Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 14:51

Mère ou putain?

 

 

Il est de bonne humeur, il a la soixantaine et il est psychothérapeute. Nous étions de retour de Salon-de-Provence dans le sud de la France. Nous avions été tous les 2 invités à faire une conférence sur le thème "Guérir de ses relations hommes-femmes". J'ai dit:

"Avec un homme, une femme devrait pouvoir explorer toutes ses facettes: la mère, la petite fille..."

Il a voulu finir ma phrase:

"... Et la putain."

Il avait prononcé ce mot avec douceur, tendresse et presque du respect. J'en suis restée sans voix. Je pris tout à coup conscience qu'il n'existait dans la langue française aucun autre mot que "putain" pour qualifier une femme qui vit sa féminité dans la plénitude. Comme si dans l'imaginaire masculin et, partant, dans le nôtre, une femme féminine et seulement  féminine était une "putain". A la rigueur, une "salope".

Comme pour confirmer mon hypothèse, hier soir en allumant la télévision, je mle suis trouvée nez à nez avec l'humoriste Jean-Marie Bigard:

"Hier, j'suis allé en boîte, ils avaient fait un lâcher de salopes, c'était de l'élevage..."

Ce matin, je cherchais sur Internet les références de ce sketch et je découvris ainsi une source inépuisable d'ex. En voici un échantillon. A la radio, une jeune femme vient de chanter en direct; l'invité est un autre humoriste, Guy Bedos. Il est dithyrambique:

"Hou-la-la, elle n'a pas un physique de radio, celle-là! Comme elle bouge, ce n'est pas du racolage passif, c'est du racolage actif!"

Et il lance:

"La salope!"

Dans un de ses sketchs, intitulé d'ailleurs "Toutes des salopes", il s'exlamait déjà:

"Qu'est-ce qu'elles sont belles ces nanas! Ah, les salopes! Salopes!"

Quant à Doc Gynéco, il chante:

"Quoi qu'on dise sur toi, t'es ma salope à moi."

Cela n'en finit pas. Au moment où je relis ces lignes, je viens de saisir au vol, toujours à la télévision, la rediffusion d'un extrait de pièce de théâtre:

"Il y a 2 sortes de femmes, dit l'un des acteurs, les moches et les salopes."

N'en jetez plus, j'arrête la litanie.

S'il est vrai, comme l'affirme Lacan, que les mots structurent l'inconscient comme un langage, le constat peut inquiéter.

Je me souvins que beaucoup de femmes m'avaient confié se faire traiter au lit de "salope" par l'homme qu'elles aiment. Comme si c'était pour eux le seul moyen de différencier la femme de la mère. De leur mère?

A l'inverse, du moment où elles avaient accouché, leurs compagnons, du jour au lendemain, les sacralisaient. Elles étaient devenues la mère de leur enfant. Ils les considéraient désormais comme intouchables. Ils ne les désiraient plus.

Dans un numéro spécial de Elle, une lectrice raconte sa difficulté à retrouver la belle entente sexuelle qu'elle avait auparavant avec son mari. Depuis qu'elle est maman, il lui répète qu'elle est la femme de ses rêves, la mère de sa fille et il ne la touche plus.

Elle acheté des dessous sexy, a même pris des cours de strip-tease; sans succès. Lorsqu'il accepte -rarement- de faire l'amour, c'est dans le noir le plus total et dans le lit conjugal.

Ils avaient appelé leur enfant Marie et il vait commenté:

"Marie, c'est pur comme la Sainte Vierge."

Sur le moment, elle n'avait pas relevé.

Le phénomène concerne aussi bien les hommes que les femmes. Beaucoup d'entre elles, avec le père de leur enfant, ne se donnent pas droit au plaisir. Seulement celui de procréer. D'autres, nombreuses, une fois devenues mères, n'ont plus aucun désir sexuel. Elles ne parviennent à l'orgasme qu'en trompant leur mari. Ou en se faisant traiter de "salopes".

Comme si la femme n'existait pas. Comme si, en dehors de nos rôles de mère ou de fille, il n'y avait de place que pour... la putain.

La mère? Mise d'office sur un piédestal.

La fille? Seulement dans la séduction, à l'image des top-modèles de magazines.

La femme, elle, est forcément "d'affaires", "d'action" ou "de tête". Surtout pas féminine. Sous peine de passer pour une salope. Ou une putain. 

Depuis des générations, la religion "judéo-chrétienne" forge notre esprit, conditionne notre vision du monde, canalise nos pulsions et nos désirs. Que nous soyons ou non croyants, elle a imprimé les mentalités de nos ancêtres, de nos parents et nous imprègne ainsi depuis notre + tendre enfance. Ses messages hantent nos mémoires avec d'autant + de virulence qu'ils sont devenus souterrain, inconscients. C'est la raison pour laquelle il me semble essentiel d'identifier à la source ces influences invisibles, 1er pas pour s'en libérer.

v Marianne Monnoye-Termeer

C'est d'abord au travers de personnages considérés comme sacrés que la religion modèle encore aujourd'hui, par la puissance de ses symboles, nos représentations du féminin.

C'est seulement en l'an 431 qu'à la demande des fidèles, l'Eglise finit, au concile d'Ephèse, par autoriser le culte de la Vierge Marie. Depuis, la mère de Dieu est notre seule représentation officielle. Autrement dit, la seule représentation acceptable de la femme est la mère. La sexualité ne peut avoir d'autre but que la procréation.

Par ailleurs, selon le dogme catholique de l'Immaculée Conception, Marie, mère de Dieu, a été conçue sans péché. Contrairement à nous. Elle nous est donc inaccessible. Dans nos représentations, être mère, c'est être au-dessus du monde, presque sanctifiée d'office. C'est être mise sur un  piédestal, sur un trône, être parfaite. Nous avons hérité du catholicisme une vision du féminin désincarnée, vidée de sa substance. Asexuée. 

à suivre...

V. Colin Simard

Tudo Foge ^^

proposé par mamadomi

Partager cet article

Repost 0
Published by mamadomi - dans C'est sexe !!!
commenter cet article

commentaires

mamalilou 25/02/2013 02:40

-->> je suis passée par cette notion de transgression, c'est d'ailleurs typique de l'adolescence puis de la quarantaine (ou trente-cinquaine!!)... bref, du milieu de la vie...
voir jusqu'où on peut aller trop loin, flirter avec les limites de ce qui nous est moralement acceptable, et... tester l'impunité, certains, sur ce même schéma choisissent la mégalo, ou
l'escroquerie, etc... ce n'est qu'un rapport de plaisir de la transgression
mais qu'est-ce que la transgression, en dehors de toute notion de péché? C'est un refus de respecter une limite poser par autrui, ou un collectif dont on se réclame ou pas...
si bien que hors consentement plein et entier des participants, la vie sexuelle ne peut relever sainement de cette transgression... c'est une forme de chantage imposé à celui qui a conscience du
conditionnement de l'autre et de l'impériosité d'y répondre...
alors du sel, oui mais pas toujours pour tout le monde...
si la sensation d'imposer une forme de relation à l'autre est du plaisir, sans que cela ne soit l'objet d'un jeu consenti de faux-semblant, de refus feint,
alors non, cela ne relève pas d'une démarche saine.

je tiens à la notion d'égalité de considération de démarche pour l'un et l'autre dans le couple, le conditionnement d'imposer est aussi fort que celui de se laisser imposer. Je ne fais pas vraiment
de distingo entre l'impériosité du désir féminin et masculin, mais les conditionnements dans le temps, on fait que la plupart des femmes dominent leurs impériosités, qu'on attend cela d'elles et ne
le tolère que sur demande expresse... monsieur (ou madame qui aime les femmes d'ailleurs) voudra bien d'une "salope", d'un comportement de 'salope', quand il le cherche, et sur commande. C'est là
qu'est le hic... oh bien sûr, ça arrive aussi un peu dans le sens inverse, où c'est madame qui voudrait "compartimenter" l'autre, et choisir quand avoir à faire à qui...
mais tout cela pour moi, n'est que jeu de domination
et je tiens que, non, décidément, le sel ne réside pas dans la transgression,
ceci est la facilité, la toute puissance infantile, je commande...
il est autrement plus incertain (et donc salé aussi), de maintenir une relation équilibrée, durable, respectueuse, qui soit passionnée, sereine, folle, ... sans jamais ressentir la faiblesse de
vouloir assouvir l'impériosité d'un désir au prix de la transgression... accepter que la plupart des fantasmes se doivent pour rester du "sel" de rester inassouvis dans les faits.

tu formules de façon très intéressante "les mères, qu'on le veuille ou non, sont plus souvent aux manettes"
- d'abord ce n'est pas vrai dans toutes les cultures, et pour des raisons diverses, il y a des tribus amérindiennes où se sont les hommes qui s'occupent des petits par ex, mais aussi en Asie.
D'autres endroit où le nursage n'est pas l'apanage de l'un ou l'autre sexe, c'est selon les activités de saison, la santé des uns et des autres, et l'équilibre démographique du village par
ex...
- ensuite le "qu'on le veuille ou non" me fait un peu sourire... car qui veut vraiment qu'il en soit autrement, et pouquoi cette situation perdure? si ce n'est parce que personne ne le veut
autrement? et pourquoi donc? parce qu'hors cette prérogative, tout le reste est encore en équilibre instable pour les femmes, au moins ça, elles savent que personne ne viendra le leur mégoter,
c'est leur terrain d'expression de la gestion, de l'harmonie, de la créativité, de l'autorité, de la reconnaissance, de l'amour inconditionnel, de la valorisation, c'est ancestral, pas besoin de se
justifier, de montrer un bilan de compétence, etc... (et pourtant...) et puis, en période de crise on commence déjà à leur demander de laisser les emplois aux hommes et de rester s'occuper des
enfants à la maison...

par ex encore, c'est madame qui cède du terrain sur sa carrière et pas monsieur, etc... les exceptions sont quasi anecdotiques encore, on en parle parce que justement c'est trop peu
représentatif... combien peu d'hommes peuvent sereinement prendre leur congé de paternité sans railleries, remarques ou soupir, ou pire, vacheries professionnelles au retour... combien peuvent
prétendre demander un congé de deux jours pour rester auprès d'un enfant fiévreux ? quel employeur a cette tolérance, quel client accepte cela? etc...
je crois que tu aurais pu sans abuser ôter le 'qu'on le veuille ou non'... et franchement poser que personne, sauf exception, ne désire vraiment qu'il en soit autrement... et que tant qu'il en sera
ainsi, il sera difficile de modifier certains conditionnements qui en découlent ... difficile, mais pas impossible... car nul besoin d'attendre d'être parfait pour commencer à bien faire...
les pères sont présents, certes, mais à une place de père. toujours prédéfinies par les anciens, et quand d'aventure les pères veulent prendre une place "nouvelle" selon d'autres modalités, ce
n'est jamais dans le consentement et la négociation, c'est là aussi, imposé: je veux prendre une part de tes prérogative de mère, point. sans rien perdre de mes prérogatives d'homme: gestion du
budget, choix du logement, dernier mot sur les décisions, carrière, initiative de la relation sexuelle, etc...
ce que je pointe au fil des billets ici assez souvent, c'est que dans cette quête de l'égalité de droit, les femmes rencontrent un obstacle de taille en plus de devoir arracher et justifier
d'arracher ces droits (ce que les hommes n'ont jamais eu à faire), elles doivent en plus se battre pour garder le peu de prérogatives qui leur restent, tandis que les hommes essaient désespérément
de reprendre le pouvoir en réclamant le droit de décider quelle part de devoirs ils veulent accomplir... quand ils veulent manifester leur volonté d'aller vers l'équilibre, ce n'est pas en
partageant le ménage et les corvées diverses, mais en partageant la part ludique et créative de la maisonnée: jouer avec les enfants, faire des activités sportives avec eux, jouer à masterchef
(sans nettoyer après), décorer le sapin, ou dessiner un mouton...
il y a toujours la notion de décision, de domination: je décide ce que j'accepte de ma femme, ce que je prends de ses prérogatives, ce que je concède de mes supposés droits ancestraux... je décide
des efforts que je veux faire... de façon univoque, ...
il faut reconnaître qu'il y a bien peu de négociation...
et les femmes, faute de mieux, trop positive dans leur regard porté sur ces petits efforts, se disent "c'est toujours ça de pris" ou "c'est un début, maladroit, mais on ne va pas décourager les
bonnes intentions"...
et insidieusement,
l'échec est là, qui se dessine...
et se dessine de la même façon concernant la sexualité, on considère en posant les mots sans complexe que c'est un progrès d'assumer le désir d'avoir une salope dans son lit, que c'est du "sel", et
plus une transgression... comme pour effacer le problème qui s'y cache (mal)... on noie le poisson en inspirant aux femmes d'y trouver leur compte, sans pour autant les laisser libre du moment ou
de la proportion de leur personnalité qui peut jouer à ces transgressions supposées, ou dans quelles circonstances... ça reste un moyen de domination, encore une fois

j'aimerais bien que ce soit "qu'on le veuille ou non"... ça signifierait déjà qu'on puisse être assez nombreux/-ses à ne pas le vouloir avec systématisme...
ce n'est pas que le modèle soit mauvais, c'est que les conditions de son application ne sont pas encore équitable et respectueuses, et surtout qu'il n'y a pas de garde-fous sociétaux aux
transgressions de l'estime de soi demandées aux femmes...

note: je disais "et si ya pas de péché" à la suite de "quoi de plus excitant que de consommer le péché"... justement donc, si ya pas de péché, c'est pas "assez" excitant? pas "le plus" excitant?...
héhéhé...
c'est là qu'est tout le travail
sans notion même de préceptes religieux en dehors desquels points de salut, bien sûr, comme inculqué par ailleurs...
il n'y a pas tabou plus tenace, mais c'est pas de celui-là que je parle en particulier dans la notion de transgression... je parle surtout de la transgression du caractère respectable de l'autre,
de l'image qu'il/elle souhaite donner et voir respecter, de son identité affirmée qu'il/elle souhaite ne pas devoir aménager pour l'excitation ou le plaisir de l'autre, ... pas de chantage à
l'être, pas de précipitation du désir de chacun, pas de notion de devoir dans le rapport sentimental ou sexuel à l'autre.

merci pour la sincérité de tes partages, vraiment, c'est enrichissant de pouvoir aller au fond des observations et des réflexions, sans limite de temps, de mots, et sans loupe émotionnelle... sur
ces sujets, c'est rare, et donc précieux.

gilbertilo 23/02/2013 10:56

Mama,quand je disais péché, évidemment il s'agissait d'une représentation .Le péché n'est qu'un instrument rudimentaire de la religion pour moralisateur en mal d'inspiration.Mais ce même péché
brandit comme un épouvantail paradoxalement peut conduire à la jouissance sublîméee de la transgression.Le sel.........En ce qui concerne l'égalité,il s'agit de la place de la sexualité dans le
quotidien d'une femme ,et devancière dans le cheminement,c'est justement l'affirmation de son désir.Pour la transmission des valeurs,malheureusement la petite enfance est un terrain malléable et
les mères sont qu'on le veuille ou non sont le plus souvent aux manettes.Et comme le faisait remarquer un sociologue dans l'enseignement primaire 80 pour cent des instits sont des femmes.Les
tabous..............Bien sûr comme tu le dis.L'harmonie chacun la trouve ou pas ,dans l'équilibre ou dans tout ce qu'il veut .AH j'oubliais ,oui les pères sont présents .Bisous Mama.

witney 22/02/2013 21:51

alors il y a du boulot !! merci pour ton article - bises

mamalilou 25/02/2013 01:43



gros bisous tendres, merci witney et toute belle semaine à toi



Cecyle 20/02/2013 22:47

Vive la femme libre ma chère mamadomi!
En tout cas c'est ainsi que je me présente depuis que j'ai accepté mon coté "putain"! hihi
Merci pour tes articles toujours passionnants! Je ne m'en lasse pas même si je ne commente pas souvent je suis une fidèle lectrice (c'est peut-être le seul domaine ou je le suis d'ailleurs! :p )
Gros bisous!

mamalilou 25/02/2013 01:42



héhé, vive les humains libres!


chacun son chemin, accepter la totalité de ce qu'on est, et ne rien se faire imposer, ni dans l'absolu, ni ponctuellement...


ce qui importe est vraiment la notion de conditionnement, de formatage qui ruine notre liberté, tu l'as bien perçu.


merci à toi fidèle lectrice, héhé, je penserai à cette limite de ta fidélité avant de t'épouser... lol!!! 


gros bisous



rené 19/02/2013 03:16

Bonjour
en chine c'est plus poétique, on dit une femme fleur
Je passe te souhaité un très bon mardi
Nos amitiés bises
Qing&René

mamalilou 23/02/2013 03:48



c'est sûr, c'est plus poétique...


très bon samdim à vous deux


doux bisous et amitiés