Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 13:16

L’échec de la Conférence Rio+20 vient de manifester l’incapacité des gouvernements à prendre les mesures nécessaires pour faire passer les impératifs de l’environnement avant ceux de la finance internationale.

Il n’en est que + urgent de dresser un bilan objectif de la situation, ce que Jacques Hamon, ancien sous-directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, tente de faire ici:

La tempête financière partie des États-Unis continue de faire des ravages, mettant notamment en évidence les points faibles de nos sociétés et l’inaptitude constitutionnelle de l’Union Européenne à gérer les situations difficiles qui en découlent. Dans bien des pays riches industrialisés les déficits publics et privés atteignent des sommets, la croissance est atone, les taux de chômage sont très élevés, des émeutes de la faim ont affecté plusieurs pays, la biodiversité diminue presque partout, et la dérive climatique s’accélère… Un hyper-pessimisme est-il justifié?

 

Le problème énergétique

 

 

La raréfaction des produits pétroliers et l’augmentation du prix du baril causent des inquiétudes. Pourtant, de vastes gisements de pétroles lourds sont disponibles, et depuis près d’un siècle on sait produire du pétrole à partir du charbon, l’opération paraissant économiquement rentable lorsque le prix du baril de brut atteint 100 US$. De vastes gisements diffus de gaz naturel sont exploités depuis peu, mais l’exploitation des sables bitumineux (Canada) ou des gaz de schistes (États-Unis) provoquent des dégâts environnementaux et écologiques très importants. Charbons et lignites sont abondants et relativement bien répartis géographiquement, la fin du commerce des énergies fossiles carbonées est donc peu probable au cours du présent siècle et celui de la pétrochimie a encore de beaux jours, là où la chimie verte vise à la supplanter.

Mais cette relative abondance des énergies fossiles carbonées, si elles sont utilisées sans capture et séquestration durable du gaz carbonique, ne fera qu’aggraver la dérive climatique.

Qu’on le veuille ou non, l’énergie nucléaire va donc continuer encore à assurer une bonne part de l’électricité [1]

La production des agro-carburants de 1ère génération à partir de produits voués à l’origine à l’alimentation humaine ou animale a pris un essor qui risque de compromettre l’équilibre alimentaire mondial.

Les agro-carburants de 2nde génération, dérivés de la lignine et des celluloses de végétaux à croissance rapide ont un grand potentiel, mais ne pourront se passer ni de sols cultivables, bons de préférence, ni d’eau.

Quant aux énergies renouvelables les + prometteuses, chacune a ses limitations:

Les grands barrages déplacent des populations, réduisent les surfaces cultivables, et pendant des années, produisent du méthane, qui est un gaz à effet de serre.

Les petits barrages produisent peu, et leur production est difficile à gérer au niveau national ou régional. Presque tous vont être négativement affectés par l’effet de serre.

L’énergie éolienne, très aléatoire, est inégalement distribuée, souvent à distance des grands centres de consommation. Son implantation consomme beaucoup de cuivre (près de 3 tonnes au mégawatt installé), et chaque électroaimant exige des métaux rares (dont le praséodyme)[2]. Or, il y a peu, la Chine consommait 30% de la production mondiale de cuivre, dont les réserves prouvées ne couvriraient que 40 années de la présente production. Remplacer le cuivre par d’autres métaux moins performants?

L’énergie solaire, aléatoire mais assez prévisible, est géographiquement bien répartie, mais moins quotidiennement et selon les saisons. Sa composante calorifique seule est facilement stockable à court et moyen termes. Les cellules photovoltaïques des panneaux solaires font appel à des métaux rares (gallium, indium, tellure)[3].

Les énergies marines (courants, houle, marées) sont très prévisibles, mais d’un rendement modeste par unité de surface.

L’énergie géothermique de faible amplitude est bien distribuée et peut contribuer au chauffage et à la climatisation de petits bâtiments. Celle de grande amplitude peut produire de l’électricité, mais elle est beaucoup + localisée.

Les énergies animales et humaine sont très bien distribuées, mais leur rendement est faible. Il faut un hectare pour nourrir un bovin de trait (grand émetteur de méthane) et deux pour un cheval de labour.

Les + performantes des énergies renouvelables produisent surtout de l’électricité, dont le stockage à grande échelle est possible[4] (barrages de montagne, air comprimé, hydrogène), mais avec des pertes en ligne notables. En dépit de cette contrainte, il faut donc s’attendre à un monde où toute énergie renouvelable, chauffage compris, sera électrique ou en dérivera.

Le stockage de faibles puissances électriques fait de grands progrès et devrait permettre de disposer partout de véhicules de service ayant une autonomie d’une centaine de kilomètres. La recharge rapide des accumulateurs posant problème, on s’oriente vers un système d’échange standard ne prenant que quelques minutes mais demandant une dense infrastructure dédiée.

Les moteurs à air comprimé n’ont pas la cote, bien qu’une telle approche permette une recharge instantanée des réservoirs, sans risque d’incendie ni d’explosion, l’air comprimé étant produit dans chaque station-service lorsque la production d’électricité disponible excède les besoins prioritaires.

 

Économiser l’énergie dans les déplacements devrait donc commencer par une réduction notable des vitesses autorisées et par l’interdiction de construire ou d’importer des véhicules pouvant dépasser de loin la vitesse maximale autorisée.

Les problèmes environnementaux

 

 

C’est la lutte contre les émissions abusives de gaz à effet de serre qui parait la + difficile à réaliser[5].

D’une part, les émissions sont très inégalement réparties, les pays les + industrialisés et les monarchies pétrolières en émettant le +,

alors que les pays les moins développés auront besoin d’énergies fossiles carbonées s’ils veulent rattraper leur retard par rapport aux précédents.

Les 1ers devront donc se serrer la ceinture au bénéfice des 2nds, et ce serrage de ceinture ne sera pas anodin. En France, il faudra réduire nos émissions locales à moins de 20% de leur présent niveau, et à + encore pour tenir compte des gaz à effet de serre associés à nos importations. En pratique cela revient à un abandon presque total des énergies fossiles carbonées car notre quota sera couvert par nos émissions discrètes difficiles à réduire: flatulences de nos bovins, méthane des zones humides, nitrate d’azote des sols cultivés, etc ...

Le bois de chauffe ne constitue pas une solution élégante, mais un emprunt, car la compensation de sa combustion ne serait assurée que par une repousse équivalente, qui demanderait des décennies.

Pour l’instant, en matière de lutte contre la dérive climatique, ce sont les égoïsmes catégoriels et nationaux qui prévalent et réduisent l’action à bien peu. Et les données de base validées suggèrent une accélération de cette dérive, bien + rapide qu’envisagée par le dernier rapport du GIEC. Il paraît maintenant bien difficile de limiter l’augmentation de la température terrestre moyenne à 2°C, et la montée du niveau de la mer à quelques dizaines de centimètres au cours du présent siècle. Les intervalles de grandeur crédibles sont maintenant de l’ordre de 1 à 2m. Et comme les températures de l’air et de la mer mettent une dizaine de siècles à s’équilibrer, la montée des mers pourrait in fine atteindre ou dépasser 10m, + même, si l’inlandsis antarctique accélère son écoulement vers la mer. Or ni les destructions littorales massives qui résultent d’une montée de + d’un mètre du niveau de la mer, ni les pertes agricoles associées à une augmentation des températures continentales de quelques degrés ne sont évitables, on ne peut donc qu’espérer que les décideurs agissent avant la catastrophe.

Mais le temps presse!

Les transformations sociales

 

Amélioration de l’habitat, développement d’énergies renouvelables, remplacement du jetable par du durable réparable et des machines par l’homme peuvent réduire le chômage dans le système actuel. Mais il faut admettre que l’amélioration de la productivité permet de disposer des mêmes services et équipements avec moins d’heures de travail humain. Dans la majorité des pays industrialisés où le chômage sévit, la durée moyenne de la semaine de travail de l’ensemble des personnes ayant un emploi salarié est de l’ordre de 35h. En France, une distribution égale du travail tenant compte des personnes enregistrées à l’ANPE devrait conduire à une durée légale de la semaine de travail de l’ordre de 30h, ou + longue mais avec des droits à congé annuels accrus. Cela pose un sérieux problème de société!

Peut-on compter sur la croissance pour résoudre nos présentes difficultés, comme on le fait généralement? Ce n’est pas du tout réaliste. Le rééquilibrage socio-économique, ne serait-ce que partiel, entre les pays les + riches et ceux qui le sont moins, implique un partage moins inégal des ressources minérales essentielles, et en fait, une diminution de leur consommation par les pays nantis, au bénéfice du reste du monde[6]. Refuser ce partage serait d’autant + dangereux que plusieurs des grands demandeurs disposent, avec la masse des pays les moins favorisés, de la majorité dans les instances politiques et techniques des Nations-Unies … et aussi de l’arme atomique.

À l’heure actuelle, la production alimentaire mondiale excède largement les besoins de l’humanité, en dépit des pertes à la récolte et au stockage, du gaspillage et de la spéculation. Sous-alimentations et famines résultent de l’absence de ressources financières des populations affectées; les solutions sont donc avant tout politiques.

 

Mais la situation sera + difficile dans quelques décennies lorsqu’il faudra nourrir 9 à 10 milliards d’êtres humains sans nuire exagérément à la biodiversité, alors que la dérive climatique affectera négativement la productivité agricole dans de très vastes zones[7]. Assurer une production suffisante sans accroître les surfaces cultivées, donc sans affecter la biodiversité, ne parait possible que si les grands pays exportateurs de céréales maintiennent leur production, si la petite paysannerie des pays défavorisés double ou triple sa productivité, comme c’est déjà en cours ici et là par des moyens simples, à sa portée, et si les habitudes alimentaires s’ajustent aux besoins de base et aux ressources, en remplaçant massivement les protéines animales par les protéines végétales des légumineuses.

Accomplir un tel exploit

tout en abandonnant les intrants chimiques

sera-t-il possible?

En France, l’état biologique et chimique des sols reste relativement satisfaisant [8], mais leur productivité, fort élevée, ne devrait guère progresser; dans le contexte d’une agriculture raisonnée les rendements baisseraient tout en améliorant la rentabilité financière. Au niveau mondial, la productivité agricole dépendra de la disponibilité des engrais phosphatés[9], une ressource risquant de se raréfier. À défaut de gisements de phosphates, collecter les urines humaines et celles de nos mammifères domestiques pourrait partiellement pallier cette pénurie …

Des finances

et une économie revisitées

 

En terme de pourcentage du PIB, la dette nationale de la France n’est pas la + importante parmi les pays industrialisés, mais chacun souhaite sa réduction. Réduire drastiquement les dépenses de l’État impliquerait inévitablement une politique d’austérité affectant tous les résidents français, diminuant les ressources fiscales, et aboutissant progressivement à une ruine généralisée.

Il paraît donc + raisonnable de rechercher les ressources fiscales délibérément abandonnées… Un tel exercice a été conduit récemment par le périodique Marianne[10], qui, sans forcer, a trouvé bien plus de €100 milliards de ressources annuellement disponibles, dont certaines seulement nécessiteraient le recrutement et la formation de quelques milliers de fonctionnaires spécialisés (contrôleurs fiscaux, inspecteurs du travail, etc...). L’inventaire précité n’est pas exhaustif et d’autres dizaines de milliards devraient pouvoir être trouvées en réduisant les gaspillages, en réexaminant les besoins d’infrastructures (aéroports, autoroutes, lignes TGV), en abandonnant une force de frappe nucléaire sans objet, en modernisant la politique de lutte contre les drogues, etc...

Remettre de l’ordre dans les finances mondiales excède le but de la présente analyse, mais chacun doit être conscient du fait que les termes de la balance entre les revenus du capital et du travail pénalisent le travail depuis près de 30ans, du fait que l’écart entre les revenus des pauvres et des riches s’accroît dangereusement, incitant à l’endettement des moins biens lotis, et qu’il n’est pas possible de demander durablement un rendement des investissements financiers de 15% ou + par an lorsque la taux moyen de croissance mondiale atteint péniblement 4%.

Assurer l’avenir de l’humanité requiert

une prospective à long terme, dans tous les domaines,

et c’est incompatible avec une gestion court-termiste

basée sur l’avidité.

Le niveau de vie actuel des quelques centaines de millions des terriens les + favorisés n’est pas généralisable; plusieurs Terres seraient nécessaires.

En fait + d’un milliard de terriens disposent de bien + que ce qui est nécessaire pour vivre en bonne santé dans un environnement agréable; pour eux, une décroissance bien conduite devrait leur permettre de continuer à vivre en harmonie avec le reste du monde.

L’alternative - un refus - amènerait au chaos mondial.

 

J. HAMON, GR, juillet 2012

On trouvera d’autres, et très nombreuses, références complétant cet article:

[1]Voir, par ex, Comment sortir du nucléaire, par Hamon J., Bulletin trimestriel de la Société d’Histoire naturelle de Haute Savoie, 2004; Comment produira-t-on dans un siècle? par J.Hamon, GR 1105, janv.2010

[2]Ressources minérales: un état des lieux, Varet J., Futuribles n° 381, 2012

[3]Energies fossiles, métaux essentiels: comment s’adapter après l’épuisement des réserves? par Hamon J., Environnement et Technique 291, 2010

[4]Voiture électrique. La batterie remplace l’essence, par Vandeginste P. et al., dans Les dossiers de la Recherche, n°46, 2011

[5]Satisfaction des besoins énergétiques ou lutte contre l’effet de serre: faudra-t-il choisir? Hamon J., Environnement et Technique 17, 2011

[6]Prospérité sas croissance. La transition vers une économie durable, Etopia/de Boek,  Jackson T., Namur, Bruxelles, 2010

[7]9 milliards d’hommes à nourrir, un défi pour demain, Guillou M. et Matheron G., éd. F. Bourin, Paris, 2011

[8]Les sols français en relative bonne santé, par Mulot R., Sciences et Avenir 779, 2012

[9]Le phosphore est essentiel à la croissance des végétaux et des animaux. Sa carence est un facteur limitant majeur en agriculture

[10]Ceux qui volent vraiment la France, par Merchet J.D., Marianne, 6-12/10/2011

proposé par mamadomi

rééd° 08 09 13

Partager cet article

commentaires

mamalilou 11/05/2014 03:44

-->> à tous petits pas, pansements sur jambe de bois... ils se rencardent pour savoir quels slogans alléchants déposer sur les prochains coups de pubs de capitalisme vert... mais on voit bien
que la notion d'interdépendance durable et éthique ne prend toujours pas...
à suivre
doux bisous ma béa

CARDAMOME 06/05/2014 20:36

ça échoue tout le temps on se demande quand est ce qu'ils vont se réveiller!
gros bisous mama!

mamalilou 16/09/2013 01:55

-->> disons qu'on pourrait faire ça à moindre frais déjà... et puis ne pas se déplacer si rien n'est étudié au préalable, ça ne devrait qu'être une formalité, ...

Le rônin 11/09/2013 01:49

Le G20, commele G8, a toujours été une fumisterie de première qui coûte un argent monstre au pays qui le reçoit... un exemple, le G8 qui s'est passé au lac Toya en 2005 a coûté la modique somme de
400 millions d'euros pour deux jours... et là, comme pour le G20, rien n'en est sorti si ce n'est du "bal-bla"...
Esbrouffe et poudre de perlinpinpin, c'est tou ce que les hommes proposent...
;-)

tiot 09/09/2013 17:33

salut
ta dernière photo reflète ce qu'est l'homme d'aujourd'hui
bonne journée

mamalilou 15/09/2013 01:21






doux bisous et bon dimanche à toi tiot