Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 08:22

Barre dorée

Barre dorée

De l'esclavage affectif

à la libération affective

Barre dorée

 

 

Avant de parvenir à un état de libération affective, nous passons généralement par 3 phases dans nos rapports à l'autre.

 

Katia Bourdarel > 


Lors de la 1ère phase, que j'appelle l'esclavage affectif, nous sommes persuadés d'être responsables des sentiments d'autrui. Nous pensons devoir en permanence nous efforcer de faire plaisir à tout le monde. Si les autres paraissent mécontents, nos nous sentons responsables et obligés d'y remédier. Cette attitude peut aisément nous mener à considérer les gens qui nous sont les + proches comme des poids.

Dans les relations de couple, il peut être très préjudiciable de se sentir responsable des sentiments de l'autre. J'entends régulièrement des variantes sur le thème:

"J'ai très peur de m'engager dans une relation amoureuse. Chaque fois que je vois ma (mon) partenaire souffrir ou avoir besoin de quelque chose, je suis dépassé(e), pris au piège, l'impression d'étouffer, et je m'empresse de mettre un terme à la relation."

costaud.01C'est là une réaction courante chez ceux qui pensent qu'aimer impose de renier ses propres besoins afin de pourvoir à ceux de l'autre, avec une sensation de liberté. La relation est alors grisante, spontanée et merveilleuse. Mais, à mesure qu'elle devient "sérieuse", il arrive que chacun commence à se sentir responsable des sentiments de l'autre.

 

 < Wilga Lerat


Un partenaire conscient de tomber dans ce travers pourrait reconnaître la situation en expliquant:

"Je ne supporte pas de me perdre dans une relation. Lorsque je constate que ma compagne est en souffrance, je perds mes moyens et je dois rompre pour retrouver ma liberté."

S'il ne parvient pas à cette prise de conscience, il risque de reprocher à sa compagne d'être responsable de la dégradation de la relation qui en devient très tendue. Auquel cas, il serait préférable que sa compagne ne remette pas en cause ses propres besoins, car accepter le reproche ne ferait qu'aggraver la situation.

Elle pourrait en revanche proposer une réponse empathique à la souffrance de l'autre, née de son sentiment d'esclavage affectif:

"J'ai l'impression que tu paniques et qu'il t'est très difficile de préserver la tendresse et l'amour de notre relation sans t'en rendre responsable, sans t'en faire un devoir ou une obligation... Tu as l'impression de perdre ta liberté parce que tu penses que tu dois en permanence t'occuper de moi."

Si, au lieu de réagir avec empathie, elle demandait:

"Est-ce que tu es tendu parce que j'ai été trop exigeante envers toi?",

il y aurait de fortes chances pour que les 2 partenaires s'enferrent dans un rapport d'esclavage affectif, ce qui compromettrait la viabilité de leur relation.

 

Svetlana Bobrova > 


Au cours de la 2ème phase, nous commençons à nous rendre compte qu'il revient très cher d'endosser la responsabilité des sentiments d'autrui et d'essayer de "faire avec", quoi qu'il nous en coûte. Lorsque nous faisons le bilan et que nous voyons tout ce à côté de quoi nous sommes passés et à quel point nous nous sommes fermés à nous-mêmes, nous sentons parfois sourdre la colère. Dans cette phase, que je qualifie ironiquement d'exécrable, nous avons tendance à réagir à la souffrance de l'autre par des réflexions désagréables, telles que:

"C'est ton problème! Ce n'est tout de même pas moi qui suis responsable de ce que tu ressens!"

Nous savons ce dont nous ne sommes pas responsables, mais il nous reste à apprendre à nous comporter envers l'autre de façon responsable, en enrayant l'engrenage de l'esclavage affectif.

Serge Marshennikov paintings

Tandis que nous sortons de la phase d'esclavage affectif, nos besoins continuent de nous inspirer une certaine crainte et un sentiment de culpabilité. Il n'est donc pas surprenant que nous finissions par les exprimer sur des modes que l'autre perçoit comme rigides et péremptoires. Ainsi, une participante vint me trouver pendant la pause d'un atelier et me dit combien elle était heureuse d'avoir pris conscience de son état d'esclavage affectif. Lorsque la séance reprit, je proposai au groupe une activité. La jeune femme déclara alors d'une voix assurée:

"Je préfèrerais faire autre chose."

Je sentis qu'elle mettait en pratique ce qu'elle venait d'apprendre et exerçait son droit à exprimer ses besoins.

Je l'encourageai à préciser ses désirs:

"Voulez-vous faire autre chose, même si cela contredit mes besoins?"

Elle réfléchit un instant, puis balbutia:

"Oui... Euh... enfin, non."

 

 < Pam Hawkes


Son embarras était caractéristique de cette phase exécrable, pendant laquelle nous n'avons pas encore compris qu'il ne suffit pas d'affirmer nos besoins pour parvenir à la libération affective.

Un incident similaire marqua ce passage vers la libération affective de ma fille. Marla avait toujours été la petite fille modèle, qui s'évertuait à renier ses besoins pour satisfaire les attentes d'autrui. Lorsque je me suis rendu compte qu'elle étouffait souvent ses désirs pour plaire à son entourage, je lui dis combien j'aimerais l'entendre exprimer + souvent ses besoins. La 1ère fois que nous abordâmes ce sujet, Marla fondit en larmes:

"Mais, papa, je ne veux décevoir personne!" protesta-t-elle, désemparée.

Je tentais de lui faire comprendre qu'elle offrirait aux autres un cadeau bien + précieux en étant honnête qu'en transigeant pour éviter de les contrarier. Je lui expliquai également comment elle pouvait témoigner de l'empathie aux autres lorsqu'ils étaient contrariés, sans pour autant se sentir responsable de leurs sentiments.

Quelque temps + tard, je constatai qu'elle commençait à exprimer + ouvertement ses sentiments. Je reçus un appel de son proviseur, qui avait visiblement été perturbé par un échange avec Marla, arrivée au lycée en salopette.

"Marla, lui avait-il dit, ce n'est pas une tenue pour une jeune fille!"

Marla avait réagi au quart de tour:

"Je vous emmerde!"

La nouvelle me réjouit: Marla venait de passer de l'esclavage affectif à la phase exécrable! Elle apprendait à exprimer ses besoins et à s'exposer au mécontentement des autres. Il lui fallait certes encore apprendre à affirmer ses besoins sereinement et en respectant ceux des autres, mais j'étais convaincu que cela viendrait en son temps.

Lors de la 3ème phase, dite de libération affective, nous réagissons aux besoins des autres uniquement par bienveillance et jamais par crainte, culpabilité ou honte.

Nos actes nous satisfont donc autant qu'ils satisfont ceux qui reçoivent le fruit de nos efforts. Nous prenons la totale reponsabilité de nos intentions et de nos actes, mais pas celle des sentiments des autres. A ce stade, nous sommes conscients que nous ne pouvons en aucun cas assouvir nos propres besoins au détriment d'autrui. La libération affective consiste à exposer clairement ce que nous voulons, tout en montrant que nous tenons aussi à ce que les besoins des autres soient satisfaits. La CNV (communication non-violente) nous aide à établir une relation à ce niveau.

 

La 3ème composante de la CNV consiste à identifier les besoins dont découlent nos sentiments. Les actes et les paroles des autres peuvent être des facteurs déclenchants, mais jamais la cause de nos sentiments. Face à un message négatif, nous pouvons choisir de réagir de 4 façons:

1. rejeter la faute sur nous-mêmes;

2. rejeter la faute sur les autres;

3. identifier nos propres sentiments et besoins; 

4. identifier les sentiments et les besoins qui se cachent derrière le message négatif de l'autre.

      

Amandine et Romain Torrente, à 4 mains

Les jugements, critiques, diagnostics et interprétations portant que autrui sont autant d'expressions détournées de nos propres besoins et valeurs. Lorsque l'autre entend une critique, il a tendance à mettre toute son énergie à se défendre ou à contre-attaquer. Mieux nous parvenons à associer nos sentiments à nos besoins, mieux l'autre peut y répondre avec empathie.

Dans un monde où nous sommes souvent sévèrement jugés lorsque nous identifions et révélons nos besoins, cette démarche peut faire peur, surtout aux femmes, qui sont habituées à ignorer leurs propres besoins pour se consacrer aux autres.

En apprenant à assumer la responsabilité de nos sentiments, nous passons généralement par 3 phases:

1. L'esclavage affectif -où nous nous croyons responsables des sentiments des autres;

2. la phase exécrable -où nous refusons d'admettre que les sentiments et les besoins d'autrui nous importent;

3. la libération affective -où nous assumons pleinement nos propres sentiments mais pas ceux des autres, tout en sachant que nous ne pouvons jamais satisfaire nos propres besoins au détriment d'autrui.

Ben Goossens, surréalisme photo

 

Ex de dialogue sur la base d'une intervention contaminée, lors d'un séminaire:

"Vous êtes l'orateur le + arrogant que j'aie jamais entendu!"

Face à ce type de réflexion, j'ai le choix entre plusieurs réactions.

• Je peux choisir de me sentir directement visé. Je m'aperçois que j'ai fait ce choix lorsque j'éprouve un violent besoin de me plaindre, de me défendre ou de me justifier.

• Autre solution, à laquelle je suis très bien entraîné, riposter à ce que je perçois comme une attaque personnelle.

• Dans ce cas précis, j'optai pour une 3ème voie, en m'intéressant à ce qui pouvait se cacher derrière la réflexion de mon interlocuteur.


Marshall BR: (essayant de devnier ce à quoi l'interlocuteur se réfère)

Faites-vous allusion au fait que j'ai pris une ½ h pour vous présenter mon point de vue avant de vous laisser intervenir?

Interlocuteur:

Non, mais vous présentez cela comme une technique tellement simple!...

MBR: (m'efforçant d'obtenir + de précisions)

Faites-vous référence au fait que je n'ai pas dit que la démarche pouvait être difficile à appliquer pour certaines personnes?

I: Pas pour certaines personnes, pour vous!

MBR:

Vous réagissez donc au fait que je n'ai pas dit que j'avais parfois du mal à suivre moi-même cette démarche?

I: Exactement

MBR:

Êtes-vous contrarié parce que vous auriez aimé que j'indique d'une façon ou d'une autre que j'éprouve parfois moi-même des difficultés à suivre cette démarche?

I: (après un bref silence)

C'est cela.

MBR: (maintenant que je suis en phase avec les sentiments et besoins de mon interlocuteur, je suis + détendu et dirige mon attention sur ce qu'il pourrait attendre de moi.)

Voudriez-vous que je reconnaisse sur-le-champ que je peux éprouver bien du mal à appliquer ce processus?

I: Oui

MBR: (ayant clairement identifié son observation, son sentiment, son besoin et sa demande, je vérifie si je suis disposé à accéder à sa demande.)

Oui, ce processus est douvent difficile pour moi. Au cours de ce séminaire, vous m'entendrez probablement décrire plusieurs incidents où j'ai eu du mal.. ou bien où j'ai totalement perdu de vue ce processus, cette prise de conscience que je vous présente ici. Mais ce qui m'encourage à poursuivre dans cette voie, ce sont les liens étroits qui se créent avec les autres lorsque je suis cette démarche.

 

Marshall B. Rosenberg

Barre dorée

Jacques Bodin, peintre (si!) hyperréaliste

Barre dorée

proposé par mamadomi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamalilou 22/12/2012 23:11

-->> c'est même souvent la démarche de l'enfant vis-à-vis de ses parents: tout pour leur plaire... heureusement, ça n'a qu'un temps, enfin, normalement...
:o))
doux bisous d'après le Boum!!!

Clo 19/12/2012 21:24

"C'est là une réaction courante chez ceux qui pensent qu'aimer impose de renier ses propres besoins afin de pourvoir à ceux de l'autre"

Amour = Abstraction de soi

J'en connais beaucoup dans ce cas-là.
Bisous 2 jours avant le BOUMMMM

mamalilou 22/12/2012 23:10







Miche 18/12/2012 05:00

Que c'est compliqué ces histoires humaines !
Au niveau des énergies, c'est tellement simple...
Vive la libération -)
Bien à toi Mamalilou

mamalilou 22/12/2012 02:39



eh oui, tellement simple si l'on se départit un peu du mental


qui a dit "un peu"... justement...!!


vive la libération... et tâchons de rester aware!!



rené 18/12/2012 02:05

Bonjour
ici on se prépare pour le 21 en famille
Je te souhaite un très bon mardi
Nos amitiés bises
Qing&René

mamalilou 22/12/2012 02:22



eh oui,
chez vous c'est un petit nouvel an :o))


doux bisous et bon week end à vous trois


amitiés et bisous givrés en partage



Marie 18/12/2012 00:08

Bien complexe tout ça..les sentiments, la psychologie, l'analyse..j'aime beaucoup le tableau à 4 mains d'Amandine et de Romain..et la vidéo de l'émission'retour vers le futur..bises très, très
humides

mamalilou 21/12/2012 02:09



j'ai flashé sur ce tableau aussi, quel bonheur! et bien ri encore une fois de notre chroniqueur...


très gros bisous, d'hiver désormais