Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 21:36

   

 

Le Monde Diplomatique d’avril 2010 reprenait en pleine page un texte visionnaire d’André Gorz, paru en 1974, qui anticipait la récupération finale de l’écologie par le capitalisme, au terme d’une longue période d’indifférence, puis d’opposition. Nous y sommes, en effet. Pour Guy Evrard cependant, la mise en scène politique et médiatique du “développement durable”, notamment depuis la publication en 2006 du rapport Stern sur le coût du réchauffement climatique, masque en réalité dans notre pays l’incapacité de la plupart des forces qui s’opposent au capitalisme à penser la question sociale et la question environnementale sur la même échelle de temps et donc à admettre leur interaction profonde. André Gorz en avait pourtant poursuivi l’analyse et nous devrions aujourd’hui y puiser des arguments.

 

Ecologie et capitalisme: inconciliables

 
 

A. Gorz a longtemps stimulé la réflexion des rédacteurs et des lecteurs de La Grande Relève et, sans doute, à force de discuter les idées, n’est-il pas exagéré de dire qu’un lien affectif s’était établi, comme le laisse entrevoir le numéro spécial de la GR publié à la mort du philosophe en 2007 [1]. En témoigne aussi la participation de Marie-Louise Duboin à l’ouvrage collectif posthume consacré à ce “penseur pour le 21ème siècle” [2]. Pour nous qui ne l’avons pas connu et qui avons besoin de découvrir son œuvre, le n° d’avril du Monde diplomatique [3] nous fournit l’occasion d’approcher une idée force d’A. Gorz, celle de l’écologie émancipatrice, comme Jean-Marie Durand en reprend l’expression dans un article de la revue Les Inrockuptibles, reproduit dans la GR [4].

repris dans Magazine littéraire, mars 1977-dossier Écologie- histoire, philosophie & politique▲

Pris ainsi à témoin par Le Monde diplomatique de l’analyse visionnaire d’André Gorz, au travers de cet article qui avait été placé en introduction du recueil Ecologie et politique publié en 1975, nous devons cependant constater que la vision d’une écologie émancipatrice n’a toujours pas inspiré cette nouvelle utopie dont manquent les peuples qui veulent s’affranchir aujourd’hui du capitalisme. Certes, A. Gorz n’a jamais sous-estimé la capacité de celui-ci à lever les obstacles et même à en tirer profit, dans sa logique propre, pour durer et continuer d’étendre son emprise.

Les travaux de Nicholas Stern, ancien économiste en chef et vice-président de la Banque mondiale, mandaté ensuite par Tony Blair, alors à la tête de l’exécutif de Grande-Bretagne, pour évaluer les conséquences économiques du réchauffement climatique (voir le rapport Stern publié en 2006 [5]), aujourd’hui conseiller spécial en économie du développement et des changements climatiques, parcourant la planète, nous fournissent peut-être les clés de la stratégie des forces économiques et politiques décidées à préserver leur domination. Une opportunité nous a d’ailleurs été offerte de mieux en appréhender l’analyse, grâce à un cycle d’enseignement dispensé par Nicholas Stern au Collège de France, au cours du 1er semestre 2010 [6].

Il semble ainsi évident que le capitalisme peut, selon les circonstances, user d’une stratégie d’attaque frontale contre les populations, comme c’est le cas actuellement sous le prétexte de la crise économique consécutive à la crise financière qu’il a lui-même provoquée, ou d’une stratégie plus conciliante, sous des apparences humanistes, par le recours à la social-démocratie. C’est dans cette dernière voie que s’inscrit l’action de Nicholas Stern, faite de compétence, de pragmatisme, de diplomatie et sans doute de conviction. En tout cas, capable de convaincre très largement et de détourner beaucoup de citoyens de remises en cause plus intransigeantes du capitalisme. Tentons donc de “confronter” André Gorz et Nicholas Stern.

 

[1] N° spécial 30ans de dialogue avc André Gorz, GR 1081, nov 2007.

[2] Sous la direc° de Christophe Fourel, A. Gorz, un penseur pour le 21ème s., ouvrage collectif avc contributions de Denis Clerc, M-Louise Duboin-Mon, J-Baptiste de Foucauld, Dominique Méda, Philippe Van Parijs, Carlo Vercellone, Patrick Viveret & Jean Zin, La Découverte éd., Cahiers libres, Paris 2009.

[3] A Gorz, Leur écologie et la nôtre, Le Monde diplomatique, n°673, avr.2010, p.28. Reprise d’un txt paru en avr 1974 dans  mensuel Le Sauvage & publié en 75 aux éd° Galilée, sous le nom de Michel Bosquet, en intro° du recueil Ecologie & politique.

[4] J-Marie Durand, André Gorz, un penseur pr le 21ème s., Les Inrockuptibles, n° 737, 13 janv.2010. Txt repris dans GR 1100, juill 2009, pp.12-13.

[5] La “Stern Review”: l’économie du changement climatique. Note de synthèse: http://www.esseclive.com/partage/articles//net-impact/stern_shortsummary_french.pdf

[6] Nicholas Stern, Gérer les changements climatiques, promouvoir la croissance, le développement et l’équité, Collège de France, Chaire Développement durable - Environnement, Energie et Société, Année acadq 2009-2010. (http://www.college-de-france.fr/).  

Leçon inaugurale: même intitulé, Collège de France / Fayard éd., mai 2010. 

 

André Gorz et la vision

d’une écologie émancipatrice

 

 

Dans l’article de 1974, la notion d’écologie émancipatrice n’est pas, me semble-t-il, aussi explicite que l’affirme Jean Zin [7], et André Gorz subordonne encore la question environnementale à un changement préalable de la société, en posant d’emblée la question:

"Que voulons-nous? Un capitalisme qui s’accommode des contraintes écologiques ou une révolution économique, sociale et culturelle qui abolit les contraintes du capitalisme et, par là même, instaure un nouveau rapport des hommes à la collectivité, à leur environnement et à la nature? Réforme ou révolution?".

Il en fait d’ailleurs la démonstration économique:

"la prise en compte des contraintes écologiques dans le système capitaliste conduit à une augmentation simultanée du capital investi, du coût de reproduction de celui-ci et des coûts de production, sans augmentation correspondante des ventes. Par conséquent, ou bien le taux de profit baisse, ou bien le prix des produits augmente. La firme cherchera évidemment à relever ses prix de vente".

Mais seulement dans les limites qu’autorise la concurrence, avec finalement pour conséquence:

"les prix tendront à augmenter plus vite que les salaires réels, le pouvoir d’achat populaire sera donc comprimé et tout se passera comme si le coût de la dépollution était prélevé sur les ressources dont disposent les gens pour acheter des marchandises. La production de celles-ci tendra donc à stagner ou à baisser; les tendances à la récession ou à la crise s’en trouveront aggravées".

Pour conclure:

"Dans le cadre de l’actuel mode de production, il n’est pas possible de limiter ou de bloquer la croissance tout en répartissant plus équitablement les biens disponibles".

 

Cette vérité est, aujourd’hui encore et dans le meilleur des cas, celle des forces politiques qui s’opposent au capitalisme dans notre pays: il faut d’abord changer de système! Ce qui revient à remettre à plus tard la recherche de nouvelles motivations et l’élargissement du contenu des luttes sociales pour, justement, changer de système. Pourtant, c’est bien dès maintenant à tous les citoyens de réfléchir à l’avenir de notre planète et non pas aux seules forces dominantes, quelle que soit leur légitimité.

Depuis 1974, les contraintes liées à la finitude de la planète ont émergé dans le débat public. Et, sans doute indépendamment, A. Gorz a cherché à dépasser le dilemme précédent. Dans un ouvrage posthume, Ecologica [8], qui reprend différents écrits que l’auteur avait rassemblés peu de temps avant sa disparition, on comprend effectivement l’analyse de Jean Zin dès le texte d’introduction L’écologie politique, une éthique de la libération, un entretien paru en 2005:

 "En partant de la critique du capitalisme, on arrive donc immanquablement à l’écologie politique qui, avec son indispensable théorie critique des besoins, conduit en retour à approfondir et à radicaliser encore la critique du capitalisme. Je ne dirais donc pas qu’il y a une morale de l’écologie, mais plutôt que l’exigence éthique d’émancipation du sujet implique la critique théorique et pratique du capitalisme, de laquelle l’écologie politique est une dimension essentielle".

 L’écologie participe donc bien de l’analyse critique du capitalisme, tout comme l’injustice sociale, et doit à ce titre trouver toute sa place dans les motivations de lutte pour changer l’organisation de la société. Isoler la dimension écologique risque de conduire à d’autres orientations du mouvement écologique, comme le souligne André Gorz:

"Si l’on part en revanche de l’impératif écologique, on peut aussi bien arriver à un anticapitalisme radical qu’à un pétainisme vert, à un écofascisme ou à un communautarisme naturaliste. L’écologie n’a toute sa charge critique et éthique que si les dévastations de la Terre, la destruction des bases naturelles de la vie sont comprises comme les conséquences d’un mode de production (…). Je tiens donc que la critique des techniques dans lesquelles la domination sur les hommes et sur la nature s’incarne est une des dimensions essentielles d’une éthique de la libération".

Cependant, André Gorz ne manque pas d’ajouter:

"Le socialisme ne vaut pas mieux que le capitalisme s’il ne change pas d’outils".

Allusion au productivisme, qui consiste en "des moyens de domination par la division, l’organisation et la hiérarchisation des tâches", mécanisme de l’aliénation développé par le capitalisme, mais que la propriété collective des moyens de production et/ou le capitalisme d’état ont continué d’entretenir dans les pays qui ont fait l’expérience d’un socialisme autoritaire.

Le philosophe décrit à l’opposé l’économie de la connaissance comme "une économie de la mise en commun et de la gratuité, càd le contraire d’une économie". En effet,

"il est impossible de mesurer le travail qui a été dépensé à l’échelle de la société pour les produire (les connaissances). Car elles sont produites de façon diffuse partout où les hommes interagissent, expérimentent, apprennent, rêvent. (…) La valeur d’une connaissance s’y mesure non en argent mais par l’intérêt qu’elle suscite, la diffusion qu’elle reçoit. (…) Sa valeur d’échange tend vers zéro quand elle est librement accessible".

C’est bien le cadre de travail habituel des scientifiques, mais que la pratique des brevets en milieu concurrentiel ramène alors dans le champ capitaliste.http://www.ecobase21.net/FiscaliteetservicesrendusparlaNature/Liens/Fiscaliteetservices2.jpg

Or, pour se développer, l’écologie a un formidable besoin de connaissances scientifiques, avec maintenant le risque d’assujettir la démarche politique à un nouveau dogmatisme. Aussi, dans le 3ème texte d’Ecologica, non daté et intitulé L’écologie politique entre expertocratie et autolimitation, A. Gorz tient à préciser d’emblée:

"Selon qu’elle est scientifique ou politique, l’écologie recouvre deux démarches distinctes quoique interconnectées qui traduisent l’ambiguïté de la question écologique".

En effet, "En tant que science, l’écologie fait apparaître la civilisation dans son interaction avec l’écosystème terrestre, càd avec ce qui constitue la base naturelle (…) de l’activité humaine. Mais, "à partir du moment où l’impératif écologique est pris à leur compte par les appareils de pouvoir, il sert à renforcer leur domination sur la vie quotidienne et le milieu social". Et se traduit, "dans le cadre de l’industrialisme et de la logique de marché, par une extension du pouvoir techno-bureaucratique.(…) Or, cette approche (…) abolit l’autonomie du politique en faveur de l’expertocratie, en érigeant l’Etat et les experts (…) en juges des contenus de l’intérêt général et des moyens d’y soumettre les individus".

Alors que pour André Gorz philosophe, "la nature dont le mouvement (écologique) exige la protection n’est pas la nature des naturalistes ni celle de l’écologie scientifique: c’est fondamentalement le milieu qui paraît naturel parce que ses structures et son fonctionnement sont accessibles à une compréhension intuitive; parce qu’il correspond au besoin d’épanouissement des facultés sensorielles et motrices; parce que sa conformation familière permet aux individus de s’y orienter, d’interagir, de communiquer spontanément en vertu d’aptitudes qui n’ont jamais eu à être enseignées formellement. (…) Le problème qui se pose à l’écologie politique est donc celui des modalités pratiques qui permettent la prise en compte des exigences de l’écosystème par le jugement propre d’individus autonomes, poursuivant leur propre fin au sein de leur monde vécu (…). Ce n’est là rien d’autre que le problème de la démocratie". Quelle force pourrait puiser notre utopie dans cette vision de l’humanité, de sa place et son action sur la planète ?

 

[7] Jean Zin, L’écologie politique, une éthique de libération, 21/6/2008. http://jeanzin.fr/index.php ?post/2008/06/21/139-l-ecologie-politique-une-ethique-de-liberation

Également dans réf 3: Jean Zin, André Gorz, pionnier de l’écologie politique, chap.3, pp.57-75.

[8] André Gorz, Ecologica, Galilée éd., Paris, 2008.

 

Nicholas Stern à la recherche

d’une éthique de l’économie libérale

 

 

"Le changement climatique est l’échec le plus grand du marché que le monde ait jamais connu et il a une action réciproque sur les autres imperfections du marché". Cette sentence est extraite du rapport Stern [5]. Le marché est donc bien tenu pour responsable des graves désordres écologiques, mais il n’est pas remis en question comme moteur de l’économie. Mieux, il serait amendable en créant les conditions d’une nouvelle croissance ! Nicholas Stern offre ainsi probablement le meilleur visage du libéralisme anglo-saxon. Face au chaos où risquent de nous entraîner les conséquences du réchauffement climatique, en redessinant la carte des terres habitables et en obligeant à redéfinir les modes de vie, il clame avec conviction:

"Nous avons l’opportunité de redéfinir le développement (…) et d’en faire une chose bien plus séduisante que ce que nous avons connu dans le passé. En outre, la transition vers une croissance sobre en carbone pourrait bien s’avérer être la période la plus dynamique et passionnante de l’histoire mondiale".

Que la crise globale soit le signal pour inventer enfin un nouveau monde, nous n’avons cessé de le répéter, mais nous savons bien que la croissance pour l’accumulation du capital, fut-elle verte, conduira toujours aux mêmes effets dévastateurs.

Néanmoins, prendre conscience, par ex, du scandale qui consiste à brûler en un siècle et demi les réserves d’hydrocarbures (pétrole et gaz) parce que c’est de l’énergie concentrée à bon marché, avec l’incidence que l’on sait sur notre mode de vie, sur le climat et l’environnement, alors qu’elles constituent en même temps des ressources incomparables pour la chimie et qui auraient pu durer beaucoup plus longtemps en les gérant à bon escient, devrait aussi nous aider à avancer.

Nicholas Stern considère cependant que la volonté politique d’apporter les changements nécessaires ne pourra se trouver que si nous reconnaissons "que les deux principaux défis pour le 21ème siècle, le changement climatique et la lutte contre la pauvreté, vont de pair". Ce n’est rien d’autre que la reconnaissance de l’interaction profonde entre la question environnementale et la question sociale, discutée précédemment comme un fondement de l’analyse, aujourd’hui, pour dépasser le capitalisme. Mais la réflexion libérale est aussi capable de cette clairvoyance. En constatant que "Nous sommes la 1ère génération qui a en elle le pouvoir (…) de détruire le lien entre les êtres humains et la planète dans son ensemble", Nicholas Stern avance que seul un accord mondial serait à la mesure du défit et que cet accord doit reposer sur le principe de l’équité: "Il (l’accord) doit prendre en compte le fait que les pays pauvres seront touchés le plus tôt et le plus durement, et que les pays riches ont le plus de moyens financiers et technologiques, ainsi qu’une responsabilité plus importante en raison de leurs émissions passées. L’équité exige l’adoption de cibles de réductions (des émissions de CO2) très ambitieuses dans les pays riches, un financement conséquent pour l’atténuation (des conséquences du réchauffement) et l’adaptation (à celles-ci), et un partage technologique (avec les pays en développement)".

 

Nous n’entrerons pas ici dans le détail de l’analyse et des propositions techniques [6]. Pour Nicholas Stern,

"en raison de la gigantesque défaillance de marché que représente l’émission des GES (gaz à effet de serre), les politiques publiques doivent intervenir vigoureusement pour guider les marchés. (…) Mais c’est l’investissement privé qui sera le moteur principal du changement, des ménages (…) aux plus grosses entreprises".

http://external.worldbankimflib.org/Bwf/panels1/photo4-1.jpgNous y voilà, et pour que les choses soient bien claires sur le cadre du nouvel ordre écologique:

"Si John Maynard Keynes et Harry Dexter White se réunissaient pour concevoir les institutions internationales clés, aujourd’hui plutôt qu’à Bretton Woods en 1944 [**] [9], ils suggèreraient sans doute un autre trio: une Banque mondiale combinée au FMI, une OMC et une Organisation mondiale de l’environnement".

Tout en reconnaissant la nécessité de nouvelles formes de démocratie. Ainsi, pour la nouvelle instance internationale:

"La gouvernance de cette nouvelle organisation sera déterminante. Dans les années 1940, une grande partie du monde était colonisée et un petit nombre de pays riches dominait. Une nouvelle organisation doit avoir (…) le droit de concevoir et de déterminer des prises de décision reflétant les droits et les responsabilités de tous les habitants et de tous les pays".

De plus, les ONG sont considérées comme un relais possible avec les populations, concession à la démocratie participative(?):http://www.mplex.org/Portals/6/images/daisy.gif

"Les ONG peuvent servir de porte-parole aux générations futures (…), mettre les gouvernements et les entreprises sous pression. (…) Des groupes de pression internationaux (…) ont été actifs depuis de nombreuses années".

Ainsi, proposant les transformations nécessaires pour sauver l’essentiel, les travaux de Nicholas Stern offrent une issue au système, face aux désastres écologiques annoncés. Cependant, bien que l’analyse soit, sans aucun doute, techniquement pertinente et utile, on se demande bien comment le capitalisme deviendrait soudainement vertueux sans y être contraint par un rapport de force politique, même dans des circonstances extrêmes. À une telle question, posée en termes mesurés à l’issue du cycle d’enseignement au Collège de France, N.Stern ne pouvait répondre qu’en confirmant son attachement au libéralisme (voir encadré). Dans ces conditions, la véritable écologie émancipatrice d’André Gorz demeure évidemment une idée révolutionnaire.  

 
 
G. ÉVRARD, GR, août 2010
 

 

[**] En 1944, à Bretton Woods, il s’agissait, pr les puissances occidentales, d’impulser une nouvelle organisation du capitalisme mondial, qui éviterait à l’avenir la spirale infernale qui a entraîné la grande dépression des années 30, puis la 2nde guerre mondiale, et capable de désamorcer la concurrence du modèle socialiste. La mise en place d’une nouvelle archi monétaire internationale oppose principalement Keynes (représentant de l’anc. puissance mondiale -la GB), qui défendait l’idée d’une véritable monnaie internationale distincte des devises nationales et supervisée par une banque centrale mondiale et White (représentant de la nouvelle puissance -les E-U). On sait que le $, seule monnaie convertible en or, est devenue la clé de voûte du système monétaire international, placé sous la garde du FMI[9].

[9] Xavier De La Vega, Les prémices de la Pax americana, Scies Humaines, hors-série spé n°11, La Grande histoire du capitalisme, mai-juin 2010, pp.48-49.

proposé par mamadomi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamalilou 20/07/2011 00:21


-->> héhé, merci pour l'avant-première...:o)
douce nuit à toi Reynald


Reynald 12/07/2011 01:49


Avant de pouvoir parler de protections de l'environnement et des "acquis" sociaux, il faut pouvoir annuler les disparités du marché mondialisé, puisqu'il est ainsi fait actuellement. Une utopie
pire que la taxe Tobbin? Que nenni !
Une autre fiscalisation qui inclut tous les acteurs économiques actifs dans un pays donné, et qui peut n'être appliqué que dans un pays (contrairement à la taxe Tobbin qui nécessite un accord
mondial).
C'est une avant première, ça sortira à la rentée et je t'en parlerai.
Bonne nuit Mamalilou
Reynald


mamalilou 19/01/2011 00:35


-->> justement, c'est le contraire, si je m'y retrouve, c'est que c'est simple
je n'accède pas au trucs obscurs et abscons...!!!
ce qui n'empêche pas que parfois ça casse la tête :o))


Valentine :0056: 17/01/2011 00:18


Pfff quel casse-tête ! Il faut des cracks comme toi pour arriver à s'y retrouver !


•-~•*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*•~-• 16/01/2011 20:49


je passe te souhaiter une douce soirée
bisous

•-~•*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*•~-•


mamalilou 19/01/2011 00:30



douce nuit à toi aussi sonya


gros bisous doux