Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 22:00

good_vs__evil_by_sugargrl14600_736.jpg

divider_star01.jpg

Pour la première fois dans l'histoire,

les êtres sont conscients de vivre

dans une culture malade.

 

Rolando Toro Araneda

divider_star01.jpg

Pathologie de la culture

c'est long, mais c'est bon

divider_star01.jpg

 

Le recours à la préhistoire nous a donné une grille de lecture possible pour expliquer la naissance du travail et l'avènement du monothéisme.

L'approche anthropologique offre des compléments pour appréhender l'origine principale de la pathologie de notre culture qu'est la dissociation.

Selon lui, nous avons hérité de 4 grandes influences culturelles pathologiques:

nb: si ça vous fait trop long, prévoyez de lire le billet en 5x!!


• la culture grecque apporté la dissociation corps/âme;

• la culture romaine la distinction citoyen/esclave;

• la culture dite "judéo-chrétienne" la dissociation profane/sacré;

• enfin, l'Orient propose une dévalorisation de la vie et de l'incarnation au profit d'une idéalisation de l'éveil de la conscience et de la sortie du cycle des réincarnations.

Une cinquième aussi, héritière de la psychanalyse, largement représentée aujourd'hui dans le monde de la psychothérapie, et que l'on pourrait résumer en une dissociation sujet/objet.

Il est bien évident que les apports de ces différents courants n'ont pas été que négatifs: la Grèce antique, Rome, le message biblique et christique, la sagesse orienale, la psychanalyse, ont nourri et fait évoluer des domaines aussi divers que la médecine, l'art, la science, la philosophie, etc... Il serait utile toutefois d'attirer l'attention sur leurs influences dissociatrices et pathogènes.

divider_star01.jpgMau-mau_1600_750.jpg

divider_star01.jpg

 

L'influence grecque

 

Platon, avec son mythe de la caverne, est à l'origine de la dissociation entre le monde parfait des idées, et le monde imparfait de la réalité. Descartes a repris à son compte cette dissociation, proposant la vision d'un corps-machine d'un côté, et d'une âme sensible par ailleurs. Cette vision a justifié pendant des siècles les tortures de l'Inquisition, qui prétendait sauver l'âme en martyrisant le corps. A travers l'Europe, des millions de femmes et d'hommes ont tous été soumis à divers supplices, avant d'être brûlés vifs, en toute légalité.

L'esclavage, de même, a pu être pratiqué pendant des siècles en toute moralité: les nègres n'avaient pas d'âme. 

De nos jours, des milliards d'animaux de boucherie sont élevés dans des conditions effroyables, les propriétaires des élevages s'abritant derrière le fait que les animaux, n'ayant pas d'âme, ne peuvent pas souffrir: ce ne sont que des machines à produire des oeufs, du lait, ou de la viande.

Et pourtant, comme le dit Antonio Damasio, tous n'avons jamais vu un esprit vivre sans corps, "Pas de corps, jamais d'esprit"¹, affirme-t-il: corps et esprit sont indissociables.

En dépit de ce que peut prétendre la science, la croyance selon laquelle l'âme peut avoir sa propre existence, indépendamment du corps, est tenace. Cette croyance, proche de la foi, est à mon sens alimentée par 2 sources affectives puissantes: la 1ère est un désir d'immortalité de l'ego, cette immortalité donnant un sens à son existence. (A quoi bon me donner du mal, autrement, si rien de moi ne va rester en ce monde?)

La 2nde s'enracine dans la douleur de la perte des êtres chers et dans l'espoir qui lui est consécutif de les retrouver un jour, dans un "au-delà".

Nous commençons souvent à nous intéresser à ces questions après la mort d'un proche, d'un grand-père par ex, et il est clair qu'il y a en nous quelque chose qui n'a pas renoncé à la relation avec lui, puisqu'il nous arrive encore de penser à lui ou de rêver de lui longtemps après.

La capacité de représentation de l'être humain renforce cette dissociation corps/âme, puisque je peux encore voir dans ma tête l'image d'un vivant, alors que sa réalité corporelle actuelle est os et poussière...

D'ailleurs, il existe peut-être quelque chose après la mort, comme le suggèrent les récits de certains enfants², ou encore les témoignages de personnes ayant vécu une "expérience proche de la mort"³. Mais est-ce une raison pour maltraiter la vie avant la mort?

Pour revenir à la vision scientifique concernant le lien entre corps et esprit, il semble que même les animaux pensent, non en mots, mais en images: c'est ce que les éthologues ont découvert, et qui fait dire à Boris Cyrulnik:

"La distinction entre l'homme et l'animal est idéologique. (...) Le jour où l'on acceptera enfin qu'il existe une pensée sans parole chez les animaux, nous éprouverons un grand malaise à les avoir humiliés et considérés aussi longtemps comme des outils." *

L'approche de la médecine psychosomatique met aussi en évidence les liens entre psyché et soma: les bleus à l'âme peuvent créer des maladies dans le corps. Voilà peut-être la raison pour laquelle les approches morcelées de l'être humain ont une efficacité si limitée: s'adresser au corps seul (musculation, gymnastique...) ou à l'esprit seulement (psychanalyse, philosophie...), c'est encore alimenter cette dissociation, être incapable d'appréhender l'être humain dans son ensemble, dans toutes ses dimensions: corporelle, sexuelle, affective, sympbolique, spirituelle, sociale, cosmique.

 

¹ A. Damasio, Le sentiment même de Soi

² Voir Les Enfants qui se souviennent de leurs vies antérieurs, de Stevenson.

³ Voir La Source noire, de P. Van Eersel

Boris Cyrulnik, dans La plus belle histoire des animaux.

divider_star01.jpgSelling_Slaves_in_Rome_1886a.jpg

 Jean-Léon Gérômedivider_star01.jpg

 

L'influence romaine

 

Le droit romain a institué la distinction entre citoyen et esclave, ce qui a permis en toute légalité pendant des siècles, et encore aujourd'hui, d'obliger des êtres humains à réaliser des travaux pénibles ou dégradants, pendant que d'autres, de par leur "race" ou leur naissance, avaient droit à tous les privilèges. Il n'y a encore pas très longtemps, en france, le simple fait d'avoir la peau sombre, d'être du sexe féminin, ou d'avoir une nationalité étrangère, pouvait justifier une différence de salaire, à travail égal.

Le système des castes, en Inde, constitue un raffinement dans l'institutionnalisation de cette discrimination sociale, laquelle a trouvé son apothéose dans le système nazi d'Hitler: le simple fait d'être né d'une femme juive, en Europe, il y a 60 ans, pouvait justifier l'arrestation, la déportation et l'extermination.

L'Europe et l'Asie n'ont hélas pas le monopole de l'injustice et de l'abomination. Les Américains, fiers libérateurs de l'Europe en 1944, découvrant l'horreur des camps de concentration, ont oublié de se vanter d'avoir massacré sur leur sol, un siècle + tôt, env. 6 millions d'Indiens, coupables d'être arrivés sur le continent américain quelques milliers d'années avant euxicon_rolleyes.gif. De nos jours, les Aborigènes d'Australie ou les Indiens d'Amazonie subissent un sort comparable.

Et pourtant, les généticiens nous ont montré qu'il n'y avait pas de différence entre les chromosomes d'un homme noir, d'un homme jaune, d'un homme rouge, ou d'un homme blanc. Les préhistoriens attestent de l'origine commune de tous les représentants de l'espèce homo sapiens sapiens:

"Nous sommes tous des Africains d'origine, nés il y a 3 millions d'années, et cela devrait nous inciter à la fraternité." **

Les sages le disent avec poésie: 

"Ma main n'a pas la même couleur que la tienne, mais si je la transperce, cela me fera mal. Le sang qui coulera de ma main sera de la même couleur que ton sang. Nous sommes tous 2 enfants du Grand Esprit." ¤

La discrimination entre les races à l'intérieur de l'espèce humaine, tout comme l'affirmation de la supériorité de l'homme sur l'animal, est purement idéologique. La vie est un tout indivisible, sacré dans son ensemble.

 

**  Yves Coppens, dans La plus belle histoire du monde.

¤ Ours Debout, chef Sioux Oglala

divider_star01.jpgKatherine+Doyle+_+paintings+(1).jpeg

Katherine Doyle divider_star01.jpg

 

L'influence "judéo-chrétienne"

 

L'héritage judéo-chrétien est notre culture anti-vie, qui diabolise l'instinct, fait du plaisir un péché, réprime la sexualité.

Dans son Evangile, saint Matthieu fait dire au Christ, par ex:

"quiconque regarde une femme pour la désirer a déjà commis, dans son coeur, l'adultère avec elle. Que si ton oeil droit est pour toi une occasion de péché, arrache-le et jette-le loin de toi: car mieux vaut pour toi que périsse un seul de tes membres et que tout ton corps ne soit pas jeté dans la géhenne" (5,28 et 29)

Je ne suis pas sûr que le message du Christ, à l'origine, ait été aussi anti-vieicon_confused.gif. Je crois au contraire que Jésus enseignait la célébration de la vie et de l'amour. Mais je suis bien obligé de constater que la récupération de son enseignement par les structures du pouvoir, au fil des siècles, a quelque peu dénaturé le message originel.

Aussi sommes-nous arrivés à un pardoxe, dans lequel ce qui est censé nous permette de nous relier à la dimension sacrée de la vie, en fait, nous en éloigne.

Digital Illustrations by Alexandra Semushina

Alexandra Semushina

Nous pourrions ainsi dire, en résumé, que pour les 3 grands monothéismes, la vie est profane; ce qui est sacré c'est l'écrit, le symbolique, la soi-disant parole de Dieu (n'est-il pas idolâtre d'imaginer que Dieu a une bouche et qu'il parle notre langue?), et ces écrits bien souvent valorisent le sacrifice.

Comme en témoigne Fritz Zorn pour la religion catholique,

"les vertus chrétiennes les + courantes" sont "la tempérance, le renoncement, la douceur, la résignation et, avant tout, le refus catégorique de presque tout ce qui fait la vie.(...) Tout le processus de la vie est à situer sur le même plan que l'acte d'union sexuelle: tout ce qui vit pousse continuellement au mélange, à la pénétration mutuelle, à l'union, et toute séparation, division, dissociation et dislocation est, sans cesse et à chaque fois, la mort. Mais c'était là justement la devise sous laquelle était placée ma famille: tiens-toi à l'écart et meurs! La logique de cette formule, de ce commandement, est impeccable; en effet, rien ne se fait moins remarquer par son incorrection que quelque chose de mort."

Cette répression des élans vitaux favorise l'émergence de maladies mentales telles que les névroses, les psychoses, la dépression, les conduites addictives, ou encore les troubles alimentaires. Globalement, l'on pourrait dire que le message chrétien, imposé aux 4 coins du monde par les missionnaires, a éradiqué le bonheur de la surface de la Terre.icon_exclaim.gif Même les Inuit, que l'on voit passer leur temps à rire et à jouer dans les documentaires de 1950, ont été convertis à la sinistrose et à l'alcoolisme qui en découle.

Les élans de vie lorsqu'ils sont réprimés, ont en gros 3 destins possibles:

- le retournement sur soi de l'énergie pulsionnelle (érotique ou agressive), générant les maladies mentales citées plus haut;

- la perversion des pulsions et leur décharge sur un autre non consentant (meurtre, viol, exclusion, guerre, agressions diverses);

- enfin la sublimation des pulsions (travail, sport, art) et le déplacement des objets de satisfaction (consommation d'objets de substitution).

C'est bien évidemment ce dernier destin qui est recherché par ceux qui nous gouvernent et c'est pour cela que la religion a si longtemps été un instrument du pouvoir: pour que le bon peuple, pris entre la carotte du paradis et le bâton de l'enfer, accepte de travailler pour les dominants, et pour qu'il se console en achetant ce que les dominants ont besoin de vendre pour continuer à s'enrichir et conserver leur dominance.

Le prix à payer pour ce régime de frustration, au niveau social, est le soulagement périodique des tensions dans la discrimination, la violence contre un bouc émissaire, voire la guerre. Freud le pressentait déjà en 1930, en écrivant:

"Il est impossible de ne pas se rendre compte en quelle large mesure l'édifice de la civilisation repose sur le principe de renoncement aux pulsions instinctives, et à quel point elle postule précisément la non-satisfaction (répression, refoulement ou quelque autre mécanisme) de puissants instincts. Ce "renoncement culturel" régit le vaste domaine des rapports sociaux entre humains; et nous savons déjà qu'en lui réside la cause de l'hostilité contre laquelle toutes les civilisations ont à lutter. (...) Il est toujours possible d'unir les uns aux autres par les liens de l'amour une + grande masse d'hommes, à la seule condition qu'il en reste en dehors d'elle pour recevoir les coups." ***

Au niveau individuel, le prix à payer est la culpabilité, la névrose, le mal-être, l'incapacité d'être heureux.

Fritz Zorn, parangon du jeune homme bien éduqué, en témoigne de manière poignante:

"La faculté d'être heureux est détruite en moi. Sans doute est-ce là le signe authentique de la névrose: névrosé est celui qui ne peut pas être heureux. L'expression la + nette de cette impuissance au bonheur est assurément l'impuissance sexuelle. La destruction de mes capacités sexuelles est certainement mon + grand dommage: mon âme est castrée."

tumblr_mqddw2wBOR1s6gq3fo1_500.jpgLa morale castratrice des monothéismes est de + indissociable de l'avènement du patriarcat, ou + exactement de la prise de pouvoir de l'homme sur la nature, sur la Terre mère, et donc aussi sur la femme.

Comment un homme pourrait-il en effet accepter de réprimer la nature instinctive qui est en lui, sans opprimer la nature qui est au-dehors, et sans soumettre sa compagne à un régime équivalent?

Nous savons bien ce qu'il en est de la perversion: un principe contraignant n'est supportable qu'à condition que tout le monde y soit soumis. La jouissance de la femme, lui donnant des envies de liberté, n'est pas tolérable pour un homme castré: le système patriarcal a donc fait en sorte que la jouissance féminine disparaisse. Ceci est flagrant aujourd'hui dans les pays islamistes, où la condition de la femme est aussi rude que celle de leurs terres désertiques: voilée, enfermée, battue, violée, excisée, lapidée, toutes les violences sont légitimes pour soumettre cette jouisseuse.tumblr_m8b2shhqRn1rt6peko1_250.jpg

Mark Seliger > 

Au cas où nous ayons la faiblesse d'esprit de penser que les islamistes sont des barbares, Gérard Leleu nous rappelle comment les femmes étaient traitées par la médecine dans l'Europe chrétienne jusqu'au 19è s.:

"Quand, au temps des ères patriarcales, les hommes prirent le pouvoir, ils s'organisèrent de façon à placer les femmes en subordination, puis à les y maintenir. C'est pourquoi la plupart des lois civiles et religieuses qu'ils inventèrent n'avaient qu'un but: contrôler la femme et + particulièrement réprimer sa sexualité. (...) Pour mieux s'assurer le contrôle des réactions de la femme, il faudra la "dresser" à être passive."

leanor_by_red_riding_502_800.jpg

Irina Istratova

"Prude, pudique, gauche, presque indifférente, telle doit être une bonne épouse; une femme honnête n'a pas de désir. Si ce dressage doux ne suffit pas, il ne faudra pas hésiter à utiliser les manières fortes. Pour les femmes dont les "tendances luxurieuses" et la "lubricité" sont exagérées, telles les nymphomanes et autres "hystériques", la médecine propose, au choix, selon la gravité des cas, l'application de cataplasmes émollients sur la vulve, des saignées, une ceinture contentive fermant la fente sexuelle ou une mutilation des organes (cautérisation au nitrate d'argent ou brûlure au fer rouge du clitoris et de la vulve, excision de clitoris, suture des grandes lèvres)." ¤¤

Comment ne pas devenir frigide, ou hystérique, lorsque l'on est l'héritière d'une telle culture?

Dans Malgré un siècle de psychothérapie, le monde va de + en + mal, James Hillman dénonce une autre conséquence du puritanisme: il s'agit tumblr_mko34yeRDu1r62m2no1_250.jpgde la propagation de la laideur, étendue à toute la surface de la planète. La beauté naturelle, en effet, source de plaisir et de désir, est dangereuse; nos constructions et aménagements se chargent ainsi de la faire disparaître. J.Hillman écrit

"Les préjugés contre la beauté mettent en évidence la vraie préférence de notre culture pour la laideur déguisée en utile, pratique, moral, nouveau et rapide. La raison de cette répression de la beauté -la beauté n'est pas + prise en compte en thérapie, que dans les supermarchés ou les bureaux- n'est rien d'autre que le pivot de toute la culture américaine: le puritanisme."

Et quant à la vraisemblance du discours religieux, je suis au regret de vous informer que les personnes qui se disent nées d'une vierge, ou qui entendent une voix leur ordonnant de sacrifier leur fils unique sur une montagne, sont aujourd'hui traitées avec des neuroleptiques. Déduisez-en ce que vous voulez, selon votre sensibilité:

la psychiatrie ne comprend rien à la foi,

soit que certains prophètes étaient psychotiques,

...ou que l'Eglise a déformé à ce point les histoires rapportées par les livres saints qu'elles ne sont + crédibles.

Pour sa part, Freud, avec la prudence qui le caractérise, donne de la religion le point de vue suivant:

"La religion porte préjudice à ce jeu d'adaptation et de sélection en imposant uniformément à tous ses propres voies pour parvenir au bonheur et à l'humanité contre la souffrance. Sa technique consiste à rabaisser la valeur de la vie et à déformer de façon délirante l'image du monde réel, démarches qui ont pour postulat l'intimidation de l'intelligence. A ce prix, en fixant de force ses adeptes à un infantilisme psychique et en leur faisant partager un délire collectif, la religion réussit à épargner à quantité d'êtres humains une névrose individuelle, mais c'est à peu près tout."icon_rolleyes.gif

 

*** S.Freud, Malaise dans la civilisation

¤¤ G.Leleu, Le Traité du désir

divider_star01.jpg30 Beautiful Digital Art works and Pinup Illustrations by Cris Delara_04 @ GenCeptdivider_star01.jpg

 

L'influence orientale

 

L'Orient, qui a beaucoup développé la spiritualité et l'intériorité, véhicule aussi des dissociations, notamment à l'égard de la vie matérielle, sensuelle, émotionnelle ou encore affective des personnes. La vie n'est guère valorisée par ses traditions.

Les philosophies orientales présentent souvent la vie terrestre comme une illusion source de souffrances, dont nous devons nous libérer. Ce point de vue génère une dévalorisation de l'incarnation, au profit d'une valorisation de l'éveil de la conscience. La philosophie du yoga prône la libération de l'ego par des voies parfois ascétiques. Ceci peut conduire à des comportements extrêmes, anti-vie. Il est ainsi possible de voir un yogi famélique assis en lotus, avec un bras complètement desséché depuis le temps que le méditant le tient en l'air, pour éprouver la force de son attention et de sa volonté.

Ici, ce n'est pas l'homme ni l'argent qui sont mis au centre, mais la conscience. La définition du yoga est sur ce point très explicite:

"Le yoga est l'arrêt de l'activité automatique du mental. Alors se révèle notre Centre, établi en lui-même." *¹

Françoise Mazet ajoute le commentaire suivant:

"L'objectif du yoga est l'état de pure conscience." *²

justeassismainsouvertes.jpg?w=468Mettre la conscience au centre, en soi, n'est pas négatif. La conscience peut être une faculté que la vie se donne à elle-même pour générer encore + de vie. Bien souvent, l'élévation du degré de conscience va de pair avec une + grande justesse dans les actes et + d'harmonie dans les relations.

Le problème surgit lorsque l'éveil de la conscience est recherché au détriment de la vie, par des méthodes réprimant l'organisme. Bien sûr, le yoga peut être pratiqué de manière douce, et apporter maints bénéfices. En ce qui me concerne, des années de pratique et d'étude m'ont apporté la conviction que le yoga développe tonicité et souplesse, capacité à se détendre, discernement, honnêteté, humilité, attention au présent, acceptation de la réalité... Mais j'ai renoncé pour ma part à pratiquer et à enseigner ce qui, dans le yoga, me semble trop ascétique, ou, + précisément, anti-organique. De mon point de vue, la proposition gagne d'autant en cohérence et en efficacité.icon_wink.gif

Cette tendance à mettre la conscience au centre, au détriment de la vie, me paraît encore + marquée dans le bouddhisme tibétain. J'ai eu l'occasion, un jour, de questionner un lama sur cette question. Il m'a répondu que le fait de s'incarner sur Terre était source de souffrances, tout comme le fait de croire être quelqu'un. Et que le remède à ces maux, càd la thérapie radicale, consistait à se dés-identifier de l'ego, autrement dit à cesser d'entretenir l'illusion d'être quelqu'un, pour sortir du cycle des réincarnations et devenir une "âme libérée".

Quelle est la considération accordée à la vie?

La vie devient un lieu pour expier son karma, càd un purgatoire,

ou encore un lieu pour réaliser de apprentissages, càd une école,

en attendant la sortie de l'incarnation, càd la mort... et l'hypothétique survie d'une "âme".

Ici encore, c'est la mort qui exerce le + d'attraction, comme une belle inconnue sur laquelle nous pouvons projeter tous nos fantasmes alors que l'épouse, trop bien connue, n'attire plus notre attention.

"La + que millénaire croyance orientale selon laquelle la vie n'est rien d'autre qu'une illusion, manifestation des voiles infinis de Maya, dévalorise la vie en tant qu'expression intense et entière du divin. Dans les 1762784462.jpgincompréhensions et les interprétations décentrées qui sont ainsi opérées, cette pathologie se retrouve dans la plupart des religions, créant souvent un terrain propice à la pratique de l'injustice et de la violence.

Privée de sa dimension sacrée, la vie perd sa valeur intrinsèque. Elle peut être détruite, torturée, rejetée, humiliée. Le principe biocentrique récuse avec la + grande fermeté ce grand mensonge culturel qui a conduit à la profanation de la vie." Rolando Toro Araneda

 

*¹ Patanjali, Yoga sutras 1,2 et 1,3

*² Patanjali, Yoga sutras

divider_star01.jpgjulian_angel5600_899.jpg

Julian Angeldivider_star01.jpg

 

L'influence de la psychothérapie

 

Dans Malgré un siècle de psychothérapie, le monde va de + en + mal, J. Hillman et Michaël Ventura dénoncent les effets pervers de la psychothérapie, contribuant selon eux à entretenir l'individualisme et l'impuissance politique de ceux qui s'y soumettent. En effet,

en apaisant la révolte légitime des personnes

devant les agressions et la laideur du monde urbain,

la psychothérapie actuelle, qui est sa descendante,

est accusée d'adapter ses "clients" à une société malade.

Un cas clinique qui pourrait illustrer ce propos: il s'agit d'un patient dépressif, qui ne supportait pas le bruit. Il habitait en ville, au-dessus d'un boulevard, et se sentait perpétuellement agressé par le bruit des voitures. Bien sûr, il dormait mal, ce qui le rendait très irritable avec sa famille et ses collègues de travail, et le conduisait régulièrement à faire des rechutes dépressives. Lors des ateliers d'expression, il dessinait souvent une maison, toute seule, au milieu de la nature:

"Voilà mon rêve", disait-il.


wish_upon_a_star600_403.jpg

Yuta Onoda

Quelle réponse le corps médical, dont je faisais partie, a-t-il donnée à cet homme? Un mois d'hospitalisation, un traitement psychiatrique pour mieux dormir, la possibilité de s'exprimer et des cours de yoga pour apprendre à se relaxer.

Cela lui a certainement été très profitable. Peut-être arrive-t-il à mieux dormir, maintenant, malgré le bruit. Mais qu'en est-il de son quartier? Le boulevard est assurément toujours aussi bruyant. Doit-on alors se préparer à hospitaliser bientôt sa femme, sa fille, ou ses voisins?icon_rolleyes.gif

je gagne en assurance dans mes doutesCe que se demande J.Hillman, c'est dans quelle mesure il n'aurait pas été préférable, dans un 1er temps, de laisser cet homme avec son insomnie et sa dépression, afin qu'il aille tellement se plaindre à la mairie qu'une solution extérieure soit trouvée, dans un 2nd temps, pour son quartier.icon_wink.gif Car en cherchant toujours les solutions à l'intérieur de soi, en puisant dans ses ressources adaptatives, chacun finit par rester centré sur lui-même... Et la conséquence est que nous abandonnons le monde extérieur.

Qui s'occupe alors de "l'âme du monde"?

"La situation critique du monde, dit J.Hillman, la souffrance des océans et des rivières, de l'atmosphère et des forêts, la laideur des villes et l'appauvrissement des sols nous ont certainement forcés à sentir que nous ne pouvons pas traverser le monde pour notre seul bénéfice et que nous détruisons en réalité notre âme quand nous prétendons la sauver. La barque de la mort dont Lawrence dit que chacun de nous doit la construire, n'est plus une arche privée qui peut résister aux tempêtes; la barque de la mort est l'âme du monde en train de couler comme une barge débordant d'ordures. C'est pourquoi je dis que la thérapie -même la meilleure thérapie en profondeur- contribue à la destruction du monde".*³

Seulement voilà: la psychothérapie s'occupe du sujet, pas des objets. Et l'environnement est constitué d'objets. Que ces objets, dont personne ne s'occupe, finissent par nous rendre malades, évidemment c'est un problème! Mais il y a pire, car le terme d'objet peut s'appliquer encore dans un autre cas. Et je ne pense pas qu'il s'agisse uniquement d'une fantaisie grammaticale, ou d'une manière de parler. Vous savez sûrement en effet combien les mots sont importants pour la psychanalyse.

Ainsi donc, savez-vous quelle est la terminologie utilisée pour désigner ceux vers qui va mon désir? On les appelle des objets.

"Vous êtes l'objet de mon désir"

Moi je suis sujet, vous vous êtes objet.

A quelle dérive ce type d'optique peut-il conduire, dans une société individualiste?

Car enfin, si la conquête de la subjectivité est indispensable pour sortir de la confusion psychotique ou de la tyranie narcissique, elle n'est pas pour autant le terminus de l'évolution humaine. Comprendre ce que je ressens, c'est moi et moi seul qui le ressens, que mon point de vue n'est pas universel, me responsabiliser par rapport à mes désirs et à mes besoins, devenir le sujet de mon histoire dans une histoire qui me dépasse, développer mon identité, je dirais même mon unicité, tout cela c'est très bien mais si cela ne s'accompagne pas d'une maturation de mon intelligence affective, alors c'est une thérapie inachevée.

Les autres ne sont pas des objets, mais des êtres vivants, comme moi; l'environnement n'est pas un ensemble d'objets inanimés, l'environnement est vivant.

Une thérapie qui me sépare et m'isole, qui me rend indifférent

aux autres et au monde,

renforce mon ego et m'éloigne de mon identité profonde.

Ceci me rappelle une expérience personnelle. Un jour, lors d'une séance de supervision, un de mes collègues psychologues avait manifesté une émotion, en rapportant le cas d'une patiente dont le mari était depuis longtemps dans le coma, suite à un accident de moto. Etant motard lui-même, et vivant aussi en couple, il avait été touché par le discours de cette femme, se débattant avec des sentiments ambivalents, allant de l'espoir au deuil anticipé.

Notre professeur de psychologie lui avait alors répondu:

"C'est lui qui meurt, c'est pas vous!"icon_rolleyes.gif

Ce qui veut dire:

"Ne vous identifiez pas à lui, restez à votre place, soyez neutre", ou

"qu'est-ce que ça peut bien vous faire qu'il meure, vous êtes vivant, vous!"...

Zach-Bush_3_489_900.jpgCombien de fois me suis-je ainsi efforcé de retenir mes larmes, en tant que jeune psychologue, en regardant pleurer des personnes qui avaient peut-être davantage besoin de chaleur affective que de mon apparente neutralité?

Zach Bush > 

La méthodologie psychanalytique a aidé des milliers de personnes à comprendre leur histoire et à mieux vivre; cependant elle souffre d'une carence essentielle: celle de la pratique de l'intelligence affective.

Tant que mon horizon s'arrête à mon histoire et à mon confort personnels, tant que je ne vois pas dans chaque être humain mon semblable, tant que je ne me sens pas relié à la vie qui m'entoure, et que je ne la protège pas, alors je contribue à semer dans le corps du vivant les graines de la détresse.

 

Bruno Ribant

 

*³ J. Hillman, Malgré un siècle de psychothérapie, le monde va de plus en plus mal.

divider_star01.jpgaquarium_by_red_riding600_686.jpgdivider_star01.jpg

proposé par mamadomi

rééd° du 14 11 13

Partager cet article

commentaires

mamalilou 14/09/2014 00:36

-->> tu l'as dit, c'est un tout, on peut commenter par chapitre, ou en choisir un... mais forcément, on ne dira pas ce qu'on aurait dit après l'tout... vue d'ensemble, et tu l'as fait très
bien!
doux bisous, toujours dans l'cyclone

Aloysia* 08/09/2014 17:43

Bouh ! En effet c'est long ! Au début on est content, chaque chapitre est bien en soi et pourrait être commenté ; mais le tout ! Je finis par être perdue et ne plus savoir quelle est la conclusion
à tirer...
Un petit mot cependant : où que tu ailles, tu trouveras toujours du mauvais ; c'est la loi de la vie ! Faut faire avec, c'est tout...

Jansheng 08/09/2014 15:07

Passé. Présent. Si bien des choses ont changé (bien heureusement mais n'est ce qu'une apparence ?), en fait on retrouve aujourd'hui encore les mêmes problématiques. L' esclavagisme n'a pas vraiment
disparu dans nos sociétés et ailleurs il sévit encore à la manière brute. Les femmes sont plus libres mais le prix à payer est fort élevé. Les faits divers en sont le bien triste constat. Bref, le
paradis terrestre n'existe pas encore pour tous... mais seulement pour une minorité.

Bisous mamalilou

mamalilou 10/09/2014 21:25



pas encore, ou plus du tout... pour certains dont on a bouleversé les équilibres...


doux bisous à toi



Renee 08/09/2014 14:38

je parcours encore un peu aujourd'hui mon Dieu dans quel débats tu nous entraine......J'avoue que ces sujet sont super intéressant pour autant que l'on cogite un peu...et ici il y a matière. Bises

mamalilou 09/09/2014 00:49



héhé, "pour autant que l'on cogite un peu"...


j'adoooooore


doux bisous, ya matière aussi!!!



Miche 07/09/2014 07:43

Article de fond !
Cette dernière image, l'enceinte de la mer, j'aime !
beau dimanche mamaliloi

mamalilou 09/09/2014 00:48



ya de l'inspiration!


et c'est si joliment dit


doux bisous et jolie semaine à toi