pousse cette liberté à la revendication d’un droit à exploiter sans limite les autres hommes et les ressources de la Terre. On le qualifie aujourd’hui d’ultralibéralisme pour bien montrer la transgression des idées d’équilibre et d’équité, sans même parler d’égalité et de justice sociale, telles qu’elles émergeaient de la philosophie des Lumières:

"La liberté des uns commence là où s’arrête celle des autres".

Le capitalisme, dans sa version aboutie, l’ultralibéralisme, est donc une perversion de la liberté et ceci ne doit pas être trop difficile à démontrer pour les philosophes qui veulent bien s’en donner la peine.

Il n’empêche, faire valoir la richesse potentielle de l’économie distributive face au rouleau ravageur du capitalisme, ce qui devrait être une simple question de bon sens pour des citoyens disposant au moins des moyens de la démocratie représentative, se révèle terriblement difficile. Notre voix n’est pas assez forte, même lorsqu’elle se joint à d’autres qui œuvrent dans le même sens. Ou plutôt le capitalisme n’est pas seulement ce colosse aux pieds d’argile dont nos analyses tendent si souvent à affirmer qu’il court lui-même à sa perte.

Dominique Vidal, sous le titre Besoin d’utopie, dans l’éditorial d’un récent n° de la revue Manière de voir [2], relève en effet le

"Stupéfiant paradoxe! Le néolibéralisme étale tous les jours sa faillite:

• la suraccumulation des richesses s’accompagne d’un nombre croissant de pauvres et de chômeurs;

la spéculation provoque la crise la plus grave depuis 1929;

la logique du profit menace jusqu’à la survie de l’espèce.

Et pourtant le système tient bon".

Et à la question

"En quoi se caractérise cette mortifère “crise d’alternative” ?,

il tente cette réponse que nous avons souvent lancée ici:

"Elle résulte bien sûr de la faiblesse des forces du changement, de la pauvreté de leurs propositions, de la tiédeur de leur programme. Mais elle naît avant tout de leur incapacité à incarner une utopie".

http://3.bp.blogspot.com/_mtBv1-DjZBk/SQCO5tx6atI/AAAAAAAAAw0/PKKddqymF1A/s400/eduardo_galeano.jpgMéditons alors cette belle citation, à la fin de l’éditorial:

"Oui, c’est d’abord d’une utopie que le monde a besoin. Le grand auteur uruguayen Eduardo Galeano l’écrivait on ne peut mieux: Elle est à l’horizon […] Je chemine de 10 pas et l’horizon s’enfuit 10 pas + loin. Pour autant que je chemine, jamais je ne l’atteindrai. À quoi sert l’utopie? Elle sert à cela: cheminer" [3].

Mais ne perdons pas de vue que notre utopie, elle, a pour vocation de devenir réalité, le plus sûr moyen d’avancer. Et qu’on ne s’y trompe pas, elle reste solidement ancrée dans la lutte des classes.

http://i24.servimg.com/u/f24/11/34/50/96/sapin_10.gif

Capitalisme et économie de marché

501.gif

 

Il suffit de lire La grande histoire du capitalisme, également dans un récent n° du magazine Scieshttp://www.babelio.com/users/AVT_Fernand-Braudel_1007.jpeg Humaines [4], pour constater que les chercheurs (économistes, historiens, sociologues…) font valoir une infinité de situations qui ont favorisé l’émergence du capitalisme, dès avant la révolution industrielle à la charnière entre les 18ème et 19ème s. Pour Fernand Braudel, cependant, s’appuyant sur l’histoire globale, le capitalisme ne s’assimile pas à l’économie de marché[5].

L’économie de marché renvoie historiquement à des échanges de proximité, intervenant dans des marchés réglementés et transparents, comme ceux des foires de Champagne au Moyen-âge.

Le capitalisme consiste, lui, à contourner les règles de la concurrence pour dégager des profits exceptionnels. Il est alors à la recherche de positions de monopole, obtenues notamment en allongeant les circuits commerciaux jusqu’à les rendre opaques. Il se reconnaîtrait ainsi déjà dans le commerce au long cours pratiqué par les marchands vénitiens et aussi par les diasporas juives, arabes ou indiennes au 1er millénaire.

On se rappelle que Marx identifiait l’avènement du capitalisme à l’émergence de la quête rationnelle du profit et la mise en place http://www.fsnielsen.com/kur/2005-2006_Faghistorie/images/karl_polanyi.gifdu salariat, impliquant la décomposition des tâches, le salarié n’étant plus propriétaire des moyens de production.

Plus récemment, Polanyi insistait sur la “marchandisation” de la société, dans laquelle la vie humaine et la nature sont désormais régies par les conditions du marché [5].

Notons encore que pour  Robert Boyer, économiste, chef de file actuel de l’école française de régulation, se référant "au libéralisme des pères fondateurs, la réglementation est constitutive d’une économie de marché. À cet égard, la période du fordisme est exemplaire: contrôle public de la finance, codification du contrat de travail et extension de la couverture sociale, ont suscité un régime de croissance remarquablement efficace et http://irdal.ird.fr/IMG/jpg/Robert_Boyer_foto_2-2.jpgréducteur des inégalités sociales"[6]. R. Boyer suggère-t-il que le fordisme, bien qu’il ait conduit à sa propre asphyxie, serait une forme acceptable du capitalisme? En tout cas, pour lui, la crise actuelle trouve son origine dans la déréglementation amorcée dans les années 1980, atteignant son apogée dans la déréglementation financière.

On peut ainsi rapidement observer que si, historiquement, le marché, comme simple lieu d’échanges réglementés, a précédé le capitalisme, ce dernier s’est construit par l’extension du marché, à la fois géographiquement et dans ses contenus, ainsi que par l’organisation toujours plus segmentée du travail de production des biens échangés, d’abord localement, puis à l’échelle de la planète. En même temps, une stratégie de déréglementation plus ou moins violente est poursuivie, à la fois commerciale et sociale, souvent avec le relais des dirigeants politiques acquis au pouvoir de l’argent, selon les époques et les rapports de force entre travailleurs et possédants, et entre pays riches et pays pauvres.

Il est donc en effet certainement essentiel de ne pas confondre capitalisme et marché dans la réflexion pour jeter démocratiquement les fondations de l’économie distributive dans le monde d’aujourd’hui. Le capitalisme est une stratégie de classe, clairement désignée dans une lutte politique qui doit demeurer sans concession. Le marché, lui, est un outil susceptible d’être rendu à un pouvoir politique au service de l’intérêt général et soumis à la loi. Mais le 1er se cache volontiers derrière le 2nd pour mieux faire croire qu’il résulte d’un processus quasi naturel.

barra481828182.gif

Fonder l’économie distributive

face au marché

barra481828182.gif


Tous ceux qui ont accompagné la réflexion dans la GR depuis 1935 se sont forcément posé et reposé la question de la concrétisation de leurs idées. La GR s’efforce d’éclairer, d’un n° à l’autre, à la fois les grands périls de notre monde d’aujourd’hui et les chemins qui pourraient conduire à un meilleur avenir: une société qui ne repose plus sur les lois du marché mais qui se construit sur des avancées réfléchies et partagées. Peut-être est-ce le moment où chacun devrait entrer à nouveau, avec conviction, dans le débat, car c’est un changement de civilisation qui est à l’ordre du jour. Les combats sont multiples. Il faut en être, en défendant, bien sûr, ce qui est au cœur des idées de la GR.http://reveilcitoyen.org/IMG/arton197.jpg

Cependant, dans le paysage politique actuel de notre pays, on ne peut attendre d’un prochain changement au sommet de l’État, ni d’une nouvelle majorité au Parlement, que l’installation de l’économie distributive aille de soi et on ne peut croire davantage que limiter la lutte à ce seul objectif suffise à entraîner une nouvelle dynamique globale. Alors, pouvons-nous admettre que notre arène politique se trouve d’abord au sein des autres forces qui sont également engagées dans le combat pour plus de justice sociale et pour l’émancipation humaine? Sommes-nous d’accord, après avoir réaffirmé plus haut la nécessité d’une lutte politique sans concession contre le capitalisme, pour tenter d’insérer les fondations de l’économie distributive à côté de marchés réglementés? Bref, sommes-nous prêts à rompre notre isolement sans nous perdre, et sans confusion avec les renoncements de la social-démocratie?

La vraie richesse d’un pays, sans chercher à coller aux différents indices + ou - quantitatifs proposés jusqu’ici, peut s’apprécier globalement par son autonomie réelle pour la satisfaction des besoins exprimés librement par sa population et pour générer son développement. Elle inclut sa capacité d’échange avec les autres nations, mais exclut le bradagehttp://dechiffrages.blog.lemonde.fr/files/2008/03/oil-on-water.1205513550.jpg de ses réserves de matières premières et l’hypothèque de ses territoires que l’on observe aujourd’hui dans de nombreux pays en développement. On voit bien que ces différents critères ne sauraient être satisfaits par la soumission à un quelconque autoritarisme, mais qu’ils supposent au contraire un peuple impliqué dans la définition de son mode de vie et dont les conditions matérielles et d’accès aux soins, à l’éducation, à la culture, progressent.

Une telle vision, si elle repose en effet sur le dynamisme de la population et sa capacité à affronter les défis qu’elle s’impose, ou à imaginer des solutions aux problèmes qu’elle rencontre, peut se heurter à un manque de ressources au sein même de la communauté, soit pour des raisons d’environnement (absence de certaines matières premières, conditions climatiques défavorables à l’agriculture, particularités géographiques…), soit parce que des domaines de connaissances restent déficients ou encore parce que son organisation est défaillante. Il faut donc admettre que des échanges bien compris avec les communautés voisines peuvent demeurerDavid Ricardo nécessaires et être générateurs de progrès, aussi bien technologiques que dans le débat d’idées. Et même pourquoi ne pas accepter opportunément une stratégie des avantages relatifs (chère à David Ricardo [7]), maîtrisée dans le temps et l’espace à d’autres fins que celle du profit capitaliste?

L’épine dorsale de l’organisation sera l’indépendance du pouvoir politique, reconquise démocratiquement et réellement au service de l’intérêt général, face au carcan tissé peu à peu par des instances internationales (en particulier celles de la Communauté européenne) inféodées au capitalisme, sous le couvert du dogme de la libre concurrence. Une des premières tâches de ce pouvoir politique régénéré sera de remettre en place un système bancaire public, indépendant des marchés financiers, contribuant au pilotage et au développement de l’économie solidaire, et grâce auquel l’économie distributive trouvera les moyens de son organisation, notamment sur la questionhttp://a21.idata.over-blog.com/310x400/0/03/66/15/Illustrations-5/log_enseigner.jpg monétaire et celle d’un revenu garanti [8] [9]. La reconquête des services publics de l’éducation, de la santé, des transports, de l’énergie, des télécommunications, de l’eau… participera également à la refondation d’une société solidaire, en assurant la vitalité de la communauté nationale, comme l’avaient bien compris ceux qui ont inspiré le Programme du Conseil National de la Résistance [10]. Toutes ces activités font déjà partie de notre patrimoine et ont donné la preuve de leur efficacité. Il ne faut donc pas craindre de mener dès maintenant, sur ce terrain, la bataille idéologique contre les tenants de l’ultralibéralisme qui n’ont de cesse de détruire ces acquis pour les soumettre au marché et en faire de nouvelles sources de profit, au nom duhttp://www.attariq.org/local/cache-vignettes/L440xH301/ultraliberalisme-2-997bf.jpg modernisme et dans le cadre de cette lutte des classes acharnée.

De nouveaux secteurs d’activité pourraient alors être progressivement gagnés à l’économie distributive, déjà pour certains structurés au sein de l’économie dite solidaire, notamment sous forme de coopératives de production ou de distribution, mais souvent pervertis par leur soumission au marché. Dans l’agriculture, en particulier, où, en dépit de fortes contradictions, de + en + de paysans comprennent que le capitalisme productiviste les conduit eux aussi à la ruine en même temps qu’il détruit leur environnement, et tentent des expériences de retour à une agriculture plus saine sous diverses formes associatives (les AMAP [*], par ex).

  http://img49.xooimage.com/files/8/7/2/2192942279_1-958610.gif

Il n’y a pas que

l’économie marchande

541.gif

La bataille idéologique qu’entretiennent les ultralibéraux, confondant à dessein capitalisme et économie de marché, si ce n’est société de marché, empêche de voir que si le marché joue effectivement un rôle central aujourd’hui, il n’est pas unique et son importance est relativement récente. Dans le hors-série d’Alternatives Économiques déjà cité [**], Denis Clerc montre en effet que

"C’est sous la pression de l’État, et avec son intervention active, que les marchés se sont structurés et élargis au 19ème siècle"

et que

"Face à la vision “naturaliste” (celle qui consiste à considérer le marché dans “la nature” des choses), la réalité est bien plus complexe: les relations non marchandes ont toujours été hégémoniques dans les sociétés traditionnelles et elles demeurent très importantes dans les sociétés contemporaines. Parce que l’homme a besoin de liens autant que de biens, mais aussi parce que le marché a besoin d’institutions et de règles qui l’encadrent. Si l’on ne veut pas qu’il débouche sur des catastrophes sociales et économiques" [11].

http://www.ac-grenoble.fr/camille.vernet/local/cache-vignettes/L123xH150_arton289-0b11b.pngPlus loin, Denis Clerc revient sur l’analyse historique défendue par Fernand Braudel, pour en souligner l’importance stratégique:

"Soutenir la distinction entre économie de marché et capitalisme revient à dire qu’il est possible de renoncer au capitalisme tout en conservant l’économie de marché" [12].

C’est le point de vue que nous avons adopté ici pour tenter d’ouvrir une voie démocratique à l’économie distributive. Dans cette option, D. Clerc précise:

"la finance, qui est à l’origine du pouvoir capitaliste, peut être dissociée de la production, qui s’appuie sur l’économie de marché. On peut conserver la dynamique de cette dernière tout en renonçant aux mouvements spéculatifs et aux inégalités dont le capitalisme est porteur".

http://farm3.static.flickr.com/2494/3937856769_a7eef955c8.jpgPeut-être, si la stratégie qui admet le maintien de marchés réglementés s’accompagne de cette lutte sans concession contre le capitalisme, en tant qu’organisation de classe, que nous avons posée en préalable, mais que D. Clerc n’évoque pas explicitement.

Enfin, dans le même dossier, Jean-Marie Harribey , ancien coprésident d’ATTAC France, reconnaît dans le libéralisme économique cette stratégie de classe:

"Subsistera toujours, à l’intérieur des sociétés dominées par le capitalisme, cette tension entre 2 tendances: le renforcement des prérogatives du marchéhttp://levillagedesnrv.20minutes-blogs.fr/media/02/00/1166582464.jpg, expression pudique pour désigner les phénomènes de moins-disant collectif de la part des classes sociales en position dominante, et, en sens inverse, l’encadrement nécessaire pour que les formes de domination restent tolérables. Cette tension n’est que l’expression des rapports de force dans la société, qui ne sont jamais fixés une fois pour toutes. La dynamique des sociétés en dépend" [13].

Toutefois, dans la conclusion, la nécessaire dynamique qui laisse tout espérer ne risque-t-elle pas de se réduire à une simple oscillation entre l’ultralibéralisme et la social-démocratie, pourvu que le capitalisme reste vivable:

"Finalement, traduire l’économie capitaliste mondialisée comme une économie de marché est une erreur et, pire, une mystification. Quant à la société de marché, elle est impossible, mais elle est toujours un risque. Travailler constamment à réduire ce risque, c’est œuvrer afin d’éviter l’émiettement, le délitement et la dissolution des sociétés. C’est agir pour qu’elles soient vivables"?http://a34.idata.over-blog.com/269x300/0/22/46/72/NOEL/arbre-de-noel.gif

Notre ambition est d’inscrire l’économie distributive dans la lutte pour une société qui ne serait pas seulement vivable a minima. 

 

G. ÉVRARD, GR, 31 octobre 2010

[1] Parole au peuple!, J.-E. Ducoin, 6/9/2010, p.2

[2] D. Vidal, Besoin d’utopie, Manière de voir, Le temps des utopies, août-sept 2010, p.4

[3] Eduardo Galeano, Las palabras andantes, siglo XXI, Madrid, 1993

[4] La grande histoire du capitalisme, Scies Humaines, h-série spé n°11, mai-juin 2010

[5] Dans réf. 4, Xavier de la Vega, Qu’est-ce que le capitalisme? pp. 8-11

[6] Ds réf. 4, entretien avec R.Boyer, La crise actuelle, une conséquence de la déréglementation financière, pp.60-61

http://a35.idata.over-blog.com/300x300/0/53/06/25/grilles-gratuites/Noel/2009/image0012.jpg[7] Voir, par ex, dans réf **, Les principaux penseurs de l’économie de marché, p.6

[8] M-Louise Duboin, Les affranchis de l’an 2000, éd. Syros, Paris 1984

[9] M-Louise Duboin, Mais où va l’argent? éd. du Sextant, Paris 2007

[10] Les jours heureux – Programme du CNR, Mesures à appliquer dès la libération du territoire, p.21, Cahiers libres, éd. La Découverte, Paris 2010

[*] AMAP = Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne. Elles sont destinées à favoriser l’agriculture paysanne et biologique qui peine à subsister face à l’agro-industrie

[**] Un n° h-série (n°77) sur L’économie de marché publié en 2008 par le mensuel Alternatives Economiques, dans lequel on peut suivre à la fois l’émergence, l’histoire, les mécanismes, les forces, les faiblesses, les contradictions du modèle économique dominant.

Et il rappelle que d’autres modèles existent.

La vie de ce magazine s’insère dans l’économie de marché, pourtant son capital est partagé entre une scop (société coopérative de production), une assoc° et une société civile de lecteurs.

[11] Dans réf. **, Denis Clerc, Y a-t-il des relations non marchandes?, pp.26-27

[12] Ds réf. **, D. Clerc, Capitalisme et économie de marché, pp.30-31

[13] Ds réf. **, J.-M.Harribey, Le marché partout?, pp.58-60

http://blogsimages.skynet.be/images_v2/002/595/266/20081211/dyn002_original_491_398_gif_2595266_68639b7eb8f644e2087b56798fe7a004.gif

proposé par mamadomi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamalilou 16/12/2010 00:00


-->> merci Fathia
belle nuit à toi
bisous


fathiayann. 15/12/2010 15:11


Je passe te souhaiter une bonne fin de journée et à très bientôt, gros bisous.


Tabellarius 13/12/2010 23:17


T'chao mama,

Comment vas-tu est-ce ?
Je viens te faire va visite hebdromadaire, ou je viens me culturer. Cela fait du bien... Et c'est pas un mâle !
Bisous


mamalilou 15/12/2010 23:59



bien et toi, tu vas comme un chat mâle, des chameaux......


doux bisous en dose quotidienne ou presque :o))



fathiayann. 13/12/2010 13:11


Le meilleur noël c'est sauver l'innocence et vivre dans la paix, je te souhaite des joyeuses fêtes, bises.


mamalilou 14/12/2010 15:53



ah toi, tu as tout compris!


très très gros bisous à toi Fathia


que les fêtes te soient douces jusqu'à l'an prochain...



Arlette 12/12/2010 21:21


Mince j'ai pas beaucoup de temps pour tout lire...ce que je sais en revanche... mon économie est dans mon porte monnaie...enfin du moins ce qu'il en reste...pas beaucoup... faut que j'aille au
restos du coeur...snif !
douce soirée


mamalilou 14/12/2010 15:50



ah ça, ya de plus en plus de monde, ça dégringole partout... les restos du coeur sont juste en bas de chez moi... je vois ça tous les jours et je rame pour n'en pas être de ce côté-là du
service...


coluche serait désolé de voir que ça augmente chaque année... c'était pas fait pour durer... nous n'avons donc rien réglé à la base... et surtout l'on voit l'intérêt des puissants... tant que la
masse dont nous sommes, est occupée par le peu que contient son porte-monnaie...


elle n'est pas dans la rue à faire du grabuge pour remettre le pouvoir en cause...


affamer pour faire taire...


soupir...


doux bisous à toi et courage... c'est un mauvais moment, ya du changement dans l'air...


une fois qu'on aura touché l'fond, on pourra que remonter...