Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 05:20

Cinq, quatre, trois…


On ne peut croire ni à une croissance éternelle, ni à pouvoir s’échapper vers une autre planète quand seront épuisées les ressources de la nôtre. C’est impossible. L’humanité s’est mise en danger de mort, et Albert Jacquard, dans son dernier livre Le compte à rebours a-t-il commencé ?(éd°. Stock, Les documents, 03/09) montre comment.

Il évalue d’abord le risque nucléaire (entre la puissance de la bombe H et celle des essais américains dans le Pacifique, il y a un facteur mille) : il suffit que dans un seul État possédant l’arme nucléaire le risque d’un accident (une colère d’un dirigeant trop impulsif par exemple) soit de 1 % par an pour que la probabilité d’un désastre irréversible, tuant toute vie humaine sur la planète, soit de 64 % au cours du siècle et de pratiquement 100% au cours du millénaire.

 

La probabilité du suicide nucléaire de l’humanité dépend donc surtout du comportement des moins raisonnables. Or cette escalade a été décidée sans la moindre consultation populaire. Alors Albert Jacquard se demande par quelle aberration la première question posée à tout candidat à la Présidence de la République n’est pas : "Renoncez-vous aux armes nucléaires ?" Il évoque ensuite le sujet que Guy Evrard développait récemment dans nos colonnes (I.GR 1097, 04/09II. GR 1098, 05/09, III. GR 1099, 06/09), celui de la démographie, et il aboutit, à propos de ce qu’il appelle la bombe P comme population, à la même conclusion que Guy : alors qu’un milliard d’êtres humains souffrent et meurent de malnutrition, il faut que les pays riches remettent en question leurs habitudes gaspilleuses et dévastatrices.

Alors, avant d’accaparer toutes les richesses,

ne fallait-il pas commencer par poser une autre question :

"À qui appartient la planète ?"

 

Le polytechnicien généticien Albert Jacquard aborde enfin deux domaines déterminants quant à l’avenir de l’humanité : l’intégrisme économique et l’éducation.

Traitant le premier, il montre "la richesse de la décroissance" par des réflexions de bon sens dénonçant un système qui s’est cru "capable de créer de la richesse simplement en échangeant des signatures sur des papiers ou sur des écrans d’ordinateurs, à la façon dont en famille on joue avec passion au Monopoly". Mais quand il évoque "la fortune dont dispose l’ensemble des humains", il sous-entend que cette fortune est une réalité, certes mal partagée, mais une vraie richesse. Dans son expression "la fortune de l’ensemble", il mélange sans nuance ce qui est monnaie fiduciaire et ce qui est monnaie bancaire, il cautionne leur assimilation. Il entretient ainsi la confusion, fort malheureuse, généralement faite entre la monnaie légale, publique et garantie, et la monnaie scripturale, qui mène le monde malgré lui, qui ne sort jamais du domaine privé et secret des banques, que certains économistes n’hésitent pas à qualifier de pseudo-monnaie et qu’un “prix Nobel” d’économie, Maurice Allais, dénonce même comme étant émise de façon identique à celle de faux-monnayeurs.

 

Même ambiguïté lorsque Jacquard écrit que les clients des banques "ont confié leur fortune à des financiers qui l’ont convertie en prêts", car il cautionne ainsi l’idée fausse trop répandue dans le grand public, selon laquelle, en matière de crédit, le rôle des banques ne consiste qu’à prêter aux uns les économies déposées par les autres. C’est ignorer ou passer sous silence le privilège, pourtant ahurissant, abandonné aux banques de pouvoir augmenter à leur gré et dans leur intérêt la masse monétaire de la nation.

Mais ceci n’empêche pas notre auteur de démonter, en quelques phrases claires et limpides, tout l’arbitraire de la notion de valeur, ainsi que la fausse croyance en l’équilibre que le marché est censé apporter. On peut s’étonner, tout de même, qu’il n’ait pas choisi de relever, dans l’Histoire qui en contient tant, d’autres exemples que celui des assignats pour montrer les dangers d’une création monétaire basée sur la spéculation.

 

Cette ombre est vite oubliée dès qu’on aborde le chapitre consacré à ce que devrait être l’éducation. Ce dernier chapitre ne peut qu’enthousiasmer, tant par sa critique du système actuel au cœur duquel "ce n’est pas l’élève que l’on découvre, c’est plus souvent l’économiste, quand ce n’est pas le financier", que par son ouverture vers un monde plus humain, dans lequel, rappelle l’auteur, lire, écrire, compter ne sont pas tout, "comme s’il n’était pas tout aussi fondamental de savoir écouter, s’exprimer, questionner, c’est-à-dire en un mot : rencontrer."

Ah, si seulement nos prétendus “réformateurs”

étaient capables de “rencontrer” Albert Jacquard !

 

M.-L. Duboin, 31 10 09

 proposé par mamadomi
rééd° du 09 12 09

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamalilou 29/02/2012 00:24

-->> c'est absolument faux
permets-moi de te le dire
sauf si tu considères que remplacer une centrale doit absolument se faire par le biais d'une autre affreuse grosse structure... oui ça, on ne sait pas faire... quoique...
tu tapes centrale solaire (à concentration/à réflecteurs/à capteurs cylindro-paraboliques/photovoltaïque/thermodynamique...)sur wiki et tu y verras en espagne, en australie, des merveilles de
technologie..
les usines marémotrices...
etc etc...
faut pas colporter des fausses idées sur le non nucléaire
c'est un conditionnement qu'on nous inculque depuis 40ans, à l'époque où c'était prometteur
mais en hiver, un pic de froid et pffft, faut récupérer de l'élec sur les centrales à charbon et importer... c'est n'importe quoi

les solutions sont locales... et oui on peut remplacer progressivement, mais il faut une volonté d'état pour lutter contre ce lobbying
et qu'on ne parle pas de chômage, le démantèlement des centrales qui devra de toute façon se faire pour cause de vétusté, prendra tant de temps encore que personne ne perdra son emploi. Simplement
on termine la construction de celle qui est en cours actuellement et on n'arrête là, plus d'autres programmation de construction
et puis nous devrons démanteler aussi les centrales d'autres pays... ça fait des perspectives
au fur et au mesur nous pouvons remplacer et puis au lieu de chercher comment produire "autant" d'électricité collective
apprenons à consommer moins d'électricité individuelle et collective, et à en produire individuellement aussi
sans compter les logements "passifs"!
...
enfin sur le sujet tu peux aussi aller lire le site de Reynald...en lien plus haut en commentaires

bisous écolos!
tu tapes

Satine 17/02/2012 11:16

Le hic c'est que pour pouvoir renoncer au nucléaire il faut avoir quelque chose pour le remplacer et ce n'est pas le cas pour l'instant.

écureuil bleu 11/02/2012 12:24

C'est le paragraphe sur l'éducation qui me semble le plus intéressant. Il y a beaucoup à faire dans ce domaine pour eprmettre à plus d'humains d'être bien dans leur vie. Bisous

mamalilou 26/02/2012 04:42



rha ça oui, ya beaucoup à faire... plus d'humains, plus d'humanité, de bon sens et de moyens...


et quand je parle de moyens, je ne parle pas que de sous... formation pédagogique, psychomotrice, sociale, technique, linguistique... libérer le champ d'exploration des méthodes de travail pour
créer des classes adaptées à certaines dispositions d'apprentissage plus kinéstésiques pour certains, ou plus rythmées pour d'autres (qui auront besoin d'échapper à la phase d'application
laborieuse des acquis pour entrer dans les approfondissements rapidement...) etc...


respecter les dispositions de chaque élève dans les diverses manifestations de son intelligence c'est donner confiance à chacun et pas seulement valoriser un groupe formaté et minime d'élèves
présentant à la fois des dispositions d'abstraction, un biorythme standardisé et une docilité veule...


doux bisous à toi



Vero 11/02/2012 08:34

Bon week end

mamalilou 26/02/2012 04:37



très bon dimanche à toi Vero


bises



Reynald 10/02/2012 21:20

Pour préciser mon point de vue sur l'école
On a en France un rapport ambigu avec l'instruction et l'éducation. L'état s'impose dans des domaines familiaux et en même temps se désole que la famille ne remplisse plus son rôle. Il lui faudrait
que la famille soit formatée selon les critères économico-politico-sociaux du moment. Arrêtons de déconner.
L'éducation, la formation structurelle de l'individu est du domaine de la famille et il faut juste aider celles qui sont devenues défaillantes par le manque de formation des ainés.
Le domaine de l'école relève de l'instruction et du civisme (le savoir vivre ensemble dans la société).
Il y a une tâche qui relève autant de la famille que de l'école: C'est apprendre aux enfants à apprendre. A affûter leur curiosité. Passé ce cap, l'école devient inutile pour l'adulte en devenir.
Il sais où, quand et comment apprendre. Et il devient motivé pour le faire.

Dans la vie nous ne sommes pas en rapport sociétal le mardi de 14 à 16 heures et nous n'avons pas à assumer des conflits moraux le jeudi de 8 à 10 exclusivement. Il est dès lors illusoire de
vouloir enseigner le civisme ou la philo en étant déconnecté du quotidien. c'est très insuffisant, voir stérile.
L'école doit ETRE civique et philosophique, jusqu'et y compris dans les cours de math ou de gymnastique.

Il n'y a bientôt plus que la France pour prétendre scolariser les enfants au biberon. Un enfant normalement constitué n'est pas socialisable avant 6 ans (et certains plus tard). Donc ce qui se fait
avant ressemble à du formatage. Il ne faut peut-être pas chercher beaucoup plus loin l'échec monstrueux de l'"éducation" nationale. (quel est le couillon qui a changé l'instruction publique en
cette absurdité linguistique qu'est l'éducation nationale)(Pour un Sinistre de la connaissance, c'est déplorable.)
Bises
Reynald

mamalilou 26/02/2012 04:37



arrêtons de déconner


je note


mais ça va être dur, personnellement... enfin, sur certains points...!!!


notamment sur le formatage socio-conjoncturel... sur ce plan, je prône la déconnade...


plus sérieusement, j'adhère à ta définition de l'éducation: apprendre à apprendre, donner l'envie de ne plus arrêter de contempler, comprendre, apprendre, transmettre... permettre que ce soit
possible, et orienter la soif d'apprendre vers ce qui fait la promotion de la bienveillance en priorité... afin d'être assez équipé pour digérer tout le reste...


travailler en synergie entre les différents adultes en charge des enfants, adapter les enseignements et les méthodes aux contextes de tous ordres, intégrer la philo et l'éducation civique et
citoyenne, mais aussi restaurer les notions de gestion budgétaire des foyers ainsi que d'hygiène de vie chez les plus jeunes...


 


et bien sûr le conflit d'intérêt entre la carrière et l'éducation du jeune enfant/en contexte économique défavorable... qui motive plus que tout autre chose sa scolarisation... au détriment de
considérations essentielles le concernant...


 


"éducation publique nationale" aurait-on au moins pu préféré...


bises bien éduquées et publiques!