Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 11:33

http://storage.canalblog.com/83/12/207080/75344972.jpgLa démondialisation en débat

http://soleilimg1.free.fr/gifs/lignes/1couleur/line1090.gif 

C’est dans un débat essentiel, qui n'a fait que commencer publiquement au sein de “la gauche”, [et aurait mérité d'être évoqué + profondément dans la campagne] qu’Éloi Leymarie nous entraîne ici.

Au risque de trop le simplifier, on peut peut-être le résumer en une question: pour que la finance ne puisse plus imposer sa dictature au monde, suffit-il de rétablir les règles d’avant la révolution libérale du début des années 1980, ou bien faut-il sortir du système capitaliste?

JPEG - 5.4 ko Votez pour la démondialisation! C’est le titre d’un récent [1] petit opuscule écrit par Arnaud Montebourg (candidat aux primaires socialistes) et préfacé par Emmanuel Todd.

JPEG - 3.5 ko De son côté, Jacques Sapir, soutien du front de gauche, publie La démondialisation [2].

Alors que différents pays européens sont confrontés à la mise en place de politiques de restrictions budgétaires, que la tendance à la privatisation de pans entiers de nos économies se poursuit et que la déréglementation (notamment financière) n’est jamais sérieusement remise en cause, le mot ou la notion de démondialisation claque comme un coup de tonnerre dans le ciel déjà bien agité du libéralisme économique. Un peu à l’image de la décroissance, nous sommes en présence d’un mot-obus qui sert à ouvrir le débat en prenant le contre-pied des évidences les + partagées ("la mondialisation est incontournable"). Les échanges buttent cependant sur l’absence de consensus sur la définition même de la démondialisation.

La démondialisation est avant tout une réaction face à la mondialisation, celle-ci se caractérisant par la généralisation dogmatique du principe du libéralisme économique. A. Montebourg évoque par ex les "fondamentalistes de l’ouverture commerciale" et la "religion du libre échange". Selon lui, "le libre-échange, c’est la guerre de tous contre tous […] un système extrémiste et inhumain auquel il faut mettre fin". Dans les pays comme la France, la mise en concurrence mondiale des travailleurs a eu notamment pour effet la déflation salariale, le chômage de masse et la dégradation des conditions de travail. Pour J. Sapir, "vouloir maintenir les règles du libre-échange, vouloir même les étendre, est la meilleure recette que l’on ait trouvée pour maintenir les pays dans la crise http://www.zideesdemars.com/IMG/jpg/existence-2.jpget en provoquer une nouvelle à relativement court terme". Mondialisation

marchande et

globalisation

financière sont donc

des machines à

appauvrir les

peuples.

À la fin de son ouvrage, A. Montebourg propose logiquement des solutions protectionnistes (taxes douanières, mesures anti-dumping, taxes environnementales, préférences commerciales, labélisations-certifications socio-environnementales…) à l’échelle de l’Europe. J. Sapir préconise, quant à lui, 3 “directions”:

- un protectionnisme européen "visant à compenser les effets du véritable dumping social et écologique" de certains pays;

- le passage de la monnaie unique à une monnaie commune, afin notamment de limiter la mobilité des capitaux;

- "la mise en place d’une politique industrielle et d’infrastructure".

Les 2 auteurs se placent donc stratégiquement à l’échelle européenne mais en conférant à la France un rôle essentiel d’initiatrice. De manière + générale, les démondialistes remettent en selle des acteurs réputés (du moins jusqu’en 2008) totalement dépassés par l’évolution économique: les États-nations. Ils prônent la sortie de l’euro, appellent à un projet industriel fort et à un nouveau partenariat avec l’Allemagne.

Ces positions suscitent de vives réactions, notamment au sein de l’organisation de l’association Attac, puisque si certains de ses membres se sont positionnés contre les propositions de J. Sapir, d’autres y voient une solution d’avenir. En fait, d’entrée de jeu, démondialisation entre en résonance avec altermondialisation. Or, on se souvient que si les nouveaux mouvements contestataires émergents dans les années 1990 avaient préféré se qualifier d’altermondialistes plutôt que d’anti-mondialistes, c’était précisément pour éviter d’apparaître comme des adversaires de ”toute” mondialisation. Les démondialistes franchissent le pas et assument leur anti-mondialisme.http://storage.canalblog.com/32/02/362748/58864219_p.jpg Pour 9 économistes du conseil scientifique d’Attac, c’est le pas de trop: la démondialisation est une forme de "repli national". Eux ne rejettent pas la mondialisation par principe mais la mondialisation néolibérale et capitaliste. La démondialisation leur apparaît donc comme un "concept superficiel et simpliste"[3].

Leurs arguments me semblent assez convaincants. D’une part, remettre en cause le libéralisme économique, pour être nécessaire, n’en est pas moins insuffisant. Il faut aussi raisonner en termes de rapport de force à l’intérieur même des entités nationales. Si la démondialisation n’est qu’un changement d’échelle (du global au national), elle n’atteindra pas les objectifs qu’elle se fixe (mais un candidat aux primaires socialistes a-t-il intérêt à remettre en question + que le simple libre-échange?). D’autre part, il est vrai que la démondialisation est un slogan réducteur puisqu’il faut probablement "+ de mondialisation dans certains domaines et moins de mondialisation dans d’autres".

Enfin, une monnaie nationale

n’offre aucune garantie contre la spéculation,

et une réindustrialisation de principe,

déconnectée d’un projet politique et social, n’a aucun sens.

De mon point de vue, démondialisation et altermondialisation ont surtout des ambitions dissymétriques:

• la 1ère se propose de relocaliser le système de production pour éviter les effets de la concurrence internationale et de la globalisation financière. Fondamentalement, les démondialistes dénoncent le libre-échange surtout quand celui-ci met aux prises des situations trop hétérogènes (l’ouvrier français face au travailleur chinois) mais ils ne mettent pas explicitement http://www.pcf.fr/sites/default/files/imagecache/image/capitalisme.jpegl’économie de marché en cause. La priorité de J. Sapir est le “progrès social”, entendons le plein emploi. La démondialisation semble en cela revenir à des principes socio-démocrates et keynésiens, donc réformateurs.

• La perspective altermondialiste est clairement différente: elle consiste à chercher les voies d’un nouveau modèle de développement. Son objectif est de proposer face au néolibéralisme une alternative globale et émancipatrice.

Enfin, stratégiquement, les démondialistes investissent trop d’espoirs sur la démocratie nationale. Selon eux, la démondialisation donnerait aux populations nationales des prises sur la sphère économique. Cette démarche me paraît risquée pour au moins 2 raisons.

Tout d’abord, je ne suis pas d’accord avec J. Sapir quand il écrit: "Il faut donc réaffirmer que, sans souveraineté nationale, il ne saurait y avoir de démocratie" [4]. En effet, la démocratie n’est pas consubstantielle à l’État-nation; d’autres souverainetés sont en formation et nous pourrions avoir, demain, une démocratie européenne par ex, si d’autres conditions politiques le permettaient. Ces dynamiques manquent de visibilité mais il serait bien imprudent de considérer la nation comme indépassable.

Ensuite, avant de démondialiser, il faudrait préalablement s’assurer que les citoyens sont en mesure, aujourd’hui, de contrôler l’économie relocalisée. Or, force est de constater que lesdits citoyens sont très largement dépossédés d’une telle possibilité par l’oligarchie en place. Certes le vote subsiste, mais il faut reconnaître qu’aucune alternative sérieuse au libéralisme ne s’est profilée depuis bientôt 30ans. L’existence de structures politiques comme les nôtres n’est en rien synonyme de souveraineté populaire. La nécessité de faire coïncider échelles économiques et échelles politiques ne peut s’accommoder d’un “retour à”.

http://a1.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/421730_287001001360908_255452754515733_808802_1258501671_n.jpgAu final, il me semble difficile d’analyser l’économie au travers du seul prisme de l’emploi et des salaires. Ces aspects doivent sans aucun doute occuper une place centrale dans nos réflexions mais, quand bien même la démondialisation aurait des chances de réussir (ce qui me paraît douteux aujourd’hui), nous ne pouvons nous en tenir là.

Les défis économiques, écologiques et politiques sont d’une autre ampleur.http://mumuland.m.u.pic.centerblog.net/2b69b6e9.gif


É. LEYMARIE, janvier 2012

 

[1]éd. Flammarion

[2]éd. Seuil, Collection Économie Humaine

[3]La démondialisation, un concept superficiel et simpliste G.Azam, J. Cossart, T.Coutrot, J.-M. Harribey, M. Husson, P.Khalfa, D.Plihon, C. Samary et A.Trouvé. Blog Médiapart, 6 juin 2011

[4]Oui, la démondialisation est bien notre avenir, J.Sapir, Blog Médiapart, 13 juin 2011

  

http://soleilimg1.free.fr/gifs/lignes/1couleur/line1090.gifhttp://danielsafon.hautetfort.com/images/PP.jpghttp://soleilimg1.free.fr/gifs/lignes/1couleur/line1090.gif

proposé par mamadomi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamadlilou 20/05/2012 00:46

-->> oui, diatribe, ce serait le mot approprié, si la philosophie ici relevait d'un cynisme, d'une réelle prédication morale... je veux bien en accepter la description du mélange de sérieux
et de plaisant dans cet usage de rhétorique anti-sophisme primaire... mais nul cynisme profond... et en lieu et place de morale: le bon sens, qui consiste à ne pas remarcher deux fois dans les
mêmes ornières...

et je te félicite pour la lecture aussi fervente que le texte! et non non, tu ne dis pas de bêtises...
j'entends/je lis souvent "la politique n'est pas faite pour moi"... c'est une drôle de formulation
on peut dire "je ne suis pas disposé à la politique" à la rigueur... mais en réalité, tout ce que nous faisons est politique, au sens noble... nos choix de consommation, nos choix d'épargne, de
priorité d'activités, et même de loisirs, le choix de faire des enfants, de les élever ainsi plutôt qu'autrement etc... tout cela, sans qu'on nous demande toujours dans rendre des comptes, nous le
faisons de notre plein gré, en acceptant plus ou moins les contraintes qui nous sont imposées...
certains se révoltent et leurs choix quotidiens de confort personnel s'en ressentent d'ailleurs
d'autres se battent pour que les paramètres, si imparfaits qu'ils soient, ne bougent pas, pour ne pas avoir à se fatiguer à s'adapter et apprendre à faire autrement... surtout si finalement on
avait appris à plutôt mieux s'en sortir...

concernant le gouvernement, arf, savoir si on a changé quelque chose, c'est un peu tôt pour le dire...
on a surtout un vrai effort de conciliation et non de réduction du schéma de pensée, une vraie force que cette diversité, d'origine géographique, de genre, d'âge, de courant politiques (pas que du
PS), de formations d'origine, des très expérimentés, d'autres moins, des novateurs, des conformistes... je pense que le travail sera plus long, mais bien plus respectueux et utile dans cette
diversité d'angles de vue... c'est en tous cas plus encourageant je trouve... que tous les gouvernements précédents, de tous bords confondus... la charte qu'ils ont dû signer, ça tu vois, ça m'a
fait grand plaisir... de l'engagement, c'est important, baisser ses rétributions, ça donne l'exemple, quand tout le monde bave en se faisant en plus insulter, nous peuple, traités de fainéants ou
de profiteurs à tout va...

bon après, tu sais comment je vois les choses
"mondialisation ou pas c'est le peuple qui va payer"... c'est effectivement une longue succession de vérification de ton propos...mais je ne suis pas aquaboniste!!
c'est une longue succession d'aquabonisme aussi qui fait que ça se vérifie encore...

alors oui, je veux bien faire des choix pour pas les reporter sur la génération d'après, et dire que je veux moins de mondialisation ici, et plus là...

lol
non la politique n'est pas réservée à ceux qui l'ont étudiée...
pas plus que la médecine... ou le droit... tu vois, c'est justement de cette déconnexion que naissent les abus et les dominations... de "ceux qui savent"... il faut tous les échelons intermédiaires
entre savoir beaucoup et savoir un tout petit peu, et ne pas avoir honte de ce qu'on sait, du peu qu'on en sache... c'est ainsi qu'on avance, ou qu'on décide de n'"être pas capable"... après tout,
on n'est pas obligé, c'est vrai...
mais on est moins manipulé quand on s'y intéresse, même juste un ptit peu, alors, non, la politique et toi ça ne fait pas deux!!!

c'est vrai que les flots de paroles, on n'y comprend pas toujours, c'est vrai que souvent on est noyé non pas juste de mots, non, mais de chiffres, de culpabilisation, de responsabilisation, de
moralisation... et on n'arrive pas à trier... c'est vrai ce que tu dis, et tu vois, ça déjà c'est de la politique, dire que le peuple est comme st thomas...
encore faut-il ne pas lui dicter ce qu'il doit voir en priorité sur d'autres choses qu'il voit mais qu'on lui fait passer pour subsidiaire...
oui oui, le peuple qui n'y comprend pas c'est fait exprès... pour qu'il n'ose s'exprimer...
or, les idées vicieuses qui ont vérolé la société, au départ c'était déjà pour cela, pour maintenir l'esclavage sous une forme moderne... les esclaves sont payés, certes, mais ils n'ont pas la
possibilité en l'état de s'affranchir de leurs maîtres...

concernant les changements de la ville, j'ai vu ça à strasbourg aussi ya quelques années... mais il faut voir ça comme une excuse... une occasion de pousser au train... en réalité, ces changements
doivent être opérés, tu le sais bien... c'est un mauvais moment à passer, non parce qu'il y a cette date butoir qui est donnée (qui en fait permet surtout de rationaliser le travail et de
contraindre ces travaux sur une durée de temps la moins longue possible), non, c'est un mauvais moment parce que c'est beaucoup de changements en retard, qui auraient dû être envisagés plus tôt
avec clairvoyance...
c'est un peu comme quand on repousse la pile de repassage, il suffit d'oublier une chemise par jour et ça s'accumule... héhé...

à strasbourg c'est l'inverse qui s'est produit, c'était la gauche qui avait procédé à beaucoup de travaux et de changements, alors les gens agacé ont voté à droite, et maintenant tout le monde est
fier de cette belle ville transformée... mais c'est à la gauche qu'il la doivent, ils ont juste oublié...

c'est justement de cette vision à court terme et des petits intérêts de conforts que naissent les visions égoïstes en politique, telles celles du fn ou d'une frange de l'ump...
il faut simplement refuser que ces légitimes aspirations personnelles et individuelles prennent le pas sur les nécessités collectives qui permettent de continuer à promouvoir les intérêts
personnels et individuels plus longtemps et pour tout le monde
c'est une juste part d'observation et de concession faite au collectif qui au fond, nous facilite bien la vie...

c'est par l'éducation à ces évidences qu'on peut vraiment amener à agir "politique ensemble et avec clairvoyance dans le respect de l'Histoire comme des générations futures" et non "familial,
patriote, conformiste, immédiatement, individuellement et docilement esclaves et fiers de l'être"...

gros bisous tendres à toi Renée
et bon dimanche

mamiekeke :0026: 17/05/2012 08:58

Bonjour à toi mamalilou , ouf quelle diatribe aujourd' hui ... mais j' ai tout lu , même tes réponses aux commentaires , finalement je remarque que tu arrives à faire plusieurs article en une fois
ha ha ha tu réponds avec tellement de ferveur que cette fois tu as répondu presque plus longtemps que l' article que tu as fait .

Mais dans tout ça il faut être honnête que ça ne nous mènera pas où il faudra encore une fois car j' ai bien compris que la politique n' est vraiment pas faite pour moi et je suis par persuadée que
nous ayons gagné quelque chose en changeant de gouvernement , Mais bon la suite nous le dira ... De toute façon il était bon de CHANGER ça ne pouvait plus continuer ainsi et mondialisation ou
démondialisation c' est toujours le petit peuple qui paiera les pots cassés ...

J' arrête là mon discours car la politique et moi ça fait deux , je n' y connais strictement rien et quand je te lit je reste béate d' admiration , comme tu causes bien j' arriverai presque à m' y
retrouver ha ha ha ... Car sans être une idiote ignare ce domaine est quand même réservé à des personnes qui l' on étudié , le peuple ne comprend que ce qu' il voit , il est comme St Thomas et c'
est normal car il est toujours noyé sous un flot de paroles auxquelles il n' y comprend strictement rien , alors qu' un résultat concret ça , ça se comprend , alors je suis comme eux j' attend pour
voir si enfin mes factures ne vont pas continuer à augmenter , si mes impôts vont stagner ou encore et toujours monter monter pour payer les dépenses dispendieuses des élus qui ne savent que
construire , démolir et reconstruire avant de s' occuper du bien être de la populations de leurs villes ... ETC ETC ... Viens à Marseille tu vas être surprise , ce n' est que travaux , trous ,
constructions de toute part , vieux port éventré , ville qui ressemble à un champs de tir après la guerre ...... et tout ça pour faire ressembler notre ville à ces villes richissimes qui
fleurissent comme des champignons et qui perdent leur âmes et leur beauté , tout ça pour une sois disant année 2013 qui doit être MERVEILLEUSE , Marseille Capitale Européenne de la Culture ... mais
en attendant que de dépense et les impots montent montent mais où va t' on et pourquoi vouloir cette gloire à tout prix aux dépends du bien-être de ses habitants qui commencent à en avoir ras le
bol .

Et voilà comment une ville est passée tout à coup à gauche , car la droite n' a rien compris du mécontentement de ses habitants ...

Cette fois j' arrête , tu as vu j' espère n' avoir pas dit trop de bêtises ...

Gros bisous ensoleillés mais beaucoup moins chauds que la semaine dernière où nous avions eu jusqu' à 30° hé oui ...

A très bientôt j' espère .
Renée (mamiekéké).

Serge 09/05/2012 07:23

on ne sera pas daccord et c est tant mieux , c est la democratie.. des aujourd hui comme depuis 40ans je repartirais sur le terrainn et defendrais les idees heritees du general qui si on l avait
ecoute dans les années 30 la face de la deuxieme guerre aurait ete peut etre differente mais cest un autre debat

ci desous une anlyse que je partage....

La droite vaincue parce que victime docile et consentante d'une escroquerie intellectuelle par :
Gilles William Goldnadel
Gilles William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières.
Ainsi, le président vilipendé aura été battu sur le fil du rasoir. Ainsi, c’était pour rire, Nicolas Pétain, ne méritait pas, finalement, autant d’indignité, mais du respect, comme l’a indiqué hier
soir son victorieux rival dans un discours dont la hauteur n’était pas qu’habileté.
Ceux qui, surtout à gauche, veulent, évidemment pour son bien, empêcher la droite d’être la droite, expliquent doctement sa défaite par l’ignoble « droitisation » et les clins d’œil aux électeurs
du Front National, auront du mal à le faire croire au regard du résultat final.
En dépit d’une campagne de dénigrement rarement observé depuis le général De Gaulle, en dépit d’une crise économique et financière qu’il serait euphémique de qualifier d’exceptionnelle et qui a
sanctionné tous les sortants en Europe, le nouveau président élu l’aura été à la minorité des électeurs votants.
Bien au rebours, si ce retour au peuple avait été à la fois moins tardif et plus franc, donc plus crédible, il est permis de penser que le pari impossible aurait été tenu.
Si l’on décide d’organiser un débat sur l’identité nationale, on ne choisit pas pour le tenir un transfuge du PS qui en avait honte.
Si l’on décide de mener une campagne électorale décomplexée, on ne choisit pas comme porte-parole une femme, certes gracieuse et élégante, mais dont le principal titre littéraire aura été de
morigéner la représentante de la droite extrêmement décomplexée.
Il est des erreurs de casting et de timing que comprend le Français.
Il n’empêche, le petit homme tant raillé, y compris pour sa taille, n’aura pas été dégagé par la fenêtre, mais sorti par la porte La grande. hollande pas plus grand)
Avec la bienveillance qui la caractérise, on peut imaginer, sans grande spéculation intellectuelle, la réflexion de la gauche et de ses relais, si d’aventure le président sortant l’avait emporté
avec une majorité aussi étroite : « un président légal sans doute, mais vraiment légitime ? »
Fort heureusement, ce qui caractérise le camp vaincu, c’est précisément, son légitimisme démocratique qui fait de François Hollande, désormais, le président de tous les Français.
Il faut lui reconnaitre une habileté politique dont le mérite est à peine diminué par la complicité de la classe médiatique idéologisée.
Il faut reconnaître également à la gauche d’avoir su, elle, mener cinq années un combat culturel que son camp adverse n’aura finalement mené qu’un trimestre.
François Hollande, il l’a dit, ne pratiquera pas d’ouverture à droite.
A l’aune de l’intelligence politique et de la cohérence intellectuelle, sa victoire est méritée

A ce stade, il faut, encore et encore, écrire que la droite française aura été la victime docile d’une escroquerie intellectuelle légale que je n’aurais cessé de dénoncer vainement.
Alors que le camp des droites, le premier tour l’aura encore montré, est plus nombreux que son antipode, c’est un président de gauche qui l’aura emporté.
L’explication réside toute entière dans le surmoi qu’aura réussi à imposer la classe médiatique à une partie de la droite française tout en décomplexant la gauche de ses propres liaisons autrement
moins platoniques.
Alors que Gérard Longuet aura été tancé pour avoir suggéré que Marine Le Pen, contrairement à son père, était une interlocutrice possible, François Hollande remercie publiquement et impunément son
interlocuteur Mélenchon et s’apprête à mener campagne avec un PCF, dans le cadre d’une alliance que même les représentants de la droite démocratique ont oublié hier soir de critiquer dans son
principe.
Lorsque la victime est aussi sottement dupe, ce n’est plus, juridiquement, une escroquerie.
Mais il est une autre escroquerie, récidivante, qui aura été commise délibérément et impunément dans la dernière quinzaine : celle de dénoncer la dérive vichyssoise du président aujourd’hui
battu.
J’aurais passé une bonne partie de ma vie d’homme à dénoncer et démonter cette escroquerie trentenaire en bande organisée.
Dans sa dernière séquence, il a été reproché à Nicolas Sarkozy de marcher sur les plates-bandes minées de Marine Le Pen.
Le Monde, alors que les jeux étaient faits, dans un article du samedi 5 mai, a reconnu, mais sans le critiquer le « glissement idéologique du PS ». : « Force est de constater que sous la double
pression du score de Marine Le Pen au premier tour et d’un Nicolas Sarkozy décidé à faire de cette question le champs majeur de l’affrontement présidentiel, les socialistes, depuis le premier tour,
usent d’un registre lexical jusqu’ici plutôt inhabituel ».
« Il y a trop d’immigrés en situation irrégulière » a déclaré le candidat socialiste « celui qui aurait dit ça dans un congrès se serait fait étriper. Jamais personne n’aurait osé, même pas Manuel
Valls » déclare un responsable de la rue de Solferino.
Et pourtant, qui a osé dire que Hollande devrait désormais s’appeler Allemagne ?
Un dernier mot : Il ne s’est pas trouvé, un journaliste, un commentateur, un responsable politique pour protester contre la sortie de nombreux drapeaux turcs, marocains et algériens, à la
Bastille.
Je le fais. En Français et en républicain.

mamalilou 09/05/2012 17:30



je te remercie de reprendre ici le fil de cette discussion Serge, il est vrai que c'est un sujet qui mérite qu'on s'y penche et qu'on ne balaie pas à chaque fois d'un revers de main les échecs ou
réussites électorales, comme s'il s'agissait simplement d'une victoire sportive...


tu soulèves de nombreux points, je vais donc relever patiemment, tu prendras ou pas le temps en une ou plusieurs fois:


 


◘ dire "on ne sera pas d'accord et c'est tant mieux" n'est intéressant que dans la mesure où sur la base de validation commune des faits historiques et politiques, nous aurions des
points de vue différents sur la prise en charge de l'économie et de la vie sociale de nos congénères. Or, trop souvent, il n'y pas validation commune d'égales connaissances de ces faits! Et c'est
là que réside toute la prudence des discours à tenir tant que nous décidons d'avoir recours au suffrage universel direct, nous sommes tous responsables de choisir ou non de manipuler ceux qui
n'ont pas ces références indispensables et qui viennent juger avec candeur et désinvolture, sans prudence, sans retenue, sans inquiétude, et bien sûr sans complexe et sans conscience de ce
handicap à leur jugement, de cette exploitation de leur libre arbitre par certains "politiques" sans moralité...


 


ce n'est ici pourtant pas qu'une question de rappel à de Gaulle supposé irréprochable référence


car, lui aussi,  comme chacun avait sa part d'ombre et a commis quelques monumentales erreurs... boulettes et rejets dogmatiques...


je n'oublie pas non plus que ceux qu'on retient comme "résistants" (référence incontournable aux fascismes) ont parfois traîné dans la mauvaise voie avant de s'engager du "bon" côté, parce
qu'avec le recul, nous ça nous semble évident, mais à l'époque il fallait de la clairvoyance et du catastrophisme, càd la capacité à croire que le pire pouvait être possible afin de vraiment
accéder à la réalité ...


"mein Kampf" était partiellement tronqué par ex...


retenir cela c'est comprendre qu'aujourd'hui aussi nous ne sommes pas à l'abri de ce manque de clairvoyance sur notre présent, que + tard nous trouverons évident pourtant...


 


C'est pourquoi, je ne me rallie jamais "entièrement" et "aveuglément" à untel ou unetelle, pour cela.


il en est de même pour Pétain qui n'a pas été que "pourri" et n'a pas fait que des mauvais choix
tout le temps.


cependant, on conviendra globalement d'une incidence postive pour l'un et d'une incidence négative pour l'autre


je tiens à ce que les rappels soient ciblés pour cela, sinon ça relève de la moralisation partisane, à ce titre elle est abusive, et relève donc d'un caractère "manipulatoire"


 


◘ ce point étant vu, pourquoi les années 30 ou 40 sont aujourd'hui en référence?- tu noteras qu'ici c'est toi qui l'abordes-


parce que la crise est de cette ampleur que nous avons déjà connue à cette époque-là,


sauf qu'avec l'expérience cette fois-ci, on eût pu prendre les devants, il y avait des lanceurs d'alerte dès le début des années 90... dont d'ailleurs de drôlatique Cheminade, qui n'est pas
que farfelu... pour ne citer que lui...


et dans ce contexte, je m'étonne que tu passes si légèrement sur le noeud du problème: nombre de nos concitoyens, l'immense majorité, est scandalisée par la montée du rejet de l'autre, de la
déresponsabilisation personnelle, suffoquée du double langage du soit-disant patriote qui se désolidarise de la France quand il s'agit de reconnaître les responsabilités de la France tant dans
l'effondrement passif de l'économie avec ses voisins économiques, que dans la montée de la violence des pauvres contre les nantis, inéluctable pendant de l'injustice d'état, du non-droit (manque
de suivi de la police et de la justice totalement submergée -tu ne diras pas le contraire- et qui ne peut suivre les dossiers sur les délits et incivilités, harcèlements et petits litiges)


sachant par ailleurs quelle est sa responsabilité à maintenir sciemment dans la pauvreté et en toute décomplexion les immigrés, descendants d'immigrés et étrangers fraîchement arrivés.


nombre de nos concitoyens sont instruits et documentés sur les dangers des propos et projets politiques fascisants, je dis bien "fascisants", sur les externalités socialement négatives de
certains choix de mesures dites "économiques"...


 


et l'on ne peut décemment s'extraire de cette conscience collective qui a vu jour grâce à l'ouverture à la culture de cette dernière décennie, l'accès aux connaissances, aux
archives, à l'Histoire...


pour reprendre Nicolas "nous avons bousculé les certitudes" oui... mais pas dans le sens qu'il espérait... le peuple ne se contente plus de "tenir pour acquis" ce qui est vendu comme des
certitudes et qui ne sont que les hypothèses et utopies d'hier devenues aujourd'hui obsolètes, non par fantaisie de réflexion, mais par les faits.


Le socialisme n'a-t-il pas, dans le temps su évoluer... seuls ses opposants continuent d'y voir un archaïsme sécurisant pour leur posture de droitistes, mais ne leur déplaise, le fn a évolué vers
de l'ethnosocialisme, le socialisme vers un progressisme démocrate à l'américaine... de l'intérêt d'observer l'incidence de l'association avec le front de gauche, d'ailleurs.


 


◘ la notion de "battu sur le fil du rasoir", je ne la partage pas. Quel rasoir? si ce n'est dans l'amalgame des causalités de la défaite... une vaste et fumeuse illusion que celle que tu
présentes ici l'ami...


Je l'aurais validée s'il s'était battu sur ses idées, càd celles de l'UMP. Rappelons que l'UMP a vu fusionner le RPR et l'UDF et n'avait à ce titre rien qui le rapproche du FN, rien. Et tu tentes
ici fallacieusement (si. si, fallacieusement) de racoller sur la droitisation légitime de la droite, c'est du vent, tu le sais bien. Et avec moi ça ne prend pas, la droite de la
5ème république, la droite Gaulliste n'est pas fasciste, ni fascisante, et surtout elle est républicaine,


et, le mot te sembleras peut-être fort, mais je suis scandalisée que tu te réfères à De Gaulle, notre héros de résistance nationale, qu'aucun parti ne saurait s'accaparer (comme si les
communistes victimes du nazisme pouvaient s'opposer véritablement à cette voie de résistance... de l'importance de ne pas amalgamer le choix de l'humaniste et le choix politicien) et que tu
assures avec la + grande désinvolture que "la droite a toujours été la droite" et que ça colle parfaitement aux propos tenus par nicolas entre les 2 tours. C'est simplement odieux.


Je ne suis pas socialiste en principal, mais c'est sur ce terreau en principal que se fondent mes vues politiques, économiques, écologiques, philosophiques et sociales. Pour autant, je respecte
profondément les choix de certains hommes politiques, leur attitude, leur probité, leur exercice intellectuel moral de la politique dans le cadre des mandats dûment et proprement décrochés.
Ainsi, par ex en va-t-il par ex, de M. Bayrou, ou encore de Mme Lepage, pour ne citer rapidement qu'eux...


 


Ici, le fil du rasoir, n'est pas un fil, c'est une autoroute


je le répète, il y a essentiellement un rejet pour diverses causes, techniques, morales, personnelles, économiques, sociales, idéologiques occasionnées, tant par l'UMP, le comportement et les
agissements du gouvernement, les affaires de détournement de fonds, de malversation, de comptes de campagne, de délits d'initiés, de copinages, de népotisme, etc... (avec 65% des députés UMP
impliqués dans des démêlés avec la justice dans le cadre de responsabilités engageant les finances publiques), ...


il y a un rejet de type de représentation présidentielle, qui finalement ne correspond plus au Français d'aujourd'hui, moins arrogant, moins égocentrique et nombrillique, moins superficiel et
capricieux qu'avant la crise... et c'est compréhensible.


oui, il faut reconnaître ces trois points principaux dans la part (à mon avis pas si grosse que ça, pas + que pour françois donc, ~27% on voté
clairement pour lui, les autres par défaut donc au 2ème tour) de vote de rejet:


- le rejet du mode d'exercice de la fonction et du pouvoir, dans la violence, l'autoritarisme et le non respect de la démocratie qui ne vit pas que par les urnes


- le rejet de valeurs opportunistes et manipulatrices


- le rejet de la personne, dont seul Nicolas est responsable, par l'accumulation d'interventionnisme, d'arrogances, de personalisation du pouvoir, d'accaparement médiatique saturant, de
peoplisation, de sophismes méprisants, de caprices infantiles ostentatoires, etc... et de quelques incontournables maladresses et propos malheureux surnuméraires... liés directement à cette
volonté d'avoir son mot à dire sur tout... ou à cette tentation médiatiquement suscitée dirons-nous pour lui trouver quelque excuse... (medias abusés, qui le lui ont bien rendu sur la fin du
mandat, certes, actons-en)


 


mais il n'y a pas que du rejet.


on ne peut s'exonérer de l'examen de la nécessaire alternance sage et propre à la France qui conçoit qu'il vaut mieux alterner les pleins pouvoir à la gauche et les pleins pouvoirs à la droite,
que de cohabiter, ...dûment testé. Oui il est sage d'alterner, pour éviter les développements mafieux de quelques brebis galeuses opportunistes, car il y en a partout... (dûment constaté,
n'est-ce pas!)


 


on ne peut non plus s'exonérer de l'examen de la situation européenne, où dans le même temps que montent les fascismes, pendants de l'injustice sociale, connus et reconnus tels, dans le même
temps donc, montent les formes de socialismes édulcorés (donc adaptés au capitalisme planétaire, encore incontournable à l'heure actuelle)


L'Europe est à gauche; la Grèce vient de redonner de la gauche tout en voyant monter les nationalismes, donc au détriment de la droite modérée et de la droite ultralibérale, et
si tu suis, ça va être ainsi un peu partout, la droite allemande est déjà en difficulté pour ses élections à venir en 2013... et si la droite espagnole est passée, c'est justement parce que
l'extrême droite espagnole a été mal gérée... en France, le centre de Bayrou a permis que ça n'arrive pas. Ce positionnement qui est le sien a permis de clairement séparer les votes fn des votes
de droite républicaine.


Je le répète, je n'ai pas d'hostilité à l'alternance républicaine et démocratique, entre économisme et socialisme... je suis simplement et clairement hostile au bain capitaliste qui
contraint toute mesure et la pervertit à son usage pyramidal et élitiste, que je conteste résolument.


Je conteste toute option qui viserait à court ou moyen terme à réduire la démocratie à portion congrue, à cliver, à utiliser et favoriser le matérialisme, la propriété,
l'identité illusoire structurée autour de fantasmes historiques et communautaires, les conflits territoriaux, religieux et politiques, etc...


 


◘ tu évoques aussi les médias... or, s'il est vrai que sur la fin du mandat, ils ne l'ont pas ménagé, il reste que le media par définition surfe sur la vague majoritaire et doit être clairvoyant,
pour accompagner la volonté, les désirs, les penchants de son auditoire. Les spectateurs, clients, que nous sommes... sommes friands de critiques de l'état, et tu verras que Hollande, passée
cette glorieuse période auréolée du bénéfice du doute et de l'a priori positif et volontairement constructif qui accompagne intelligemment le choix du peuple à chaque élection, tu verras que
François aussi verra sa petite personne critiquée (à nouveau, hein, parce qu'il n'a jamais été ménagé non plus lol), ses travers jetés en patûre, ses mots de travers, ses indélicatesses, ses
tics, ses tocs, son apparence, sa vie privée, etc... livrés aux lignes de la presse...


c'est le jeu... c'est le commerce, on le sait bien... et l'exercice du contre-pouvoir est très important et très utile, et permet justement de rester sur ce fil... du rasoir!


 


◘ enfin, je trouve très sain que les élections se jouent à maximum 55-45% ce qui signifie qu'il n'y a pas de diabolisation et d'excès tranché, et sans doute un minimum de manipulation et de votes
de rejet par rapport au vote de confiance, sur le projet donc, ou par habitude idéologique. Il y a des études pour dire que le vote idéologique ou de proximité idéologique est le plus important à
droite et extrême droite qu'à gauche.


 


◘ maintenant ce que tu appelles "le retour au peuple moins tardif et plus franc"...


que veux-tu dire? j'ai peur de comprendre que toi, tu valides le racollage lepéniste de nicolas entre le 2 tours... as-tu bien conscience de la vanité puérile et anti-évolutionnaire de ce
protectionnisme? (j'ai traité ces sujets toute la semaine, si tu as 5mn pour lire les derniers sujets politiques et d'actu, dont certains que je me suis donnée la peine de traiter
personnellement, chose + rare)


non, je sais c'est difficile pour toi d'accéder à ce recul sur faits protectionnistes, nationalistes et préferentiels* du fait de ta fonction et de la force des syndicats de droite et d'extrême
droite dans ta corporation, il est vrai... ma famille aussi comporte des fonctionnaires de police, gendarmerie et militaires... je comprends très bien ça... je suis rompue à ces dialogues de
sourds... lol


 


il y a aussi 80% de la famille (des deux côtés) qui est ou a été fonctionnaire, essentiellement dans l'éducation nationale... et principalement de mouvance gauche donc... tu imagines le degré de
politisation chez nous... je ris... et t'imagine souriant aussi...


 


◘ tu évoques aussi, non sans moralisation ("un transfuge PS qui en avait honte") le point de l'identité.


alors, je mets les choses au point, l'identité, ce n'est pas "l'identité nationale". Personne n'a de problème avec l'identité, personne, chacun s'assume


s'assumer au regard des uns et des autres, dans le cadre d'un collectif, là c'est autre chose. Il entre en jeu la xénophobie, la notion de
communauté, que la droite aborde honteusement pour reprendre ton terme, et qui devient dès lors source de communautarisme... le pendant du rejet de la nécessaire communauté des hommes est
d'exclure certaines communautés de fait, et de provoquer le communautarisme. Il y a des communautés de pensée politique qui donnent des partis et des partisans; il y a des communautés de
religions, qui donnent des musulmans et des chrétiens, des juifs et des bouddhistes, etc etc... de divers courants internes d'ailleurs, tu as des bouddhistes religieux et des bouddhistes non
religieux par ex., des catholiques des protestants des orthodoxes etc... bref... si tu exclus une communauté politique tu auras de l'extrêmisme, de l'idéologie, du fascisme... si tu exclus une
communauté religieuse du auras d'autres -ismes... et donc du communautar-isme...


 


je récuse l'idée même d'identité nationale sélective a priori, ce n'est pas une attitude honteuse, mon brave, c'est une affirmation de Soi,
dans ses valeurs républicaines et humanistes, voire spirituelles, dans l'acceptation non nationaliste de l'autre, il n'y a pas d'identité nationale républicaine et humaniste en France,
qui s'appuierait sur une appartenance religieuse, politique ou ethnique, du fait même de l'Histoire de France. Ce n'est pas la même chose dans d'autres pays qui n'ont pratiqué aucune
mixité culturelle, ethnique ou religieuse de toute leur histoire nationale, régionale dirons-nous du coup, et dont les frontières ont été dessinées par d'autres, donc par défaut d'occupation de
sol ou par limite imposée. La France a, elle, une histoire coloniale ancienne, elle se trouve à la croisée des chemins et a assumé/s'est nourrie de courants culturels divers et variés, le
christianisme et le judaïsme ont une histoire commune sur le territoire, les chrétiens se sont affrontés entre eux, les ethnies se sont de tous temps mélangées, les cultures étaient diverses
avant même la formation de la Gaule, de la France... elle s'est étendue d'Espagne à Allemagne, n'a pas toujours inclus sont Nord, Belge jusqu'à Amiens par ex... peuplée par les Ambianis, elle n'a
pas toujours inclus toute la Savoie et la région niçoise qui ne sont françaises que depuis 160ans, et donc moitié moins de temps que ne sont françaises les Antilles par ex... (message à tous les
innombrables nationalistes et ethnophobes varois que je chambre régulièrement sur ce point)


dois-je rappeler les extrémités de l'anti-multiculturalisme avec les événements suédois, ou ceux de Toulouse récemment?


 


◘ tu évoques aussi "Si l’on décide de mener une campagne électorale décomplexée, on ne choisit pas comme porte-parole une femme, certes gracieuse et élégante, mais dont le principal titre
littéraire aura été de morigéner la représentante de la droite extrêmement décomplexée."


à quoi fais-tu référence? qui a "autorisé" une "campagne électorale décomplexée"? il n'y aurait aucun complexe en France? aucune auto-critique de notre dangereuse xénophobie,
islamophobie, judéophobie depuis des siècles? hem? m'enfin, quelle irresponsabilité que cette soit-disant légitime décomplexion!!! légale sans doute, mais illégitime et déraisonnable.


il convient au contraire d'être encore prudent sur ce point, tout le monde n'ayant je le répète, pas acquis par les études supérieures (au-delà du collège) les fondamentaux de l'Histoire et de la
philosophie qui permettent d'en comprendre les dangers avérés, effectifs et qui font notre passé encore vif.


il convient de "morigéner" quiconque adopte cette attitude décomplexée, non pour l'en empêcher, bien sûr, mais pour que chacun, dans le cadre de cette exercice décomplexé, puisse se
positionner justement.


Autoriser mais encadrer, rappeler et différencier le bien du mal, le juste et l'injuste, le fasciste le non fasciste. Décomplexer ne se fera pas sur le mode inversion de valeurs!
non mais! et puis quoi encore, deux bières et un twix?!!


Libre à chacun d'user de maturité responsable ou de fantaisie identitaire anti-conformiste décomplexée, comme le font les adolescents qui, faute d'estime d'eux-mêmes, tendent à se faire remarquer
par des comportements asociaux afin de trouver leur place ... en fait en prenant une place à l'extérieur de la pensée commune sagement définie par les anciens les + expérimentés, càd ayant
compris et retenu les leçons de l'Histoire...


 


Ainsi quand un adulte choisit de errer et de boire de l'alcool, on ne peut de force le contraindre à autre chose, mais ce n'est pas pour autant qu'on lui permet de s'alcooliser en public, ou de
dormir à l'entrée des magasins, de s'introduire dans une propriété privée sans consentement préalable, même s'il fait froid dehors. Son choix est légitime, il peut le revendiquer même,
les contraintes conséquentes à ses choix ne nous appartiennent pas et ne le sont pas pour autant. Bien faire la différence:


l'expression libre oui,


la libre application sans contrainte de ce qu'on exprime librement, ça n'entre pas forcément dans le cadre des lois qui régissent notre république


 


Pour moi, en outre, s'il est légitime de penser politiquement de façon utopiquement extrême, c'est une vue de l'esprit, qui peut encadrer des débats, poser des sophismes interrogateurs, mais il
n'est pas légitime de décomplexer, de dédramatiser les comportements extrêmes qui en découlent en application, encore moins d'en faire l'apologie, s'appuyant sur le misérabilisme du rejet pour
attirer la compassion sur ce qui est loin d'en mériter, ô comble de la manipulation!


 


Ainsi, celui qui profane des tombes, violente un tiers identifié comme "non légitimement national" au nom d'un fondement politique, n'est pas plus excusable parce que cela relèverait d'une
"liberté de pensée politique"... on est bien d'accord? et personne ne se réclame de ces comportements bien sûr...


As-tu pensé ce qui résulterait de l'intervention policière dans les violences faites à un tiers du fait d'une reconnaissance d'une légitimité nationale? aïe... non parce que parfois, on dirait
que tout à la fois, on doit avoir recours "au peuple" d'une intelligence populaire, mais on fait comme s'il n'y avait pas de dérive populiste...


à propos de décomplexion, parle si tu veux de cette dérive populaire-populiste si facile, avec ceux qui se voilent la face, à l'UMP et au FN, comme dans le front de gauche d'ailleurs... !


 


◘ maintenant, si mal taillé pour le costard, si gesticulant et impertinent, ah si, c'est indéniable, la fonction présidentielle, si elle a gagné en dynamisme, elle a aussi perdu en prestige et en
exemplarité, en hauteur et en prestance!


et par ces faits, il s'est rendu totalement inapte, indésirable à la représentation d'une nation, pour autant, malgré certaines compétences indéniables, dont notamment celle de s'entourer...le
peuple a en majorité estimé qu'il n'était plus représentatif du peuple. point. ne pas y voir autre chose si l'on ne veut pas.


notre Président de la République (encore à ce jour en exercice) aura cependant fait le job, au mieux du contexte et de ses compétences et contraintes contextuelles. Si le mieux de ce qu'il pense
avoir donné (de son propre aveu) ne suffit pas ou ne satisfait pas, il faut savoir laisser la place. Ne pas démériter, être félicité pour le difficile exercice du pouvoir, ça s'appelle au
double sens du terme "être remercié". Ya pas lieu d'en faire un foin, VGE avant lui aura goûté au mandat unique, pour des raisons partiellement similaires.


 


◘ tu dis une chose importante: "Il est des erreurs de casting et de timing que comprend le Français."


oui, en quelque sorte... mais c'est valable pour tout le monde, cette fois-ci je pense que l'UMP s'est trompée et eût dû choisir une personnalité plus consensuelle, mais qui ne propose qu'une
continuité de sens dans la différence de style, et elle eût probablement gagné. Je l'eus regretté, certes... Là fût une erreur de casting. Concernant Ségolène, je pense que compte tenu de la
situation de François Hollande à l'époque, du discrédit jeté sur Aubry aussi à l'époque, ce n'était pas une erreur de casting, et les millions de voix reportés sur Ségolène en témoignent. Le
choix de traitement de l'extrême-droite lui, était propre à son époque et discutable. Les enjeux européens du fascisme sont aujourd'hui plus clair... et l'opposition plus ferme donc.


 


◘ concernant les "spéculations intellectuelles" à visée sophistes, qui veulent trouver matière à étayer l'absence d'argument de manoeuvre diffamatoire a priori, je les prends pour ce
qu'elles sont. Du reste, compte tenu de l'ampleur des votes blancs, seuls 48,5% des votants ont élu François, il n'en reste pas moins que selon nos critères d'exercice de la démocratie par
les urnes, les élections sont légitimées y compris dans ce constat. Je pense que du fait de ces + de 2 millions de votes blancs, on peut dire du résultat qu'il s'agit d'un vote de confiance et
d'idéologie et non d'un vote de rejet. Le vrai rejet c'est l'abstentionnisme et le vote blanc/nul. rejeter mais trouver matière à s'accorder ailleurs, c'est déjà autre chose, ça
s'appelle un choix, et c'est ce qui constitue le vote majoritaire à l'instant T, quelle que soit l'ampleur de l'adhésion pour le bulletin que l'on insère, un vote est un vote.


 


◘ François Hollande comme Nicolas Sarkozy et ceux qui les ont précédés, auront eu "l'habileté politique" en + de l'ambition personnelle d'arriver au pouvoir, mais parfois il y a + de
conviction personnelle continue chez certains, qui leur confère une probité, une moralité + respectueuse et constante qui leur vaut une confiance + entière...


dans ce commentaire, je te retire le droit au sophisme (décidément) à peine masqué de la réduction de son habileté par le soutien médiatique supposé comme si du reste les médias, (comme abordé +
haut) ne versaient pas dans la mouvance en cours pour conserver de l'audimat... tu sembles avoir la mémoire courte sur la promotion de Sarko avant et pendant le début de son quinquennat... ça
tenait du léchage de bottes en règle... et ça, c'est pas des supputations, hein, on en a un vaste retour de faits et d'aveux journalistiques...


 


◘ tu évoques aussi le "combat culturel" de la gauche... je dirais d'une part qu'il est + ancien que cela, et que d'autre part ce "combat" n'en est pas un, c'est un développement
du débat et de l'argumentation intellectuellement respectueuse résolument anti-sophiste, qui élève la politique à un statut qu'elle n'aurait jamais dû quitter, noble et progressiste.


 


◘ "François Hollande, il l’a dit, ne pratiquera pas d’ouverture à droite." il n'y est pas contraint, et d'ailleurs Bayrou ne le souhaite pas en l'état, la politique française n'y
gagnerait pas avant les législatives, ce serait du racollage, de la manoeuvre politicienne... on verra si effectivement il résiste à la tentation, et aux conseils tactiques en ce sens. C'est ce
qui différencie l'exercice propre de la politique de la tactique manipulatoire de la désintégration par l'assimilation... (le combat cesse faute de raisons/possibilités de
s'opposer)


il serait bon en effet, d'attendre les résultats des législatives pour réaménager un gouvernement le cas échéant.


mais je fais effectivement confiance à "son intelligence politique et à sa cohérence intellectuelle", ce qui me rassure avec lui, (bien que je n'aie pas voté pour lui au premier tour je
le rappelle) c'est son adaptabilité aux circonstances, son ouverture intellectuelle, limitée cependant judicieusement à cette cohérence intellectuelle, càd qu'il y a des valeurs fondamentales
comme la justice sociale la nécessité de l'Europe économique et sociale, pour ne citer que cela, valeurs auxquelles il ne saurait déroger.


Ainsi, on sait, en votant pour lui, à quelles limites on s'attend, clairement, ce qui n'est pas le cas par ex de Sarko qui aura bouffé à tous les rateliers tout au long de sa carrière
politique... preuves en pleuvent... mais tu l'auras bien remarqué de ton oeil affûté...


 


◘ j'aurais aimé que tu développes ici ton assertion "la droite française aura été la victime docile d’une escroquerie intellectuelle légale que je n’aurais cessé de dénoncer vainement."
pour pouvoir y accéder.


"Française"?!!


Je le répète, pour moi l'escroquerie internationale est de vendre le capitalisme comme un fondement "naturel" du développement humain, or, je
le maintiens, cette escroquerie aujourd'hui, d'un regard qui se répand, est délétère, élitiste, et s'effondre...


ceux qui y croient encore, et nuisent ainsi au nécessaires adaptations à l'ampleur de notre impact planétaire de surcroissants, ceux-là, sont dans le déni absurde et suicidaire... l'Histoire
nous/me donnera raison, tu verras.


J'appelle ça nager à contre-courant. Mais bon on ne parlera de clairvoyance qu'avec du recul, n'est-ce pas...?


 


◘ "le surmoi qu’aura réussi à imposer la classe médiatique à une partie de la droite française tout en décomplexant la gauche de ses propres liaisons autrement moins platoniques."


là je ris copieusement serge!


vas-y développe stp, je sens qu'on va trouver matière à débattre sur des veines hautement philosophiques et surtout sur les conditionnements récurrents du freudisme persistant...


 


◘ tu affirmes une chose étrange: "le camp des droites, le premier tour l’aura encore montré, est plus nombreux que son antipode, c’est un président de gauche qui l’aura emporté."



tu es fou ou bien tu as consommé des substances illicites? je te rappelle le premier tour ou bien? va falloir que tu m'expliques... ah oui, j'y suis..., tu fais ss doute partie de ceux qui
s'imaginent que, comme son porte parole Bayrou, le mouvement centriste est de droite et pas du tout de gauche... malgré son intervention 3jours avant le deuxième tour, tu maintiens cela? c'est
que vraiment tu es têtu ou veux te convaincre


note que c'est ton droit, d'être têtu, de t'autopersuader, tant que l'illusionnisme s'arrête à toi.


de même tu penses, tu m'arrêtes si je me trompe, que ceux qui votent marion le pen sont de droite... alors ça, quelle fumisterie, marion elle-même dénie cette appelation "de droite". D'ailleurs
elle s'oppose fermement à la droite, l'aurais-tu oublié?!


le front national français, est un parti ethno-socialiste à caractère fascisant. ce n'est pas à proprement parler
de "la droite"; c'est extrême, oui, c'est "nationaliste", oui, mais c'est surtout, et c'est là que ça racolle large, surtout "socialiste"


et d'ailleurs, parmi ceux qui ont voté Mélenchon aussi, il y a des socialistes qui auraient voté le pen... les études sont formelles sur ce point.


Non, Serge, la France est de gauche, et tu es bien loin de ce que tous les analystes en disent sur ce point.


 


◘ tu rapportes en déformant et édulcorant le propos de Longuet, je m'inscris en faux contre cette manoeuvre manipulatoire (consciente?), marion le pen n'y a pas qu'été décrite comme "une
interlocutrice possible". Je n'y reviens pas plus, c'est ici la pratique, décidément, de la tactique sarkozienne de la contrevérité, de l'approximation réductrice ou abusive selon l'utilité,
pour pervertir le sens par la forme, et procéder par appel moralisateur.


mais je suis une anti-"sophismes de vulgarisation"... dans le droit fil de ceux que Socrate décriait.


 


◘ tu ajoutes: "François Hollande remercie publiquement et impunément son interlocuteur Mélenchon et s’apprête à mener campagne avec un PCF, dans le cadre d’une alliance que même les
représentants de la droite démocratique ont oublié hier soir de critiquer dans son principe."


pardon? depuis quand le pcf est-il diabolique? -c'est bien ce que tu supposes en le mettant sur le plan de l'extrême droite ici, dans l'aposition-...ah oui, depuis que marine ne
l'est plus, c'est vrai (sophisme!)... pourtant l'ami, de tous temps c'est le fascisme qui récuse la légitimité du communisme.. et s'associer à lui dans cette démarche est
révélateur...


comment peux-tu t'autoriser intellectuellement à récuser la légitimité historique d'une alliance du socialisme avec le PCF, et je te rappelle que Mélenchon est un socialiste plus ferme à la
base...qui s'est associé aux communistes...


et dans le même temps trouver normal que la droite s'allie aujourd'hui à l'extrême droite


et que ce serait une attitude décomplexée légitime que d'intégrer tout en se réclamant du gaullisme(!!), les valeurs ethnophobes et fascisantes?


explique-moi donc ça...steuplé...


ce n'est pas comme si les socialistes s'alliaient avec le parti de Nathalie Artaud ou de Poutou... à l'extrême gauche...  veuille bien réviser tes comparaisons...merci pour la clarté de la
chose...


 


◘ tu avances un propos qui me choque humainement parlant, et d'un point de vue de l'application du droit: "Lorsque la victime est aussi sottement dupe, ce n’est plus, juridiquement, une
escroquerie."


je ne suis pas du tout d'accord avec cela. Ici, tel qu'exprimé, ça s'appelle de l'abus de faiblesse. Et c'est valable pour tous les Français qu'on abuse par des sophismes et des
oublis historiques en leur vendant de la noblesse et de la décomplexion dans des recours à des voies historiquement rendues inacceptables.


 


◘ "Mais il est une autre escroquerie, récidivante, qui aura été commise délibérément et impunément dans la dernière quinzaine : celle de dénoncer la dérive vichyssoise du président
aujourd’hui battu.
J’aurais passé une bonne partie de ma vie d’homme à dénoncer et démonter cette escroquerie trentenaire en bande organisée."


bon, je ne m'apesentis pas sur notre désaccord. oui la dérive du discours de sarko entre les 2 tours est anti-républicaine et à contre-sens historique, c'est faire honte aux
leçons de nos douloureux apprentissages, insulter la mémoire de la résistance française, jusqu'aux valeurs gaullistes. je te vilipende sur ce point. je ne te permets plus de tenir ces propos ici, sans risquer mon intervention véhémente en grosses lettres, ceci est une
sage mise en garde, dans mon engagement de blogging, et dans le respect des valeurs que je défends ici; n'y voit pas autre chose Serge, que le fait que notre amitié n'ira pas jusqu'à cette validation passive, c'est tout.


 


◘ "il a été reproché à Nicolas Sarkozy de marcher sur les plates-bandes minées de Marine Le Pen." on ne peut utiliser le terme de reproche que par rapport au recul que l'on peut avoir
vis à vis des valeurs défendues par le FN. Mais politiquement et stratégiquement la désintégration par l'assimilation était une stratégie qui se défendait. Un choix, celui de/insufflé par
Buisson, on le sait.


 


◘ concernant le "glissement lexical", et j'ajoute, sophiste, du ps, je confirme, je l'ai senti aussi. C'est je crois surtout lié aux positionnements qui opposent la droite et la gauche
par rapport au FN, l'un tend à le dédiaboliser pour le désintégrer, l'autre hésite encore et s'oppose fermement sans oser trop concéder de la valeur morale de cette opposition a des nécessités
tactiques... d'où ce glissement tâtonnant... on verra évoluer le positionnement dans le temps... je le rappelle, le fn est un ethno-socialisme.


 


◘ tu fais le rapport à l'immigration, je le rappelle ce n'est pas un sujet tabou, toute liberté a ses contraintes, dois-je te rappeler la phrase complète de Rocard "la France ne peut héberger toute la misère du monde, mais elle doit en prendre sa part"...
et si les socialistes étaient idiots, ils oublieraient de s'affirmer et de se déterminer sur ce point, c'est une des raisons essentielles du vote pour l'ethno-socialisme: en temps de crise des
ressources (alimentaires, eau... économique chez les Hommes), dans toutes les populations animales, on tend à réduire la population (les animaux en captivité vont jusqu'à tuer leur progéniture,
chez nous c'est une par contrôle des naissances, puis des avortements et abandons d'enfants...en situation économique individuelle... puis devant les crises d'ampleur collective: expropriations,
déportations, voire génocides...) et à protéger son territoire + agressivement.


 


◘ tu ajoutes, en ethno-républicain qui s'assume "Un dernier mot : Il ne s’est pas trouvé, un journaliste, un commentateur, un responsable politique pour protester contre la sortie de nombreux
drapeaux turcs, marocains et algériens, à la Bastille.
Je le fais. En Français et en républicain."


et pas que, j'ai repérés des drapeaux sénégalais, égyptien, palestinien, ivoirien, syrien et grecs aussi..., toi tu lis le figaro, lol!!ah ben non, tu dis "pas un
journaliste"...


on s'est amusé à les trouver avec les enfants le jour J, en famille... très éducatif, ...j'ai vu beaucoup de drapeaux français, et aussi 2 drapeaux européens, un drapeau portugais, un drapeau
italien... yavait des drapeaux associatifs, des drapeaux arc-en-ciel bien repérables aussi, des drapeaux écologistes, des drapeaux du front de gauche (vert, blanc et rouge avec écrit front de
gauche dessus), des drapeaux tibétains, vietnamiens aussi...le drapeau de la ligue arabe qui vise notamment à limiter l'ingérence des puissances coloniales dans la région panarabique, ligue qui a
statut d'observateur auprès de l'ONU... moi j'apprécie la façon dont notre nouveau président semble déjà faire rayonner la France sur le monde...


je te laisse libre d'en déduire les extrémités que tu voudras, on peut très bien être étranger et résider en France et s'associer à la victoire de la gauche
française non ethnophobe qui permet aux étrangers de résider et de travailler en France et donc de se réjouir de ce choix politique aux présidentielles, je n'y vois pas
d'incohérence.


Depuis quand serait-il un délit d'afficher sa nationalité ou ses origines, que penses-tu des supporters sportifs qui agitent leurs drapeaux étrangers en cas de victoire? C'est un affont à la
république?


allons allons, Serge, quelle dérive extrêmiste ici...


vraiment, ce n'est pas raisonnable, cohérent, ça n'a aucune validité politique, démocratique ni républicaine


il faut cesser de cliver sur les valeurs républicaines en les galvaudant ainsi. Si, si, je le conseille vivement


 


Enfin, j'attire ton attention sur un fait essentiel qui est celui de l'équilibre


Chaque fois que l'un tire à l'extrême, la société s'équilibre en tirant à l'extrême inverse.


Je te laisse y réfléchir...


belle soirée à toi et bisou citoyen!



didier 06/05/2012 08:38

Bon dimanche à toi
Et que le meilleur gagne... enfin c'est un grand mot!

mamalilou 17/05/2012 03:45



merci


que le plus sage soit élu... parfois changer de méthode, hein, ça fait tout le bonheur d'un peuple... le problème reste entier, l'équation à entrées multiples délicate, mais au moins, il y a du
respect, de la tempérance, et puis considération, sollicitude, exemplarité des efforts demander qu'on s'applique à soi-même quand on veut se targuer de "commander"...


ça rassure un peu, la fin de l'arrogance décomplexée...


c'était pas du tout le ton raccord avec la crise... du tout, ils ont eu un tel temps de retard dans leur comportement, l'équipe à sarko, on voyait bien que la crise ne les touchait pas eux, et
c'était terrible ces leçons données par qui s'en foutait à titre personnel... insupportable... ils ont décroché complètement ...


bon jeudi ascensionnel à toi


bisous



jibie 06/05/2012 08:00

bon dimanche Mamadomi
que le moins mauvais pour notre pays soit élu

mamalilou 17/05/2012 03:42



très bon jeudi d'ascension à toi


doux bisous, avec un soulagement de changer de mode "d'éducation" du peuple... en restant vigilants à notre sort, et surtout en y prenant part active!!