Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue!

  • : caplibre
  • caplibre
  • : lieu d'échanges et de convivialité, en toute simplicité sur tous les sujets qui vous intéressent, des débats, de l'actualité, musique, poésie, humour, partage... bienvenue à tous les gourmands de la vie et aux adeptes de la pensée sans frontière!...ou de la non-pensée :) n'hésitez pas, proposez vos questions/sujets en cliquant sur "contact", en bas de page...ce sera publié!
  • Contact

T'entends quoi?

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Oscar 2012 dans la catégorie du 
 court métrage documentaire

pour "Saving Face":la réalisatrice pakistanaise

Sharmeen Obaid-Chinoy lance sa campagne

contre les attaques à l'acide qui chaque année

défigurent + d'une centaine de femmes.

www.savingfacefilm.com

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Pour suivre les décisions et les changements
voulus par le peuple et pour le peuple

c'est ICI, dossier ALUR pour ex

texte de Loi

►oops ça coupe, suite ici 
+ de zik ici [les notes que j'aime]

HOME
...pour voir le film de Yann Arthus-Bertrand
et une critique ici
; autre film (7'30):
Des fOrêts et des hommes
horloge mondiale

un moment Ted ici, avec Jill Bolte

hymne à la beauté de la nature ici

à lire absolument:
comprendre l'histoire d'Israël
par le grand universitaire Ilan Pappe
août 06 et toujours actuel...

138 pays reconnaissent la Palestine
en tant qu'état, 179 pays maintiennent leurs relations
diplomatiques, le pays est devenu membre de l'ONU
en 2011 (actuel statut d'observateur) mais
la demande d'adhésion n'aboutit pas à cause
du véto des E.U. et des pressions d'Israël
le 31 oct 2011:
la Palestine siège enfin à l'UNESCO
le 29 nov 2012
la Palestine devient
"un ETAT observateur
'non-membre' de l'ONU"


alerte huiles frelatées, à lire d'urgence

lexique pour les achats de poisson

dossier Red Bull, chez terre et mer
(plusieurs liens) ne pas consommer

Champs électromagnetiques et santé -
les REM, rayonnements électromagnétiques

les limites de la liberté d'expression:
incitations sans équivoques...
attention Printemps de Bourges en observation

HADOPI,
ses sanctions son vote aléatoire
pédagogie, pourquoi craindre Hadopi
sitôt votée, sitôt contournée, *ICI*
héhé...
riposte graduée censurée

les bibliothèques numériques sur Internet

Les 10 multinationales les + dangereuses
ICI

tout OGM = dépendance,...
moratoires nationaux et mobilisation

fruits et légumes de saison
chez Pol  merci 

scandale écologique de la fraise espagnole
chez
 Béa K

Où Qu'il Est, L'article?

Cap à citer

earth hour

 Samedi 29/03/14:
20h30/21h30
 ...merci à tous 
www.earthhour.be.
le 23/03/2013
on a aussi éteint les lumières!

http://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gifhttp://i54.photobucket.com/albums/g108/chrisnature/MERYCHRISTMASGold3.gif?t=1165322175

Tunisie-drapeau.jpg

Pour une Tunisie et une Egypte
libres & démocratiques
calligraphie
bravo aux Lybiens, ya du travail encore...:

 courage aussi aux Yéménites, avec la révolution des femmes:

Drapeau du Yémen
...aux Syriens, qui paient cher:
aux Maliens, en proie au mal anti-éducation qui fait le lit de toutes les dominations:
et, que partout où
la liberté est bafouée,
la révolution se propage:
Algérie,Bahrein,Burkina Faso,Chine,
Djibouti,Haïti,Irak,Iran,Japon, 
Jordanie,Kenya,Koweit,Liban, 
Maroc,Mauritanie,Nigeria,Oman,
Palestine et Israël,Somalie,Soudan 
 ...France!
...Ukraine qui choisit des valeurs de démocratie dans le rapprochement à l'Europe, au détriment d'avantages économiques à rester liée à la Russie! Avec les risques extrémistes que ça comporte...
Thaïlande...

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

l'origine du  mot  bug

Severn, la voix de nos enfants

 http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

de notre ami Vladimir Vodarevski

ZEM apprenti maître zen
ici

cannabis, attention quand même...
dangers, alerte, qlqs infos
chez cardamome

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/23/091123092629330824919416.gif

lettre ouverte d'un gendarme au président

de la république M. Hollande:


Couches Absorbées

Caplibreurs et surfeurs

Blog animé depuis bientôt 7ans

792 000 visites au 13 jan 2015
merci à tous et à toutes
...pour tous vos commentaires:
le 55 000ème, mercredi 5 nov 2014
déposé par:
bouquet rose et mauve
MERCI DE VOTRE VISITE

Je m'insurge!

Hommage à Stephane Hessel, récemment il avait subi la censure pour s'être exprimé contre les choix du gouvernement israëlien à l'encontre du peuple palestinien

 

ici, extrait de son indignation chez Taddeï

ses voeux de résistance 2011

en savoir plus à la fin de cette page en clic

******************************************************************************

L'homme que vous voyez sur la photo n'est pas un 'Black Block' ni un misérable retraité. C'est Manolis Glezos qui en 1941, sous l'occupation nazie, est monté sur l'Acropole et a retiré le symbole nazi, la croix gammée. Qui est-il?
 
Manolis Glezos Manolis Glezos
70 ans + tard des personnes en uniforme, serviteurs des banques, qui ne mériteraient même pas de lécher ses chaussures, ont l'audace de lever la main sur lui...
Ceux qui ne comprennent pas que nous voyons monter une nouvelle forme de fascisme financier devraient y réfléchir à deux fois.
 Un lien chez bernard

******************************************************************************

Suite aux pétitions de demande de soutien qui circulent:


Je déclare ne soutenir Eric Zemmour dans son combat pour la liberté d’expression qu'avec la réserve qui s'impose en regard du commerce qu'il fait de son impertinence dans sa posture d'opposition fanatique à ce qu'il appelle la pensée unique, opposition massive qui n'est qu'un grand fourre-tout de toutes les transgressions délétères par l'incitation à décomplexer toute forme de propos, de posture et d'investigation raciste.

Le poids de la parole publique enjoint une responsabilité et une prudence éthique qui, de toute évidence, lui pèsent dans son fantasme de toute puissance infantile tellement patent.

Ainsi, je NE CONDAMNE PAS LES PLAINTES ET PROCES QUI LUI SONT FAITS, NI LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION CONTRE SES EXCES ET SES FRANCHISSEMENTS DE LIGNE. Les pressions et menaces dont il fait régulièrement l’objet, en revanche sont nulles et non avenues.

Vous pourrez vous informer sur la charte éthique professionnelle du journalisme sur ce lien, dont:

- Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication

- Ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge

- Respecte la dignité des personnes

- N’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée

- Prend la responsabilité de toutes ses productions professionnelles/répond devant la justice des délits prévus par la loi

- tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, (...) pour les plus graves dérives professionnelles

http://obeissancecanine.free.fr/images/exercice1.gif

 vous pouvez commenter ici >> page blanche

18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 15:35

Travailler la communication

non violente

est un effort quotidien

 

 

Si, ça l'est! Pourquoi. Parce que nous sommes surstimulés de toutes parts à analyser, diagnostiquer, critiquer,... et que tout cela doublé souvent de l'exigence professionnelle et/ou de la reproduction de schémas relationnels fondés sur le service payé, donc sur les reproches potentiels légitimés par l'attente de résultats. Le tout assorti de la tentation de laisser le mimétisme faire son office...  

Tout ceci n'est pas susceptible de favoriser l'émergence de la bienveillance pourtant.

Quand bien même nous nous évertuons à cette communication non violente (CNV), il reste une démarche fondamentale: apprendre à demander aux autres... parce que parfois pour que notre vie soit plus conforme à nos voeux, il nous faut poser des demandes. Si, il le faut. Lorsque nos besoins ne sont pas satisfaits, immédiatement après avoir exprimé nos observations, sentiments et désirs, nous formulons une demande spécifique: nous demandons des actes concrets susceptibles d'assouvir nos besoins. Nous pouvons le faire de telle sorte que l'autre prenne plaisir à répondre à nos besoins.


par Chichi, artiste japonaise

 

 

Demander clairement

des actes positifs et concrets

 

 

En premier lieu, nous disons ce que nous voulons plutôt que ce que nous ne voulons pas.

- hahaha... c'est pourtant ce que nous ne voulons pas qui motive souvent nos requêtes, car nous partons d'un a priori confiant, comportement socialisant, et pensons nous satisfaire de tout...

"Comment fait-on un ne fais pas?" demandait Ruth Bebermeyer dans une chanson pour enfants.

"Tout ce que je sais, c'est que je ressens un je ne veux pas

quand tu me dis de faire un ne fais pas."

Ces paroles soulèvent 2 problèmes que l'on rencontre souvent lorsque les demandes sont formulées à la forme négative:

- notre interlocuteur ne sait pas ce qui est vraiment demandé et, de plus,

- les demandes négatives risquent de provoquer une réaction de résistance.

Une femme qui ne supportait  plus de voir son mari passer tant de temps au bureau nous raconta comment sa requête s'était retournée contre elle:

"Je lui avais demandé de passer moins de temps au bureau. 3 semaines + tard, il réagit en m'annonçant qu'il s'était inscrit à un tournoi de golf!"

Elle avait  réussi à lui dire ce qu'elle ne voulait pas -qu'il passe trop de temps au bureau- mais n'avait pas su lui demander ce qu'elle voulait. Encouragée à reformuler son souhait, elle réfléchit un instant et dit:

"J'aurais dû lui dire que je voudrais qu'il passe au moins une soirée par semaine à la maison avec les enfants et moi."

Pendant la guerre du Viêt-nam, je fus invité à la télévision pour participer à un débat contradictoire sur le conflit. L'émission ayant été enregistrée sur vidéo, je visionnai la cassette en rentrant chez moi. Je fus très contrarié en constatant que j'avais adopté des modes de communication que j'aurais préféré ne pas utiliser.

"Si je me retrouve un jour dans un autre débat public, me dis-je, je me jure de ne pas refaire ce que j'ai fait ici! Je ne serai pas sur la défensive, je ne les laisserai pas me ridiculiser."

Je raisonnais alors en termes de ce que je ne voulais pas faire, et non de ce que je voulais faire.

J'eus l'occasion de me racheter dès la semaine suivante, lorsque je fus convié à poursuivre le débat dans la même émission. Sur le trajet du studio, je me répétai intérieurement tout ce que je ne voulais pas faire? Dès le début de l'émission, mon contradicteur reprit exactement comme la semaine précédente. Pendant les 10 sec. qui suivirent sont intervention, je parvins à me conformer à ce que je m'étais juré d'éviter. En fait, je ne dis rien du tout, je restai simplement assis là. Mais dès que j'ouvris la bouche, je me surpris à reproduire tout ce que j'étais si déterminé à éviter! C'est ainsi que j'appris à mes dépens ce qui peut se passer lorsque je n'identifie que ce que je ne veux pas faire, sans préciser ce que je veux faire.

En une autre occasion, je fus invité à travailler avec des lycéens qui en voulaient énormément à leur proviseur. Ils lui reprochaient entre autres choses d'être raciste et charchaient des moyens de se venger. Un pasteur qui travaillait en étroite collaboration avec eux craignait que ces tensions ne débouchent sur une explosion de violence. Par égard pour le pasteur, les jeunes gens acceptèrent de me rencontrer.

Ils commencèrent par décrire l'attitude du proviseur, qu'ils qualifiaient de discriminatoire. J'écoutai une partie de leurs griefs, puis leur proposai de préciser ce qu'ils attendaient du proviseur.

"A quoi bon? fit l'un en haussant les épaules d'un air désabusé. Nous sommes déjà allés le voir pour lui dire ce que nous voulions. Il nous a simplement répondu: "Sortez d'ici! Ce n'est tout de même pas vous autres qui allez me dire ce que j'ai à faire!"."

Que lui avaient-ils donc demandé? Ils se souvenaient lui avoir déclaré qu'ils ne voulaient pas qu'il leur dise comment se coiffer. Je suggérai qu'ils auraient peut-être suscité plus d'ouverture s'ils avaient clairement exprimé ce qu'ils voulaient plutôt que ce qu'ils ne voulaient pas. Ils lui avaient également fait part de leur désir d'être traités avec impartialité. Le proviseur s'était alors braqué, réfutant vigoureusement avoir jamais été partial. Je me risquai à deviner que le proviseur aurait probablement réagi plus favorablement s'ils lui avaient demandé des actes précis plutôt qu'une attitude vague, comme de l'"impartialité".

Nous avons donc travaillé ensemble sur les façons d'exprimer concrètement ce qu'ils voulaient plutôt que ce qu'ils ne voulaient pas. A la fin de la séance, les étudiants avaient précisé 38 mesures qu'ils désiraient demander au proviseur d'adopter, parmi lesquelles:

"Nous aimerions que vous vous adressiez à nous en utilisant le terme d''étudiants noirs" et non de "vous autres".

Le lendemain, ils présentèrent leurs requêtes au proviseur en employant le "langage d'action positif" que nous avions pratiqué; ce même soir, ils m'appelèrent, ravis: leur proviseur avait accédé à toutes leurs demandes!

Outre l'emploi du langage d'action positif, il convient également d'éviter les formulations vagues, abstraites ou ambiguës et de s'efforcer de demander des actes concrets que l'autre puisse entreprendre. Dans un dessin humoristique, un homme tombé à l'eau se débat et crie à son chien:

"Médor, va demander de l'aide!"

A l'image suivante, le chien est allongé sur le divan d'un psychanalyste. Comme nous le savons tous, la notion d'aide ne recouvre pas la même réalité pour tout le monde: dans ma famille, certains sont ainsi persuadés qu'aider à la vaisselle signifie inspecter les travaux finis!

Lors d'un atelier, un couple qui traversait une période de crise nous donna une autre illustration de la façon dont un langage vague peut entraver la compréhension et la communication.

"Je veux que tu me laisses être moi-même", déclara l'épouse.

"Mais c'est bien ce que je fais!" rétorqua le mari.

"Pas du tout!" répondit-elle.

Je lui demandai de reformuler sa demande en langage d'action positif.

Elle reprit: "Je veux que tu me donnes la liberté de m'épanouir et d'être moi-même."

Cette déclaration, tout aussi vague, appelait une réaction de défense. Elle réfléchit à une formulation plus claire et finit par reconnaître:

"C'est un peu embarrassant, mais, pour être précise, je pense que ce que je veux, c'est que tu sois souriant et que tu approuves tout ce que je fais."

L'emploi d'un langage vague et abstrait masque souvent ce type de jeux oppressifs entre individus.

 

C'était la même manque de précision qui entravait les relations d'un père et de son fils de 15ans venus me consulter.

"Tout ce que je veux, c'est que tu commences à te montrer un peu responsable. Je ne demande tout de même pas la lune!" déclara le père.

Je lui demandai ce qu'à son sens son fils devait faire pour prouver qu'il était responsable. Après une discussion sur la façon de préciser sa demande, le père reprit, un peu piteux:

"ça a l'air idiot, mais lorsque je dis que je voudrais qu'il soit responsable, en fait, j'attends qu'il fasse ce que je demande, qu'il saute quand je lui dis de sauter -et avec le sourire."

Il convint alors que si son fils se comportait ainsi, il témoignerait davantage d'obéissance que de responsabilité.

Comme ce père, nous utilisons souvent un langage imprécis et abstrait pour indiquer à l'autre la façon dont nous voudrions qu'il se comporte ou qu'il réagisse, mais sans lui demander une action concrète qui lui permettrait d'y parvenir. Prenons le cas d'un patron qui fait un effort sincère pour inviter ses employés à lui donner un feed-back:j'aime mon patron

"Je voudrais que vous vous exprimiez librement en ma présence."

Par cette déclaration, le patron communique son désir de voir ses employés "s'exprimer librement", mais ne dit pas ce qu'ils pourraient faire pour se sentir libres. Il ajouter à mes amispourrait utiliser un langage d'action positif pour formuler sa demande:

"J'aimerais que vous me disiez ce que je pourrais faire pour vous encourager à vous exprimer librement en ma présence".

Je voudrais vous présenter un dernier ex qui montre comment l'emploi d'un langage imprécis suscite la confusion. Il s'agit du dialogue que j'établissais systématiquement avec les patients qui venaient me voir pour une dépression, à l'époque où j'exerçais comme psychologue clinicien. J'écoutais avec empathie les sentiments profonds qu'exprimait mon patient, puis notre conversation prenait invairablement le tour suivant.

MBR: Qu'est-ce que vous voudriez que vous ne recevez pas?

Patient: Je ne sais pas ce que je veux.

MBR: Je m'attendais à ce que vous disiez cela.

Patient: Pourquoi?

MBR: Je suis persuadé que nous sombrons dans un état dépressif parce que nous n'obtenons pas ce que nous voulons, et nous n'obtenons pas ce que nous voulons parce que nous n'avons jamais appris à l'obtenir. Nous avons en revanche appris à être des enfants modèles, des parents modèles. Si nous tenons à correspondre à ces modèles, autant nous habituer à être déprimés. La dépression est la récompense que nous obtenons pour notre conformité. Mais si vous voulez vous sentir ieux, j'aimerais que vous précisiez ce ue vous voudriez que le autres fassent pour que votre vie soit plus agréable.

Patient: J'aimerais simplement que quelqu'un m'aime. Ce n'est tout de même pas trop demander, non?

MBR: C'est un bon début, mais, concrètement, que pourraient faire les autres qui satisfasse votre besoin d'être aimé? Par ex, que pourrais-je faire ici et maintenant?

Patient: Vous savez bien...

MBR: Non, je ne suis pas certain de savoir. Je voudrais que vous me disiez ce que vous aimeriez que je fasse ou que les autres fassent pour vous donner l'affection que vous recherchez.

Patient: C'est difficile.

MBR: En effet, il peut être difficile de formuler des demandes claires. Mais dites-vous bien que les autres auront beaucoup de mal à répondre à notre demande si nous ne savons pas nous-mêmes ce que nous voulons!

Patient: Je commence à entrevoir ce que j'attends des autres pour satisfaire mon besoin d'amour, mais c'est gênant.

MBR: En effet, c'est très souvent gênant. Alors, quels actes attendez-vous de moi ou des autres.

Patient: Je voudrais que vous deviniez ce que je veux avant même que je n'en prenne moi-même conscience. Et je voudrais que vous le fassiez toujours.

MBR: Je vous remercie de votre précision. Vous concevez maintenant, j'espère, que vous n'avez pas de grandes chances de treouver quelqu'un qui puisse satisfaire votre besoin d'amour s'il faut en passer par là.

Dans la plupart des cas, mes patients parvenaient à comprendre que leur sentiment d'insatisfaction et leur dépression provenaient largement du fait qu'eux-mêmes ne savaient pas très bien ce qu'ils attendaient d'autrui.

 

M. B.Rosenberg

Reste à formuler les demandes consciemment

et à définir clairement l'objectif derrière ces demandes.

 

proposé par mamadomi
rééd° du 28 03 13

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamalilou 24/05/2013 05:19

-->> concrètement et positivement: gros bisous et plein de soleil pour toi,
que ce mois de mai se réchauffe, nous réchauffe enfin

Ecureuil bleu 22/05/2013 20:57

C'est intéressant et vrai. Il faut s'exprimer le plus clairement possible et énoncer ses attentes simplement et le plus concrétement possible. Bisous

fontaine 21/05/2013 08:10

Après la pluie le beau temps...
Soyons positifs
Bisous et bon mardi Mamalilou !

mamalilou 24/05/2013 05:15



positifs bisous fontaine


et plein de soleil pour une jolie fin de semaine


que mai se réchauffe!!



witney 19/05/2013 19:11

j'aime ce sujet ; il faut être bien vigilant pour appliquer, bises

mamalilou 24/05/2013 05:14



bien vigilant


et rien n'est jamais acquis, c'est tout les jours qu'il faut intégrer ce qu'on approche, comprend, et désire....


bisous vigilants donc!!



ambre 19/05/2013 08:49

Je suis d'une génération qui, lorsqu'on était enfant et jeune adulte, n'avions pas trop le droit à la parole. Dès lors, c'est tout un apprentissage de réussir à exprimer ce que l'on a à dire, ce
que l'on ressent, on ne le sait pas soi même souvent (c'est masqué en nous par tous les apprentissages automatiques)
Dire ce que l'on souhaite ou mm ce dont on ne veut pas peut être très mal perçu (ou perçu comme de l'égoïsme ce qui n'est pas mieux)
du coup c'est bien difficile d'oser le dire
Bon dimanche à toi Domi, gros bisous !

mamalilou 24/05/2013 05:13



et quand ce n'était pas à la maison, c'était à l'école, ... on n'encourageait que peu le libre arbitre et l'expression des émotions...


vi...


doux bisous d'amour, osons!!!